L'objectif du projet est de diminuer la mortalité maternelle et infantile grâce à une meilleure couverture contraceptive et à un accès à des services de planification familiale de qualité.
Contexte

En 2011, la population de la Côte d’Ivoire aurait dépassé 22 millions d’habitants, avec un taux de croissance annuel de 2,8%, un taux brut de natalité de 37,9‰ et un indice de fécondité de 4,4 enfants par femme. Selon les prévisions des Nations Unies, la population devrait encore augmenter de 60% à 70% d’ici à 2030 et atteindre ainsi 34 à 36 millions d’habitants. Le ratio de mortalité maternelle se situe entre 470 et 543 décès pour 100 000 naissances vivantes à la fin des années 2000, traduisant une insuffisance de la couverture en soins obstétricaux, de la prévention et de la prise en charge des cas de complications survenant aux détours de la grossesse, de l’accouchement et du post-partum. Le système de planification familiale ivoirien souffre de difficultés de développement : faible taux de recours aux moyens de contraception modernes (8%), information insuffisante, offre faible et inadéquate. Seuls 60% des établissements sanitaires publics offrent des services de planification familiale et les faibles niveaux de couverture de certaines régions soulignent une forte disparité territoriale. De plus, l’offre de contraceptifs s’est beaucoup diversifiée, mais aucun établissement sanitaire n’est encore en mesure de proposer une offre complète. Il est donc crucial d’améliorer les indicateurs de disponibilité et d’utilisation des services de planification familiale  et d’en améliorer le financement. La Côte d’Ivoire pourra, à travers la maîtrise de l’indice de fécondité et la baisse de la mortalité maternelle et infantile, accélérer sa transition démographique et bénéficier du dividende démographique nécessaire pour conforter sa croissance économique. Les enjeux derrière la planification familiale dépassent donc largement le seul secteur de la santé des populations.

Descriptif

Ce projet constitue une « opération coup de poing » devant permettre un saut quantitatif de la couverture de planification familiale en Côte d’Ivoire. Il repose sur trois acteurs : la direction de coordination du Programme national de santé de la reproduction et de planification familiale et deux ONG, l’association ivoirienne pour le bien-être familial et l’agence ivoirienne de marketing social. Appui à la direction de coordination du Programme en renforçant la direction dans ses attributions de pilotage stratégique et de suivi-évaluation, de coordination, d’accompagnement et de supervision des directions régionales et départementales de la santé Appui à l’Association ivoirienne pour le bien-être familial pour l’accompagnement des centres du secteur public de dix districts sanitaires (San-Pedro, Duékoué, Daloa, Bouaké sud, Bouaké Nord Est, Bouaké Nord-Ouest, Man, Bondoukou, Korhogo et Yamoussoukro) jusqu’en 2015 Appui à l’Agence ivoirienne de marketing social pour la diffusion du marketing social et de la communication de masse autour de la planification familiale, améliorant ainsi le niveau d’information et de sensibilisation des populations sur l’ensemble du territoire.

Impacts

Amélioration de la santé maternelle et infantile grâce à l’accessibilité accrue aux soins et services de santé de la reproduction Augmentation du taux de prévalence contraceptive Amélioration de niveau d’information et de sensibilisation des populations sur la planification familiale et l’utilisation de méthodes de contraception modernes

20/09/2013
Date de début du projet
3 ans
Durée du financement
Secteurs
Abidjan, Côte d'Ivoire
Localisation
Outils de financement
République de Côte d'ivoire
Bénéficiaires