• logo linkedin
  • logo google plus
  • logo email
La devise de l’AFD, Un monde en commun, illustre les liens de dépendance croisée entre femmes et hommes qui partagent ‘espace et destinée’. Les crises – sécuritaires, politiques, sanitaires, alimentaires, économiques, sociales, environnementales – interagissent de plus en plus entre elles et sont de moins en moins cantonnées à un seul territoire ou pays. Mal gérées, elles menacent les acquis et les perspectives de développement de nos partenaires. L’atteinte des Objectifs du Développement Durable exige donc une mobilisation collective autour de ce défi partagé. De par ses relations de proximité historique et géographique avec l’Afrique, la Méditerranée, la Caraïbe, la France se trouve particulièrement exposée aux impacts des crises dans certains territoires en transition. Nos concitoyens attendent de l’Etat qu’il se donne les moyens d’agir sur les effets des crises, mais aussi sur leurs causes. Ainsi la solidarité vis-à-vis des populations les plus vulnérables et l’intérêt de la France se rejoignent-ils dans le travail de renforcement des capacités des sociétés et des Etats les plus fragiles à prévenir et faire face aux chocs.

Trois caractéristiques des crises contemporaines placent désormais les acteurs du développement en première ligne dans cet effort et les conduisent à redéfinir leurs modalités d’action :
1. Alors que les crises les plus graves du XXe siècle reflétaient des oppositions géopolitiques, les crises contemporaines sont principalement d’origine socio-politique
2. Il est de plus en plus difficile d’isoler les crises selon leur nature économique, sociale, sécuritaire ou environnementale. Des régions entières peinent à s’extraire de ‘trappes à fragilités’ où se combinent des déterminants sociaux, économiques et institutionnels de crises – sous l’effet ‘accélérateur’ du changement climatique et des transformations démographiques.
3. De la frontière Afghanistan-Pakistan à l’Afrique des Grands lacs en passant par le Sahel, le lac Tchad et la région Syrie-Irak, de véritables ‘systèmes de crise’ se développent au niveau régional, par effet de contagion transfrontalière. Ils exigent d’agir à l’échelle de ces bassins de crise.

Face à ce constat, les homologues de l’AFD réorientent leurs Stratégies vers la réduction des fragilités qui rendent la crise plus probable, le renforcement de la résilience des Etats et des sociétés aux chocs ainsi que la gestion de territoires vulnérables aux crises. En effet, sans une action décisive, ces zones concentreront demain l’extrême pauvreté, la violence, les
foyers de déplacements forcés de population et les crises de gouvernance.
pdf : 2.43 Mo
disponible aussi en : fr en