COP21: L'exposition #60Solutions face au changement climatique à La Réunion en 2015

À la une

photo-cirque-mafate

Quels sont les axes de l'intervention de l'AFD à La Réunion ?

 

 

En savoir plus

Activité
technifroid-soleil

L'AFD accompagne les entreprises réunionnaises à tous les stades de leur développement grâce à une palette d'outils diversifiés en propre ou pour le compte de Bpifrance.

 

 

En savoir plus

Secteur privé
hopital-CHD

Dans le secteur de la santé, l'AFD contribue à améliorer l'offre de soin et soutient les investissements pour l'amélioration des équipements

 

 

En savoir plus

Santé

Actualités

Numérique et développement : l’AFD partenaire du forum international de la transformation numérique

01/12/2016

Les 24 et 25 novembre s’est tenu le premier Forum international de la transformation numérique à La Réunion, rendez-vous incontournable pour échanger sur la transition numérique. Retour sur cette journée "digitale" soutenue par l’AFD !

Une participation active de l’AFD, engagée dans une transition numérique réfléchie 

Le Forum international de la transformation numérique (Forum NxSE), organisé à l’initiative de Digital Réunion, s'est tenu à La Réunion les 24 et 25 novembre et a rassemblé plus de 300 participants. Un rendez-vous à ne pas manquer pour les entreprises africaines et européennes !


Deux experts de l’AFD, Fabien Gicguelay, chef de projet numérique, et Manuel Léon, chef de projet financements structurés, ont participé à la table-ronde « Réseaux et infrastructures du numérique » pour présenter les activités de l’AFD sur le secteur du numérique dans ses zones d'intervention. Ils ont notamment évoqué l’engagement de l’AFD dans l’Outre-mer à travers le financement du raccordement de Wallis et Futuna à un câble numérique régional reliant Samoa à Fidji.
 

Fabien Gicguelay a aussi participé à la table-ronde « Startups et innovations : du côté des incubateurs ». L’AFD finance en effet cette année le concours de startups Digital Africa en partenariat avec Bpifrance pour récompenser les meilleures innovations pour le développement durable sur le continent africain, encourager et soutenir les nouveaux acteurs de l’économie numérique.

 


L’AFD, futur bailleur du numérique pour des économies plus durables


L’AFD est engagée dans la conception d’une stratégie numérique transversale pour répondre à la fois à son mandat de lutte contre la pauvreté et de lutte contre le changement climatique.

Aujourd’hui, 5 milliards de personnes utilisent un téléphone portable et 3,5 milliards utilisent internet. Toutefois ces chiffres masquent des disparités, l’accessibilité étant la première d’entre elles : 400 millions de personnes sont hors réseaux, 2 milliards n’ont pas de téléphone portable, 4 milliards n’ont pas d’accès à Internet.
 

Inégalités numériques Nord/Sud 

Les inégalités numériques sont particulièrement frappantes entre pays du Nord et pays du Sud.
 
Pour les réduire, l’Agence s’engage :
 
 
Quelles perspectives pour La Réunion ?

 

À terme, le développement du numérique permettra :

  • de soutenir l’économie réunionnaise ;
  • d’améliorer la fluidité des circuits d’informations ;
  • et d'offrir des opportunités pour imaginer des solutions de développement durable (réduction carbone, maîtrise énergétique etc.).

En ce sens, la participation de l’AFD au Forum NxSE contribue à faire connaître ses engagements, ses activités et à diffuser les solutions mobilisables pour accompagner une transition numérique réfléchie.



70 ans de départementalisation de La Réunion : quels enseignements pour l’avenir ?

21/11/2016

Les 70 ans de la départementalisation ont fait l’objet d’un colloque organisé les 5 et 6 octobre derniers. L’occasion de dresser le bilan et de questionner une trajectoire institutionnelle de plus d’un demi-siècle afin de dessiner le visage de La Réunion de demain.
 

Un peu d’histoire...

C’est le 19 mars 1946 que La Réunion ainsi que la Martinique, la Guyane et la Guadeloupe deviennent des départements d’outre-mer (DOM). Un changement de statut qui officialise la fin des colonies et une étape majeure dans l’évolution de ces territoires.

À l’époque, la départementalisation apparaît comme une avancée et comme la garantie de l’égalité civile, juridique, économique et sociale entre ces territoires et la France métropolitaine. 

En 70 ans, société et économie réunionnaises ont connu de nombreux changements.

 

70 ans plus tard, quel bilan institutionnel, humain et économique ?
 
À l’occasion des 70 ans de la départementalisation de La Réunion, un colloque a été organisé par le Conseil départemental de La Réunion, avec le soutien du Centre d’économie et de management de l’Océan indien (CEMOI), de l’AFD et de plusieurs organismes publics (CESER, IEDOM, INSEE).
 
Objectif : dresser le bilan de ce 70ème anniversaire de La Réunion devenue département et en tirer des enseignements pour l’avenir.
 
Au programme de ces deux journées, quatre ateliers qui ont permis d’aborder les principales mutations institutionnelles connues par le département de La Réunion depuis 1946 et de passer en revue les défis de l’économie réunionnaise : formation professionnelle, recherche scientifique, diversification et exportation des savoir-faire.
 
Consacré à la réflexion sur le modèle de développement économique de La Réunion, le dernier atelier a été marqué par une forte implication de l’AFD.
 
Deux des ateliers ont permis de réflechir aux solutions durables que pourrait emprunter le modèle économique réunionnais à l'avenir. Ces ateliers ont été modérés par Françoise Rivière, économiste à l’AFD en charge de la division Recherche et Développement, et Stéphane Foucault, directeur de l’agence de La Réunion.
 
 
Penser le modèle économique de La Réunion de demain 
 
En raison de son économie tertiaire, les activités de services à haute valeur ajoutée à La Réunion présentent un intérêt fort à être exportées dans sa géographie de proximité. 
 
C’est le cas des filières du numérique, de la production énergétique, de l’agriculture tropicale ou encore de l’éco-architecture
 
L’autosuffisance alimentaire, la concentration sur des marchés de niche comme les produits haut de gamme (épices, rhum) destinés à l’exportation et l’éco-tourisme sont apparues comme autant de pistes à explorer. 
 
Ces activités pourraient constituer des relais de croissance, substituables aux transferts de fonds publics massifs qui ont constitué le premier moteur de développement de l’économie réunionnaise.
 
 


L’AFD et la compagnie Air Austral partenaires pour un transport aérien plus durable

07/11/2016

Premier soutien de l’AFD à la compagnie Air Austral pour l’achat d’un aéronef exclusivement dédié à la desserte régionale de La Réunion avec Mayotte et Bangkok. À la clé : une meilleure insertion régionale de l’île et une baisse de l’empreinte carbone de la compagnie.

Favoriser l’insertion régionale de La Réunion

Au mois d'octobre 2016, Air Austral a finalisé l’acquisition de son second Boeing 787-800. D’un montant total de 98 millions d’euros, cet achat est une opération majeure pour la compagnie réunionnaise.

Le prêt de 30 millions d’euros de l’AFD à la compagnie permet de soutenir un transporteur aérien français local, dont la stratégie de croissance bénéficiera au développement économique de La Réunion et contribuera à sa stratégie d'insertion régionale dans sa géographie de proximité.

 

Objectif développement durable en Outre-mer

Plus économique en carburant, ce nouvel avion vient remplacer un appareil ancien inadapté aux objectifs de croissance durable au cœur de la stratégie de développement d’Air Austral. 

Le financement de ce nouvel appareil reflète ainsi l’ambition que s’est fixée l’AFD de soutenir avec volontarisme l’émergence de modèles de développement durable dans les Outre-mer.

 


Une nouvelle centrale innovante au bioéthanol à Saint-Pierre

28/10/2016

L’AFD soutient la construction d’une centrale de production de bioéthanol à Saint-Pierre, une étape de plus dans la transition énergétique du territoire. La Réunion entend en effet porter à 50 % la part d’énergies renouvelables dans son mix énergétique d’ici à 2020.  

Objectif 50 % d’énergies renouvelables en 2020

L’AFD soutient le groupe Albioma à travers un prêt de 20 millions d’euros pour financer la construction d’une centrale de production de bioéthanol à Saint-Pierre. 

Ce projet marque un pas vers la transition énergétique du territoire et appuiera La Réunion dans son objectif de porter de 35 % à 50 % la part d’énergies renouvelables dans son mix énergétique d’ici à 2020.  

 

La première centrale à fonctionner essentiellement à partir de bioéthanol

Grâce à une turbine de 40 MW, la centrale de Saint-Pierre sera la première installation française de pointe à fonctionner essentiellement à partir d’éthanol issu de la distillation de mélasses de canne à sucre.  

Les moyens de pointe comme ceux de Saint-Pierre permettent de fournir de l’énergie lors des pics de consommation et lors des chutes de production du photovoltaïque et de l’éolien. 

Cette centrale va de plus permettre la valorisation des mélasses excédentaires de la Réunion et de Maurice. 

 

Un partenariat durable entre le groupe Albioma et l’AFD dans les Outre-Mer 

Fort d’une expérience de 25 ans dans le secteur des centrales de cogénération à combustion mixte bagasse-charbon, le groupe Albioma a initié plusieurs projets d’envergure depuis les années 1990, notamment à La Réunion, en Guadeloupe et à Maurice. 

En Martinique, l’AFD soutient l’implantation de la centrale de bioéthanol « Galion 2 » sur un contrat de prêt à long terme, permettant de couvrir une partie des investissements initiaux. Galion 2 portera la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique martiniquais de 7 à 22 %.

 



Partenariat pour le financement de la ville de Saint-Paul

03/10/2016

L’AFD renouvelle son appui à la ville de Saint-Paul à travers un nouvel accord de partenariat signé le 3 octobre. À la clé : le financement du programme pluriannuel d’investissement de la commune réunionnaise.

Soutenir le développement économique et social de Saint-Paul

La commune a souhaité à nouveau associer l’AFD dans la mise en œuvre de son Plan pluriannuel d’investissements (PPI) sur la période 2016-2020. D’ici 2020, c’est ainsi plus de 220 millions d’euros que la ville de Saint-Paul investira pour le développement de son territoire, en particulier en matière d’aménagement, d’environnement, d’éducation et d’infrastructures locales.

Établi sur une base pluriannuelle, ce partenariat a une visée sécurisante pour les élus et les directions financières, dans un contexte de financement contraint des collectivités.

L’AFD pourra ainsi financer jusqu'à 60 % du besoin d'emprunt de Saint-Paul pour mener à bien ses opérations d'investissements, en plus d'appuis techniques ponctuels à la demande de la commune.

Dans le cadre de cet accord, la commune bénéficiera dès cette année d’un financement de 9 millions d’euros.

 

Stéphane Foucault, directeur de l'AFD et Joseph Sinimalé, maire de Saint-Paul © AFD

 

La démarche de partenariat de l’AFD avec les communes réunionnaises

La commune de Saint-Paul est la première collectivité réunionnaise à renouveler cette forme de partenariat privilégié avec l’AFD, après une première génération d’accords-cadres de ce type signé entre 2011 et 2012 avec huit collectivités locales réunionnaises.

L’objectif de ces accords : formaliser un accompagnement financier auprès de ces collectivités, en plus d’un appui technique dans le suivi de la mise en œuvre de leurs plans pluriannuels d’investissements.  

L’Agence a engagé la renégociation de ces accords de partenariat, qui arrivent aujourd’hui à échéance.



Quel partenariat pour l’adaptation au changement climatique dans l’océan Indien ?

22/09/2016

L’AFD a inauguré le 22 septembre à Maurice un séminaire régional sur les réponses apportées en matière d’adaptation au changement climatique à La Réunion et dans l’île sœur. Enjeux : faire émerger des collaborations régionales et valoriser l’expertise ultramarine.

Un secteur crucial pour l’avenir des îles

Élévation du niveau de la mer, augmentation de l’intensité des phénomènes météorologiques extrêmes, érosion du littoral, submersion, blanchiment des coraux... dans les petits territoires insulaires, le changement climatique est une réalité de terrain qu’il faut aborder en anticipant les risques et en mutualisant les bonnes pratiques.

 

Des pistes de partenariat à explorer

La Réunion est dotée de compétences de haut niveau pour la réponse au changement climatique. Elle dispose d’un fort potentiel de déploiement de ses outils dans l’espace régional. 

L’Île Maurice, quant à elle, s’est récemment munie d’un comité de coordination interministériel logée au ministère de l’Environnement afin de concrétiser le plan d’action de sa contribution nationale présenté à la COP21 (Contribution prévue déterminée au niveau national - CPDN ou INDC en anglais).

Une douzaine d’institutions réunionnaises se sont déplacées pour cet échange de deux jours. Afin d’explorer et de développer les pistes de partenariats institutionnels et techniques, les acteurs mauriciens et réunionnais échangeront dans le cadre de quatre sessions sur les enjeux clés liés à :

  • la prévention et la réduction des risques de catastrophes ;
  • l’aménagement des territoires ;
  • la ressource en eau et ses usages,
  • la gestion intégrée des zones marines et côtières.

 

  

Cérémonie d'ouverture le 22 septembre  © AFD

 

Un programme pionnier de l'AFD en préparation

Par ailleurs, l’AFD souhaite accompagner le gouvernement mauricien dans la mise en œuvre de sa contribution pour la lutte contre le changement climatique. L’Agence identifie actuellement un programme pionnier en matière d’adaptation au changement climatique avec les autorités mauriciennes.

Il aura pour objectifs : 

  • le renforcement de la prévention des sécheresses ; 
  • la mise en œuvre d’une démarche de gestion intégrée des inondations ; 
  • et l’amélioration de la connaissance hydrologique et météorologique (hydromet). 

Les échanges du séminaire permettront ainsi d’adapter ce futur programme en fonction des pistes identifiées et d’établir une articulation avec les projets déjà en cours.


Expérience française et changement climatique

L’expérience française sur les politiques d’adaptation au changement climatique a également été partagée, grâce à la participation de l’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique (ONERC), l’organisme institutionnel de référence représentant le point focal du Groupe d’experts inter-gouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) pour la France.

Le séminaire s'est tenu à l’Hôtel Intercontinental Mauritius Resort, en présence du ministre de l'Environnement, du Développement Durable et de la Gestion des catastrophes naturelles de la République de Maurice et du représentant de l’ambassade de France.

 

Montée des eaux à Maurice © Thomas Corbin

 

Les acteurs réunionnais ayant participé à ce séminaire sont issus des administrations locales de l’État, des institutions publiques et des organisations suivantes :

  • l’État-Major de zone et de protection civile de l’océan Indien (EMZPCOI) ;
  • la direction de l’Environnement et de l’Aménagement et du Logement (DEAL) ;
  • Météo France ;
  • l’Agence d’urbanisme de La Réunion (AGORAH),
  • la Région Réunion via la station de surveillance de l’environnement assistée par satellite pour l’Océan Indien (SEAS-OI),
  • le Service départemental d’incendie et de secours de La Réunion (SDIS),
  • l’Office de l’eau de La Réunion,
  • le Bureau de recherche géologiques et minières (BRGM),
  • le Grand port maritime de La Réunion (GPMLR),
  • le Conseil d’architecture, d’urbanisme et d’environnement de La Réunion (CAUE),
  • la Plateforme d’intervention régionale de l’océan Indien (PIROI) de la Croix-Rouge française.


 

 

 

 



 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus