Contact Presse

Événements

Mobilité et numérique : quelles opportunités pour le Sud ?

21/01/2016

L'AFD organise le 28 janvier une rencontre animée par Arnaud Dauphin et Gwenael Prié, respectivement, référent transport urbain et référent numérique à l’AFD.
 

@ 15marches

Uber, Blablacar ou Drivy bouleversent aujourd’hui le secteur des transports. Avec la décision d’Uber de proposer des services de transport collectif à Rome en décembre dernier, ou avec la création d’AmazonFlex ou d’UberCargo, deux filiales logistique, les acteurs de la nouvelle économie sont en train de réinventer la mobilité urbaine. Cette évolution permise par les technologies numériques et mobiles questionnent les modèles économiques des entreprises de transport traditionnelles. Dans les pays développés, elle suscite polémiques et débats en remettant en cause les cadres réglementaires et sociaux.
 

Dans les pays en développement, et particulièrement en Afrique, les enjeux sont encore plus prégnants. Les villes sont encore en pleine expansion avec un secteur informel toujours très présent. Les cadres réglementaires sont souples et les systèmes de paiement par mobile en forte croissance. Tous ces éléments, conjugués avec un taux d’équipement de smartphones qui atteindra 70% de la population en 2020, devraient donc influer sur les habitudes de déplacements. Les nouveaux acteurs numériques mais aussi leurs équivalents indiens et chinois, semblent d’ailleurs idéalement placés pour se développer autour des offres de transport artisanal et redessiner la mobilité, tant voyageur que marchandises.
  
Cette nouvelle donne génère de multiples questions :

  • Comment anticiper ces évolutions ?
  • Quel cadre réglementaire pour les pays en développement ?
  • Quel rôle pour les institutions publiques ou internationales ?
  • Quel avenir pour les acteurs historiques ?
  • Quels bénéfices attendre de ces nouveaux acteurs de transport ?

Pour vous inscrire

Programme


  • Introduction de Laurence Breton-Moyet, directrice exécutive des opérations de l’AFD
  • Stéphane Schultz, fondateur de 15marches , conseil en stratégie et innovation spécialisée dans la transformation numérique des entreprises et ex-directeur chez Keolis
  • Nicolas Samsoen, directeur stratégie et innovation chez Transdev , groupe international de transport de voyageurs
  • Nicolas De Cordes, vice-président marketing et anticipation chez Orange, et initiateur du challenge Data4development en Afrique
  • Guillaume Josse, directeur Général de Groupe Huit , associé au projet pilote "mobilité & numérique' d’Abidjan


Leurs interventions seront suivies d’un débat avec le public.

 


 



Conférence AFD-CEROM "Les enjeux climatiques et énergétiques dans les Outre-mer et les Petits États Insulaires"

11/12/2015

Quelques semaines avant la COP21, l’AFD a souhaité consacrer la 5ème conférence biennale Outre-mer AFD-CEROM aux enjeux climatiques et énergétiques dans les Outre-mer et les Petits États Insulaires. Cette conférence a réuni tout au long de la journée du 30 octobre 2015 quelques 250 personnes à l’auditorium de la RATP.

 

Les économies de l’Outre-mer français et les Petits États Insulaires sont particulièrement vulnérables aux aléas et aux conséquences du changement climatique, et de nombreux travaux montrent que la plupart des risques actuels iront en s’amplifiant. Fortement dépendantes des énergies fossiles,  même si elles contribuent de manière limitée à l’émission de gaz à effet de serre à l’échelle planétaire, ces économies insulaires sont, de fait, fortement exposées au risque de leur raréfaction et à leur volatilité. Toutefois, en raison de leur capital naturel, ces territoires disposent d'un potentiel important en énergies renouvelables : photovoltaïque, éolien, mais aussi biomasse (bois, bagasse...), géothermie et énergies marines.

Les collectivités françaises d’Outre-mer et la plupart des Petits États Insulaires se caractérisent également par leur biodiversité unique, avec notamment neuf "hotspots" de la biodiversité mondiale. Le changement climatique, la destruction des habitats naturels, la surexploitation, la pollution et la prolifération d’espèces invasives constituent autant de menaces qui pèsent sur la préservation de cette biodiversité.

Pour tenter de relever les défis de la transition énergétique et écologique dans ces territoires, se sont succédées présentations de travaux de recherche inédits, tables rondes croisant les expériences et les regards d’élus et de représentants des secteurs public et privé, et débat avec le public. Ces échanges se sont articulés autour de trois sessions :

  1. Le climat dans les Outre-mer et les Petits Etats Insulaires : enjeux et politiques
  2. Les défis de la transition énergétique et écologique : changer de mix
  3. Concilier préservation de la biodiversité et développement économique : quels outils ?

 

 

 

Télécharger le programme et la synthèse des présentations et des débats

 

Retrouver toutes les vidéos de la conférence, ou en particulier :

 

► Télécharger les supports de présentation des intervenants :

Variabilité des impacts du changement climatique dans les Outre-mer français des océans Indien et Pacifique
Virginie Duvat, Professeure, Université de la Rochelle, Membre du GIEC, auteure du chapitre « Small Islands »

Les Outre-mer au futur : comprendre les trajectoires de vulnérabilité pour s'adapter au changement climatique,
Alexandre Magnan, Chercheur à l'Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri, Sciences Po, Paris)

Evaluation de l'intrusion marine dans la Caraïbe insulaire et conséquences sur l'aménagement de l'espace
Pascal Saffache, Professeur d'aménagement à l'université des Antilles

Résilience socio-environnementale en situation de risque extrême dans les atolls du Pacifique : le cas de Tabiteuea Kiribati
Guigone Camus, Anthropologue, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris

Transition énergétique et modèles économiques insulaires
Julien Blanc, Directeur de Carbone 4

Obstacles et perspectives de développement des dispositifs de certification en Outre-mer : une application à la Guyane, La Réunion et Mayotte
Stéphane Guéneau (Chercheur au CIRAD), Françoise Rivière (Division Recherche, AFD)



Changement de regard sur les villes du Sud : 100e numéro du Bulletin Villes en Développement

13/11/2015

Une rencontre est organisée le 14 décembre, au Mistral, par l'AFD à l'occasion de la parution du Bulletin Villes en Développement qui analyse depuis 30 ans les enjeux de développement des villes du Sud.

Nouakchott, Mauritanie. Crédit photo : enHaut.org
 

Depuis près de 30 ans, le Bulletin Villes en Développement analyse les enjeux de développement des villes du Sud et met en débat les solutions proposées par les professionnels pour y répondre. La parution du numéro 100 offre l’occasion de faire le point sur les mutations qui ont affecté les villes du Sud et sur l’évolution des approches de la coopération urbaine qui en ont découlé.

Cet évènement est organisé avec l’Association ADP-Villes en développement. 
 

Cliquez ici pour vous inscrire

 


Programme

L’animation des débats sera assurée par Irène Salenson (AFD) et Benjamin Michelon (Adp-Villes en développement).

Venez échanger avec plusieurs auteurs des articles publiés dans ce numéro :

  •  Serge Allou, Cities Alliance : Les villes, actrices de leur développement : une brève revue de l’aide internationale
  • Clémentine Dardy, AFD : Développement urbain : les dessous du climat
  • David Benazaraf, docteur en géographie : La Chine en Afrique : une autre manière de construire les villes
  • Armelle Choplin, maître de conférences en géographie à l’Ecole d’Urbanisme de Paris : De Vancouver à Quito, Quarante ans de discours sur la ville


Les débats seront suivis d'un cocktail.
 

 



Acteurs de l'eau et du climat : concilions nos agendas ! Séminaire 2 : La dimension politique - l’échelle transfrontalière

09/11/2015

Dans le cadre du cycle "Acteurs de l'eau et du climat : concilions nos agendas  !" l'AFD propose une rencontre animée par Edouard Boinet, chargé de mission à l’Office international de l’eau  . Le deuxième volet de ce cycle porte sur la dimension politique des eaux transfrontalières. Ce séminaire aura lieu le vendredi 20 novembre 2015 à 17h00 à la Fondation pour la recherche stratégique .

Les eaux transfrontalières stimulent de nombreuses coopérations entre États. Les exemples de partenariats techniques et institutionnels sont nombreux, sur tous les continents : la mer d’Aral, les fleuves Sénégal, du Nil, du Mékong, les aquifères Guarani, du grès Nubien ou du Sahara Septentrional, et bien d’autres. La reconnaissance des impacts du changement climatique et des besoins de mesures d’adaptation suscite aussi de nouvelles initiatives de coopération bi ou multilatérale.

Malgré le volontarisme des acteurs et une expérience scientifique reconnue, fort est de constater qu’une vision conjointe des enjeux relatifs à l’eau et au climat peine encore à trouver une assise et un fonctionnement transfrontaliers dans de nombreuses régions.
Si le potentiel reste immense et les bénéfices économiques, sociaux ou environnementaux considérables, la dimension politique de la gestion de l’eau et des questions climatiques à différentes échelles demeure souvent incontournable, voire bloquante.

Photo : Fotolia

Quels sont les déterminants du succès des mécanismes de coopération transfrontalière intégrant l’eau et le climat ? La reconnaissance de l’enjeu du changement climatique crée-t-elle de nouvelles opportunités de coopérations régionales ? Quelles contraintes politiques et diplomatiques entravent la prise en compte des enjeux eau et climat à l’échelle transfrontalière ?

► Cliquez ici pour vous inscrire


Cet évènement s’inscrit dans un cycle de trois séminaires labellisés Paris-Climat 2015 :

  • Séminaire 1 : Les processus – Le dessous des cadres de négociation
  • Séminaire 2 : La dimension politique – L’échelle transfrontalière
  • Séminaire 3 : Les concepts et les instruments – Le pouvoir des cadres de pensée et d’action

Responsabilité scientifique : Raya Marina Stephan, Alexandre Taithe (FRS), Stéphanie Leyronas (AFD) 

Rencontre animée par Edouard Boinet, chargé de mission à l’Office international de l’eau
Avec :

  • Martin Lemenager, chef de projet, division Eau et assainissement de l’AFD
  • Michel Pré, chef du pôle eaux, sols, pollutions, MAEDI
  • Raya Marina Stephan, experte en droit de l’eau, membre du Partenariat français pour l’eau (PFE)
  • Alexandre Taithe, chargé de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS)

 



Quelles perspectives économiques pour l’Afrique subsaharienne ?

06/11/2015

A l’occasion de la sortie des perspectives économiques régionales pour l’Afrique subsaharienne d’octobre 2015, Roger Nord, directeur adjoint du département Afrique du FMI, vient présenter à l'AFD les principales conclusions du rapport.

Cette présentation aura lieu le 19 novembre 2015. Elle seras suivie d’un échange avec le public et sera articulée autour de deux sessions : la première portera sur les perspectives économiques de la région et la deuxième se focalisera sur la thématique des inégalités et de la croissance.
 

Alors que la croissance enregistrée au cours de la dernière décennie a notamment bénéficié d’un cycle de prix élevés des matières premières et de conditions financières internationales favorables, le retournement des prix des produits de base associée à un environnement international moins porteur contribue à affaiblir le rythme de croissance des pays d’Afrique subsaharienne. Cette situation est-elle amenée à perdurer ? Quels sont les pays les plus touchés ? Quelles sont les options offertes aux pays d’Afrique subsaharienne pour s’ajuster ?

Le marché de Kumasi  à l'heure de la fermeture, Ghana, Photo: Jonathan Ernst / World Bank

Dans le même temps, l’Afrique subsaharienne fait face à des inégalités de revenu et de genre qui demeurent parmi les plus élevées au monde et ce faisant, sont un frein aux performances économiques. Dans ce contexte, quelles actions et politiques mettre en œuvre pour réduire les inégalités et offrir ainsi des gains de croissance significatifs pour la région ?

Les présentations de Roger Nord seront commentées et discutées par :

  • Jean-Pierre Marcelli, directeur du département Afrique de l’AFD
  • Nicolas Vercken, directeur du plaidoyer et des études chez Oxfam France
  • Sophie Chauvin, économiste au département Afrique de l’AFD

 ► Cliquez ici pour vous inscrire
 



L'AFD, la Fondation de France et le financement des ONG en Haïti suite au séisme

04/11/2015

L’AFD et la Fondation de France présentent, le 18 novembre 2015, les conclusions d'une étude conjointe sur les modalités d’appui aux ONG et les actions menées en Haïti suite au séisme.

Suite au séisme qui a frappé Haïti le 12 janvier 2010, l'AFD et la Fondation de France (FdF) se sont fortement mobilisées pour répondre à la crise, notamment à travers le financement d'ONG sur la période 2009-2014.

Haiti

Copyright Henri Rouillé d’Orfeuil

Cinq ans après, ces deux bailleurs de fonds, l’un public, l’autre privé, ont souhaité questionner leurs pratiques et celles des ONG qu’elles ont accompagnées dans cette période entre urgence et développement. Au travers d’une étude conjointe, ils interrogent leurs modalités d’appui aux ONG et les actions de ces acteurs dans le contexte du séisme en Haïti, pour tirer des enseignements conjoints pour l’avenir.

Devant la multiplicité des crises, quel peut être le positionnement des ONG de développement ? Comment combiner la réponse aux crises et le renforcement des acteurs nationaux ? Quels sont les impacts des crises sur les mandats de l’AFD, de la Fondation de France, des ONG françaises et locales, et sur leur collaboration ?
 

► Cliquez ici pour vous inscrire


Programme


La restitution de l'étude conjointe menée par l’AFD et la Fondation de France sera animée par  :

  • Benjamin Bellegy, responsable des urgences à la Fondation de France
  • Laure Weisgerber, chargée de mission à la Division du Partenariat avec les ONG de l’AFD

 
Accueil des participants dès 14h
 

14h30- 14h45 : Ouverture

  • Philippe Orliange, directeur exécutif en charge des relations extérieures, des partenariats et de la communication à l’AFD
  • Francis Charhon, directeur général de la Fondation de France

 
14h45-17h30 : Présentation des résultats de l’étude et discussion avec les participants

  • Jean Michel Redon, ancien chef de mission de coopération et d’action culturelle en Haïti
  • Jean Martial Bonis Charancle et Hervé Dubois, consultants en charge de l'étude

 
17h30-17h45 : Ce qu’on en tire pour l’avenir

  • Valérie Huguenin, responsable adjointe de la division du partenariat avec les ONG, AFD
  • Dominique Lemaistre, directrice du mécénat à la Fondation de France

 
17h45-18h : Clôture

  • Gaël Giraud, chef économiste de l’AFD


 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus