Contact Presse

Communiqués

Un deuxième C2D pour améliorer l'offre de santé et réduire la mortalité maternelle et infantile en Côte d'Ivoire

15/06/2016

L'AFD et l'État de Côte d'Ivoire ont signé aujourd'hui une convention d'affectation du Programme de Renforcement du Système de Santé dans le cadre du Contrat de Désendettement et de Développement (C2D). Ce programme permettra d'améliorer la santé des populations et de réduire la mortalité maternelle, néonatale et infantile.

Le programme vise à :

  • améliorer l’accessibilité de la population ivoirienne à des services de santé de qualité,
  • atteindre l’objectif commun de réduction de la mortalité maternelle et infantile et de la malnutrition,
  • améliorer la chaîne d’approvisionnement en produits pharmaceutiques et intrants stratégiques ainsi que les performances du système pharmaceutique.

Il est financé sur les ressources du Contrat de Désendettement et de Développement et porte sur un montant total de 44,6 milliards de FCFA, soit environ 68 millions d'euros.

La convention a été signée par Daniel Kablan Duncan, Chef du Gouvernement ivoirien et Rémy Rioux, Directeur général de l'AFD, à l'occasion de sa première visite officielle en Côte d'Ivoire depuis sa prise de fonction le 2 juin 2016.
 

► En savoir plus sur le programme

► En savoir plus sur le C2D

► Découvrir les projets emblématiques de l'AFD en Côte d'Ivoire



Cinquième édition du Prix Photo de l’AFD : appel à candidatures ouvert du 14 juin au 2 novembre 2016

14/06/2016

À partir d’aujourd’hui et jusqu’au 2 novembre prochain, les candidatures sont ouvertes pour la 5ème édition du Prix Photo de l’AFD. Ce prix est l’occasion de soutenir le travail de photographes professionnels engagés et de mettre en vue les enjeux du développement des pays du Sud. 

Lire le communiqué
En savoir plus sur le Prix


 



L'AFD financera l'investissement agricole au Sénégal à hauteur de 10 milliards de FCFA (15 millions d’euros)

13/06/2016

L'AFD et l'État du Sénégal signent ce lundi 13 juin une convention de financement relative à une ligne de crédit dédiée au financement de l'investissement agricole au Sénégal. Le projet ainsi financé a pour finalité de contribuer à lever deux des principaux freins au développement de l’agriculture sénégalaise : l’accès au financement long-terme et l’insuffisance des équipements.

Ce prêt concessionnel* d’un montant global de 15 millions d’euros - soit environ 10 milliards de FCFA -, accordé par l’AFD à l’État du Sénégal, sera intégralement rétrocédé à la Caisse Nationale du Crédit Agricole (CNCAS) et affecté au financement de l’investissement agricole, en particulier dans les exploitations familiales. Il est complété par une subvention de 300 000 € pour appuyer la CNCAS notamment sur les aspects environnementaux et sociaux du projet.

Le projet appuiera la réalisation d’investissements permettant la modernisation, la diversification et l’extension des activités des exploitations agricoles et des organisations professionnelles, dans des filières agricoles à fort potentiel. Plus spécifiquement, il visera à :

  • Augmenter les superficies aménagées et la production, notamment céréalière.
  • Améliorer la compétitivité des filières agricoles.
  • Faciliter l’insertion des jeunes et des femmes dans l’agriculture, notamment dans la commercialisation et la transformation des produits agricoles.

La convention de financement a été signée par Monsieur Amadou Ba, Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan du Sénégal et Monsieur Rémy Rioux, Directeur général de l’AFD, en présence de Monsieur Papa Abdoulaye Seck, Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural et de Monsieur Malick Ndiaye, Directeur Général de la Caisse Nationale du Crédit Agricole du Sénégal.

Au cours de sa première visite au Sénégal depuis sa prise de fonction le 2 juin dernier, Rémy Rioux a pu mesurer sur le terrain, certaines des réalisations emblématiques financées par l’AFD au Sénégal. Il a parcouru l’autoroute à péage Dakar-Diamniadio, mise en service en août 2013, à laquelle l’AFD a contribué à hauteur de 40 milliards FCFA (60 millions d’euros). Il s'est également rendu dans le quartier de Pikine Irrégulier Sud, bénéficiaire d’un projet de restructuration urbaine et d’appui à la lutte contre les inondations financé par l’AFD à hauteur de 32 milliards de FCFA (50 millions d’euros), corollaire au programme autoroutier.

La contribution de l’AFD au Plan Sénégal Émergent PSE devrait dépasser 400 milliards de FCFA - soit 600 millions d'euros - sur la période 2014-2017.


* Un prêt est dit concessionnel lorsqu l'AFD en bonifie les conditions financières. La bonification d'un prêt est possible lorsque le projet sous-jacent présente un caractère additionnel (« l’opération permet-elle d’aller plus loin que les pratiques courantes ou que la réglementation nationale dans le domaine concerné ? »).  La bonification, qui correspond alors au différentiel de taux entre un prêt au taux du marché et un prêt concessionnel, est alors apportée par le gouvernement français.



Un premier MOOC en partenariat avec la Banque Mondiale : les partenariats public-privé efficaces

07/06/2016

L’AFD s’est associée à la Banque Mondiale pour produire son premier MOOC (Massive Online Open Course), un cours en ligne ouvert à tous. Consacré à la thématique des Partenariats Publics Privés (PPP) et inspiré de la version anglophone lancée par la Banque Mondiale en 2015, ce nouveau cours en ligne vise un public francophone. Vous aussi, inscrivez-vous !

Les partenariats public-privé n'auront plus de secret pour vous

Le développement d’un MOOC sur la problématique des PPP vise à apporter des éléments d’information sur les montages juridiques et financiers susceptibles de combler les besoins en infrastructures et services publics de nombreux pays en développement. Ce MOOC permettra de sensibiliser les acteurs institutionnels, les partenaires techniques, les collectivités et la société civile aux avantages, risques et particularités de ce type de montage.

Le MOOC, instrument de diffusion de la connaissance à large spectre et produit d’appel pour diffuser l’expertise française

D’une durée de 4 semaines (4 à 6 h/semaine), ce MOOC n’ est pas tant destiné à former des spécialistes qu’à s’inscrire dans les actions de renforcement de capacités telles que l’ Initiative France-Banque mondiale pour la promotion des PPP en zone franc. Les entreprises françaises ont développé depuis de nombreuses années une expertise en matière de PPP leur ayant permis d’être favorablement positionnées sur le marché dans un certain nombre de domaines comme celui des services urbains. Au travers de la diversification des modèles proposés (issus du droit civil et du droit anglo-saxon), ce MOOC participera également de l’influence économique et confortera le positionnement des acteurs français sur des segments de marché, notamment dans le secteur des services urbains.

Porté par le Cefeb avec le soutien des équipes de l'équipe des Financements structurés et du département Afrique, le partenariat permettra à l’AFD de disposer librement des outils pédagogiques produits (vidéos, cours scénarisés, quizz). De quoi enrichir l’offre de formation du Cefeb en combinant, au sein des mêmes programmes, activités présentielles et à distance (blended learning). La première session débutera le 13 juin. N’hésitez pas à relayer cette information auprès de vos partenaires et les inciter à s’y inscrire à leur tour !

Retrouvez la tribune de Lionel Yondo, du département Afrique, Dominique Hautbergue, du Cefeb et Anne Gautier, des Financements structurés, sur le site Idées pour le développement : " Les PPP ne sont pas une fin en soi, mais un outil au service d’un projet d’intérêt public ".



Coup d'envoi pour la première centrale solaire du Salvador : un partenariat entre le groupe AFD et la Banque Interaméricaine de Développement

02/06/2016

Répondant à des enjeux d'accès à l'électricité, de développement local et d'indépendance énergétique, ce projet marque une étape majeure dans la transition énergétique du pays. Il associe les savoir-faire de constructeurs français et espagnol. L’accord de prêt a été conclu en présence de Rémy Rioux, directeur général de l’AFD, et de Luis Alberto Morenodu, directeur général de la BID.

   

Rémy Rioux, directeur général de l’AFD et Luis Alberto Moreno, directeur général de la BID.
 

Proparco, représenté par Grégory Clemente, directeur général et l’Inter-American Investment Corporation ( ICC ), représentée par James Scriven, son directeur général, ont signé ce jour une convention en faveur de la construction et l’exploitation d’une centrale solaire photovoltaïque au Salvador.

L’accord de prêt d’un montant de 30 M$ en faveur de la joint-venture Providencia Solar a été conclu en présence de Rémy Rioux, directeur général de l’AFD, et de Luis Alberto Morenodu, directeur général de la BID . Ce projet associe le savoir-faire du français Neoen et du constructeur espagnol TSK . Il permettra de développer l'offre locale d'électricité à coût compétitif tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre.

Un projet solaire d’envergure

Avec une capacité totale de 100 MWp, la nouvelle centrale Providencia Solar fournira en électricité l’équivalent de la consommation annuelle de 176 000 habitants . Elle sera composée de deux sous-centrales : Antares, une centrale de 75 MWp et Spica, une centrale de 25 MWp. Sa mise en service est prévue pour mai 2017. 
Le coût total de ce projet est évalué à 150 M$ – financé à hauteur de 30 M$ par Proparco, dont 12 M$ de sous-participation de l’AFD, de 57,7 M$ par la Banque Interaméricaine de Développement (BID) et de 30 MUSD par le Canadian Climate Fund syndiqués par la BID.

 

 

Développement de l’expertise française à l’international

Neoen est une jeune société française, créée en 2008, avec une expertise technologique reconnue dans les solutions énergétiques renouvelables. Elle est principalement présente en France dans le solaire et l’éolien. La société a récemment développé le plus grand parc photovoltaïque d’Europe situé à Cestas en Gironde (300 MW).
Le financement de Proparco permettra de soutenir l’entreprise dans son développement à l’international.

 

Structuration d’une nouvelle filière au Salvador

Il s’agit de la première centrale solaire du Salvador. Elle permettra de diversifier le mix énergétique du pays, encore très dépendant des énergies fossiles (49 %). On estime que l'énergie solaire produite viendra remplacer l’équivalent de 163 800 MWh d’énergie thermique par an tout en évitant les émissions de gaz à effet de serre à hauteur de 39 800 tonnes de CO2 par an.
Ce projet marque une étape majeure dans la transition énergétique du pays. Il permettra de faire rentrer une nouvelle technologie sur le territoire et de structurer la filière solaire en vue du développement de nouveaux projets (+150 MW supplémentaires prévus d'ici à 2017). Il s’inscrit dans la volonté du gouvernement salvadorien de produire une énergie propre et contribuera au transfert de savoir-faire dans un secteur à fort potentiel au Salvador. L’initiative préparera par ailleurs les autorités publiques du secteur des énergies renouvelables à la négociation avec des opérateurs privés.

Un soutien au développement local

La centrale solaire, située dans le département de La Paz à 40 kilomètres de la capitale, participera au développement économique et social du Salvador en améliorant l’accès de la population à l’électricité. Par ailleurs, les communautés environnantes de la centrale bénéficieront d’importantes retombées sociales. En effet, 3% des revenus de la centrale Antares seront investis dans des projets de développement local.



La Commission européenne et les institutions de financement du développement des États membres resserrent leur coopération pour s’atteler aux nouveaux défis du développement durable

30/05/2016

Bruxelles, 25 mai 2016 – La Commission européenne, représentée par le Commissaire au Développement, les DG DEVCO et NEAR, et les institutions nationales de financement du développement des États membres - l’Agence Française de Développement (AFD) (France), la KfW Bankengruppe (KfW) (Allemagne), la Cassa Depositi e Prestiti (CDP) (Italie) et l’Agencia Española de Cooperación Internacional para el Desarollo (AECID) (Espagne) - sont convenues aujourd’hui de renforcer leur coopération, leur coordination et leur dialogue sur les politiques de financement et les investissements.

Pour les acteurs du développement concernés, il s’agit de faciliter le financement et la mise en œuvre du nouveau cadre international pour le développement durable et l’action climatique adopté par les Nations Unies en 2015 à New York, Paris et Addis-Abeba. Relance de la croissance, promotion du développement socioéconomique, égalité hommes-femmes et stabilité politique font partie de leurs objectifs à l’échelle internationale comme dans le voisinage européen.

Ce cadre informel de coopération est ouvert à toute institution nationale de financement du développement d’un État membre de l’UE désireuse de prendre une part encore plus active aux facilités de mixage prêts-dons de l’UE en faveur du développement.

Cette coopération a pour finalité de renforcer l’impact des travaux de chaque institution mais également de soutenir plus efficacement les efforts de développement des pays partenaires grâce à la mobilisation de flux financiers publics et privés et à l’obtention, ce faisant, de résultats plus tangibles autour de priorités communes essentielles. Cette consolidation portera en particulier sur les points suivants :

  • lancer à titre pilote des initiatives novatrices et à fort impact, à l’instar des prêts programmes et des prêts budgétaires en faveur des réformes pour étayer les investissements par des politiques solides et une bonne gouvernance ; engager des projets phares à haute visibilité et fort impact ; et envisager de nouveaux secteurs et thématiques pour des projets conjoints ;
  • garantir l’efficacité des pratiques de la coopération financière et constituer de nouvelles alliances, notamment avec les banques nationales et régionales de développement et avec les autorités locales ;
  • innover en matière de partage des risques ;
  • donner des impulsions à la finance climat: favoriser la mise en œuvre des « contributions déterminées au niveau national » élaborées en vue de l’Accord de Paris adopté pendant la COP21, multiplier et renforcer la pertinence des projets en lien avec le changement climatique dans les facilités régionales d’investissement de l’UE et promouvoir le rôle et la visibilité des contributions européennes dans l’architecture internationale du financement climatique ;
  • mobiliser le secteur privé grâce à des solutions de financement levant les obstacles à sa participation ;
  • améliorer la communication et la visibilité.

Dans un souci de coordination de ces actions prioritaires, les institutions partenaires engageront un dialogue structuré qui s’articulera autour de réunions de haut niveau et d’échanges techniques pour permettre le partage d’expertises et d’expériences à l’échelon opérationnel.

Pour Neven Mimica, Commissaire européen à la Coopération internationale et au développement, «mettre en œuvre la nouvelle vision de développement global durable et relever avec succès les causes profondes de la migration irrégulière nécessitent des efforts internationaux renforcés, y compris une implication plus forte des investissements privés. Les banques nationales de développement joueront ainsi un rôle important dans ces efforts. De ce fait, je suis ravi qu’à travers la réunion d’aujourd’hui nous convenons d’un cadre de coopération renforcée qui nous permettra d'apprendre les uns des autres et de renforcer notre coopération stratégique. »

Norbert Kloppenburg, membre du Conseil d’administration de la KfW, a indiqué « [accueillir] avec satisfaction ce partenariat qui offre un cadre solide permettant à l’UE et aux financiers du développement des États membres d’étudier des solutions inédites et efficaces pour mobiliser le secteur privé et réunir un niveau suffisant de financement du développement et de la lutte contre le changement climatique. C’est là un objectif conforme à notre programme commun au service du développement. »

« Le partenariat avec la Commission européenne et les institutions sœurs européennes est au cœur de la stratégie de coopération de l’AFD », a renchéri Philippe Orliange, Directeur de la Stratégie, des Partenariats et de la Communication de l’AFD. « Grâce à ce partenariat qui est axé sur les instruments de mixage prêts-dons élaborés collectivement et aux liens que nous tissons avec les banques régionales et nationales de développement d’autres pays, nous sommes en position de faire avancer le financement du développement et de l’action pour le climat. »

Cristina Juarranz, Directrice pour la Coopération multilatérale, horizontale et financière à l’AECID, a rappelé que « des services financiers de qualité à un prix raisonnable font partie des facteurs jugés essentiels pour favoriser le développement et améliorer le bien-être des familles. Il reste encore beaucoup à faire et la coopération au développement doit continuer à jouer un rôle central à cet égard, en défendant l’accès de tous à des services financiers de qualité adaptés à leurs besoins et à un prix abordable. »

Bernardo Bini Smaghi, Directeur du développement des entreprises en charge des initiatives de développement de la CDP, a affirmé que « [son institution envisageait] avec beaucoup d’intérêt ce partenariat, qui intervient à un moment particulièrement propice, puisque le rôle du groupe CDP en tant qu’institution officielle de financement de la coopération au développement vient d’être juridiquement confirmé. Grâce à ce partenariat, nous pourrons partager nos expériences et nos connaissances avec la Commission et les autres institutions de financement mais également discuter de questions essentielles, comme la migration et le secteur privé, afin de trouver de nouvelles solutions de financement — dans le cadre des mécanismes de financement mixte — mieux adaptées aux défis qui nous attendent. »

 

Contacts pour les médias :
AFD : Magali Mévellec – Téléphone : + 33637392607 – Adresse électronique : mevellecm@afd.fr
AECID : Ruben Lopez Pulido – Téléphone : +34 91 583 8137 – Adresse électronique : comunicacion@aecid.es
CDP : Press Office Cdp Group – Téléphone : +39 06 4221.4000 – Adresse électronique : adamleon.freeman@cdp.it
KfW : Sonja Höpfner – Téléphone : +49 69 7431 4306 – Adresse électronique : Sonja.Hoepfner@kfw.de

À propos de l’AECID
L’Agence espagnole pour la coopération internationale au développement
(AECID) est l’organe de gestion de la politique espagnole en matière de coopération internationale au développement dont le but est d’assurer la réduction de la pauvreté et un développement humain durable. Conformément à ses statuts, l’AECID promeut la réalisation pleine et entière du développement, compris comme un droit humain essentiel, la lutte contre la pauvreté faisant partie intégrante de ce processus. À cet effet, elle respecte les directives du Quatrième plan directeur pour la coopération espagnole, conforme aux priorités de la communauté internationale, et s’attache à trois dimensions transversales : l’égalité hommes-femmes, la qualité de l’environnement et le respect de la diversité culturelle. www.aecid.es/EN

À propos de l’Agence Française de Développement
L’Agence Française de Développement (AFD) est une institution financière publique qui met en œuvre la politique définie par le gouvernement français, agit pour combattre la pauvreté et favoriser le développement durable. Présente sur quatre continents à travers un réseau de 75 bureaux, l’AFD finance et accompagne des projets qui améliorent les conditions de vie des populations, soutiennent la croissance économique et protègent la planète. En 2015, l’AFD a consacré 8,3 milliards d’euros au financement de projets dans les pays en développement et en faveur des Outre-mer. www.afd.fr

À propos de la Cassa Depositi et Prestiti
Le groupe CDP est l’institution nationale de promotion de l’économie italienne depuis 1850. Il finance les investissements publics, soutient la coopération internationale et agit comme catalyseur du développement des infrastructures du pays. Il aide les entreprises italiennes en favorisant l’innovation et la croissance mais également en promouvant les exportations et le développement à l’international. Il contribue par ailleurs au marché immobilier italien en tant que principal acteur du logement social à prix abordable. www.cdp.it

À propos de la KfW
La KfW est l’une des principales et plus anciennes banques de promotion économique au monde : créée en 1948 comme établissement de droit public, elle est détenue à 80 % par l’État fédéral allemand et à 20 % par les Länder. La KfW Development Bank, qui fait partie intégrante de la KfW, est la première banque de développement de l’Allemagne. Elle met en œuvre la coopération financière du pays avec les pays en développement au nom du gouvernement fédéral. Les 600 personnes qui travaillent au siège et les quelque 200 experts répartis dans ses 70 bureaux locaux coopèrent avec des partenaires du monde entier. La KfW a pour vocation de combattre la pauvreté, garantir la paix, d protéger l’environnement et le climat et rendre la mondialisation plus équitable. Elle assume un rôle de conseil stratégique pour tout ce qui a trait au développement. www.kfw.de



 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus