L'AFD et la Nouvelle Calédonie

L'AFD en Nouvelle Caledonie

À la une

Programme d’investissement 2016 : l’AFD aux côtés de la Nouvelle-Calédonie

02/12/2016

Pour contribuer pleinement à la relance de la croissance économique et au développement de l’emploi privé, l’AFD accompagne la Nouvelle-Calédonie dans son programme d’investissement 2016 via un prêt de 40 millions d’euros.

Quelles opérations d’investissement en 2016 ?

Le nouvel accord liant l’AFD à la Nouvelle-Calédonie a été signé le 21 novembre 2016 par le président du gouvernement Philippe Germain et la directrice de l’agence AFD de Nouméa, Karine de Frémont.

À la clé : un prêt de 40 millions d’euros qui permettra de contribuer à financer le programme d’investissement 2016 du Territoire.

Au cœur de ce programme d’investissement :

  • les infrastructures routières et aériennes (telles que les travaux de mise aux normes de l’aérodrome domestique de Magenta) ;
  • ainsi que le secteur de l’enseignement (rénovation des lycées). 

Par ailleurs, le transfert de la sécurité civile nécessite des investissements significatifs pour permettre à la Nouvelle-Calédonie de faire face à cette compétence récemment transférée.   


Assistance technique et appui au pilotage 

En marge de ce financement, la Nouvelle-Calédonie a également sollicité l’AFD pour cofinancer une assistance technique destinée à renforcer le pilotage par la collectivité de sa programmation pluriannuelle d’investissement (PPI) au regard notamment de ses capacités de financement.

Cette étude contribuera à constituer un outil de reporting du programme d’investissement, faisant directement le lien avec son impact budgétaire et priorisant les opérations selon les objectifs de politiques publiques fixés par l’exécutif. Cette mission débute en décembre 2016. 



60 millions d’euros pour consolider la mixité sociale et fonctionnelle des quartiers

10/10/2016

Pour répondre au besoin important de logements en Nouvelle-Calédonie, la Société immobilière calédonienne, premier bailleur social* du territoire, prévoit, dans son programme d’activités stratégique, une montée en puissance de sa production de logements.

Un accompagnement multiforme...

L’AFD, actionnaire à 50 % de la Société immobilière calédonnienne (SIC), accompagne sa filiale à travers le financement des opérations de construction de logements aidés mais également le financement de projets de réhabilitation (tours de Magenta), de rénovation urbaine (Saint-Quentin) et d’études prospectives (personnes âgées, écoquartier …).


... Pour diversifier l’offre et mieux répondre aux besoins des populations

C’est dans ce cadre que l’AFD et la SIC ont signé, le 7 octobre dernier, une convention de 60 millions d’euros pour financer le programme d’intervention de la SIC 2016-2019.

À la clé, la production : 

  • de 150 logements locatifs intermédiaires ;
  • de 150 logements en accession aidée ;
  • et d’une soixantaine de locaux commerciaux ou de services. 

Ces investissements viennent compléter l’important programme de production de logement social de la SIC, financé par la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) et lui permettent de consolider la mixité sociale et fonctionnelle des quartiers.

 

* Gestionnaire de logements locatifs réservés à des personnes ou familles aux revenus modestes.



Un régime de croissance ralenti en 2015 pour la Nouvelle-Calédonie

28/09/2016

L’économie calédonienne reste sur un rythme de croissance mesuré: +1,4 % en 2015, tirée par une consommation des ménages solide. Détails et explications dans la synthèse CEROM* (Comptes économiques rapides pour l'Outre-mer) de septembre 2016.

Quelques chiffres

En valeur, le PIB se chiffre à 956 milliards de FCFP, stable par rapport à 2014. L’écart entre croissance nominale et croissance réelle s’explique principalement par la chute des prix des produits du nickel.

Le PIB par habitant est de 3,49 millions de F.CFP, en légère baisse après trois années de hausse.

 

Télécharger les comptes économiques rapides de la Nouvelle-Calédonie en 2015 – septembre 2016

► En savoir plus sur les publications CEROM

 

* Le projet Comptes économiques rapides pour l’Outre-mer (CEROM), né en 2003 consiste à mettre en place un cadre statistique permettant d’analyser les évolutions récentes de la situation économique des Collectivités d’Outre-mer (COM).



Bpifrance souhaite relancer la croissance des TPE/PME en Nouvelle-Calédonie

15/09/2016

Avec l’appui de l’AFD, facilitateur entre les différents partenaires calédoniens, un partenariat a été conclu mi-septembre avec Bpifrance. Au cœur de l’accord : le développement des TPE et PME dans les provinces Nord et Sud.

Relancer les investissements des PME
 
Grâce à ce partenariat, Bpifrance accordera des prêts de développement à des PME calédoniennes en cofinancement avec d’autres acteurs financiers locaux.
 
Objectif de ces prêts ? Financer les investissements :
  • les investissements immatériels ;
  • les investissements corporels à faible valeur de gage et
  • l’augmentation en besoin en fonds de roulement liés aux programmes de développement des TPE et PME locales.

Avantage pour les entrepreneurs : ces prêts ne seront pas assortis de garantie sur les actifs ni sur le patrimoine du dirigeant.

Ces prêts, appelés prêts de développement territorial, seront déployés dans les provinces Sud et Nord dans un premier temps avant d’être déployés dès 2017 en Province Îles. Leur montant sera compris entre 1,1 million et 6 millions de francs CFP. Ils pourront être remboursés sur 5 ans et bénéficier d’une période de différé d’un an.

L’AFD accompagne le déploiement de l’offre et assure la promotion de l’outil.

L’offre de prêt plus en détails

Pour être éligibles, les PME devront respecter certains critères, notamment avoir plus de trois années d’existence et présenter un niveau de fonds propres et quasi-fonds propres supérieur ou égal au montant du prêt.

Les prêts seront garantis par la Société de gestion de fonds de garantie d'Outre-mer (SOGEFOM - 40 %) et par le Fonds de garantie provincial concerné à hauteur de 40 % également. Bpifrance, organisme prêteur, assumera les 20 % du risque restant.
 
L’ICAP, principal interlocuteur des entreprises participantes

C’est l’Institut calédonien de participation (ICAP) qui assure la relation entre l’ensemble des intervenants du dispositif (clients bénéficiaires, provinces, SOGEFOM, banques…).

L’Institut accompagne également le client dans la constitution de sa demande de prêt, étudie et transmet les demandes complètes et éligibles à Bpifrance et assure le suivi du dossier.

Les entreprises qui souhaitent déposer une demande de financement doivent contacter l’ICAP (coordonnées ci-dessous).
 
D’ici la fin de l’année, Bpifrance devrait déployer deux autres produits dans le secteur de la restauration et de l’hôtellerie, toujours sans garantie pour l’entrepreneur, pour des montants pouvant aller jusqu’à 36 millions de francs CFP pour des entreprises déjà existantes à l’occasion d’un programme d’investissement ou de développement.

 

ICAP à Nouméa :
Immeuble Roger Berard
28, rue E. Porcheron-Quartier Latin
BP 5095 - 98847 Nouméa Cedex
Tél. 27 62 18
Fax 28 22 80
À propos de Bpifrance : filiale de la Caisse des Dépôts et de l’État, partenaire de confiance des entrepreneurs, Bpifrance accompagne les entreprises, de l’amorçage jusqu’à la cotation en bourse, en crédit, en garantie et en fonds propres.
Bpifrance propose aux entreprises un continuum de financements à chaque étape clé de leur développement et une offre adaptée aux spécificités régionales.
Plus d’information sur : www.bpifrance.fr 


La productivité comme relais de la croissance calédonienne

12/08/2016

Un thème au cœur de la conférence-débat organisée par l’AFD le 5 août dernier dans le cadre d’un cycle de conférences voué à alimenter la réflexion collective sur les questions économiques des territoires ultramarins.

 

Inventer une nouvelle trajectoire de développement en outre-mer

Dans le cadre de sa contribution au débat sur les grands enjeux de développement en outre-mer, l’AFD a souhaité organiser en 2016 un cycle de conférences. Son but ? Réfléchir à des réponses concrètes aux questions économiques qui concernent de manière différenciée chacun des territoires ultramarins. 

À l’origine de cette initiative : le constat d’un essoufflement des moteurs traditionnels de croissance qui ont prévalu jusqu’à la fin des années 2000 et de la nécessité d’inventer une nouvelle trajectoire de développement dans les outre-mer. 

 

Une meilleure utilisation des ressources est nécessaire

Dans le cas de la Nouvelle-Calédonie, on constate depuis quelques années un net tassement des rythmes de croissance, dans un contexte de ralentissement des transferts venus de l’extérieur (sous la forme d’investissements directs étrangers pour la construction des usines métallurgiques et de transferts publics). 

Aujourd’hui, une meilleure utilisation des ressources disponibles apparaît nécessaire pour assurer une croissance endogène, relancer durablement l’activité et créer de l’emploi. 

 

Quel diagnostic pour le modèle économique calédonien ?

La conférence, qui a eu lieu à l’auditorium de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI), a été ouverte par Thierry Lataste, Haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie. La première partie a été consacrée à des présentations établissant un diagnostic du modèle économique calédonien et montrant les liens entre productivité et croissance. 

Après une analyse par l’Institut d’émission d’outre-mer (IEOM) des moteurs de la croissance passée et de leur essoufflement, l’économiste Olivier Sudrie a montré comment les gains de productivité ont stimulé la croissance et le développement humain des pays de l’OCDE depuis la seconde guerre mondiale. 

 

Partager équitablement les gains de productivité

Olivier Sudrie a souligné l’importance du partage équitable des gains de productivité entre les acteurs économiques, à travers notamment la baisse des prix, pour soutenir la consommation, principal moteur de l’activité économique. 

Ces présentations ont été complétées par une analyse de l’évolution du niveau de diplôme et de la productivité du travail en Nouvelle-Calédonie, menée par des professeurs de l’université de Nouvelle-Calédonie. Elles ont été suivies d’une table ronde, ouverte par Philippe Germain, Président du gouvernement, qui a permis de partager des expériences et de débattre des actions concrètes à mener pour réaliser des gains. 

Plus de 150 participants ont participé à cette conférence : institutions, collectivités locales et établissements publics, organismes de formations et étudiants, entreprises et consultants de tous secteurs, établissements financiers, représentants des artisans, des industries et syndicats. 

Les échanges ont permis d’apporter des exemples concrets de gains de productivité à travers la formation - et plus particulièrement l’apprentissage - et l’innovation, qu’elle soit technologique, commerciale ou organisationnelle. 

 

Télécharger le programme

Télécharger la synthèse de la conférence

 



Un nouveau rythme de croissance pour la Nouvelle-Calédonie

04/07/2016

L’économie calédonienne se repositionne progressivement sur un rythme de croissance plus mesuré.  Estimée à 1,3% , la croissance réelle pour 2014 apparaît faible en comparaison avec la moyenne décennale (3,6 %). Plus de chiffres à découvrir avec la synthèse 2014 du CEROM.

 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus