• logo linkedin
  • logo email
Afin d'assurer un approvisionnement correct en eau potable de la région de Dakar à l'horizon 2025, l'AFD soutient la construction d’une usine de traitement de l'eau potable à Keur Momar Sarr d’une capacité de production de 100 000 m3/jour ainsi que celle de réseaux de distribution.
Contexte

En l’absence de ressource en eau potable locale suffisante, Dakar est alimentée par le système d’adduction depuis le lac de Guiers (ALG) qui transporte l’eau depuis le fleuve Sénégal jusqu’à la capitale. Or, la croissance démographique, plus importante que prévue, a conduit à la saturation des capacités de production et de transfert. Le projet, conçu  en deux phases, permet dans une première phase d’augmenter la capacité de production du système et dans une deuxième phase d’augmenter la capacité de transfert vers Dakar.

Ce projet, prioritaire pour le gouvernement du Sénégal, est en ligne avec l’ensemble des documents de cadrage stratégique de l’AFD, sectoriels et géographiques. Il est porteur de retombées en termes de diplomatie économique, comme en témoignent les résultats des appels d’offres internationaux sur le prêt N°1, tous remportés par des entreprises françaises.

Descriptif

La finalité du projet est d’accompagner le développement démographique et économique du territoire sénégalais et de participer à la stabilité sociale du pays. L’objectif général est de contribuer à un service d’eau potable sûr, durable et équitable pour la région de Dakar. Les objectifs spécifiques sont :

  • augmenter la production à destination de la région de Dakar ;
  • permettre un accès universel dans la capitale sénégalaise par un renforcement et une extension du réseau de distribution ;
  • renforcer la régulation du secteur et la capacité des acteurs.

La phase 1 du projet se divise en quatre composantes :

  • la construction d’une usine de traitement de l’eau de 100.000 m3/j à Keur Momar Sarr ;
  • la réalisation d’une canalisation d’adduction de Keur Momar Sarr à Dakar ;
  • le renforcement et l’extension des réseaux de distribution et
  • l’appui au secteur pour l’amélioration de la gestion du patrimoine et la régulation de l’exploitant privé. Grâce à des reliquats sur le projet et compte tenu de la très forte demande en eau de la capitale, il a été convenu d’augmenter directement dans la phase 1 les capacités de l’usine de 100.000m3/j à 200.000m3/j.

Compte tenu des tensions hydrauliques que subit la capitale, l’Etat a décidé d’activer de manière anticipée la phase 2  du projet KMS 3 qui consiste à réaliser un nouvel accélérateur à Mékhé (en plus de l’existant) pour faire transiter le débit final de 200 000 m3/j à partir de la conduite de transport ALG 3 vers le nouveau pôle de stockage de Thiès.

L’AFD a consenti à accorder un second prêt de 15 millions d'euros à la République du Sénégal  le 19 décembre 2018, rétrocédé à la SONES et dédié à la construction de ce 2ème accélérateur. Le génie-civil sera conçu pour une capacité de 272 000 m3/j afin de prendre en compte une extension de l’usine KMS 3 dans une potentielle phase 3 du programme.

Impacts
  • L’augmentation de 200 000 m3/j de la capacité de production et de transfert d’eau potable permettra d’améliorer la qualité et la continuité du service pour un million de personnes dans la capitale qui souffrent aujourd’hui d’un service intermittent (disponibilité de l’eau potable de 6h à 24h dans les zones déficitaires avec un objectif de 20h à 24h en moyenne à Dakar entre 2020 et 2025) et en particulier de desservir les nouveaux centres d’activité économique (Diamniadio). Le projet KMS est primordial au vu du retard accusé sur le projet  de dessalement des Mamelles.
  • Le programme de branchements sociaux prévu au titre du projet (85 000 branchements) permettra par ailleurs l’accès à l’eau potable de 680 000 personnes supplémentaires.
  • Ce projet, qui mobilise de la ressource en eau de surface disponible en quantité suffisante, aura un impact positif sur la préservation de la nappe phréatique en permettant l’arrêt progressif de la surexploitation des nappes souterraines par les forages.
23/09/2016
Date de début du projet
30/12/2021
Date de fin du projet
4 ans
Durée du financement
Dakar
Localisation
Outils de financement
108 000 000
EUR
Montant du financement
En cours
État
Habitants de la région de Dakar
Bénéficiaires
Banque européenne d'investissement Banque Mondiale Banque africaine de développement Banque islamique de développement
Cofinanceurs

Donnez-nous votre votre avis sur notre site web en répondant à notre grande enquête !