Ghana, GUMP, projet, infrastructures
Le projet comprend le financement de programmes d'investissements prioritaires pour des villes de Kumasi, Sekondi-Takoradi, Tamale et Ho. Au programme : activités de renforcement des capacités et mesures d'accompagnement destinées à garantir une maintenance adaptée des infrastructures urbaines.
Contexte

Selon les prévisions, 65 % de la population ghanéenne vivra en zone urbaine d'ici à 2030 (51,5 % en 2010). Cette croissance urbaine rapide exerce une pression sur les deux principales villes du pays et sur les centres urbains secondaires. Par ailleurs, cette concentration de la population a conduit à une augmentation conséquente des besoins en infrastructures et en services, ainsi qu’à l'aggravation de la pollution de l'air, l'augmentation des déchets et la multiplication des quartiers informels.

Les villes sont des moteurs de la croissance et jouent un rôle clé dans la production de la richesse et la réduction de la pauvreté. L'expansion et la modernisation de ces infrastructures et services aideront à tirer pleinement parti de l'expansion urbaine.

Descriptif

Pour chacune des quatre villes bénéficiant du GUMPP, le projet comprend le financement de programmes d'investissements prioritaires, d'activités de renforcement des capacités et de mesures d'accompagnement afin de garantir le maintien des infrastructures. 

Il se compose :

  • des investissements physiques, identifiés comme prioritaires par les villes (marchés, sites de traitement des déchets, voiries, drains etc.) ;
  • des actions de renforcement de capacités pour la gestion administrative et financière ;
  • des actions de renforcement institutionnel du Ministère de l'administration locale et du Développement rural (MLGRD). 
     
Impacts

Le projet contribuera à la création d'emplois par la mobilisation de main d'œuvre locale. La réhabilitation de marchés aura un impact positif sur les villes (attractivité, développement commercial). 
 
Les travaux d'assainissement, les systèmes de gestion de déchets contribueront à l’amélioration de l’hygiène publique. La construction de systèmes de drainage favorisera la limitation des risques d'inondation, d'eau stagnante et les maladies associées. L'adressage des rues, la création de registres de propriétés augmenteront les recettes internes renforçant l'autonomie financière de ces villes.
 

01/05/2011
Date de début du projet
7 ans
Durée du financement
Kumasi, Secondi-Takoradi, Ho et Tamale
Localisation
Outils de financement
40 500 000
EUR
Montant du financement
Ministère des Collectivités locales et du Développement rural
Ministère des Finances
Bénéficiaires