Éducation, formation, emploi : la jeunesse au coeur du développement

À la une

Jeunesses sahéliennes : dynamiques d’exclusion, moyens d’insertion

29/03/2016

Région marquée par une croissance démographique avoisinant les 3% par an, le Sahel se distingue par la jeunesse de sa population. La caractérisent aussi la montée de l’insécurité, notamment sous l’effet de groupes terroristes installés dans la zone, et le désœuvrement des jeunes, dont une proportion très importante selon les territoires serait hors de l’emploi et de la formation. Dans ce contexte, l’insertion des jeunes, leur contribution à un développement économique et sociale durable, est une priorité de premier ordre pour les gouvernements des pays concernés. Elle est aussi devenue un enjeu de sécurité majeur pour ces Etats et leurs partenaires techniques et financiers, confrontés à l’internationalisation des activités des groupes terroristes transnationaux, qui ont fait du Sahel une de leur région d’implantation, et de la jeunesse un vivier de recrutement.

Transition Energétique : comment adapter les compétences et les emplois ? (Synthèse)

09/03/2016

Les politiques publiques pour favoriser la transition vers un modèle de développement sobre en carbone constituent des incitations fortes pour les investissements matériels, mais n’intègrent que trop rarement la question des compétences et des emplois. Cet enjeu est pourtant crucial. Le Maroc a bien compris ce double enjeu. Il accompagne à la fois les investissements matériels et le développement des compétences. Quels enseignements tirer des pays et territoires qui ont déjà pris en considération ces enjeux de formation dans leur stratégie de lutte contre le changement climatique ? Cette question a été discutée au Grand Palais, dans le cadre de la COP21.

Atelier sur l'Emploi et la Formation professionnelle

19/02/2016

La Banque Mondiale, l'AFD et le Center for Mediterranean Integration (CMI) ont organisé un atelier régional sur le suivi-évaluation des programmes d'emploi et de formation professionnelle du 25 au 27 janvier à Rabat.  

La coopération pour réduire le chômage en Méditerranée

Les pays du Sud de la Méditerranée connaissent des taux de chômage importants, surtout parmi les jeunes. Les bailleurs de fonds ont contribué à différents programmes destinés à promouvoir l’emploi et la formation professionnelle, avec des composantes portant notamment sur

  • l’appui à la création de PME,
  • le développement de services d’intermédiation sur le marché du travail et
  • la formation qualifiante en alternance.

Ces programmes innovants requièrent toutefois un suivi-évaluation rapproché pour garantir leur efficacité et leur durabilité.  

Pour un suivi-évaluation performant de l'emploi en Méditerranée


Organisé dans le cadre du programme « Emploi et protection sociale » du CMI  co-piloté par la Banque Mondiale et l’AFD, l'atelier a permis de partager les bonnes pratiques expérimentées et de renforcer les capacités de 80 représentants de 7 pays de la Méditerranée : Egypte, Jordanie, Liban, Maroc, Territoires Palestiniens, Tunisie et Turquie. L'objectif étant que ces représentants mettent en place des systèmes de suivi-évaluation (S&E) performants dans le domaine de l'emploi et de la protection sociale.

Les discussions sur l’utilisation des résultats du S&E ont été suivies par des présentations et des travaux de groupes sur les méthodes et outils de S&E donnant lieu à des échanges nourris entre les délégations. À l’issue de cet événement unanimement apprécié, les participants seront mieux à même de concevoir et mettre en œuvre des systèmes de S&E statistiquement robustes et efficients, contribuant à éclairer les décisions politiques.

L'atelier a été officiellement ouvert par le ministre de l’Emploi et des Affaires Sociales du Royaume du Maroc. Les échanges se poursuivront dans le cadre d’une communauté de pratiques hébergée sur le site internet du CMI.


 

 

 



Un projet pionnier pour la relance de l’éducation dans une zone vulnérable

12/02/2016

Les violences entre 2011 et 2013 dans la région de Gao, au Mali, ont eu pour conséquence l’effondrement du système éducatif… Comment relancer une politique éducative, essentielle à l’amélioration des conditions de vie et à la lutte contre l’exclusion sociale, lorsque les écoles sont en partie détruites et les professeurs partis et que les services de l’Etat, eux-mêmes, sont démunis ? Comment faire travailler ensemble collectivités, ONG et services de l’Etat ?

C’est ce que nous expliquent dans cet entretien croisé, Emilie Garet, chef de projet PAQAMA pour l’AFD et Amadou Déguéni, ex-directeur de l’Académie d’Enseignement de Gao.

Formation : l'extension de l'académie aéronautique d’Ethiopian Airlines est opérationnelle

07/02/2016

Ethiopian Airlines (EAL) a inauguré le 7 février 2016 le nouveau campus de son Académie Aéronautique, située à proximité de l’Aéroport International de Bole à Addis-Abeba. Ce projet, soutenu financièrement par AFD, vise à fournir une formation de pointe pour les pilotes, le personnel de bord et les agents de maintenance, afin de soutenir la croissance continue du secteur aérien en Afrique.

Jusqu'à 1500 agents formés par an

Le campus comprend les installations et les toutes dernières technologies nécessaires à la formation des apprentis provenant de toute l’Ethiopie et des pays de la sous-région. Depuis l’installation du premier centre d’entrainement d’Ethiopian Airlines en 1956, le personnel aéronautique formé chaque année est passé de 200 à 1500. Cette croissance conforte l’Académie Aéronautique dans son ambition de porter sa capacité de formation à 4 000 étudiants par an d’ici 2025, un objectif critique pour répondre au besoin en croissance rapide et continue en personnel aéronautique, non seulement par les compagnies aériennes nationales Africaines, mais également par les compagnies d’autres pays émergeants. Grace à ce centre de formation, le label « Ethiopian » et les certificats de formation délivrés seront un symbole d’excellence reconnu dans la profession.

30 millions d'euros de prêt AFD

Ce projet de 50 millions de dollars a été en partie financé par un prêt concessionnel de 30 millions d’euros accordé par l’AFD en octobre 2010. Cette fructueuse collaboration entre ces deux partenaires a également été étendue en 2014 à travers un financement additionnel de 70 millions d’euros, pour la construction d’un terminal de fret capable d’accueillir jusqu’à 600 000 tonnes de denrées, prévu pour être opérationnel en 2017.

Le développement de l'Éthiopie passe par le secteur aérien

La filière du transport aérien en Ethiopie est indéniablement l’un des domaines les plus importants pour encourager le développement économique de ce pays géographiquement enclavé. Les performances d’Ethiopian Airlines sont remarquables à plusieurs égards. Depuis 2009, le nombre de passagers transportés par la compagnie aérienne a doublé chaque année et son réseau s’est étendu pour offrir aujourd’hui plus de 104 destinations. De plus, EAL a entièrement renouvelé sa flotte et possède maintenant 77 avions, nombre qui devrait augmenter dans un futur proche..

La réalisation de cette Académie Aéronautique est un nouveau succès dans la coopération, riche et durable, entre la France et l’Ethiopie. Elle exprime le soutien continu de l’AFD au gouvernement éthiopien dans ses efforts pour atteindre ses objectifs du « Growth and Transformation Plan »

 



L’heure de la rentrée a sonné !

02/02/2016

385 jeunes débutent leur formation professionnelle en apprentissage à travers le projet d’Appui à la Formation Professionnelle et à l’Insertion des Jeunes lancé le 29 janvier 2016 à Abomey (Centre du Bénin). L'AFD, partenaire du projet, a participé au lancement en présence du représentant de l’ambassadrice de France et d’une forte représentation des ministères concernés.

Un réseau de 22 centres de formation

Répartis dans 22 centres de formation partenaires, cette première vague de jeunes, qui sera complétée en septembre par d’autres groupes, entame sa formation au Certificat de Qualification Professionnelle dans des filières diverses telles que froid/climatisation, mécanique, soudure métallique…Pour les accompagner au mieux, plus de 1000 artisans patrons verront leurs capacités renforcées tant en termes de pratiques professionnelles qu’en compétences pédagogiques.Les 22 centres de formation professionnelle de la zone, qu’ils soient publics, privés ou communaux, seront appuyés en termes d’équipement mais aussi sur le volet renforcement de compétences grâce à des formations, une mise en réseau et l’ouverture de nouvelles filières de formation correspondantes aux besoins des bassins d’emplois.

Un représentant des patrons a rappelé aux jeunes qu’il ne s’agit « pas uniquement d’un diplôme, ce qui compte, c’est d’acquérir un savoir-faire et de viser l’emploi ». Les jeunes seront également accompagnés par les cadres locaux d’appui à l’insertion (CLAI), structure en cours de mise en place par les municipalités afin de favoriser l’auto-emploi ou le salariat.

Le groupe des apprenants

Avec plus de 75 000 nouveaux jeunes demandeurs d’emploi par an, le projet d’Appui à la Formation Professionnelle et de l’Insertion des Jeunes (AFPIJE) entend répondre à la priorité du gouvernement d’assurer une adéquation entre la formation et les besoins du secteur privé. Le Bénin poursuit son engagement envers l’emploi des jeunes et un nouveau concours est aujourd’hui instruit visant notamment à appuyer les lycées techniques pour un meilleur accès à la formation et en garantissant une meilleure qualité de celle-ci.



 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus