Costa Rica : un premier prêt de politique publique pour soutenir la décarbonation de l’économie

publié le 18 mai 2020
  • logo linkedin
  • logo email
Le 16 mai dernier, l’Assemblée Nationale du Costa Rica a approuvé un premier prêt de politique publique de 150 millions de dollars de l’AFD pour accompagner la mise en œuvre du Plan national de décarbonation.

Le Plan national de décarbonation du Costa Rica, présenté par le Président costaricien en février 2019, vise à atteindre la neutralité carbone du pays d’ici 2050. Son ambition a été notamment remarquée par Inger Andersen, directrice exécutive du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) : « Le changement climatique exige de nous tous une action urgente et transformatrice, a-t-elle déclaré en septembre 2019. Avec ses projets ambitieux de décarbonisation de son économie, le Costa Rica relève ce défi ». 

Pour atteindre cet objectif, le plan prévoit des interventions dans tous les secteurs de l’économie, notamment les plus émissifs : les transports, les déchets, l’agriculture et l’énergie. L’enjeu est également de démontrer qu’il est possible de diminuer drastiquement l’usage des énergies fossiles tout en améliorant la santé et le bien-être des citoyens. 

L’AFD et la Banque Interaméricaine de Développement (BID), partenaires actifs en matière de lutte contre le changement climatique en Amérique Latine, ont initié depuis plusieurs mois un dialogue de politiques publiques avec le gouvernement du Costa Rica sur la décarbonation de l’économie. Ce dialogue a permis de cibler quatre axes d’interventions pour ce premier prêt : 

  • amplifier l’usage de l’électricité dans les secteurs de l’énergie et du transport à travers la mobilité électrique ;
  • favoriser la restauration et la protection des écosystèmes à hauts potentiels de captation du carbone ;
  • promouvoir des systèmes de production agricole bas-carbone ;
  • renforcer la gestion et le pilotage de l’action Climat. 

Le montant total du prêt s’élève à 380 millions de dollars, dont 230 octroyés par la BID et 150 par l’AFD. Il s’agit de la première intervention de l’AFD au Costa Rica. L’ambition est de valoriser l’expérience française, d’identifier des projets futurs, mais aussi de travailler encore plus étroitement avec le Costa Rica dans les enceintes multilatérales sur les thèmes de l’écologie, la biodiversité et la lutte contre le changement climatique.