• logo linkedin
  • logo email

Les systèmes d’informations jouent un rôle clé dans les stratégies de gestion des risques agricoles et d’optimisation des décisions de production et de commercialisation. Ils constituent donc un moyen important de lutte contre la pauvreté en Afrique subsaharienne (ASS). Toutefois, l’information seule est insuffisante. Pour avoir un impact, elle doit non seulement être considérée comme pertinente par ses utilisateurs mais elle doit également être associée à d’autres services pour favoriser l’inclusion économique des acteurs. Plus de 20 ans après l’arrivée sur le continent africain des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) et l’apparition progressive d’une nouvelle génération de dispositifs informationnels avec une montée très forte du digital et des services intégrés (information, conseil technique, services financiers), il est important de s’interroger aujourd’hui sur leur pertinence, leur efficacité et leurs limites tout en menant une réflexion sur le rôle que doivent jouer les différents acteurs (publics et privés) dans la définition et la mise en place de futurs dispositifs. Ce document présente une synthèse des principales analyses et recommandations tirées de l’« Étude sur l’amélioration de l’inclusion économique dans les filières agricoles en Afrique subsaharienne : analyse des dispositifs publics/privés de mise à disposition d’informations pour les agents économiques des zones rurales », étude commandée par l’AFD fin 2020.

pdf : 105.73 Ko
auteur(s) :
Vincent FAUTREL
issn :
2271 - 7404
pages :
4
numéro :
52
disponible aussi en : fr en
105.73 Ko (pdf)
téléchargé 95 fois