• logo linkedin
  • logo email
La crise écologique et les changements sociétaux qu’elle implique risquent d’entraîner une mutation du marché du travail. Dans quelles proportions ? Éléments de réponses avec Antoine Godin, économiste à l’Agence française de développement.

Quel impact la crise environnementale aura-t-elle sur l’emploi dans le monde ?

Le déclin de la biodiversité entraîne la baisse des services que la nature nous rend – pollinisation des cultures, régulation du climat, purification de l’eau – et se traduira inévitablement par des tensions sur le marché du travail. Selon l’Organisation internationale du travail (OIT), 1,2 milliard d’emplois sont aujourd’hui fortement dépendants des services écosystémiques. Ce sont autant de travailleurs qui pourraient être affectés. C’est toutefois compter sans les stratégies d’adaptation qui pourraient, elles, créer des emplois. Il est donc difficile d’affirmer que l’impact total sera positif ou négatif, cela dépendra beaucoup des régions et des secteurs.

Le dérèglement climatique aura lui un impact majeur sur nos conditions de travail. Avec l’augmentation des températures et de l’humidité dans les régions tropicales, il ne sera sans doute plus possible de travailler autant qu’avant dans les pays concernés. On ne pourra peut-être même plus y vivre : une récente étude a fait grand bruit en pointant le risque de vagues de chaleur mortelles pour 48 % à 74 % de la population mondiale d’ici à la fin du siècle.

Lire aussi | Gemmes, une application pour comprendre les effets du changement climatique sur l’économie

La crise environnementale accentuera aussi certaines inégalités. En particulier celles entre les femmes et les hommes : avec la baisse des services écosystémiques et celle de la qualité de vie, les femmes pourraient être contraintes de rester plus souvent à la maison pour s’occuper d’un enfant malade ou aller chercher de l’eau plus loin qu’auparavant. Une partie d’entre elles s’éloignera encore plus de l’emploi.

Comment la transition écologique vers des sociétés moins carbonées affectera-t-elle le marché du travail ?

Les chances sont fortes qu’elle ait un effet positif sur le marché de l’emploi. Les créations d’emplois dans les secteurs de l’agriculture, de l’énergie, de la construction durable et de l’économie circulaire devraient être plus nombreuses que les destructions dans l’industrie des énergies carbonées. L’OIT évalue le gain net d’emplois à 18 millions en 2030.

On devrait assister à une relocalisation de certains emplois avec la montée en puissance des circuits courts dans les choix de consommation des citoyens. Il y aura néanmoins des différences entre les régions. L’Amérique, l’Asie, l’Europe et l’Océanie devraient tirer leur épingle du jeu. Pour l’Afrique, ce sera plus compliqué.

Comment les pays peuvent-ils agir pour que la transition écologique bénéficie à tous les travailleurs ?

Certains pays vont perdre des emplois. D’autres en gagneront. Il y aura des migrations entre ces pays, mais aussi au sein des différents secteurs de l’économie. Cela créera des tensions. Il faut dès lors commencer par améliorer la dignité du travail : la qualité de vie au travail, les salaires, la protection sociale… Sans cela, il sera difficile d’accompagner les travailleurs d’un secteur à l’autre.

L’environnement et le travail sont indissociables. Plutôt que d’agir séparément dans chaque domaine, on a tout à gagner à combiner la protection de l’environnement et celle du travail. Réduire nos émissions de gaz à effet de serre est aussi essentiel que de préserver la cohésion sociale.

En Éthiopie, l’État a par exemple créé de nombreux emplois publics pour protéger l’environnement, ce qui a fait repartir la disponibilité des services écosystémiques à la hausse et amélioré la productivité agricole. Tout le monde y gagne !

 

lire aussi

Bernard Thibault (OIT) : « Les multinationales doivent être plus transparentes sur la façon dont elles protègent les droits sociaux des travailleurs »

5 défis pour l'emploi dans les pays en développement

Au Cameroun, le chantier qui change la ville et les vies


 

Articles les plus lus

à lire aussi