Découvrez les actions de l'AFD dans les pays de la région Méditerrannée et Moyen orient

L’AFD au Maroc

► L' AFD et le Maroc, 20 ans de partenariats [+]

 

L’AFD a démarré son activité au Maroc en 1992 : plus de 2,7 milliards d’euros ont été engagés depuis cette date. Le volume de ses concours s’est fortement accru ces dernières années avec un pic en 2011 : le Maroc est ainsi devenu le premier bénéficiaire des financements de l’AFD.
L’activité de l’AFD s’est progressivement diversifiée ( eau, énergie , développement rural , transport, industrie et mines, éducation et formation, santé, habitat social) et s’est ouverte à de nombreux opérateurs publics.
 

► Le Maroc [+]


© Anaïs Voron, AFD

Un développement accéléré mais des inégalités sociales et territoriales

Au carrefour de l’Europe et de l’Afrique, le Royaume du Maroc bénéficie d’une situation stratégique. Il aspire à être un acteur majeur en Méditerranée et en Afrique. Engagé dans la voie de l’ouverture internationale et de l’intégration euro-méditerranéenne, il est le seul pays à bénéficier du « statut avancé » avec l’Union européenne.

Le Maroc poursuit depuis une vingtaine d’années un processus de modernisation politique, économique et sociale. En dépit des réformes accomplies, de nombreuses inégalités sociales et territoriales perdurent. Le « Printemps arabe » a révélé dans toute l’Afrique du Nord une demande de changement forte de la part des populations. Au Maroc, le Roi Mohammed VI y a répondu par une série de mesures sociales et politiques : il a notamment fait adopter une importante révision de la Constitution en juillet 2011. Les élections législatives anticipées de novembre 2011 ont mené au pouvoir, en janvier 2012, un gouvernement d’alternance conduit par le Parti de la justice et du développement.

La croissance économique a connu une nette accélération durant la décennie 2000-2010 avec un taux de croissance moyen du PIB de 5 %. Malgré une amélioration de ses indicateurs sociaux, le Maroc doit faire face à de nombreux défis structurels : taux de chômage élevé, enclavement du monde rural, ressources naturelles fragiles et limitées. Pour y répondre, le Maroc s’est doté d’ambitieux plans sectoriels à l’horizon 2020.

► Comment intervient l'AFD? [+]

Le Groupe AFD offre des outils de financement variés, en fonction des projets et des partenaires. Il propose également des prestations de formation et d'assistance technique, en accompagnement de ses interventions.

Une palette d’outils diversifiée

Les instruments financiers proposés par l’AFD au Maroc sont multiples :

  • subventions : fonds d’expertise et de renforcement des capacités ou accompagnement de prêts
  • prêts concessionnels ou aux conditions de marché
  • garanties
  • prises de participation

L’AFD se distingue également par sa capacité à accorder des prêts « souverains » (accordés à l’Etat ou avec sa garantie) et « non-souverain » (prêts à des opérateurs publics sans la garantie de l’Etat). Cette large palette d’outils permet à l’AFD d’intervenir aussi bien en approche projet qu’en approche programme ou à travers des aides budgétaires sectorielles. Cette diversité implique des volumes d’autorisations de financement variables selon les opérations (de 10 à 240 millions € au cours du dernier triennium).


Une forte expertise

L’AFD est présente au Maroc depuis 20 ans et bénéficie d’une légitimité confirmée dans ses secteurs traditionnels d’intervention, particulièrement dans les domaines de l’eau, de l’assainissement, de l’énergie et du développement rural.
Dotée d’une expertise reconnue, l’AFD anime des groupes thématiques dans plusieurs secteurs (eau et éducation), ce qui lui a permis d’instaurer un dialogue de qualité avec les partenaires locaux (administration, établissements publics, bailleurs de fonds).
Une bonne connaissance du terrain et des capacités de mobilisation d’expertise ont permis à l’AFD d’être active sur les problématiques institutionnelles et de contribuer aux réflexions sectorielles à travers des études, des séminaires et des publications.

► L'activité en chiffres [+]


 BILAN 2013

 

Une année modeste en nouveaux engagements et en signatures de conventions mais exceptionnelle en versements

 

1) Une (apparente) diminution des engagements


Les concours accordés par l’AFD en 2013 ont atteint 222,9 M€ et se décomposent en :

=> 220 M€ de prêts non souverains (3 concours)

=> 2,9 M€ de subventions (5 concours) 

Les engagements AFD, Proparco et FFEM confondus en 2013 (254 M€) sont donc nettement inférieurs aux engagements de 2012 (380,7 M€). Toutefois, en terme de nouveaux engagements, l’année 2013 marque une augmentation par rapport à 2012 : en effet, les nouveaux engagements de l’AFD en 2012 ne s’élevaient qu’à 160,3 M€ (les engagements de 2012 incluent un prêt souverain de 220 M€ à l’ONCF pour la LGV Tanger-Kénitra, suite à l’annulation du concours de même montant accordé en septembre 2010). 

  •  D’importants prêts non souverains

Les 3 prêts non souverains (220 M€) accordés à l’AFD se composent en :

=> un prêt de 150 M€ en faveur de la Société d’aménagement de Zenata (SAZ), filiale de la Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG), pour l’aménagement de l’éco-cité de Zenata


=> une ligne de crédit de 20 M€ accordée à Tamwill El Fellah, filiale du Crédit Agricole du Maroc (CAM) pour le financement de crédits d’investissements pour les petits et moyens exploitants agricoles (dans le cadre du pilier II du Plan Maroc Vert)


=> un prêt de 50 M€ en faveur du Holding Al Omrane (HAO) pour le financement de son programme d’investissement 2013-2016 : production de logements sociaux et intermédiaires, résorption de l’habitat insalubre et aménagement de villes nouvelles

  •  Une hausse relative des subventions

En 2013, l’AFD a accordé 5 subventions à hauteur de 2,9 M€, en nette hausse par rapport à 2012 (0,7 M€) :

Quatre sont des subventions d’accompagnement, c'est-à-dire en appui ou en complément de projets ou programmes financés sur prêt :

=> 0,5 M€ au Holding Al Omrane (en appui d’un prêt de 50 M€), qui vise à faciliter le déploiement effectif du Plan de Gestion Environnemental et Social (PGES) à l’échelle du groupe (HAO et ses 14 filiales)


=> 0,3 M€ à la Société d’aménagement de Zenata (en accompagnement d’un prêt de 150 M€), destinée à financer des prestations d’appui ayant pour objet i) la conception du Pôle Universitaire de Zenata, à travers la réalisation de son étude de concept et de faisabilité, ii) l’accompagnement par un consultant externe de la définition du contenu d’un programme de coopération éligible à une subvention de la Commission Européenne au titre de la Facilité d’Investissement pour le Voisinage (FIV)


=>0,3 M€ au Crédit Agricole du Maroc (en complément d’un prêt de 20 M€ à sa filiale Tamwill El Fellah), destinée au financement d’actions de renforcement de capacités en matière de responsabilité sociale et environnementale, de l’évaluation des impacts des financements de Tamwill El Fellah sur le revenu agricole des ménages ainsi que de la mise en place d’un conseil de gestion de ses coopératives clientes


=> 0,5 M€ à l’Etat pour le financement d’une expertise technique afin d’accompagner le programme « emploi-compétences »  : cette subvention vise à appuyer la mise en œuvre des réformes envisagées dans 2 axes (i) améliorer l’adéquation des compétences produites par le système de formation professionnelle aux besoins du marché du travail et (ii) améliorer l’efficacité des services d’intermédiation incluant les politiques actives du marché du travail

Une subvention de 1,3 M€ à Casa Transports dédiée au financement des études du métro aérien de Casablanca

Mobilisation des Fonds d’expertise et de renforcement des capacités (FERC)
 
Sur le FERC généraliste (1,5 M€) :

>  2 études de faisabilité du programme « emploi-compétences » ont été réalisées en 2013 : amélioration de la qualité de la formation professionnelle et amélioration de la gouvernance des dispositifs et des établissements de la formation professionnelle


=> 4 études sont en cours de réalisation ou de versement : assistance technique au Holding Al Omrane (construction HQE), monographie des migrants, étude de faisabilité pour la mise en place des Instituts de formation dans les métiers des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique (IFMEREE), étude de faisabilité de l’hôpital du Bouregreg

Sur le FERC dédié aux collectivités locales, 3 études sont en cours portant sur l’assistance technique à la mise en place de l’organisation de l’administration fiscale communale respectivement de Fès, Agadir et Rabat.

Cinq subventions en faveur d’ONG

Cinq subventions (total de 3,6 M€) ont été accordées en 2013 à des initiatives d’ONG, une concernant un projet initié uniquement au Maroc et 4 autres pour des projets multi-pays incluant le Maroc : 

Projet Maroc : CCFD (445 356 €) : projet de soutien à la démocratie participative pour un développement humain et solidaire au Maroc

Projets multi pays incluant le Maroc :

- Santé Sud (convention programme de 1,4 M€) : projet ayant pour objectif de réduire la  marginalisation et l’exclusion sociale des populations vulnérables en Tunisie, Algérie, Maroc et au Liban

- IECD (545 000 €) : projet d’insertion socioprofessionnelle des jeunes défavorisés par la formation professionnelle en électrotechnique dans le bassin méditerranéen

- ACIM (580 000€) : projet de professionnalisation à la création de très petites entreprises et de développement solidaire au Maghreb

- Quartiers du Monde (650 000 €) : projet de soutien à l’entreprenariat des femmes dans 7 pays (Maroc, Sénégal, Mali, Bolivie, Brésil, Colombie, France)

2) Un ralentissement des conventions signées

L’AFD a signé 4 conventions de prêt et 4 conventions de subvention pour un montant total de 252,6 M€, à comparer à 831,3 M€ en 2012, 380 M€ en 2011 et 174 M€ en 2010 :

4 conventions de prêt (250 M€) concernant 1 prêt souverain et 3 prêts non souverains :


=> prêt souverain de 30 M€ en faveur de l’Office national d’Electricité et d’eau potable (ONEE) pour le renforcement des réseaux d’eau potable


=> prêt non souverain de 150 M€ en faveur de la Société d’aménagement Zenata pour l’aménagement de la ville nouvelle de Zenata


=> une ligne de crédit de 20 M€ en faveur de Tamwill El Fellah, filiale du Crédit Agricole du Maroc pour le financement des crédits d’investissements de plus de 5 000 exploitations agricoles


=> un prêt de 50 M€ au Holding Al Omrane (HAO) pour le financement de son programme d’investissement 2013-2016

5 conventions de subvention ont également été signées :

=> 0,5 M€ pour l’appui au programme « emploi et développement des compétences »
=>0,3 M€ en faveur du plan d’action environnemental et social de l’Agence Nationale des Ports
=> 1,3 M€ pour le financement d’études de faisabilité du projet de métro aérien de Casablanca
=> 0,3 M€ en accompagnement du prêt accordé au Holding Al Omrane
=> 0,5 M€ en faveur du Crédit Agricole du Maroc

3) Un niveau record de versements

Le cumul des décaissements sur les concours de l’AFD a été en 2013 de 467 M€, en très nette hausse par rapport à 2010, 2011 et 2012 (respectivement, 110, 202 et 358 M€) (cf. annexe 3).

Cette évolution s’explique par :


- la forte croissance des engagements dans la période précédente
- le recours à un système de versements par tranches qui contribue à accélérer le rythme de décaissement
- la mobilisation des équipes AFD

Les versements de 2013 se caractérisent par une nette prédominance des versements sur des prêts non souverains :

- prêts non souverains : 365,2 M€
- prêts souverains : 100,8 M€
- subventions : 0,9 M€
 

Mise à jour en octobre 2014

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus