COP21: L'exposition #60Solutions face au changement climatique à La Réunion en 2015

À la une

photo-cirque-mafate

Quels sont les axes de l'intervention de l'AFD à La Réunion ?

 

 

En savoir plus

Activité
technifroid-soleil

L'AFD accompagne les entreprises réunionnaises à tous les stades de leur développement grâce à une palette d'outils diversifiés en propre ou pour le compte de Bpifrance.

 

 

En savoir plus

Secteur privé
hopital-CHD

Dans le secteur de la santé, l'AFD contribue à améliorer l'offre de soin et soutient les investissements pour l'amélioration des équipements

 

 

En savoir plus

Santé

Actualités

Une délégation sri-lankaise en prospection d’expertise française à La Réunion

07/04/2017

Parce que La Réunion et le Sri Lanka partagent de nombreuses problématiques communes, l’AFD a accueilli une délégation sri-lankaise du 1er au 7 avril. Axée sur des domaines clés pour les deux îles, leur mission de prospection a été l’occasion de partager les solutions développées à La Réunion.

 

A la découverte du savoir-faire français

Insularité, climat, similitudes géographiques et économiques : le Sri-Lanka et La Réunion partagent des problématiques communes, pour lesquelles les solutions développées à La Réunion sont applicables chez son voisin. La mission de prospection organisée par l'AFD s'est concentrée sur quatre domaines clés : gestion de l’eau et assainissement liquide, énergie, gouvernance urbaine et économie maritime.

Composée de 6 hauts-fonctionnaires et conduite par le Secretary du ministère du Plan et des Affaires économiques, la délégation sri-lankaise a rencontré plus d’une trentaine de structures sur cinq jours, dont plusieurs collectivités territoriales, établissements publics et entreprises.

Cette mission de diplomatie économique a eu pour but de faire rayonner l’expertise française dans le bassin régional de La Réunion, par la découverte notamment du fonctionnement des politiques publiques françaises et la rencontre d’acteurs privés maîtres d’œuvre, exploitants et investisseurs.
 

 

 

Accueil de la délégation sri-lankaise à la préfecture de la Réunion. À droite, M. Rafeek, Secretary du ministère sri-lankais du Plan et des Affaires économiques. À gauche, M. Dominique Sorain, préfet de La Réunion.

 


Des projets et des infrastructures de qualité au cœur des visites

À l’initiative de l’AFD et grâce à un concours actif de ses partenaires, la délégation a pu découvrir plusieurs projets comme le basculement des eaux du projet Irrigation du littoral ouest (ILO) du département.

Des infrastructures de qualité comme la station d’épuration du Grand Prado de Véolia, la centrale de Bois-Rouge à bagasse-charbon d’Albioma ou encore la ferme photovoltaïque des Cèdres mise en place par Akuo Energy, représentent autant de perspectives de travail pour la France et le Sri-Lanka.

Dans le domaine de la gouvernance urbaine, une séquence a été dédiée à la visite de la ville nouvelle de Beauséjour portée par CBO Territoria, propriétaire, concepteur et promoteur du projet.
 

 Photo : visite d’un logement social dans la ville nouvelle de Beauséjour

Visite d'un logement social dans la ville nouvelle de Beauséjour à Sainte-Marie. 

 

Le réseau AFD au service de la coopération régionale

Fort de son réseau de 75 agences dans le monde, l’AFD est présente à Sri-Lanka et dans l’ensemble de l’océan Indien. À Colombo, sa valeur ajoutée est technique et financière : elle repose sur sa capacité à promouvoir un savoir-faire français dans ses différents domaines d’expertise.

Lors de la réunion annuelle de consultation menée entre le gouvernement sri lankais et l’AFD en juin 2016, l’idée d’un voyage d’étude à La Réunion avait surgi afin de s’inspirer des solutions développées par les acteurs réunionnais.

Un projet qui s’inscrit dans le mandat de l’AFD à La Réunion, qui vise à soutenir l’insertion du département dans son bassin régional par une activité de mise en réseau, de soutien financier et de production intellectuelle, et ainsi promouvoir l’influence économique française.
 

La délégation sri-lankaise devant le mur des valeurs de l'AFD à l'agence de La Réunion.
 



Maurice - La Réunion : dialogue renforcé pour le déploiement des énergies vertes !

23/03/2017

Maurice et La Réunion, deux îles qui rencontrent les mêmes défis en matière d’énergie et affichent la même ambition de faire passer les énergies renouvelables au premier plan. Afin d’intensifier les échanges sur l’intégration des énergies vertes dans le réseau mauricien, l’île a signé un accord de partenariat avec l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie de La Réunion (ADEME) et l’AFD.

 

Énergies renouvelables : des ambitions communes

Les îles de l’océan Indien disposent de réseaux électriques contraints et sont confrontées aux problématiques spécifiques des zones non interconnectées (ZNI). Ces réseaux distribuent majoritairement une énergie produite sur la base de combustibles fossiles, qui ont un impact à la fois environnemental et économique.

Depuis quelques années, le recours à des énergies intermittentes dans le mix électrique de ces îles s’impose.

L’île Maurice a confirmé en 2015 son souhait de porter de 20 à 35 % la part d’énergie renouvelable dans son mix électrique d’ici 2025. Encore du chemin à parcourir pour Maurice et un défi à la fois institutionnel, car il implique un cadre réglementaire et une tarification adaptés, et technique puisqu’il fait aussi appel à une gestion intermittente du réseau électrique.

L’île de La Réunion, à travers la mise en œuvre de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), affiche quant à elle l’objectif de faire passer la part d’énergies renouvelables dans son mix électrique de 35 % aujourd’hui à 50 % en 2020. De bons résultats qui s’expliquent par le dynamisme des entreprises du secteur, dotées d’une expertise reconnue dans différentes filières.

Les institutions et opérateurs publics comme l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) , le Cirad et la SPL Énergies constituent également des acteurs clefs en termes d’expertise et de promotion des énergies renouvelables en milieu insulaire.


 
Un accord pour l’échange d’expertise France - Maurice

Ambitions communes, stratégies convergentes, les deux îles sœurs ont témoigné ces dernières années d’une volonté politique forte d’échange et de partage dans ce secteur.

Piloté par l’ ADEME et le ministère de l’Énergie et des Utilités publiques (MEPU) de Maurice, ce partenariat participera à intensifier les échanges dans le domaine de la bioélectricité et de l’agroéconomie pour une production énergétique plus durable.

Un partenariat qui s’inscrit dans la continuité d’un accord signé en 2011 entre les gouvernements mauricien et français sur la coopération régionale entre Maurice et La Réunion, qui avait été suivi d’un accord de coopération sur le développement durable et la maîtrise de l’énergie.

 

 

La signature de ce partenariat tripartite (MEPU - ADEME - AFD) a eu lieu le 23 mars 2017 à la préfecture de La Réunion, en présence d’Ivan Leslie Collendavelloo, Premier ministre adjoint et ministre de l’Énergie et des Utilités publiques de Maurice, du préfet de la Réunion, de l’ambassadeur de France, du directeur régional de l’ADEME Réunion-Mayotte et du directeur de l’AFD pour Maurice et les Seychelles.

 
L’AFD à Maurice : un engagement pérenne et moteur en faveur de la transition énergétique

L’AFD est historiquement positionnée et fortement impliquée depuis 1975 sur le secteur de l’énergie à Maurice, dans lequel elle a financé de nombreux projets structurants.

Les axes stratégiques de l’Agence ciblent :

  • l’appui à la planification énergétique nationale ;
  • le financement et la promotion de l’efficacité énergétique ;
  • le financement des investissements de renforcement du réseau de transport et distribution ainsi que les infrastructures de production énergies renouvelables.

Dans cette perspective, l’AFD soutient le partenariat entre le MEPU et l’ADEME à hauteur de 100 000 euros.


 
Un partenariat gagnant-gagnant à visée opérationnelle !

Concrètement, le projet consistera en l’organisation de deux séminaires de travail sur plusieurs jours, entre Maurice et la Réunion, portant sur la production de bioélectricité et le cadre de régulation d’une politique publique en faveur des énergies renouvelables en milieu insulaire.

Le partenariat verra aussi la tenue d’un study tour en France métropolitaine sur les thèmes du cadre de la régulation en faveur des énergies renouvelables et des réseaux intelligents (« smart grids »).

Ces moments de partage d’expériences mobiliseront les acteurs publics mais également privés du secteur de l’énergie à Maurice et en France. Ces actions seront portées par la direction régionale de l’ADEME Réunion-Mayotte, qui apportera son savoir-faire et sa connaissance des acteurs réunionnais.



Aménagement durable et équilibré de Saint-Paul : l'action continue

14/02/2017

Opérateur historique de l’aménagement de Saint-Paul depuis 1969, la Société d’équipement du département de La Réunion (SEDRE) va pouvoir, grâce à un financement de l’AFD, poursuivre deux opérations majeures pour le compte de la commune. À la clé : une croissance urbaine maîtrisée, équilibrée et durable.

Besoins de la population et des acteurs de terrain : vers un aménagement concerté

L’aménagement du territoire, l’habitat et le logement sont au cœur de l’intervention de l’AFD à La Réunion, aux côtés des collectivités territoriales et établissements publics.

Preuve du dynamisme de l’action de l’Agence, son partenariat renouvelé en 2016 avec la ville de Saint-Paul. L’objectif ? Accompagner le programme pluriannuel d’investissement de la commune, qui comprend le programme de renouvellement urbain (PRU) et la zone d’aménagement concerté (ZAC) de l’Eperon.


Prendre en compte les dynamiques de demain

Le programme de renouvellement urbain (PRU), dans lequel la ville est engagée depuis plusieurs années, entend promouvoir une ville durable et équilibrée qui prenne en compte les enjeux et les dynamiques socio-économiques et démographiques de demain. 

La mise en œuvre du PRU a été confiée à la SEDRE en 2004, dans le cadre d’une concession d’aménagement.

 

  Plan du Programme de renouvellement urbain de la ville de Saint-Paul 

Plan du programme de renouvellement urbain (PRU) de Saint-Paul (@SEDRE)

 

Soutenir la SEDRE, « assembleur de compétences et constructeur de ville »

Constructeur et bailleur social, conducteur d’opérations d’équipements publics et aménageur du territoire pour le compte des collectivités territoriales, la SEDRE bénéficie de deux prêts de long-terme de l’AFD pour un total de 25 millions d’euros.

Grâce à ce financement, l’opérateur poursuivra le programme de renouvellement urbain du centre-ville de Saint-Paul et le développement de la ZAC Eperon

Opération La Caroline sur le pôle Front de Mer

Opération de La Caroline sur le pôle Front de mer (@SEDRE)

 

 

Objectif bien-être pour les Saint-Paulois

La SEDRE assurera ainsi la mise en œuvre du PRU de Saint Paul jusqu’en 2024. 

Mot d’ordre : revitalisation du centre-ville ! Le programme verra ainsi la construction de 1500 nouveaux logements qui devront répondre :

  • à la diversité de la demande sur le secteur (logements sociaux, intermédiaires et libres) ;
  • à la résorption de l’habitat précaire ;
  • à l’aménagement du littoral ;
  • et à la valorisation du patrimoine culturel.

Plusieurs opérations notables ont déjà été mises en place dans la ville par la SEDRE comme :

  • la remise en état des voies et réseaux du centre-ville ;
  • la réalisation de la place du peuplement et du débarcadère ;
  • l’aménagement des sites vert et bleu du front de mer ;
  • ainsi que diverses études transversales qui servent de support à l’engagement d’actions opérationnelles. 

D’autres projets sont en cours : la restructuration de l’espace autour du marché forain, l’aménagement de l’entrée sud face au cimetière marin et la résorption de l’habitat précaire dans trois zones.

 

L’aménagement de la ZAC Eperon, un quartier à très fort potentiel

À 5 minutes du centre-ville, majoritairement habitée par une population très modeste et dotée à 80 % de logements sociaux, la ZAC de l’Eperon jouit d’une attractivité importante.

Portant sur un périmètre de 100 hectares, le projet a pour vocation première la résorption de l’habitat précaire et la création d’un véritable quartier pour toutes les catégories de population bénéficiant d’équipements, de commerces, de bureaux et de services.

Cette rénovation urbaine, dont la concession d’aménagement est confiée depuis 1992 à la SEDRE, a permis une véritable extension et rénovation urbaine du territoire comprenant :

  • une agence Pôle emploi ;
  • un institut médico-social d’accueil pour enfants handicapés ;
  • un pôle médical en projet ;
  • des terrains de sport ;
  • des espaces verts ;
  • un pôle tertiaire comprenant 3000 m² de bureaux ;
  • des équipements éducatifs (groupe scolaire et crèche) ;
  • et un village artisanal au cœur du quartier.

 

La SEDRE, qui assurait jusqu’alors le portage financier de la trésorerie de ces opérations, sollicite à présent des financements de l’AFD pour disposer de nouvelles ressources jusqu’en 2024 afin de finaliser les projets restants.



Urbanisme et aménagement du territoire | Escale à Maurice pour l’expertise réunionnaise

07/02/2017

Les 2 et 3 février, une délégation réunionnaise s’est rendue à Maurice à l’invitation de Landscope Mauritius Ltd, un nouvel établissement public amené à être l’artisan des grands travaux publics mauriciens. Une initiative collaborative signée AFD au titre de la coopération régionale.

 

Un soutien local au géant de l’aménagement du territoire à Maurice 

La coopération entre Landscope Mauritius et l’AFD s’est enclenchée puis consolidée très rapidement. Le géant mauricien de l’aménagement du territoire, né de la fusion de 7 entités en décembre 2016, se positionne comme un « aménageur d’espaces de vie, de travail et de loisirs ». 

Landscope Mauritius cumule les fonctions d’aménagement du territoire, d’observation des dynamiques territoriales et de gestion du foncier.

L’établissement mauricien a sollicité l’AFD à Maurice pour un appui technique et financier afin de répondre aux besoins de structuration de la nouvelle entité (fonctions, organigramme, moyens matériels et humains) et de se doter de méthodes prospectives et analytiques dans le mode-projet.

Deux missions ont été organisées à La Réunion pour le compte de Landscope Mauritius aux mois de décembre et janvier : au programme, des rencontres avec les acteurs incontournables de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme et la visite de projets emblématiques. 

 

Une coopération Réunion - Maurice mutuellement bénéfique
 
Le climat tropical, la récurrence de catastrophes naturelles comme les cyclones et inondations sont autant de problématiques communes aux deux îles sœurs, qui participent à l’émergence d’une coopération mutuellement bénéfique.
 
La Réunion peut se prévaloir de savoir-faire en matière d’architecture bioclimatique, de maîtrise de la dépense énergétique et de production électrique à base d’énergies renouvelables : autant d’atouts qui peuvent être valorisés à Maurice.
 
À l’inverse, La Réunion admire chez son voisin mauricien le pragmatisme, la libéralité des règles urbaines qui laisse respirer la créativité des bâtisseurs et la capacité à pouvoir collaborer avec diligence avec le secteur privé.
 
 
Des échanges fructueux pour des partenariats concrets 
 
Durant deux jours d’ateliers et de visites, de nombreux acteurs réunionnais ont partagé leurs expériences avec les nouvelles équipes de Landscope Mauritius. Parmi les experts de La Réunion, étaient présents :
Autre acteur présent, la Société dionysienne d’aménagement et de construction (SODIAC), société d’économie mixte locale, à la fois aménageur, constructeur, bailleur social et promoteur immobilier, qui a également pu livrer son point de vue sur un ensemble de projets phares qui seront portés sur les prochaines années par le nouvel établissement mauricien : 
  • la rénovation de la façade littorale de Port-Louis ;
  • la construction de la ville nouvelle d’Highlands ;
  • la régénération de la cybercité d’Ebène ;
  • le métro express.
 
Promouvoir l'expertise réunionnaise
 
À l’heure de la synthèse des deux journées d’ateliers, en présence du président du conseil d’administration de Landscope et des trois directeurs exécutifs, trois mots clefs sont ressortis : concertation, études, planification.
 
Trois pistes qui offrent des perspectives de partenariats concrets entre La Réunion et Maurice, que l’AFD aura à cœur d’accompagner dans un double objectif de promotion de l’expertise réunionnaise et de soutien aux politiques d’aménagement durable du territoire.
 
 
 


Numérique et développement : l’AFD partenaire du forum international de la transformation numérique

01/12/2016

Les 24 et 25 novembre s’est tenu le premier Forum international de la transformation numérique à La Réunion, rendez-vous incontournable pour échanger sur la transition numérique. Retour sur cette journée "digitale" soutenue par l’AFD !

Une participation active de l’AFD, engagée dans une transition numérique réfléchie 

Le Forum international de la transformation numérique (Forum NxSE), organisé à l’initiative de Digital Réunion, s'est tenu à La Réunion les 24 et 25 novembre et a rassemblé plus de 300 participants. Un rendez-vous à ne pas manquer pour les entreprises africaines et européennes !


Deux experts de l’AFD, Fabien Gicguelay, chef de projet numérique, et Manuel Léon, chef de projet financements structurés, ont participé à la table-ronde « Réseaux et infrastructures du numérique » pour présenter les activités de l’AFD sur le secteur du numérique dans ses zones d'intervention. Ils ont notamment évoqué l’engagement de l’AFD dans l’Outre-mer à travers le financement du raccordement de Wallis et Futuna à un câble numérique régional reliant Samoa à Fidji.
 

Fabien Gicguelay a aussi participé à la table-ronde « Startups et innovations : du côté des incubateurs ». L’AFD finance en effet cette année le concours de startups Digital Africa en partenariat avec Bpifrance pour récompenser les meilleures innovations pour le développement durable sur le continent africain, encourager et soutenir les nouveaux acteurs de l’économie numérique.

 


L’AFD, futur bailleur du numérique pour des économies plus durables


L’AFD est engagée dans la conception d’une stratégie numérique transversale pour répondre à la fois à son mandat de lutte contre la pauvreté et de lutte contre le changement climatique.

Aujourd’hui, 5 milliards de personnes utilisent un téléphone portable et 3,5 milliards utilisent internet. Toutefois ces chiffres masquent des disparités, l’accessibilité étant la première d’entre elles : 400 millions de personnes sont hors réseaux, 2 milliards n’ont pas de téléphone portable, 4 milliards n’ont pas d’accès à Internet.
 

Inégalités numériques Nord/Sud 

Les inégalités numériques sont particulièrement frappantes entre pays du Nord et pays du Sud.
 
Pour les réduire, l’Agence s’engage :
 
 
Quelles perspectives pour La Réunion ?

 

À terme, le développement du numérique permettra :

  • de soutenir l’économie réunionnaise ;
  • d’améliorer la fluidité des circuits d’informations ;
  • et d'offrir des opportunités pour imaginer des solutions de développement durable (réduction carbone, maîtrise énergétique etc.).

En ce sens, la participation de l’AFD au Forum NxSE contribue à faire connaître ses engagements, ses activités et à diffuser les solutions mobilisables pour accompagner une transition numérique réfléchie.



70 ans de départementalisation de La Réunion : quels enseignements pour l’avenir ?

21/11/2016

Les 70 ans de la départementalisation ont fait l’objet d’un colloque organisé les 5 et 6 octobre derniers. L’occasion de dresser le bilan et de questionner une trajectoire institutionnelle de plus d’un demi-siècle afin de dessiner le visage de La Réunion de demain.
 

Un peu d’histoire...

C’est le 19 mars 1946 que La Réunion ainsi que la Martinique, la Guyane et la Guadeloupe deviennent des départements d’outre-mer (DOM). Un changement de statut qui officialise la fin des colonies et une étape majeure dans l’évolution de ces territoires.

À l’époque, la départementalisation apparaît comme une avancée et comme la garantie de l’égalité civile, juridique, économique et sociale entre ces territoires et la France métropolitaine. 

En 70 ans, société et économie réunionnaises ont connu de nombreux changements.

 

70 ans plus tard, quel bilan institutionnel, humain et économique ?
 
À l’occasion des 70 ans de la départementalisation de La Réunion, un colloque a été organisé par le Conseil départemental de La Réunion, avec le soutien du Centre d’économie et de management de l’Océan indien (CEMOI), de l’AFD et de plusieurs organismes publics (CESER, IEDOM, INSEE).
 
Objectif : dresser le bilan de ce 70ème anniversaire de La Réunion devenue département et en tirer des enseignements pour l’avenir.
 
Au programme de ces deux journées, quatre ateliers qui ont permis d’aborder les principales mutations institutionnelles connues par le département de La Réunion depuis 1946 et de passer en revue les défis de l’économie réunionnaise : formation professionnelle, recherche scientifique, diversification et exportation des savoir-faire.
 
Consacré à la réflexion sur le modèle de développement économique de La Réunion, le dernier atelier a été marqué par une forte implication de l’AFD.
 
Deux des ateliers ont permis de réflechir aux solutions durables que pourrait emprunter le modèle économique réunionnais à l'avenir. Ces ateliers ont été modérés par Françoise Rivière, économiste à l’AFD en charge de la division Recherche et Développement, et Stéphane Foucault, directeur de l’agence de La Réunion.
 
 
Penser le modèle économique de La Réunion de demain 
 
En raison de son économie tertiaire, les activités de services à haute valeur ajoutée à La Réunion présentent un intérêt fort à être exportées dans sa géographie de proximité. 
 
C’est le cas des filières du numérique, de la production énergétique, de l’agriculture tropicale ou encore de l’éco-architecture
 
L’autosuffisance alimentaire, la concentration sur des marchés de niche comme les produits haut de gamme (épices, rhum) destinés à l’exportation et l’éco-tourisme sont apparues comme autant de pistes à explorer. 
 
Ces activités pourraient constituer des relais de croissance, substituables aux transferts de fonds publics massifs qui ont constitué le premier moteur de développement de l’économie réunionnaise.
 
 


 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus