• logo linkedin
  • logo email

Cette étude vise, d’une part, à réaliser non seulement un diagnostic dynamique de l’inégalité des dépenses totales de consommation des ménages au Cameroun, mais aussi à déterminer les raisons de l’explosion des inégalités dans le pays au cours de ces dernières années. Par ailleurs, elle présente une analyse des déterminants de l’inégalité des dépenses totales en général et de l’inégalité urbaine et rurale au Cameroun sur la période 1996-2014.
Les tendances de l’inégalité rurale et urbaine, régionale, éducationnelle, de sexe et d’âge sont examinées en utilisant simultanément le coefficient de Gini et deux mesures d’inégalité de la classe dite des « mesures d'entropie généralisée d’inégalité ». La contribution de l’inégalité intergroupe à l'inégalité totale est déterminée à l’aide de la décomposition de l'inégalité en sous-groupes de population selon divers critères (niveau d’éducation, âge du chef de ménage, etc.).
Les déterminants de l’inégalité de revenus et des facteurs sous-jacents à l’écart entre les dépenses totales des milieux urbain et rural sont étudiés empiriquement à l’aide de la régression classique des moindres carrés ordinaires (m.c.o) et la méthode de décomposition de Blinder-Oaxaca. Les données utilisées proviennent des enquêtes camerounaises auprès des ménages (Ecam1, Ecam2, Ecam3 et Ecam4) comparables et représentatives au niveau national. Les résultats de l’étude montrent que l’inégalité des dépenses totales a légèrement augmenté sur la période 1996-2001, a décru marginalement entre 2001 et 2007 et a fortement augmenté entre 2007 et 2014. De plus, l’inégalité des dépenses totales de consommation varie selon les caractéristiques socioéconomiques (éducation, sexe, âge), les régions, les zones rurale et urbaine. L’inégalité intergroupe n’est pas un facteur déterminant de l’inégalité totale. Les inégalités de dépenses totales s’expliquent avant tout par les composantes intra-éducation, intra-sexe, intra-groupe d’âge, intra-zone et intra-région, qui ont décru sur la période 2001-2014. La région de résidence est le facteur le plus important pour expliquer l’écart entre les dépenses urbaines-rurales. L’autre caractéristique notable du ménage contribuant de façon non négligeable à l’écart des dépenses de consommation est l’éducation.

pdf : 699.33 Ko
auteur(s) :
Samuel FAMBON
Ariane SIEWE SEKOU
Romain TCHAKOUTE NGOHO
Olive Stéphanie KOUAKEP
Stéphan Martial KOUANGA NDJAFA
coordinateur :
issn :
2492 - 2846
pages :
42
numéro :
209
disponible aussi en : fr
699.33 Ko (pdf)
téléchargé 30 fois