L’AFD et le Ghana : développer les infrastructures stratégiques et réduire les inégalités
Ghana Accra vue du ciel

Assurer la sécurité alimentaire et un développement rural durable

Ghana plantation d'hévéas à Takarodi

Assurer la sécurité alimentaire et un développement rural durable

L’agriculture, épine dorsale de l’économie ghanéenne, emploie environ 50 % de la population active. Mais sa part dans le PIB du pays ne cesse de diminuer pour atteindre la barre des 19 % en 2016. Un défi pour le  gouvernement qui a déployé des programmes phares comme « Planting for Food and Job », « One village-One dam » (Un village, un barrage), et « Planting for Export and Rural Development » .

Depuis 15 ans, l’AFD soutient quant à elle les communautés rurales dans le nord du pays pour consolider le secteur du riz. Ainsi, plus de 5000 hectares de rizières ont été cultivés dans les plaines, ce qui a permis de réduire la dépendance du pays envers les importations. Cela a aussi permis d’améliorer les compétences techniques de plus de 7500 producteurs et de générer une plus grande production.

Par ailleurs, dans le sud du pays, l’AFD a aidé 8800 cultivateurs ces 20 dernières années à développer 30 000 hectares de plantations de caoutchouc, ce qui a contribué à une hausse de leur salaire et à une plus grande autonomie pour fournir des produits de première nécessité à leurs familles.

L’AFD travaille actuellement, aux côtés de l’Union européenne, sur un projet de gestion des eaux agricoles dans le nord-ouest. Celui-ci vise à irriguer 2800 hectares de terres agricoles, à augmenter les revenus de 11 000 agriculteurs, et donc à les rendre plus autonomes et les aider à atteindre un meilleur niveau de vie.

Favoriser un développement urbain durable

Ghana Accra vue du ciel

Favoriser un développement urbain durable

Avec une croissance de la population urbaine estimée à 3,6 % par an, le taux d’urbanisation devrait atteindre 65 % dans les 15 prochaines années, ce qui signifie que près de 23 millions de Ghanéens résideront dans des zones urbaines d’ici à 2030.

Pour permettre d’atténuer les effets négatifs de cette croissance rapide de la population urbaine, l’AFD soutient et finance la décentralisation et le développement urbain du Ghana depuis dix ans. Son action se concentre désormais sur la mobilité urbaine et les villes durables et connectées. Grâce par exemple au projet Ghana Urban Management Pilot Project, l’AFD a financé les besoins en infrastructures (marchés, abattoirs, égouts, réhabilitation de quartiers, etc.) de quatre villes ghanéennes (Kumasi, Tamale, Sekondi-Takoradi et Ho).  L'AFD soutient également la modernisation de routes et d’infrastructures d’évacuation (Lake Road et canalisation d’Aboado) dans le cadre de l’extension du projet By-pass Kumasi, terminé en 2013.

Grâce à ces interventions, les Ghanéens passent moins de temps dans les embouteillages, les revenus des bénéficiaires ont augmenté et les communautés vivent maintenant dans des environnements plus sains, réduisant ainsi les épidémies causées par des assainissements insuffisants et les inondations.
 

Produire une énergie plus fiable pour la croissance économique

Ghana énergie électricité homme femme casque

Produire une énergie plus fiable pour la croissance économique

L’accès à une énergie fiable et durable est au cœur de l'action de l'AFD dans le secteur de l’énergie ghanéen. Un secteur qui a fait face à des défis de taille ces dernières années (pénuries de 2012 à 2016). Épauler la politique énergétique du gouvernement, notamment dans la quête d’un développement à faibles émissions de carbone, tant en termes de production que de transmission de l’électricité, est donc une priorité. 

L’AFD a donc soutenu la Volta River Authority (VRA), le producteur historique d’électricité, dans la réhabilitation de la centrale hydroélectrique de Kpong. L’AFD assiste également la société Ghana Grid Company (GRIDCo), en charge du transport de l'électricité, dans le renforcement du réseau électrique ghanéen et dans son intégration au niveau régional. Ce projet phare a permis de construire une ligne de haute tension (330 kilovolts) sur la route principale entre Kumasi et Bolgatanga, ainsi qu’une ligne d’interconnexion avec le Burkina Faso. Résultat : les pertes sur les lignes de production d’électricité sont réduites, l’approvisionnement en énergie (notamment en énergie propre) est accru, et le Ghana est en passe de devenir un exportateur net d’électricité vers les pays voisins. 

Par ailleurs, l’AFD met en œuvre son programme de finance verte Sunref au Ghana : elle fournit des lignes de crédit vertes à des banques locales ainsi qu’une assistance technique à diverses parties prenantes, tant dans le public que dans le privé. Ce programme vise à soutenir les projets d’efficacité énergétique et d’énergies renouvelables des entreprises et des PME locales en facilitant leur accès aux financements, soutenant ainsi la transition énergétique du Ghana.

Soutenir la production intellectuelle sur des thèmes clés

femme, enfant, Burkina Faso

Soutenir la production intellectuelle sur des thèmes clés

Au regard des récents défis identifiés dans le « Programme coordonné des politiques économiques et de développement social 2017-2024 » du gouvernement ghanéen, l’AFD souhaite produire du contenu intellectuel aux côtés d’instituts de recherche, de groupes de réflexion et de bailleurs. 

L’AFD place désormais le genre en tête de ses priorités, avec l’ambition de devenir un bailleur de référence au niveau mondial en ce qui concerne l’égalité entre les sexes. Cela n’est possible que si l’AFD est en mesure de suivre et de mesurer l’impact de ses projets sur les femmes et les hommes, et évaluer ainsi si des lacunes sont à combler. L'objectif : garantir que les projets respectent l’égalité de genre et conduisent à l’autonomisation des femmes.

Dans cette optique, l’AFD a organisé, aux côtés du Haut-commissariat du Canada, une conférence sur «L’égalité des genres dans le milieu agricole » en novembre 2018, afin de réunir des parties prenantes, y compris le gouvernement ghanéen, pour partager idées et expériences et changer les normes sociales.

705
millions d'euros engagés depuis 2008
63
projets financés en 10 ans
8800
cultivateurs bénéficient d’une hausse de leurs revenus

Malgré sa croissance remarquable, l’économie ghanéenne doit faire face à trois défis : la baisse des cours mondiaux de la plupart des matières premières dont le pays est exportateur (or, cacao), la chute des cours du brut qui a réduit de moitié ses revenus pétroliers et un réseau électrique encore sous-développé et instable. Le Ghana doit aujourd’hui diversifier son économie et augmenter son approvisionnement en énergie

L’AFD a débuté ses activités au Ghana en 1985, marquant ainsi l’ouverture de sa première représentation dans un pays anglophone. Ces 30 dernières années, l’AFD a mis l’accent sur le financement d’infrastructures stratégiques (énergie, transport) et sur des projets socio-économiques (financements du secteur privé, villes durables, agriculture). Tout en continuant à intervenir dans les mêmes secteurs, l’AFD souhaite renouveler ses activités au Ghana en se concentrant sur la promotion de l’égalité des sexes et sur l’atténuation des effets du changement climatique, en lien avec les Objectifs de développement durable (ODD). 

L’AFD au Ghana, c’est plus de 1,4 milliard d’euros engagés au cours des 30 dernières années.

Interactive map
This map is for illustrative purposes only and does not engage the responsibility of the AFD Group
Thematics
Funding type
Antennas
Filters

Thematics

Tout cocher
Tout décocher

Funding type

Tout cocher
Tout décocher

Antennas

Display local antennas

Filters

Launch search
See map of all projects

Contact