• logo linkedin
  • logo email

Dans le cadre des projets d’accès à l’énergie (électrification et énergie thermique), les approches introduisant une dimension en lien avec la notion des communs se distinguent par le fait que les usagers y jouent un rôle actif, ce rôle étant construit en partant « d’en bas », fondant la légitimité des règles opérationnelles sur la proximité des rapports sociaux. Ces dernières peuvent répondre aux problèmes récurrents d’entretien des mini-réseaux, de fraudes et d’impayés ainsi que de gestion durable des ressources naturelles. Elles comportent aussi des éléments de réponses aux défis spécifiques, notamment l’accompagnement sur la durée de la communauté locale, la structuration d’un schéma de gouvernance ad hoc et la reconnaissance par les autorités nationales de la capacité de la communauté à s’auto-organiser. Ainsi pensée, l’introduction d’une dimension de communs dans les projets d’accès à l’énergie ou de gestion de sources d’énergie primaire vulnérables, telles que l’eau ou la biomasse, peut se concrétiser à travers différentes formes institutionnelles et contractuelles : elle est complémentaire, plutôt qu’antagoniste, de l’action publique et du marché.

pdf : 425.5 Ko
auteur(s) :
Stéphane BAUDÉ (Nomadéis)
Jérémy GASC
collection :
Policy Papers
issn :
2680-5448
pages :
34
numéro :
5
disponible aussi en : fr
425.5 Ko (pdf)
téléchargé 190 fois