Contact Presse

Communiqués

Signature d’un accord en vue de lancer les activités de l'AFD à Cuba

01/02/2016

L’AFD, représentée par Anne Paugam, directrice générale ; la République de Cuba, représentée par Rodrigo Malmerca Díaz, Ministre du Commerce extérieur et de l’Investissement étranger, ont signé ce jour un mémorandum d’entente afin d’engager des négociations pour l’établissement et les activités de l’AFD à Cuba. Cette signature a eu lieu à l’Elysée en présence du Président François Hollande et du Président Raúl Castro, à l’occasion de sa visite d’Etat.

"Cet accord, qui déterminera les termes et conditions du statut du Groupe AFD et de ses activités à Cuba,  nous permettra  de démarrer nos activités de financement et prévoit pour l’AFD la possibilité de créer un bureau à La Havane. Sur la base du mémorandum d’entente que nous venons de signer, nos équipes vont très rapidement se rendre sur place pour, d’une part, négocier l’accord d’établissement et, d’autre part, commencer à identifier et à étudier des projets", indique Anne Paugam, directrice générale de l’AFD.

Parallèlement à la négociation de l’accord, l’AFD propose d’identifier avec le ministère cubain du Commerce extérieur et de l’Investissement étranger des projets dans les secteurs prioritaires à savoir les énergies renouvelables, l’eau et l’assainissement, le tourisme durable, l’agriculture et l’industrie agro-alimentaire, le transport et l’aménagement urbain. L’AFD espère pouvoir aboutir à une première décision de financement, si possible, avant la fin de l’année 2016.
 

Enfin, l’AFD va mobiliser le Centre d’études financières et bancaires ( CEFEB ), son université d’entreprise, pour concevoir un programme de formation dans ces mêmes secteurs, en vue son démarrage avant la fin de l’année 2016, sous réserve de la mobilisation du financement nécessaire à sa mise en œuvre.
Le ministère cubain du Commerce extérieur et de l’Investissement étranger s’engage, quant à lui, à faciliter la réalisation du programme d’activités de l’AFD, notamment en lui fournissant les informations de nature économique, financière ou d’autre nature qui lui seraient nécessaires pour étudier les projets et leur contexte économique, juridique, social, environnemental et financier.
 



L’AFD consent 5 millions d’euros à trois ONGs pour soutenir l’accueil des réfugiés syriens de la région du Moyen-Orient

20/01/2016

Marie-Hélène Loison, directrice du département Méditerranée-Moyen Orient à l’AFD et Thierry Mauricet, Directeur Général de l’ONG Première Urgence Internationale ont signé ce jour à Paris une convention de financement d’un montant de 3 millions d’euros en faveur de projets dans les domaines de la santé, de l’éducation et du support psycho social au Liban, en Jordanie et dans le Kurdistan irakien.   Ce financement vient compléter la subvention allouée par l’AFD le 19 janvier à deux ONG libanaises : Amel et Arcenciel pour un montant d’un million d’euros chacune.

 

L’organisation Amel privilégie l’accès à la santé en tant qu’outil de prévention des tensions. Ainsi dans trois régions du Liban, l’ONG va permettre l’accès de 56000 libanais et syriens à un service de santé de qualité, la participation de ces publics à des sessions de sensibilisation, l’accès des personnels de santé à une formation pour accompagner leurs publics dans une meilleure appréhension du conflit. Enfin des ateliers d’échanges de bonnes pratiques seront mis en place entre 50 représentants d’organisations d’agences publiques nationales, d’organisations locales et non-gouvernementales. 
 
L’organisation Arcenciel va, quant à elle, développer pendant deux années, l’accompagnement des réfugiés au sein de neuf municipalités réparties dans le pays. Le projet structuré autour de 4 volets va permettre la formation des travailleurs communautaires, un accès facilité des publics aux services sociaux, une offre de formations professionnelles en direction des femmes et la prise en charge psychosociale de 1600 personnes. 
 
Ces trois subventions ont été attribuées suite à la diffusion, par l’AFD en juillet 2015, de l’appel à projets « crise et sortie de crise » qui répond à l’obligation d’aider durablement les Etats de la région dans la gestion des effets de l’accueil massif des réfugiés, faute de perspective rapide de résolution du conflit. En effet, face à une crise qui s’inscrit désormais dans la durée, il est essentiel d’apporter un soutien aux Etats et aux acteurs de la société civile de la région du Moyen-Orient dans l’accueil des réfugiés syriens. 
 
Le soutien de l’AFD, porte spécifiquement sur le renforcement des services sociaux offerts aux réfugiés et aux communautés hôtes et doit permettre la réduction des tensions entre communautés et une meilleure coordination entre acteurs et les synergies de travail dans le respect des politiques nationales définies par les autorités.

 

En savoir plus sur les projets d'appui au réfugiés syriens au Liban



Lutte contre la fièvre jaune : l’AFD accorde 6,5 millions d’euros à la Fondation Institut Pasteur de Dakar pour le financement de la construction et de l’équipement d’une nouvelle unité de production de vaccins

19/01/2016
Pour la fondation sénégalaise, seul producteur de vaccin pré-qualifié par l’OMS à être basé en Afrique, l'apport de l'AFD, par un prêt bonifié de 6,5 millions d’euros, va permettre de renforcer durablement la lutte contre cette maladie pour laquelle il n'existe pas de traitement.

30 000 décès dus à la fièvre jaune

L’OMS estime chaque année à 200 000 le nombre de cas de fièvre jaune et à 30 000 le nombre de décès dus à cette maladie dans le monde. Maladie hémorragique virale transmise par des moustiques infectés, la fièvre jaune est présente dans toute l’Afrique intertropicale, en Amérique du Sud et dans certaines îles de la Caraïbe. L’Afrique est cependant particulièrement touchée (90% des cas) et l’OMS estime que 610 millions de personnes dans 32 pays sont exposées à cette maladie sur ce continent. 

Seule la vaccination permet de lutter contre la fièvre jaune 

Selon l'OMS, 32 pays africains sont considérés « à risque » de fièvre jaune, avec une population exposée de 610 millions de personnes, dont 219 millions en zone urbaine.Il n’existe pas de traitement et la vaccination constitue le seul moyen de lutter contre la fièvre jaune.

Or, le nombre de vaccins produits est aujourd’hui insuffisant pour pouvoir mener à terme toutes les actions de vaccination nécessaires dans les pays endémiques.

La seule unité de production basée en Afrique

La FIPD fait partie des quatre producteurs mondiaux pré-qualifiés par l’OMS pour la fabrication de ce vaccin et ce projet devrait donc permettre de renforcer durablement la lutte contre cette maladie. La FIPD est par ailleurs  la seule unité de production de ce vaccin basée en Afrique.

Le prêt de 6,5 millions d’euros accordé par l’AFD à la FIPD s’inscrit dans le cadre du projet AfricAmaril d’un coût total de 23 millions d’euros cofinancé par la Banque Islamique de Développement (BIsD) et l’Etat du Sénégal. La nouvelle unité sera installée sur un terrain de 2 ha, attribué par le Président Macky Sall, sur le site de Diamniadio à l’est de Dakar. Le futur bâtiment d’une surface d’environ 3 000 m² comprendra, une partie réservée à la production, un laboratoire de contrôle qualité, une partie administrative,  et des bâtiments annexes.

La réduction du taux d'intérêt (prise en charge par l'Etat français) - ou concessionalité - attachée au financement de l’AFD permettra de développer les activités de la FIPD sur la surveillance des arbovirus et des virus de fièvre hémorragiques et sur les réponses aux épidémies. Elle permettra également de poursuivre et d’intensifier ses actions de formation.

Les travaux débuteront fin 2016 et le bâtiment devrait être livré en mars 2019.

La convention a été signée par Laurence Hart, directrice de l’AFD au Sénégal, et le Professeur André Spiegel, Administrateur de la Fondation  Institut Pasteur de Dakar  (FIPD), en présence de Jean Félix Paganon, Ambassadeur de France au Sénégal. 



Initiative France - Banque mondiale pour la promotion des partenariats public-privé (PPP) en Zone franc : le site est en ligne

14/01/2016

Cette Initiative au service du développement des infrastructures et des services publics en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale lance son site pour partager l’information sur les cadres juridiques, les acteurs et les projets Partenariat-Public-Privé (PPP).

 

Les pays d’Afrique de la Zone franc connaissent depuis quelques années une croissance soutenue. Les ressources financières publiques (impôts, endettement) et l’aide publique au développement ne suffisent pas au financement des infrastructures et des services publics nécessaires à leur développement. Dès lors, ils se tournent comme désormais la quasi-totalité des pays dans le monde vers le schéma contractuel des partenariats public-privé qui de manière générale visent à confier à un opérateur privé, la conception, la réalisation et/ou l’exploitation ou la maintenance d’un ouvrage public ou d’un service public.

À la demande des pays d’Afrique de la Zone franc (UEMOA-CEMAC-Comores), la France et la Banque mondiale se sont associées en octobre 2013 pour lancer une Initiative pour promouvoir les partenariats public-privé dans les pays de la Zone franc. L’objectif est d’accompagner les pays pour leur permettre de développer des projets en PPP. L’Initiative se décline en trois composantes complémentaires menées de front :

  •  Appui à la mise en place d’un cadre juridique et institutionnel, aux niveaux national et régional,
  • Appui à l’identification et à la maturation de projets prioritaires et immédiats,
  • Appui à la mobilisation de financements de long terme.

Des actions de renforcement des capacités et de formation des administrations nationales et régionales accompagnent ce dispositif.

Pour la France, la direction générale du Trésor pilote l’Initiative qui repose sur la mobilisation, d’une part de l’AFD (en charge de l’animation générale de l’Initiative), et, d’autre part d’Expertise France, pour la conception et la mise en œuvre du volet de renforcement des capacités et la communication. La direction générale du Trésor a notamment attribué un financement de 2 M€ à Expertise France pour une mission d’assistance technique pour la promotion des PPP dans le cadre de cette initiative.

L’Initiative accompagne la Commission de l’UEMOA (Union économique et monétaire ouest africaine) dans l’élaboration d’une stratégie et d’un cadre juridique et institutionnel des PPP et appuie la BOAD (Banque ouest africaine de développement) dans la mise en place de l’unité régionale de développement des PPP (URDPP). Au niveau national l’Initiative accompagne le Sénégal, le Mali et le Togo. En 2016, l’accent sera mis sur le niveau national et l’accompagnement de projets PPP notamment en Côte d’Ivoire.

Le site internet de l’Initiative : un instrument pour les États et les institutions régionales

Communiquer sur les réalisations déjà entreprises en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale sur les partenariats public-privé est aussi important que les projets eux-mêmes. Le site internet de l’Initiative apporte une réponse au besoin d’information sur les cadres réglementaires, les acteurs, les instruments, les sources de financement et les expériences des 15 pays de la Zone franc et leurs institutions communautaires. Il informe sur les actions des administrations pour favoriser le développement des PPP et montre à l’ensemble des acteurs impliqués (entreprises, bailleurs, investisseurs) l’engagement fourni dans les projets d’infrastructures et de service public.

Pour plus d’informations :
► www.initiative-ppp-afrique.com
www.twitter.com/initiativeppp

À propos d’Expertise France
Expertise France est l’agence française d’expertise technique internationale. Elle a pour mission de concourir à la promotion de l'assistance technique et de l'expertise publique françaises à l’international, en associant l’ensemble des acteurs de l’Etat mais aussi de la société civile dans une démarche d’échange de savoir-faire. Elle contribue notamment au développement de l'expertise technique internationale et à la maîtrise d'œuvre de projets de coopération sur financements bilatéraux et multilatéraux. Expertise France gère plus de 300 projets dans 80 pays d’intervention.



Rapprochement avec la CDC : une AFD renforcée dès 2016 pour un monde plus juste et plus durable

13/01/2016

Le Président de la République a confirmé hier le rapprochement entre le groupe Agence Française de Développement et le groupe Caisse des Dépôts , dont les missions seront élargies au développement et à la solidarité internationale. Cette grande réforme, qui va se traduire par une loi déposée au Parlement au premier trimestre 2016, permettra à l’AFD de mettre en œuvre l’ambition du Président de la République pour la politique publique d’aide au développement de la France.

►Télécharger le rapport Rioux sur le rapprochement AFD-CDC

La capacité d’intervention du groupe AFD, acteur pivot de la politique de l’Etat en faveur des pays en développement, va être considérablement renforcée grâce au triplement dans un premier temps de ses fonds propres par l’Etat, puis d’un quadruplement à horizon 2035. Les financements de l’Agence en faveur des pays en développement et de la solidarité internationale augmenteront de 4 milliards d’euros d’ici 2020, dont 2 milliards pour la lutte contre le changement climatique et ses conséquences, tandis que les dons augmenteront de près de 400 millions d’euros d’ici 2020. Cela se traduira par une hausse de l’activité de l’AFD de 50% pour atteindre 12,5 milliards d’euros en 2020. La CDC apportera une contribution de 500 millions d’euros à la politique de développement pour des investissements en fonds propres.
 
« L’intégration de l’établissement public AFD au sein du groupe Caisse des Dépôts est une reconnaissance de son expérience, son expertise, ses capacités de réflexion et d'innovation et son engagement de terrain pour un monde plus juste et plus durable. Elle s’accompagnera de moyens accrus. L’AFD sera durablement renforcée. Elle mettra en œuvre dès cette année les ambitions dessinées en 2015 lors de la conférence d’Addis Abeba sur le financement du développement, l’adoption des objectifs de développement durable et l’accord de Paris sur le climat. La France disposera ainsi d’une institution à la hauteur des enjeux du 21ème siècle », se félicite Anne Paugam, directrice générale de l’AFD.
 
« Les décisions du Président de la République et les objectifs ambitieux qu’il fixe à l’AFD sont une réponse concrète aux enjeux du monde d’aujourd’hui : agir au Sud, c’est relever les défis auxquels la France est confrontée dès à présent, estime Anne Paugam. Cette mobilisation des forces conjointes de la CDC, promoteur du développement durable en France, et de l’AFD, opérateur pivot de la politique de l’Etat en matière de développement, ouvre des perspectives pour répondre aux défis universels que représentent les objectifs de développement durable. »
 
Des synergies pourront ainsi s’exercer dans de nombreux domaines, en impliquant davantage encore les collectivités locales dans les projets portés au Sud, grâce à l’ancrage territorial de la CDC et en ouvrant à la CDC le réseau international du groupe AFD. Les expertises en matière de transition énergétique et de climat, enjeux communs au Nord comme au Sud, comme sur les sujets du numérique, des migrations et de la ville durable pourront être plus facilement mutualisées, au bénéfice de tous.
 
Ce rapprochement permettra aussi d’améliorer le financement des outremers, où l’AFD intervient en appui aux collectivités et au secteur public comme auprès du secteur privé.
 



L'AFD récompense trois lauréats à l’occasion de la 4è édition du Prix Photo AFD

12/01/2016

Les trois lauréats de la 4ème édition du Prix Photo AFD ont été distingués ce soir à l’occasion d’une cérémonie à la Maison Européenne de la Photographie . Lancé en 2012, le Prix Photo AFD, à destination des professionnels, permet de sensibiliser un public plus large aux enjeux du développement des pays du Sud et rendre hommage au travail essentiel des photographes engagés. En 2016, ils étaient 98 à participer au Prix.

 

Prix AFD / Polka du meilleur projet de reportage photo
Johann Rousselot pour « Delhi 21 – Trente Glorieuses ou Trente-Désastreuses ? »

Dotation : financement d’un reportage à hauteur de 15 000€ et sa publication dans le magazine Polka et exposition à la MEP + itinérance

 

 Crédit © Nicolas Moulard

Malgré l’échec des politiques de planification urbaine depuis la Partition à Delhi, les autorités tentent actuellement de contrôler, grâce au Plan « Delhi 21 », les vagues migratoires et leurs conséquences urbanistiques. Les défis sont immenses : accès à l’eau potable, transports, énergie, criminalité…
Ce reportage vise à mettre en lumière les paradoxes du Grand Delhi, cette ville devenue, sans bien avoir eu le temps de s’en rendre compte, une mégalopole menée par les forces de la globalisation.

Johann Rousselot a été membre de l’Oeil Public de 2001 à sa fermeture en janvier 2010. Il est actuellement représenté par la Maison de Photographes Signatures en France, et Laif/Redux pour le reste du monde. Photographe du réel et de terrain, il cherche sans relâche à trouver toujours le bon point d’équilibre entre volonté journalistique d’informer et volonté artistique. Une certaine révolte contre l’injustice et notre système capitaliste totalement debridé, se font de plus en plus sentir.
 

 

Prix Spécial AFD / Libération du Meilleur Reportage Photo
Olivier Jobard pour « Balkans Transit »

Dotation : 5 000€

  Crédit © Olivier Jobard

Entre Janvier et Aout 2015, 30 000 migrants sont passés clandestinement par l’île de Kos. Ce reportage retrace le périple d’Ahmad jeune père de famille syrien et ex-commerçant, de sa femme Jihan interprète dans une entreprise de gestion immobilière, et leurs enfants. « Balkans Transit » suit leur périple entre le 21 juin à leur arrivée sur l’île grecque et le 21 juillet, date à laquelle ils atteignent la Suède. Depuis leur Syrie natale, la famille a effectué 7 000 km, traversé dix pays et dix frontières.

Olivier Jobard a travaillé pendant 20 ans pour l’agence Sipa Press. Il est depuis 2012 représenté par l’agence Myop. Après avoir couvert de nombreux conflits en tant que photojournaliste, son déplacement à Sangatte en 2000, le pousse à étudier les questions migratoires. Très souvent décrits par des statistiques et des hyperboles, il travaille dans la durée avec les migrants à qui il s’attache à rendre une part d’humanité.
 

 

Grand Prix AFD / Nikon du Meilleur Web-documentaire
Vlad Sokhin pour « Crying Meri »

Dotation : un reflex numérique Nikon D750 (d’une valeur de 2 000€)

 Crédit © Vlad Sokhin


En Papouasie-Nouvelle-Guinée, plus des deux tiers des femmes sont victimes de violences conjugales. Bien qu’il n’existe aucune donnée exacte, la moitié des femmes dans ce pays seraient victimes d’un viol au cours de leur vie. D’autre part, les croyances traditionnelles en la sorcellerie sont encore très ancrées dans certains villages. Des femmes sont régulièrement accusées de sorcellerie. Elles sont alors rejetées par leur communauté, torturées et souvent laissées pour mortes. «Crying Meri » relate le parcours de victimes et de survivantes de ces violences domestiques, sexuelles et accusées de sorcellerie.

Vlad Sokhin est un photographe et vidéaste représenté par Panos pictures. Son travail explore les problématiques sociales, culturelles, environnementales, notamment des zones dévastées par les conflits ou à la suite de catastrophes naturelles. Il a travaillé avec de nombreux médias internationaux, ONG et  organisations internationales. Vlad Sokhin a travaillé sur « Crying Meri » entre 2012 et 2014 en collaboration avec plusieurs médias, ONG, et l’ONU.
 


Jury :
 

  • Alain Mingam, Photojournaliste et commissaire d’exposition, Président du Jury
  • Daphné Angles, European Picture Coordinator, New York Times
  • Hervé Brusini, Directeur, FranceTV Info
  • Jean-François Camp, Directeur, Central Dupon Images
  • Lionel Charrier, Rédacteur en chef Photo, Libération
  • Sophie Dufau, Rédactrice en chef, Mediapart
  • Franck Fertille, Directeur des partenariats, Gallimard
  • Bertrand Gallet, Directeur, Cités Unies
  • Alain Genestar, Directeur de publication, Polka magazine
  • Francis Kohn, Directeur Photo, AFP
  • Michel Le Bris, Directeur et fondateur, Festival des « Étonnants Voyageurs »
  • Alain Le Gouguec, Rédacteur en chef d'Interception, France Inter
  • Sylvaine Lecoeur, Directrice générale, PixPalace
  • Jean-François Leroy, Fondateur et Directeur de Visa pour l'image
  • Marion Mertens, Rédactrice en chef, Editions numériques Paris-Match
  • Jean-Luc Monterosso, Directeur, Maison Européenne de la Photographie
  • Marco Nassivera, Directeur de l’information, Arte
  • Jean-Jacques Naudet, Directeur de la Publication, L'Oeil de la Photographie
  • Julien Pain, Responsable « Les Observateurs », France24
  • Brigitte Patient, Productrice, Radio France
  • Michel Puech, Critique photo / associate editor, Mediapart / Le journal de la photographie
  • Olivier Ray, Chargé de la cellule Crises et Conflits, AFD
  • Reza, Photojournaliste, Webistan
  • Bernard Sabrier, Président de Unigestion
  • Aurélie Viel, Responsable Programmation du Prix Bayeux Calvados des Correspondants de guerre


Retrouvez les projets lauréats sur www.afd.fr/prix-photo-afd



 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus