Outils de communication

L'AFD et les ONG

semances

Promouvoir le développement durable des oasis du Maghreb avec le CARI

03/12/2013

Afin de protéger et valoriser le patrimoine et l’activité des oasis du Maghreb, le Réseau RADDO promeut la société civile oasienne. L’AFD lui renouvelle son soutien en accordant une subvention au CARI (coordinateur) de 600 000 euros sur trois ans.

Les oasis, un patrimoine à valoriser

Les oasis, où vivent plus de 150 millions de personnes, contrôlent 30 % des terres émergées le long de la grande écharpe qui relie l’Afrique à l’Asie, du Sahara à la Mongolie. Situées dans un environnement aride et hostile, elles constituent un agrosystème original patiemment élaboré au cours de l’histoire par les sociétés qui les habitent. Ce sont des constructions sociales, écologiques et économiques très complexes qui constituent en soi des expériences éprouvées et vivantes de développement durable ainsi qu’un gisement d’expertises inégalables en milieu aride.

oasis

photo@CARI


Les oasis sont des points de fixation des populations dans ces zones arides, elles sont aussi un élément essentiel de la lutte contre la désertification et constituent un véritable potentiel agricole face à l’insécurité alimentaire grandissante dans ces régions.

Les prévisions climatiques font peser une menace supplémentaire sur les oasis et ses populations en étant considérées comme les régions les plus à risque par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

Dans un Maghreb à 70% aride, les oasis constituent pourtant une partie de la solution aux enjeux actuels. Elles sont un réservoir d’expériences voire d’expertise d’agriculture en zone sèche et constituent un vrai patrimoine écologique et culturel, mais également un potentiel agricole pour ces régions isolées. A condition d’engager une véritable démarche de développement durable.

Renforcer la société civile des oasis

Face à cette situation, le CARI (France), suivi par l’ASOC (Tunisie), le CCFD (France) et leurs autres partenaires maghrébins ont créé en 2001 le Réseau associatif de développement durable des oasis (RADDO) comme première plate-forme de la société civile oasienne.

 

raddo

photo@CARI

Le RADDO s’engage pour la promotion du développement durable des oasis par la sauvegarde et la valorisation du patrimoine naturel, économique, social et culturel. Pour cela, il se propose de participer au renforcement et à l’organisation de la société civile oasienne afin de favoriser la prise en compte des réalités locales par les pouvoirs publics.

Soutenu par la Fondation CAIXA et le ministère des Affaires étrangères  le RADDO est soutenu depuis 2011 par l’AFD sur la base de son programme d’actions concertées des oasis. Son plan d’action vise en premier lieu le renforcement des associations oasiennes par la formation, l’échange d’expérience, les voyages d’études ….


Depuis 2011, ce sont 150 associations qui ont ainsi été concernées par l’activité du réseau. L’organisation en plates formes nationales animées par des points focaux (association Tenmiya en Mauritanie, l’AOFEP au Maroc, l’APEB en Algérie, l’ASOC en Tunisie) en interaction au sein du RADDO animé au niveau régional par le CARI favorise l’échange de connaissances au niveau local et régional.

Promouvoir la sauvegarde des oasis sur la scène internationale


L’activité du RADDO vise également les pouvoirs publics par une action de plaidoyer.
Depuis 2001, il facilite la participation des associations actives dans les oasis aux rencontres régionales et internationales pour une participation aux processus d’élaboration des politiques publiques de développement local et multilatéral.


Ainsi dès 2002, le RADDO portait l’appel des oasis au sommet de la terre à Johannesburg annonçant un engagement sur la durée s’illustrant dans sa participation aux rencontres internationales sur le climat et la lutte contre la désertification.


La mobilisation du RADDO a permis l’inscription des oasis dans différents agendas internationaux comme dans la déclaration du Rio+20, celle du Forum international sur le tourisme solidaire, jusqu’à la rédaction d’un manifeste international pour la sauvegarde des oasis lors de la rencontre pluri acteurs de Zarzis sur le développement durable des oasis en mars 2012.


Sur le terrain, le RADDO participe également à la diffusion de pratiques agricoles favorisant le développement durable des oasis (gestion économe de l’eau, pratiques agroécologiques, préservation de la biodiversité).

 

systeme californien

photo@CARI

Le soutien réaffirmé de l’AFD permet au RADDO de s’engager dans un renforcement des plate formes nationales, le renforcement de sa transversalité au niveau régional et son élargissement à deux nouveaux pays, le Niger et le Tchad.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus