• logo linkedin
  • logo email
Digital Africa
Dans le cadre de sa série « Innovation partagée », l’AFD met en lumière des programmes novateurs créés ou développés dans nos pays partenaires.

L’AFD Digital Challenge distingue tous les ans dix start-up africaines dont les innovations remarquables servent le développement. Voici les portraits des lauréats de l'édition 2020 dédiée à la ville durable.
1
Boubacar Keita © Backdrop Agency / AFD

 

chiffre 1Mali - Map Action, l’application citoyenne pour une ville durable 

Pour Boubacar Keita, la situation est sans appel : « Bamako est sans doute l’une des capitales au monde les plus mal en point sur le plan environnemental. » Profusion de déchets, problèmes d’assainissement, fragilité des infrastructures, pollution du fleuve Niger… « Avec ses 2 à 3 millions d’habitants, la ville est dans un état critique », appuie cet ingénieur malien spécialisé en environnement. 


Lire aussi : AFD Digital Challenge : ces start-up africaines qui inventent la ville durable


En réaction à ce constat, il a lancé en 2017 une application mobile permettant de cartographier et d’analyser les problèmes environnementaux. Portée et développée par son entreprise Kaicedra Consulting, cette solution numérique, baptisée Map Action, peut se télécharger sur un smartphone. « C’est une application citoyenne accessible à tous. Pour dénoncer un problème, il suffit de le filmer, de le photographier ou de laisser un message vocal sur notre serveur. » 

Les données sont alors transmises aux partenaires publics de cette start-up qui s’engagent à trouver des solutions : « Des milliers de problèmes ont été répertoriés et plus de 15 % ont déjà été résolus ou pris en compte », comptabilise l’inventeur de Map Action. Déployée sur Bamako, l’application devrait être prochainement disponible dans d’autres villes du pays, comme Kayes ou Koulikoro.

2
Mohamed Tabyaoui © Backdrop Agency / AFD

 

chiffre 2Maroc - Indar, la plateforme intelligente de prédiction des inondations

Au Maroc, les inondations frappent régulièrement les régions isolées et certains bassins urbains. « Chaque année, les dégâts provoqués par les crues dévastatrices de certains cours d’eau coûtent près d’un demi-milliard d’euros au Maroc en moyenne. Des villes comme Casablanca ou encore Marrakech ne sont pas épargnées », décrit Mohamed Tabyaoui, fondateur de la start-up d’ingénierie Prev-Dev


Lire aussi : « Innovation partagée », tous les articles


Implantée à Rabat, cette jeune pousse a développé une solution de prédiction d’inondation baptisée Indar, « alerte » en arabe. Cette plateforme permet d’informer les gestionnaires de risques d’un éventuel début d’inondations 48 heures en amont du phénomène. Une mise en garde qui permet d’anticiper les dangers et aléas de telles catastrophes naturelles en zones urbaines. « Ce temps "gagné" sur une inondation permet d’évacuer les populations les plus menacées, de mettre à l’abri les équipements et de protéger les infrastructures sensibles… », détaille Mohamed Tabyaoui. 
Pour ce spécialiste des systèmes d’information, la solution Indar, testée dans une zone habitée de 4 000 km² dans le sud-est marocain, « contribue à la résilience des villes de demain ».

3
Amor Sahnoun © Backdrop Agency / AFD

 

chiffre 3Tunisie - WiniCari, la solution d’exploitation des transports urbains en temps réel

Plusieurs grandes villes du pourtour méditerranéen doivent encore s’emparer des technologies numériques. Ce constat, Amor Sahnoun, cofondateur avec Makrem Erguez de la start-up tunisienne Bus Software, le pose sans détour : « C'est vrai en particulier dans le secteur des transports urbains. À Tunis par exemple, les systèmes de billetteries restent manuels. Les statistiques sur la gestion en temps réel d'une flotte de bus sont souvent inexistantes, ce qui freine lourdement le processus de décision. » 

Pour pallier ce problème, Bus Software a mis au point la solution WiniCari. Grâce au recueil et à l'analyse de data provenant des bornes de billetterie et autres appareils embarqués, le voyageur peut connaître l'évolution du trafic. Cette technologie permet également à la société de transport de traiter des informations opérationnelles en temps réel. En parallèle, Bus Software travaille également en lien avec le laboratoire de recherche Miracl de Sfax sur un programme d’intelligence artificielle

Une innovation qui devrait permettre à « l’ensemble du processus de programmation des bus en Tunisie d’être automatisé », espère Amor Sahnoun. Une perspective envisageable, selon lui, d’ici deux à trois ans.

4
Victor Boyle-Komolafe © Backdrop Agency / AFD

 

chiffre 4Nigeria - Givo, l’Internet des objets pour optimiser la gestion des déchets domestiques

Au Nigeria, pays le plus peuplé d’Afrique, la gestion des déchets est un enjeu crucial. « Le cas de Lagos est particulièrement désastreux », confirme Victor Boyle-Komolafe, jeune entrepreneur à la tête de la start-up Capture Solutions West Africa. Dans la capitale du pays, qui abrite plus de 20 millions d’habitants, un déchet domestique sur deux n’est pas collecté. 

En cause : « Une chaîne de valeur qui n’est pas suffisamment prise en considération », considère l’entrepreneur. Il finalise avec ses équipes le projet Garbage In, Value Out (Givo) dont l’objectif est précisément d’optimiser la gestion et le recyclage des déchets en ville. 

« Il s’agit d’un système qui, à l’aide de l’Internet des objets (IoT) propose des solutions comme les poubelles connectées et valorise un modèle d’économie circulaire », résume Victor Boyle-Komolafe. 

Sur le terrain, chaque collecteur de déchets devient un micro-entrepreneur rémunéré équitablement. « Nous travaillons également en partenariat avec des fournisseurs de services financiers en ligne comme Paga, afin d’améliorer l’inclusion économique de chaque collecteur. » Les déchets sont ensuite éco-recyclés et enfin transformés en biens de consommation tels que des masques faciaux, des vases en plastique, des pots de fleurs, etc.

5
Sesinam Dagadu © Backdrop Agency / AFD

 

chiffre 5

Ghana - SnooCODE, l’application pour se repérer dans des villes sans nom de rue

Au Ghana, comme dans beaucoup de pays en développement, se repérer en milieu urbain est un vrai casse-tête. « Les adresses avec code postal, nom de rue et numéro n’existent pas. Pour trouver un endroit précis, il faut s’aider de repères : un carrefour, un bâtiment, un centre commercial, etc. », explique Zara Abbey, responsable marketing de Tiny David. 

Cette start-up vient de développer l’application SnooCODE, une solution digitale unique en Afrique qui permet de générer un code correspondant à un endroit recherché grâce au système de géolocalisation des smartphones. Plus besoin d’adresse, « il suffit de rejoindre l’endroit indiqué par le code », résume Zara Abbey. Imaginée par Sesinam Dagadu, fondateur de Tiny David, l’application SnooCODE est déjà utilisée par des milliers d’habitants d’Accra, la capitale ghanéenne, et répond particulièrement aux besoins des services d’urgence. 

Prochaine étape : étendre SnooCODE à l’Afrique entière : « Nous étudions la possibilité d’un déploiement dans des pays limitrophes et espérons que plusieurs services médicaux d'urgence en Afrique adoptent notre application en 2021. »

6
Franck Kangni (au centre) © Backdrop Agency / AFD

 

chiffre 6Bénin - Alivo, l’outil intelligent de régulation des feux de circulation 

Au Bénin, les accidents de la route font chaque année plusieurs centaines de morts et des milliers de blessés. « En ville en particulier, les accidents sont fréquents. Entre les motos, les camions, les bus et les voitures, la circulation est anarchique », relève Franck Kangni, chef de projet au sein de la start-up Alivo Technologie. À Cotonou, celle-ci conçoit un système de feux tricolores intelligents à énergie solaire. 

Cette technologie, reliée à un centre de contrôle à distance, est dotée d’une électronique embarquée qui adapte la circulation en fonction de l’état du trafic. « Notre solution est capable d’évaluer le taux de congestion sur chaque branche d’un carrefour et d'adapter en conséquence la régulation des flux d’usagers », assure le chef de projet de l’entreprise. Alivo permet également de diffuser des messages de sensibilisation aux bonnes pratiques sur la sécurité routière en milieu urbain. 

« Ces messages permettent par ailleurs d’indiquer aux piétons malvoyants à quel moment ils peuvent traverser. » Alivo Technologie travaille à la mise en place d’une unité industrielle afin d’accroître sa capacité de production. En parallèle, la start-up finalise un logiciel d’optimisation des déplacements urbains grâce à l’utilisation de données de géolocalisation par satellite.

7
Coulibaly Tenon © Backdrop Agency / AFD

 

chiffre 7

Côte d’Ivoire - Digital Smart Trash, des poubelles connectées 

Dans de nombreux pays d’Afrique, les populations urbaines ne sont pas ou très peu sensibilisées au tri sélectif. « En Côte d’Ivoire, il n'existe pas de solution de tri adaptée aux besoins aussi bien des ménages que des entreprises. La collecte de déchets est encore désorganisée dans plusieurs localités qui ne bénéficient pas d'infrastructures de collectes ni d’usines de traitement de déchets », constate Coulibaly Tenon, ingénieur en génie logiciel. Pour répondre à cet enjeu environnemental majeur, il a cofondé Digital Smart Trash

Depuis 2018, cette start-up permet d’optimiser la chaîne de gestion des déchets ménagers et assimilés. Actuellement déployée dans certains quartiers d’Abidjan, cette solution numérique propose des poubelles de tri sélectif géo-localisées et dotées d'une technologie de détection de niveau de remplissage. « Digital Smart Trash permet d’assurer la traçabilité de ces déchets, de leur collecte jusqu’à leur revalorisation dans les usines de traitement et de recyclage, précise Coulibaly Tenon. Nous entendons ainsi réduire l’impact négatif de l’homme sur l’environnement. » 

En 2021, la start-up espère déployer sa solution Digital Smart Trash sur l’ensemble de la capitale ivoirienne et envisage de collecter d'autres types de déchets tels que les déchets dits spéciaux.

8
Maria Rabinovich (à g.) et Caitlin Dolkart © Backdrop Agency / AFD

 

chiffre 8

Kenya - Flare, une hotline d’urgence

Dirigée par deux femmes, Flare est une pépite qui, chaque jour, sauve des vies. « Grâce à notre application digitale Rescue, nous exploitons le plus grand réseau d'ambulances du Kenya », résume Caitlin Dolkart. Avec Maria Rabinovich, elles ont créé leur start-up en 2018, après une longue expérience dans l’industrie de la santé au Kenya. 

« Ce réseau est alimenté par notre technologie qui permet d’identifier toutes les ambulances disponibles sur une seule plateforme numérique. Notre équipe est composée à la fois de répartiteurs médicaux et d'ingénieurs en logiciel. » Dès qu’un accident est signalé, la plateforme est en capacité de mobiliser une équipe de soins dans les meilleurs délais. 

« Il s’agit d‘une hotline d’urgence, équivalent au 18 en France ou au 911 aux États-Unis », explique Caitlin Dolkart qui estime à 5 % seulement la part de population en Afrique ayant accès à un service d’urgence. Flare pourrait rapidement dépasser les frontières du Kenya et se déployer dans d’autres pays de la région.

9
Tony Adesina © Backdrop Agency / AFD

 

chiffre 9 Rwanda - SafiRide, l’application pour des mototaxis sécurisées et non polluantes

Embouteillages et pollution… Comme d’autres grandes villes d’Afrique, Kigali suffoque aux heures de pointe. Dans la capitale du Rwanda, « les émissions de carburant des motos et autres véhicules sont la principale cause de pollution de l'air », avance Tony Adesina, serial-entrepreneur à la tête de plusieurs start-up locales. Parmi elles SafiRide, une solution de bikesharing vert (motos électriques), lancée en 2018 par cet ingénieur industriel, formé à l’université américaine de Pennsylvanie. 

L’application mobile permet de réserver et de prépayer son transport en deux-roues équipé de batteries rechargeables capable de rouler environ 150 km sur avec seule charge. « L'utilisation de motos électriques au Rwanda doit permettre de réduire la dépendance aux énergies fossiles, de baisser la pollution de l'air et ainsi de promouvoir des solutions de transport efficaces qui soutiennent la croissance verte et l'innovation, soutient Tony Adesina. Notre application permet également de mieux contrôler la conduite de nos chauffeurs et ainsi de limiter les accidents. »

Accessible dans cinq villes du pays, SafiRide pourrait être déployée dès 2021 au Congo, en Tanzanie et au Kenya.

10
Sénam Akpaka © Backdrop Agency / AFD

 

chiffre 10

Togo - SOS System, la solution e-santé qui accélère la prise en charge d’urgence

L’idée du projet SOS System, développé par Dashmake, est née à la suite d’un accident mortel dont a été témoin un employé de cette start-up togolaise. « Les urgentistes n’ont pas réussi à localiser à temps le lieu de l’accident, ce qui arrive tous les jours au Togo, explique Sénam Akpaka, à la tête de cette jeune pousse. Nous avons lancé SOS System pour répondre à ce problème. » 

Cette solution e-santé permet en effet la géolocalisation des lieux de sinistres et la possibilité d'une première assistance à distance. Pour cela, la victime doit être équipée d’un bracelet spécial, équipé d’un système QR, à partir duquel les médecins urgentistes peuvent accéder à sa localisation géographique ainsi qu’à ses informations personnelles préalablement renseignées (âge, groupe sanguin, antécédents médicaux, etc.). 

« Ces informations sont indispensables pour une prise en charge rapide et efficace », assure Sénam Akpaka. SOS System permet également de déclarer facilement un accident auprès d’une assurance. En 2021, Dashmake pourrait étendre sa solution e-santé à d’autres pays de la région, tels que le Ghana et la Côte d’Ivoire.

L’AFD Digital Challenge, le concours dédié à l’innovation en Afrique, conjugue le défi de la transition numérique à celui de la ville durable. La liste des dix lauréats récompensés pour la quatrième édition de ce concours a été révélée lors de l’événement virtuel Emerging Méditerranée organisé à Marseille le 14 décembre. 

Pour le développement de ses projets, chacun des dix lauréats de l’AFD Digital Challenge 2020 est récompensé par un soutien financier de 20 000 euros. Il bénéficie aussi d’un accompagnement d’un an dispensé par un spécialiste de la formation des acteurs de la transformation numérique des entreprises.

à lire aussi