Éducation, formation, emploi : la jeunesse au coeur du développement

À la une

Conférences : Quelles perspectives pour le Tchad au regard des expe riences re gionales africaines ?

23/11/2016

L’emploi des jeunes est une préoccupation majeure en Afrique. Les difficultés d’accès à l’emploi, notam-ment des jeunes, sont au coeur des priorités des poli-tiques nationales, des sociétés civiles africaines, des partenaires au développement.

 

Depuis quelques années, des dispositifs d’appui transversaux sont testés afin d’accompagner les jeunes dans des contextes où peu d’entre eux par-viennent à accéder ou à évoluer dans des conditions d’emploi satisfaisantes.

Au Tchad, la problématique du sous-emploi se pose avec une acuité particulière pour la jeunesse. Les jeunes de moins de 25 ans représentent 70% d’une population tchadienne en forte progression. Par con-séquent, le nombre de tchadiens à éduquer, former et insérer dans le système économique local aug-mente rapidement.

Or, la formation professionnelle et le recours à l’ap-prentissage sont faiblement répandus au Tchad, constituant un frein à l’insertion sociale et écono-mique des jeunes en situation de vulnérabilité, fac-teur de déstabilisation majeur de la société tcha-dienne exposée à un taux de chômage élevé.

D’ici 2020, il sera nécessaire de créer 1,7 million de nouveaux emplois au Tchad. Prévision qui repré-sente un fort potentiel de main d’oeuvre qui pourrait contribuer à la croissance économique à condition que le pays parvienne à se doter des dispositifs de formations et d’emplois de qualité en adéquation avec les besoins du marché.

C’est dans ce contexte que l’AFD propose à l’en-semble des acteurs tchadiens du secteur de la for-mation professionnelle et de l’emploi de se réunir pour un partage d’expériences et d’échanges.

Cliquez sur l'image pour télécharger la brochure



Favoriser l’éducation et la culture en Guyane

03/10/2016

La culture et l’éducation sont au cœur du nouveau financement de l’AFD pour la Collectivité territoriale de Guyane (CTG) signé le 3 octobre dernier. Objectif : donner à la collectivité les moyens d’investir dans des infrastructures scolaires et culturelles

À travers ce financement, la Collectivité territoriale de Guyane bénéficiera d’une avance de trésorerie, d’un montant de 15,2 millions d’euros, en prévision des subventions qu’elle recevra de l’Europe et de l’État. 
 
Ce financement permettra de réaliser des travaux indispensables au développement de la collectivité, dont notamment la construction d’un collège à Apatou et à Kourou, la Maison des cultures et des mémoires de Guyane et un internat à Maripasoula. 
 
  
Éducation : relever le défi de la croissance démographique
 
Dans un contexte de fort dynamisme démographique, les constructions scolaires constituent un défi majeur à relever pour la collectivité territoriale, notamment dans l’ouest guyanais. 
 
Les travaux de construction des collèges à Apatou et à Kourou sont quasi finalisés. Quant à ceux de Maripasoula, ils vont permettre de transformer l’internat pour y accueillir un nombre grandissant de jeunes, et notamment plus de filles. 
 
  
Une Maison pour réunir culture et patrimoine guyanais
 
La Collectivité territoriale de Guyane restaure et valorise le site historique de l'ancien hôpital Jean-Martial, situé au cœur de Cayenne, pour y créer la Maison des cultures et des mémoires de la Guyane. 
 
Cette Maison regroupera le musée départemental Alexandre-Franconie, le musée des cultures guyanaises, les archives départementales  ainsi que le futur pôle d’excellence du multilinguisme et la cinémathèque. La structure sera complétée par un autre bâtiment à Rémire Montjoly (cf. photo), qui accueillera les réserves muséales, les ateliers de restauration et une salle de lecture. 
 


L’AFD et l’AKDN partenaires pour un programme d’éducation de niveau international au Mozambique

27/09/2016

Son Altesse l’Aga Khan, président du Réseau Aga Khan de développement (AKDN) et Rémy Rioux, directeur général de l’AFD, ont présidé ce jour la signature de la convention de prêt de 25 millions de dollars pour le financement de la construction de l’Académie Aga Khan de Maputo au Mozambique.

Cet accord permettra d’offrir un enseignement d’excellence pour l’éducation et la formation de futurs leaders et professionnels hautement qualifiés et socialement responsables ; et contribuer ainsi au développement économique et social du Mozambique. Le programme ciblera les enfants à fort potentiel quelle que soit leur origine sociale, du primaire au secondaire. Grâce à une politique active de repérage des élèves talentueux et des possibilités de subventionnement des frais de scolarité, le projet permettra à des élèves issus de familles à faible revenu de bénéficier d’une formation de qualité à norme internationale.

Ce prêt, couplé à un investissement de 33 millions de dollars de l’AKDN, ciblera la construction du campus de l’Académie Aga Khan de Maputo et son équipement en infrastructures socio-éducatives de pointe. En parallèle, la construction de logements locatifs dédiés aux enseignants et à des particuliers  contribuera à une aide financière de plus de 60 millions de dollars sur les 20 prochaines années au bénéfice des frais de formation et du système de subventionnement.

© AKDN/Cecile Genest

Plus de 750 filles et garçons, de la maternelle à la terminale, profiteront des installations qui comprendront des salles de classe, des laboratoires scientifiques, des bibliothèques, des salles de lecture et d’étude destinées au perfectionnement professionnel du personnel enseignant, des bureaux administratifs, des dortoirs ainsi qu’une salle à manger et des cuisines, un amphithéâtre, des équipements sportifs et culturels. Le campus possèdera également un équipement de pointe en informatique.

« Ce projet répond aux objectifs de l’AFD de développement dans le secteur de l’éducation sur des projets pilotes visant l’excellence académique, l’inclusion sociale et les partenariats stratégiques avec la France. Pour l’AFD, il s’agit du premier financement dans le secteur de l’éducation avec le réseau AKDN », indique Laurence Breton-Moyet, directrice des opérations à l’AFD, signataire de l’accord. « Ce projet pourrait ainsi ouvrir la voie à une collaboration plus importante entre les deux institutions dans le secteur de l’éducation. Il incarne une nouvelle déclinaison dans le secteur de l’éducation de l’accord de partenariat signé entre la France et l’AKDN, le 9 décembre 2008. Les Académies Aga Khan ont une approche très innovante, ces établissements ayant pour objectif de former les futurs leaders aussi bien dans le domaine public que privé ; ainsi que ceux de la société civile. Ils seront ainsi à même de soutenir le développement d’une société démocratique, tolérante et pluraliste », poursuit-elle.

La formation professionnelle des enseignants au Mozambique et ses environs constitue un élément essentiel du programme de l’Académie. Ainsi, grâce à cet accord, l’Académie Aga Khan de Maputo soutiendra-t-elle le système éducatif national en proposant des ateliers de formation à l’attention des professeurs, des chefs d’établissement, des parents et des professionnels du ministère de l’Éducation. De plus, les élèves auront une formation bilingue ou trilingue (anglais, portugais et français).

Monsieur Mhamud Charania, président du Service d’éducation Aga Khan, Mozambique, a signé la convention de prêt au nom de l’AKDN. « La participation de l’AFD dans ce projet renforce notre conviction que consacrer d’importants moyens à l’éducation de jeunes à fort potentiel permet les plus grandes réussites », a indiqué Monsieur Salim Bhatia, directeur des Académies. « C’est notre volonté d’offrir une formation unique, pertinente et de niveau international grâce à laquelle les élèves, filles et garçons, développeront leur responsabilité civique et ainsi contribueront à l’amélioration de la qualité de vie dans leur pays », a-t-il ajouté.

© AKDN/Cecile Genest

 

L’AFD, en tant que principal opérateur français en matière de développement, a bâti une coopération fructueuse avec l’AKDN sur plusieurs projets. Les deux structures sont partenaires depuis près de 20 ans. Proparco (filiale du secteur privé de l’AFD) a principalement financé des projets de développement économique (notamment dans les secteurs des infrastructures, du tourisme, ou bancaire) et l’AFD des projets de développement social en matière de santé, d’éducation et d’inclusion financière.

Grégory Clemente, directeur général de Proparco, a également fait part de sa volonté de poursuivre ses opérations avec les sociétés du Fonds Aga Khan pour le développement économique, AKFED, dans le secteur de l’énergie en Afrique et en Asie, du tourisme, ou encore dans le secteur financier.
 


À propos du Réseau Aga Khan de développement
Le Réseau Aga Khan de développement est implanté dans 30 pays et emploie approximativement 80 000 personnes. Ses agences non confessionnelles œuvrent dans les domaines de la santé, de l’éducation, du développement rural, de l’architecture, de la culture ainsi que de la promotion de l’entreprise privée. Les programmes éducatifs de l’AKDN couvrent un large éventail allant de la petite enfance, écoles primaires et secondaires à la formation professionnelle pour les jeunes et les adultes, ainsi que des diplômes d’études supérieures et de la formation continue. Aujourd’hui, plus de deux millions d’élèves en bénéficient annuellement.

http://www.akdn.org


À propos de l’Académie Aga Khan de Maputo
L’Académie Aga Khan de Maputo rejoint deux autres établissements situés à Mombasa au Kenya et à Hyderabad en Inde qui font partie d’un réseau d’Académies fondé par Son Altesse l’Aga Khan à travers 14 pays. À terme, l’ensemble des Académies comprendra 14 000 élèves et 2000 professeurs, et 1400 élèves de toutes classes sociales seront diplômés chaque année. En plus d’une offre éducative de haut niveau dans les cycles primaires et secondaires, chaque Académie propose une formation professionnelle destinée aux enseignants du secteur public et autres établissements à but non lucratif afin d’aider à l’amélioration des normes éducatives.
À l’heure actuelle, l’Académie Aga Khan de Maputo apporte son aide à 16 écoles au travers de formations ciblant les professeurs principaux, les enseignants, les conseils d’écoles et les parents. L’Académie qui, depuis 2013, propose un programme de cycle primaire, s’agrandira avec une école de cycle secondaire et un programme résidentiel sur un campus aménagé à cet effet. L’enseignement offert est basé sur les programmes du Baccalauréat International hautement reconnus.

http://www.agakhanacademies.org
 



L'AFD accorde 74,1 milliards de FCFA (113 millions d’euros) au Sénégal pour le financement du projet KMS 3 et la création de deux Instituts Supérieurs d’Enseignement Professionnel (ISEP)

23/09/2016

Avec ces nouveaux financements, l’AFD  poursuit son accompagnement en faveur de deux secteurs clefs, l’eau et l’assainissement et la formation des jeunes, pour le bien-être des populations et l’émergence du Sénégal.  Au total, ce seront plus de 400 millions d’euros (262 milliards de FCFA) qui seront engagés par l’AFD sur la période 2014-2016, faisant de l’Agence un des principaux contributeurs au Plan Sénégal Emergent.

Rémy Rioux, Directeur Général de l’AFD et Amadou Ba, Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan au Sénégal, signent aujourd'hui à Dakar les conventions de financement relatives à deux projets :

  1. La construction d’une troisième usine d’eau potable à Keur Momar Sarr et ses renforcements en aval (KMS 3)
  2. La création de deux Instituts Supérieurs d’Enseignement Professionnel (ISEP) à Bignona et à Richard Toll.

Le projet KMS 3 , financé en partie par l’AFD à hauteur de  93 millions d’euros (61 milliards de FCFA), prévoit la construction d’une usine d’eau potable à Keur Momar Sarr d’une capacité de production de 100.000 m3/jour et des infrastructures de distribution pour renforcer et sécuriser l’approvisionnement en eau potable de la région de Dakar à l’horizon 2025. Ce financement comprend également une subvention de 1 million d’euros destinée au renforcement des capacités de la Société Nationale des Eaux du Sénégal (SONES) et du secteur de l’eau potable en milieu urbain. 


Le projet ISEP financé par l’AFD à hauteur de 20 millions d’euros (13.1 milliards de FCFA), consiste en la création de deux instituts supérieurs d’enseignement professionnel, à Bignona et à Richard Toll, dédiés principalement aux métiers agricoles et agro-industriels . Il répond à la volonté des autorités  de déconcentrer et de territorialiser l’enseignement supérieur professionnel, en proposant aux futurs bacheliers une  offre  de formation professionnalisante et en alternance, placée au cœur des bassins économiques pour mieux répondre aux besoins du marché de l’emploi et ainsi favoriser l’insertion socio-économique des jeunes diplômés.

Cette signature intervient en présence de Mahammed Boun Abdallah Dionne, Premier Ministre de la République du Sénégal, Manuel Valls, Premier Ministre de la République Française et Christophe Bigot, Ambassadeur de France au Sénégal.



Éducation et emploi : la Côte d’Ivoire se donne les moyens d’une politique ambitieuse

30/08/2016

En consacrant plus de 300 millions d'euros à l’éducation, à la formation et à l’emploi, et avec des approches innovantes, la Côte d’Ivoire entend relever le défi de donner à la majorité de ses jeunes une solide éducation de base, des compétences et un dispositif efficace d’entrée sur le marché du travail.
Comment ? Jacques Marchand, le chef de projet côté AFD, nous en dit plus.

Comment caractériseriez-vous le projet de modernisation et de réforme du système éducatif ivoirien à l’œuvre ?

Jacques Marchand : Défi-jeunes est le premier programme d’une telle envergure pour moderniser et développer le système d’éducation-formation dans un pays africain. C’est un enjeu crucial pour le pays. Après les dix ans de crise qui ont vu le système se dégrader les besoins sont considérables à la fois pour la remise à niveau de l’existant et pour l’extension des capacités en réponse à la croissance démographique, à la demande éducative en forte croissance et aux besoins de compétences pour le développement du pays. Les acteurs ivoiriens pilotent ce programme innovant avec détermination, engagent des réformes importantes, s’inscrivant dans le  long terme, et réalisent des investissements massifs qui sont à la hauteur des enjeux.
 

En s’appuyant sur les deux Contrats de désendettement et de développement (C2D) signés en 2013 et en 2016 (les remboursements  périodiques de la dette publique ivoirienne à l’égard de la France sont immédiatement ré-injectés dans l’économie et la société ivoiriennes à travers le financement des projets de développement), ce sont 319 millions d’euros qui seront investis pour éduquer et former la jeunesse ivoirienne, un montant inédit pour le secteur dans ce pays.

 

Vous parlez d’innovation. À quoi pensez-vous en particulier ?

Les innovations sont multiples, tant dans la façon de mener les projets que dans ses objectifs et réalisations. La plus grande innovation est l’approche systémique du projet : le continuum éducatif  (éducation de base, formation professionnelle, enseignement supérieur, aide à l’emploi des jeunes) a été pris en compte.
Non pas sous la forme d’un projet pilote mais d’un programme à envergure nationale !
 

Lire la suite de l'interview 
 



L’AFD et l’Agence universitaire de la Francophonie renouvellent leur collaboration au service de la francophonie universitaire

20/07/2016

L’AFD et l’ Agence universitaire de la Francophonie (AUF) ont signé ce jour un accord de partenariat engageant les deux institutions à mener, pour la durée d’une année, des opérations communes en vue de valoriser le réseau des établissements d’enseignement supérieur de l’espace francophone.


L’AFD était représentée par M. Philippe Orliange, Directeur exécutif, en charge de la Stratégie, des Partenariats et de la Communication et l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), représentée par son Recteur, le Professeur Jean-Paul de Gaudemar, en présence de M. Gaël Giraud, Chef économiste de l'AFD 

 

L’AFD et l’AUF possèdent des valeurs communes de solidarité, d’ouverture et d’appui au développement

La réflexion partagée de l’AFD et de l’AUF se concrétisera par des actions menées en commun et  portera sur la veille stratégique et scientifique, le numérique éducatif et le transfert de technologies, la gouvernance universitaire, la cartographie de l’expertise universitaire francophone ainsi que l’insertion professionnelle des jeunes diplômés et l’entreprenariat.

Les zones géographiques prioritaires dans lesquelles s’inscrit le partenariat de l’AFD et de l’AUF sont l’Afrique subsaharienne et l’Amérique latine – Caraïbes.

AFD-AUF : Six années de collaboration au service de l’éducation

L’AUF et l’AFD sont, depuis 2010, partenaires sur des appuis régionaux en faveur de la qualité de l’éducation, autour de la formation continue des enseignants du primaire et du secondaire, en s’appuyant sur les acquis de la recherche et à travers l’usage des technologies de l’information et de la communication pour l’éducation.

 


A propos de l' Agence universitaire de la Francophonie
L’Agence universitaire de la Francophonie est une association mondiale d’universités francophones. Elle regroupe plus de 800 établissements universitaires sur les cinq continents dans plus de cent pays. Elle est l’opérateur spécialisé de la Francophonie pour l’enseignement supérieur et la recherche. Elle a pour mission de soutenir les stratégies de développement de ses établissements membres, acteurs du développement et de promouvoir la communauté scientifique francophone pour qu’elle devienne une référence internationale et apporte sa contribution aux enjeux mondiaux (changement climatique, pauvreté, agriculture, sécurité alimentaire, santé, droit,...). Pour conduire ses actions, l’AUF développe des partenariats avec différentes organisations (UNESCO, UE, ONG, entreprises du secteur privé...). M. Jean-Paul de Gaudemar est le Recteur de l’AUF.
Pour plus d’informations : www.auf.org



 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus