République démocratique du Congo

La République démocratique du Congo est le second pays le plus vaste d’Afrique. Malgré d’importantes ressources géologiques, hydrauliques, forestières et agricoles, c’est aussi l’un des États les plus pauvres du continent. Partenaire historique de la RDC, l’AFD favorise l’accès aux services de base pour les plus démunis et l’amélioration de la gouvernance.
  • logo linkedin
  • logo google plus
  • logo email
Étudiantes, Kinshasa, RDC,éducation
L’AFD et la RDC : miser sur l’éducation, l’emploi et la bonne gouvernance
Une planète dans la classe en RDC

Renforcer l’éducation et la formation professionnelle

Une planète dans la classe en RDC

Renforcer l’éducation et la formation professionnelle

L’école pour tous

Le système éducatif congolais a fortement souffert des 20 années de conflit qu’a connu la RDC. En 2010, le gouvernement s’est fixé plusieurs objectifs, notamment celui d’atteindre en 2020 la scolarité primaire pour tous en instaurant la gratuité de l’école et en investissant dans les infrastructures, les équipements et la formation.

L’AFD soutient la mise en œuvre de cette stratégie. Elle a ainsi permis de réhabiliter des écoles, participé à la modernisation du système éducatif et à l’amélioration de la qualité des enseignements. Ses objectifs aujourd’hui : construire plus de 700 salles de classes d’ici fin 2018, renforcer la formation continue des enseignants et accompagner la budgétisation de leur salaire.

Des compétences pour la jeunesse

Les acteurs économiques de RDC font face à une pénurie importante de personnel qualifié dans de nombreux métiers. Parallèlement, le nombre de jeunes non formés et sans-emploi augmente rapidement. La formation professionnelle représente donc un enjeu crucial pour le pays, tant pour son développement économique que pour la cohésion sociale et la réduction de la pauvreté.

L’AFD accompagne l’Institut national de préparation professionnelle (INPP), qui forme près de 40 000 personnes chaque année. Son appui met l’accent sur les liens entre éducation, formation et emploi. Un des buts poursuivis est la modernisation de l’INPP, ce qui passe par le renforcement de ses capacités de gestion, et par la construction ou la rénovation de 5 centres de formation tout équipés (Bukavu, Matadi, Goma, Mbandaka et Kisangani). Enfin, un fonds d’innovation sera mis en place afin de permettre aux territoires de développer l’offre de formation au niveau local.

Contribuer à la bonne gouvernance financière

Une femme RDC

Contribuer à la bonne gouvernance financière

La RDC s’est lancée dans un ambitieux programme de réformes de ses finances publiques. Cet axe majeur de la modernisation de l’État, aux niveaux national et local, s’appuie sur 5 piliers : la réforme budgétaire, la modernisation fiscale, l’amélioration des finances publiques, la réforme de la comptabilité et du Trésor, et le renforcement du dispositif de contrôle.

L’AFD soutient cette réforme et appuie le gouvernement central pour :

  • faciliter le recouvrement des recettes publiques ;
  • améliorer le processus budgétaire ;
  • renforcer la formation dispensée par l’ENA RDC (créée avec la coopération française en 2014).

Assurer un meilleur accès aux services essentiels

RDC Des mini réseaux pour les quartiers périphériques de Kinshasa.

Assurer un meilleur accès aux services essentiels

L’accès aux soins pour les plus démunis

La RDC connaît l’un des taux de mortalité infantile les plus élevés au monde : 75 enfants sur 1000 meurent avant l’âge de 1 an. Ce taux alarmant est lié aux faibles ressources de la population et aux dysfonctionnements des systèmes de santé. Face à ce constat, le ministère de la Santé congolais a lancé une réforme visant à encourager la gestion autonome des hôpitaux.

L’AFD soutient cette dynamique notamment en finançant le projet « Mère-Enfant à Kinshasa » depuis plusieurs années. Cette initiative entend améliorer en particulier la santé des mères et des enfants :

  • via un renforcement de l’offre de soin, la rendant plus accessible aux plus démunis dans deux hôpitaux de la capitale (hôpitaux Monkole et Ngaliema) ;
  • et une consolidation des capacités du ministère de la Santé et des compétences en gestion des hôpitaux. 
De l’eau pour Kinshasa

En RDC, le taux d’accès à l’eau potable est de 46 %. Quant au taux d’accès à l’assainissement, il dépasse à peine les 30 %. Kinshasa, qui compte plus de 10 millions d’habitants, connaît une urbanisation rapide et anarchique. Les nouveaux quartiers périphériques souffrent le plus souvent de l’absence des infrastructures indispensables à des conditions de vie décentes.

Pour remédier à cette situation, un modèle de gestion communautaire s’est développé il y a quelques années mais s’avère insuffisant. Avec le  soutien de l’AFD, les associations d’usagers de réseaux d’eau potable (ASUREP) ont déjà mis en service 27 mini-réseaux qui desservent plus de 400 000 personnes. Ce réseau montant s’avère efficace pour distribuer l’eau aux plus pauvres.

Gérer durablement les forêts

RDC Forêt Bandundu

Gérer durablement les forêts

La RDC abrite plus de 60 % des forêts du bassin du Congo. Mais la production industrielle issue de la forêt est faible (moins de 5 % des bois exportés) et ses ressources sont menacées par l’exploitation anarchique, l’extension de l’agriculture sur brûlis et la forte demande des ménages en bois (qui représente plus de 95 % de l’énergie consommée dans les grandes villes).

Pour aider le pays à combattre la déforestation, l’AFD encourage une exploitation raisonnée et contrôlée de la forêt. Nous élaborons, avec les acteurs locaux, des plans d’aménagement forestier durables dans les trois zones de forêts tropicales humides, sur une surface de plus de 14 millions d’hectares concédés à des opérateurs forestiers.

Les principes de notre action :

  • concilier respect de l’environnement et satisfaction des besoins des populations ;
  • déterminer les zones exploitables ;
  • assurer un suivi et un contrôle de l’exploitation forestière.

Soutenir les secteurs financier et productif

RDC, Kinshasa, enquête, Kambaba

Soutenir les secteurs financier et productif

Malgré ses ressources naturelles, la RDC doit importer une grande partie de ses biens de consommation. Les industries de production et de transformation sont limitées et le potentiel agricole, pourtant le deuxième au monde après l’Argentine, est largement inexploité.

Les entreprises font face à de nombreux obstacles : la mauvaise gouvernance au niveau des affaires, une fiscalité contraignante, un système bancaire défaillant, un personnel local peu qualifié et un manque d’infrastructures de base dans les transports, l’énergie, les routes et l’eau.

L’AFD soutient l’émergence des PME et le secteur productif, à travers des prêts et des garanties bancaires. Avec Proparco, notre filiale dédiée au secteur privé, nous avons notamment appuyé la création de l’Institut de microfinance Oxus RDC.

147
millions d’euros engagés entre 2002 et 2016
400 000
personnes ont un meilleur accès à l’eau potable
25 000
enseignants reçoivent désormais un salaire de l'État

Située en Afrique centrale, la République démocratique du Congo occupe une place centrale dans la région du bassin du Congo, bordé par 8 pays. Avec plus de 75 millions d’habitants, c'est l’État francophone le plus peuplé au monde.

Pourtant, la RDC reste l’un des pays les plus pauvres malgré son potentiel économique et humain considérable. Sa jeunesse a peu de perspectives d’emploi et la majorité de sa population vit en-dessous du seuil de pauvreté. Plusieurs années de conflits armés, l’instabilité politique qui nourrit la mauvaise gouvernance et le déficit en infrastructures de tous ordres ont largement participé à cette situation.

Pour relever ces défis, la RDC a engagé plusieurs réformes prioritaires dans les domaines de l’éducation, de l’emploi de la santé et de la gestion budgétaire, de la gouvernance administrative et financière, de la gestion durable des ressources naturelles... Présente depuis 1976, l’AFD accompagne le gouvernement congolais et la société civile nationale sur l’ensemble de ces thématiques. Elle le fait en mobilisant les outils financiers tels que les subventions, le contrat de développement et de désendettement (C2D) ou encore via sa filiale dédiée au secteur privé, Proparco.

C’est ainsi que 700 salles de classe ont été construites, que 25 000 enseignants sont désormais rémunérés par l’État et non plus par les parents d’élèves, que près d’un million de personnes à Kinshasa disposent ou disposeront prochainement d’un accès permanent à l’eau potable, que six nouveaux centres de formation professionnelle auront été construits dans autant de provinces du pays.

Carte des projets
Cette carte est utilisée à titre d’illustration, elle ne reflète pas toujours la position officielle de la France et n’engage pas la responsabilité du groupe AFD.
Thématiques
Type de financement
Antennes
Filtres

Thématiques

Tout cocher
Tout décocher
  • Climat
  • Consommation et production durables
  • Eau et assainissement
  • Emploi et prospérité partagée
  • Faim et alimentation
  • Forêts et biodiversité
  • Inégalités
  • Santé
  • Éducation
  • Énergie

Type de financement

Tout cocher
Tout décocher
  • Contrat de désendettement et de développement (C2D)
  • Délégation de fonds de l'Union européenne
  • Subvention

Antennes

Afficher les agences locales

Filtres

Lancer la recherche
Voir l'ensemble des projets

RDC : à Kinshasa, la fabrique de l’évaluation

La mise en œuvre d’un projet d’évaluation des actions de l’AFD mobilise de nombreuses ressources. Illustration avec une évaluation scientifique des impacts sanitaires et socioéconomiques de réseaux d’eau potable à Kinshasa, capitale tentaculaire et résiliente d’un État fragile.
En savoir plus