Les engagements de Muskoka

  • Lors de la réunion du G8 à Muskoka (Canada) en juin 2010, les chefs d’État et de gouvernements se sont engagés à hauteur de 7 milliards d’euros pour accélérer l’atteinte des Objectifs 4 et 5 du millénaire pour le développement en faveur de la santé de la mère et de l’enfant. À cette occasion, les autorités françaises ont consenti une enveloppe de 500 M€ sur 5 ans à destination des pays définis comme prioritaires (18 dont 14 en Afrique subsaharienne).

    Dans ce contexte, l’AFD engage chaque année 48 M€ de subventions sous forme d’aide sectorielle ou programme et de financement de projets, tandis que le ministère des Affaires étrangères gère 52 M€ annuels alloués directement à quatre agences des Nations unies : Organisation mondiale de la santé (OMS, 4,5 M€ par an), Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA, 5 M€  par an), ONU Femmes (1 M€ par an) et Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef, 8,5 M€ par an), ainsi qu’au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme (Fmlstp, 27 M€ par an), à la Facilité internationale d'achat de médicaments et à l’Alliance mondiale pour les vaccins et l’immunisatio n (GAVI, 6 M€ par an).
     
    Ces fonds Muskoka servent prioritairement à appuyer des interventions en faveur de : 
    • la santé sexuelle et reproductive : planification familiale, soins obstétricaux et néonatals d’urgence, accouchement par du personnel qualifié… ;
    • la prise en charge intégrée de l’enfant malade ; 
    • la prévention du paludisme, de la tuberculose et du VIH/Sida ;
    • la vaccination ;
    • la nutrition mère-enfant ; 
    • l’assainissement ; 
    • l’appui aux politiques publiques de santé, notamment en matière de gestion des ressources humaines et de formation des personnels et des médecins.
Mise à jour en octobre 2013

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus