L’implication de l’AFD en Egypte s’est concrétisée, dès février 2007, par l’ouverture de l’agence du Caire, qui a permis d’accélérer l’identification et l’instruction des projets et d’établir un dialogue suivi avec l’administration égyptienne et les partenaires potentiels de l’AFD dans les secteurs public et privé. Photo © Ed Yourdon

À la une

L’énergie au cœur de deux nouveaux accords avec l’Égypte

24/11/2016

Deux nouveaux accords ont été signés entre l’AFD et l’Égypte : l’un permettra de financer la construction d’une ferme éolienne de 200 MW dans le Golfe de Suez tandis que le second est consacré au réseau électrique de la région du Delta. 

Une ferme éolienne qui va tout changer dans le Golfe de Suez

Au cœur du premier accord signé le 23 novembre 2016, un projet phare de la coopération franco-égyptienne : la construction d’une ferme éolienne dans la région du Golfe de Suez. 

D’une puissance de 200 MW, elle devrait être opérationnelle en 2020. Cette centrale électrique apportera au réseau électrique national près de 700 gigawattheures par an et réduira l’impact carbone de la production d’électricité de 300 000 tonnes équivalentes de dioxyde de carbone par an. 

Ce projet comprend, au-delà des infrastructures, la mise en place d’un contrat d’exploitation et de maintenance de la centrale pour une durée de 3 ans par un opérateur privé et un programme de formation auprès du personnel de la New and Renewable Energy Authority (NREA), maîtrise d’ouvrage du projet. 

Le financement du projet comprend un prêt de l’AFD, complété par un don de l’Union européenne de 30 millions d’euros délégué à la KfW, afin d’accompagner NREA dans la mise en œuvre du programme et des investissements. 

Le groupe AFD, associé à la KfW, à l’Union européenne et à la Banque européenne de développement, soutient les autorités égyptiennes dans l’atteinte de l’objectif ambitieux de 20 % d’énergies renouvelables dans le mix énergétique en 2022

 

Un nouveau centre de contrôle du réseau électrique automatisé de la région du Delta

Au programme du deuxième accord, qui lie l’AFD au ministère égyptien de l’Électricité et des Énergies renouvelables, un prêt de 50 millions d’euros voué à financer le projet de construction et d’équipement du centre de contrôle du réseau électrique automatisé de la région du Delta. 

 

 

À travers ce projet, l’AFD soutient les autorités égyptiennes dans leur volonté de développer et moderniser le réseau électrique.

Le projet vise principalement à automatiser la gestion du réseau et comprend :

  • la construction et l’équipement du nouveau centre de contrôle du réseau électrique de moyenne tension de la région du Delta dans la ville de Talkha, en vue d’une mise en service en 2019 ;
  • le financement d’une assistance technique à la maîtrise d’ouvrage (EETC) pour la gestion du projet ;
  • et le financement d’une étude de faisabilité pour la rénovation du centre de contrôle d’Alexandrie, du Caire et du Canal

Ce projet devrait contribuer aux objectifs prioritaires de l’action de l’AFD en Égypte en améliorant les conditions de vie des populations et en accompagnant la croissance durable du secteur productif. 

Les impacts attendus sont :

  • l’amélioration de la qualité de service par la réduction de la fréquence et de la durée des coupures de courant et réduction du temps de réparation, bénéficiant à 13 millions de personnes dans la région du Delta ;
  • et la réduction des pertes de réseau permettant des gains économiques et une meilleure efficacité énergétique grâce à la réduction d’émissions carbone de 37 000 tonnes de CO2 par an. 

 

Objectif climat

L’AFD a pour objectif de dédier 50 % de ses financements annuels à des projets ayant un impact positif sur le climat. 

Les deux accords signés le 23 novembre s’inscrivent pleinement dans cette stratégie globale et viennent augmenter un portefeuille égyptien déjà important : 540 millions d’euros sont ainsi consacrés au financement de projets exemplaires qui contribuent à réduire l’impact carbone de l’économie égyptienne. 

Parmi eux, le métro du Caire, le programme EGAS de raccordement des ménages au réseau de gaz naturel et la construction de la première centrale solaire photovoltaïque connectée au réseau électrique à Kom Ombo. 



Repenser le financement des transports urbains en Égypte

20/11/2016

Les enjeux de financement des transports urbains étaient au cœur du Forum sur la mobilité urbaine (FMU) organisé au Caire les 19 et 20 novembre 2016. L’occasion de réfléchir à de nouvelles pistes de solutions adaptées aux villes égyptiennes.

Comment financer les métros et trains urbains ?

C’est dans le cadre du programme « Transport urbain durable » du Centre pour l’intégration en Méditerranée (CMI) de Marseille que s’est tenu le Forum sur la mobilité urbaine au Caire.

L’événement, qui a regroupé une centaine d’experts égyptiens et français, a été co-organisé par l’AFD, la CODATU et le CEREMA, en étroit partenariat avec le ministère des Transports égyptien et le projet Euromed RRU (Road, Rail and Urban Transport).

Objectif : apporter des réponses aux enjeux de financement dans le domaine du transport urbain en recourant à une approche participative. 

Compte tenu de la situation déficitaire des entités publiques égyptiennes du secteur et de leur grande dépendance vis-à-vis des subventions de l’État, l’événement s’est concentré sur les sources de revenus complémentaires pouvant s’additionner aux recettes tarifaires pour financer l’opération et la maintenance du métro et des trains urbains.   

Les principaux acteurs de la mobilité urbaine aux niveaux local et national ont été invités à partager leurs expériences avec des experts, y compris des représentants d’entreprises françaises. 

Ils ont exploré ensemble de nouvelles pistes de solution adaptées au contexte des villes égyptiennes en matière de gestion, d’exploitation et de financement des réseaux de transport en commun. 

Les discussions du forum se sont focalisées sur le métro du Caire mais les contributions et les conclusions sont également riches d’enseignements pour les autres villes du pays (y compris Alexandrie).



L’histoire du plus vieux tramway d’Afrique retracée dans une exposition à Alexandrie

26/10/2016

Afin de revenir sur l’histoire du Tram Raml d’Alexandrie, l’un des plus vieux au monde et au cœur d’un projet de réhabilitation financé par l’AFD, une exposition destinée à tous les publics est organisée à Alexandrie.

À la découverte du plus ancien tramway d’Afrique

L’exposition consacrée au Tram Raml d’Alexandrie est organisée et financée par l’AFD et son partenaire égyptien, l’Autorité pour le transport des passagers à Alexandrie (APTA).

Au cœur de l’exposition : l’histoire du tramway Tram Raml, le plus ancien d’Afrique et l’un des plus vieux au monde et une plongée unique dans l’histoire du développement du transport urbain à Alexandrie à partir de photos, de cartes et de films.

 

 

 

Un travail considérable de recherche et de numérisation a été réalisé par le Centre d’études alexandrines (CEAlex) tandis que des photos et des cartes, pour la plupart inédites, ont été fournies par l’APTA.

 

 

L’exposition comprend aussi des vidéos (film des frères Lumières de 1897, film du Tram de 1969 et deux films préparés spécialement pour l’événement par le Groupe des jeunes francophones alexandrins – y compris des interviews des employés et des passagers du Tram) et d’objets anciens (vieux klaxons, bancs, uniformes, tickets) prêtés par l’APTA, rendant ainsi cette exposition très vivante et accessible à tous.

 

Une expo pour communiquer autour de la réhabilitation du tramway

L’Agence a profité de cette exposition pour faire valoir et connaître par le public alexandrin le projet de rénovation et de réhabilitation du Tram Raml d’Alexandrie, qui sera co-financé par l’AFD et la Banque européenne d’investissement (BEI).

L’exposition est hébergée dans les locaux de la Bibliotheca Alexandrina pour encore deux semaines, avant d’être ensuite transférée à l’Institut Français d’Égypte à Alexandrie avant d’être présentée au Caire, début 2017.

L’inauguration a eu lieu le 17 octobre dans le cadre d’un colloque valorisant les relations franco-égyptiennes intitulé « Deux siècles de relations franco-égyptiennes : une communauté de destin et des horizons partagés ».

Un événement qui a réuni l’ambassadeur de France en Égypte, le président de l’APTA, le directeur de la Bibliotheca Alexandrina et la directrice de l’agence AFD du Caire.
 



Des solutions de financement pour les énergies vertes

01/06/2016

L’AFD a profité du 3ème Forum égyptien sur les infrastructures électriques et les investissements dans les énergies nouvelles organisé fin mai pour présenter ses solutions de financements innovants pour développer les énergies renouvelables.

 

Un marché au potentiel immense 

Le Forum, qui a réuni les différents acteurs du marché de l’énergie en Égypte, a permis de présenter l’état actuel du marché égyptien des énergies renouvelables ainsi que les différents efforts fournis par le secteur public et privé pour développer ce marché au potentiel immense. 

Différents acteurs se sont exprimés sur les opportunités et les challenges du développement des énergies renouvelables dans la région. L’AFD a ainsi pu réaffirmer son implication dans le secteur ainsi que son soutien aux acteurs - publics et privés - à travers les divers projets en cours et les différents outils disponibles.
 
 
L’AFD, omniprésente dans les énergies renouvelables en Égypte
 
Aujourd’hui en Égypte, le groupe AFD se positionne sur l’ensemble du secteur des énergies renouvelables :
  • l’AFD finance directement, en collaboration avec l’UE et les autres bailleurs européens, les premiers projets majeurs de construction d’infrastructures de production d’énergie photovoltaïque et éolienne portés par le gouvernement ;
  • elle assure également les financements en devises nécessaire à la première banque privée égyptienne pour l’accompagnement de ses clients sur ce nouveau marché ;
  • elle contribue à la modernisation et au renforcement du réseau électrique égyptien, afin d’assurer le déploiement de la production et de la distribution des énergies nouvelles.
Proparco participe aussi activement au développement du secteur en finançant les premiers projets de construction de centrales photovoltaïques par des développeurs privés.
 


L’AFD s’attaque aux enjeux de mobilité urbaine à Alexandrie

29/05/2016

Comment développer des transports urbains efficaces et moins polluants à Alexandrie ? La 4ème édition du cycle d’ateliers « Egypt Urban Futures » a permis à l’AFD de s'exprimer sur ce sujet et de présenter le projet de tramway Raml.

Elaborer une stratégie « transports urbains » 

Lors de ce cycle d’ateliers consacré aux évolutions urbaines en Egypte, Ahmad Badr de l’AFD au Caire s’est exprimé sur les enjeux de mobilité urbaine à Alexandrie. Ces enjeux avaient été identifiés par l’étude de diagnostic réalisée par Egis Rail entre 2013 et 2016  grâce à un don de l’Union européenne délégué à l’AFD.

Il a également présenté le projet de réhabilitation du tramway de Raml (dit « tramway bleu ») dont l’AFD envisage le financement. Ce projet, désigné comme prioritaire par les autorités égyptiennes, a pour objectif de doubler la capacité d’accueil du tramway tout en réduisant de moitié le temps de parcours de la ligne. 

Des problèmes de mobilité grandissants

Toutefois, ce projet ne permettrait pas à lui seul de résorber les problèmes de mobilité grandissants à Alexandrie. Dans une ville qui s’étend sur près de soixante kilomètres le long de la côte, avec de forts enjeux économiques à l’ouest (aéroport, zone industrielle), des projets de transport complémentaires devraient être réalisés, notamment une ligne de métro reliant Alexandrie à Aboukir.

 

Cet atelier a été organisé le 29 mai dernier à l’Institut français d’Égypte (IFE) en partenariat avec le Centre d'études et de documentation économiques, juridiques et sociales (CEDEJ), ONU-Habitat ainsi que l’Agence allemande de coopération internationale (GIZ).

 


La pyramide d’Ounas à Saqqara ouverte au public grâce à l’AFD

26/05/2016

Plusieurs monuments de la nécropole de Saqqara ont été inaugurés le jeudi 26 mai lors d’une cérémonie ouverte à tous. L’occasion de revenir sur le projet de valorisation de ce site archéologique soutenu par l'AFD.

Mise en valeur du patrimoine archéologique
La cérémonie d’inauguration organisée par le ministère des Antiquités égyptien a permis au public de découvrir les riches inscriptions hiéroglyphiques se trouvant à l’intérieur de cette pyramide.
L’AFD a financé l’éclairage de l’intérieur de la pyramide d’Ounas dans le cadre du projet de mise en valeur du site archéologique de Saqqara. 
Le projet d’aménagement de ce site archéologique, financé en partie par l’AFD, a pour but de consolider son statut de pôle d’attraction générant des revenus touristiques réguliers sur le long terme, en harmonie avec un environnement urbain et humain bénéficiant largement de cette activité économique.
Objectif : redynamiser le tourisme égyptien
Les monuments ouverts au public lors de cette cérémonie incluaient la pyramide du pharaon Ounas (24ème siècle avant Jésus-Christ) ainsi que trois tombes (Ankh-Mahor, Nefer-Seshem-Ptah et Nemty-mes) datant de l’Ancien et du Nouvel Empires égyptiens. 
Cette inauguration s’inscrit dans la stratégie du ministère des Antiquités d’ouvrir davantage de sites archéologiques au public afin de redynamiser le tourisme égyptien. 
La cérémonie a eu lieu en présence du ministre des Antiquités égyptien, du gouverneur de Guizeh et de représentants de l’AFD. Elle s’est terminée par une veillée aux chandelles en hommage aux victimes du vol EgyptAir 804. 
 


 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus