Actualités

Un Sommet de la Francophonie réussi pour l'AFD

27/11/2016

Le 16ème Sommet international de la Francophonie a été l'occasion pour la France de conclure sept accords avec Madagascar et avec l'Organisation internationale de la Francophonie avec près de 62 millions d'euros d'engagements. Au programme : développement urbain, assainissement et aide budgétaire !

La France, premier partenaire bilatéral de la Grande Île 

La 16ème édition du Sommet de la Francophonie s’est tenue à Madagascar du 22 au 27 novembre à Antananarivo. Un Sommet qui a vu la coopération franco-malgache s’enrichir de plusieurs nouveaux accords.

Ainsi, six conventions pour le lancement de projets de développement urbain, d’assainissement et pour une aide budgétaire ont été signées le samedi 26 novembre par le directeur général de l’AFD Rémy Rioux et le ministre des Finances malgache. 

Avec ces signatures, la France, au travers de l’AFD, confirme son engagement à accompagner le développement de Madagascar et conforte sa place de premier partenaire bilatéral du pays. 

En 2016, le total des financements engagés par l’AFD à Madagascar s’élève à plus de 94 millions d’euros.

 

Le développement urbain : secteur prioritaire pour l’AFD à Madagascar

Le programme d’appui et de développement des villes d’équilibres (PADEVE) a pour but de promouvoir le développement territorial de six villes de la Grande Île : Antsirabe, Antsiranana, Fianarantsoa, Mahajanga, Toamasina et Toliara afin d’améliorer les conditions de vie de leurs habitants. Il est financé par un prêt et une subvention d’un montant total de 27 millions d’euros.

 

Lutter contre les inondations dans la capitale
 
Un vaste programme d’assainissement d’Antananarivo (PIAA) a également été amorcé. Son objectif ? Améliorer le réseau d’assainissement de la capitale afin de lutter contre les inondations qui affectent tout particulièrement les populations vivant dans les quartiers les plus vulnérables.
 
L’AFD finance ce projet via un prêt et une subvention d’un montant de 25 millions d’euros.
 

 

De gauche à droite : Rémy Rioux, directeur général de l'AFD, André Vallini, Secrétaire d'État chargé du Développement et de la Francophonie, Gervais Rakotoarimanana, ministre des Finances et du Budget et Narson Rafidimanana, ministre en charge des Projets présidentiels, de l'Aménagement du territoire et de l'Équipement.

 

Autre convention signée entre l’AFD et l’État malgache, celle consacrée au projet de rocade dans la capitale pour un montant de 4,8 millions d’euros. Ces fonds, que l’Union européenne avait dans un premier temps délégués à l’Agence, contribueront au financement du prolongement de la rocade à l’est et au nord-est d’Antananarivo.

Le montant total de ce projet s’élève à 62 millions d’euros et a été signé en juin 2016.

 

Une aide budgétaire de la France pour l’obtention de la Facilité élargie de crédit du FMI

Au-delà de ces conventions, une subvention d’aide budgétaire de 5 millions d’euros a également été accordée à Madagascar. 

Elle correspond à la contribution française conjointement aux appuis de la Banque mondiale et de la Banque africaine de développement qui a permis l’approbation d’un accord du Fonds monétaire international (FMI) au titre de la Facilité élargie de crédit. Cette aide sera versée d’ici la fin de l’année.

 

Une coopération AFD/OIF en faveur de l’entreprenariat

Dernier événement majeur, l’AFD et l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) ont signé un accord en présence du Président de la République François Hollande, de la Secrétaire générale de l’OIF Michaelle Jean et du directeur général de l’AFD.

Cet accord permettra d’encadrer les relations déjà établies à plusieurs niveaux entre l’AFD et l’OIF et notamment d’identifier des pistes de coopération avec l’OIF en matière d’appui à l’entreprenariat des femmes et des jeunes. 

 



Retrouvez l'AFD lors du Sommet de la Francophonie à Madagascar !

24/11/2016

À l'occasion du 16ème Sommet de la Francophonie, qui se tient à Antananarivo jusqu'au 28 novembre, l'AFD sera présente sur le pavillon France du village de la Francophonie aux côtés des autres membres du réseau français.

Éducation, études en France, volontariat, santé, culture, enseignement du français, environnement, recherche, économie, agronomie, entreprises, et développement durable : les acteurs du réseau de la coopération française à Madagascar vous attendent nombreux au pavillon France !

 

 

Une occasion pour les visiteurs de découvrir ou redécouvrir les activités de l'AFD dans le monde en général, et à Madagascar en particulier, au travers d'écrans tactiles et de vidéos pédagogiques.



Proparco reprend du service à Madagascar

21/11/2016

Proparco, la filiale de l’AFD dédiée au secteur privé, a accordé un prêt de 5 millions d'euros à la BNI Madagascar, banque commerciale malgache de premier plan. Objectifs : accompagner son développement et soutenir le financement de l'économie locale.

Soutenir les banques pour mieux répondre aux besoins locaux

Ce nouveau financement Proparco s'inscrit dans la démarche du groupe AFD de : 

  • soutenir les banques dans leur rôle de "financeurs" des économies locales ;
  • favoriser le processus de bancarisation de la population ;
  • et contribuer à la diversification de l'offre financière pour mieux répondre aux besoins des entreprises et des particuliers.

Les banques soutenues par Proparco s'engagent dans une démarche de maîtrise des risques environnementaux et sociaux liés à leur activité et à celle des sociétés de leur portefeuille.

 

R eprise des activités de Proparco à Madagascar 

Première transaction nouvelle depuis 2009 à Madagascar, cette opération marque l'engagement renouvelé de Proparco au service du développement du secteur privé sur la Grande île.

Proparco , filiale de l'AFD dédiée au secteur privé, intervient depuis près de 40 ans en faveur du développement durable. Présente dans 80 pays d'Afrique, d'Asie, d'Amérique latine ou encore du Moyen-Orient, elle participe au financement et à l'accompagnement d'entreprises et d'institutions financières.

 

 

 



L’AFD soutient trois nouveaux projets d'ONG à Madagascar

18/10/2016

L’AFD va financer trois nouveaux projets d’ONG sur l’île pour un montant de 1,67 million d’euros. Au cœur de ces actions : l’insertion des jeunes, le développement rural et les conditions de vie des populations. Focus sur ces trois initiatives !

 

Les jeunes, acteurs clés du développement rural

Grâce à une formation en collège agricole,  le projet FERT permettra  une meilleure insertion professionnelle des jeunes ainsi que leur implication renforcée dans les organisations professionnelles paysannes.

Cette initiative, mise en œuvre avec la Fédération nationale des organisations de producteurs (Fifata) et la Fédération des collèges agricoles, prévoit d’accompagner près de 900 jeunes.

L’AFD soutiendra cet objectif par une subvention de 700 000 euros, soit 47 % du montant total du projet.
 

Foresterie, agroforesterie et aménagement du territoire

Le second projet, de l’ONG Agrisud International, entend développer l’agriculture dans la région Itasy à travers une amélioration des systèmes de production, de meilleurs services agricoles de proximité et en réhabilitant des espaces agricoles.

En partenariat avec l’ONG malgache Amadese, l’ONG française ETC Terra et la fondation suisse Centre écologique Albert Schweitzer, le projet permettra à 2000 familles de producteurs, 300 maîtres-exploitants et 20 entrepreneurs en transformation agroalimentaire, originaires de la région Itasy et de 15 communes, d’être accompagnés.

L’AFD financera 43 % du montant total du projet (soit 520 000 euros).
 
 

Amélioration des conditions de logement à Antananarivo

Enfin, la Fondation Abbé Pierre a reçu un financement de 450 000 euros afin d’améliorer l’accès à un logement décent pour 6000 personnes défavorisées à Antananarivo.

La Fondation poursuit trois objectifs : améliorer les conditions d’habitat de familles vulnérables notamment celles avec des femmes chef de famille, développer les compétences des acteurs du logement et sensibiliser citoyens et autorités sur l’accès à un logement décent.
 
 

Madagascar : premier pays pour les activités ONG de l’AFD

Ces trois projets viennent s’ajouter aux plus de 50 autres déjà en cours de mise en œuvre par des ONG françaises à Madagascar et soutenus par l’AFD.

De ses 70 pays d’interventions, c’est sur la Grande Île que l’AFD finance le plus d’ONG.
 



L’AFD et Bpifrance s’associent pour lancer un concours d’innovation numérique ouvert aux startups africaines et françaises qui agissent pour le développement en Afrique

11/10/2016

Pour la première fois, l’AFD, qui finance depuis près de 75 ans des projets de développement en Afrique, et Bpifrance, s’associent pour lancer le "Startup Challenge Digital Africa", concours d’innovation en faveur du développement des startups numériques en Afrique. Les startups africaines et françaises ont jusqu’au 15 novembre 2016 pour déposer leurs dossiers dans les secteurs fintech, santé, environnement-énergie et agriculture.

Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 15 novembre 2016 sur la plateforme ► http://digitalafrica.afd.fr 

 

 

Pourquoi ce challenge ?

L’Afrique est de plus en plus connectée, grâce notamment à l’adoption rapide du mobile, et est devenue une terre d’innovation numérique. Le développement du paiement mobile et l’adoption grandissante des smartphones et du haut-débit sont autant de facteurs qui permettent aux entrepreneurs du numérique de proposer de nouveaux produits et services dans l’ensemble des secteurs économiques. Le dynamisme des écosystèmes numériques se traduit par la multiplication des hubs technologiques, coworking, lab, incubateurs dont le nombre dépasse à présent 300 sur le continent.

Face à ce constat, l’AFD et Bpifrance ont souhaité mutualiser leur expérience en matière de financement de l’innovation numérique et du développement. Le "Startup Challenge Digital Africa" doit encourager et soutenir des nouveaux acteurs de l’économie numérique, accélérer la diffusion de savoir-faire et faciliter l’émergence de nouvelles solutions pour le développement.

Quatre secteurs ont été sélectionnés pour leur dynamisme et leur potentiel d’impact pour le développement du continent :

  • la fintech
  • la santé
  • l’environnement/énergie
  • l’agriculture
     

Qu’il y a-t-il à la clé ?

Un jury désignera deux startups lauréates, une africaine et une française, dans chacun des 4 secteurs (soit 8 startups).
Deux startups supplémentaires, une africaine et un française, seront sélectionnées via un vote en ligne.
Au total ce seront donc 10 startups qui seront récompensées.
Elles seront invitées à venir présenter leur initiative et rencontrer des partenaires lors du 27ème Sommet Afrique-France qui se tiendra à Bamako les 13 et 14 janvier 2017.

Comment candidater ?

Les entrepreneurs africains et français doivent soumettre en ligne ( http://digitalafrica.afd.fr ) avant le 15 novembre 2016 les éléments clef de leur projet entrepreneurial et indiquer s’il souhaite concourir dans les catégories fintech, santé, environnement/énergie ou  agriculture.
 

Un jury qualifié et deux parrains de choix

Le jury sera composé de personnalités qualifiées, africaines et françaises et de représentants de l’AFD et de Bpifrance. Le Startup Challenge Digital Africa est parrainé par deux entrepreneurs influents du monde des technologies et de l’innovation :
 

Karim Sy
Entrepreneur basé à Dakar
Fondateur du réseau Jokkolabs (1er espace de travail collaboratif africain) 

Gilles Babinet
Entrepreneur français, Fondateur de Africa4Tech
Premier président du Conseil national du Numérique
Représentant de la France auprès de la Commission européenne sur les sujets numériques (« Digital Champion »)

 

L’AFD et Bpifrance


Rémy Rioux, Directeur Général de l’AFD indique « Le numérique peut-être un formidable accélérateur de développement durable en Afrique, à la condition que chacun puisse bénéficier du tremplin de l’innovation. L’Agence Française de Développement veut accompagner cette transition porteuse de nouvelles trajectoires de croissance, soutenir des entrepreneurs du Sud dont les projets sont prometteurs pour leur continent et favoriser les interactions entre entrepreneurs du Nord et du Sud. C’est pour cette raison que l’AFD et Bpifrance ont souhaité s’associer pour lancer ensemble ce concours.».

Nicolas Dufourcq, Directeur général de Bpifrance, déclare « Les sauts technologiques qui s’opèrent actuellement en Afrique et l’émergence d’une classe moyenne jeune crée des opportunités exceptionnelles de développement pour les entreprises africaines et françaises. Nous sommes fiers de participer à ce concours qui s’inscrit dans la continuité de nos actions pour l’internationalisation des entreprises et la coopération avec le continent Africain. ».

 

À propos de Bpifrance


Bpifrance , filiale de la Caisse des Dépôts et de l’État, partenaire de confiance des entrepreneurs français, accompagne les entreprises, de l’amorçage jusqu’à la cotation en bourse, en crédit, en garantie et en fonds propres. Bpifrance assure, en outre, des services d’accompagnement et de soutien renforcé à l’innovation, à la croissance externe et à l’export, en partenariat avec Business France et Coface. Bpifrance propose aux entreprises un continuum de financements à chaque étape clé de leur développement et une offre adaptée aux spécificités régionales.
Fort de 47 implantations régionales (90 % des décisions prises en région), Bpifrance constitue un outil de compétitivité économique au service des entrepreneurs. Bpifrance agit en appui des politiques publiques conduites par l’État et par les Régions pour répondre à trois objectifs :
• accompagner la croissance des entreprises ;
• préparer la compétitivité de demain ;
• contribuer au développement d’un écosystème favorable à l’entrepreneuriat.

Avec Bpifrance, les entreprises bénéficient d’un interlocuteur puissant, proche et efficace, pour répondre à l’ensemble de leurs besoins de financement, d’innovation et d’investissement.


 

 



L'agence française de coopération médias (CFI) lance le concours Afrique Innovation

16/09/2016

Afin de soutenir l’innovation des médias en ligne du continent africain, CFI lance le concours Afrique Innovation. Porteur d’un projet média innovant à Madagascar ? Vous avez jusqu’au 1er décembre 2016 pour participer et peut-être voir votre projet financé !

Accompagner la nouvelle génération des acteurs des médias africains 

CFI est l'agence de coopération du ministère des Affaires étrangères français chargée de coordonner et d'animer la politique française d'aide au développement en faveur des médias du Sud. Elle accompagne les acteurs des médias afin de renforcer les processus de modernisation et de démocratisation.

Parmi les initiatives de CFI, le projet Afrique Innovation (à suivre sur les réseaux sociaux avec le hashtag #InnovateAfrica). Son objectif ? Accompagner une nouvelle génération de professionnels africains des médias dans la création et le développement de produits et services d'information innovants, en phase avec l'évolution des technologies, des usages et avec les attentes des citoyens du continent. 

1 million de dollars pour les projets médias innovants

Dans le cadre du projet, CFI et Code for Africa se sont associés pour lancer le concours Afrique Innovation avec à la clé une enveloppe d'un million de dollars pour les projets médias en ligne africains les plus innovants. Les lauréats bénéficieront d'un financement et se partageront une bourse globale d'un million de dollars (de 10 000 à 100 000 dollars par projet).

Les candidatures, qui peuvent provenir de toute l’Afrique, sont ouvertes jusqu’au 1er décembre.

Retrouvez toutes les informations sur le site de l'Ambassade de France à Madagascar ou directement sur le site dédié au projet .


 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus