• logo linkedin
  • logo email
Les « Nouvelles routes de la soie » initiées par Pékin ont pour objectif de booster la croissance économique, développer les infrastructures de transport et les échanges commerciaux. Les questions de durabilité financière et environnementale, également au coeur des priorités des autorités chinoises, doivent être portées par l’ensemble des bailleurs.

De l’aveu même des autorités chinoises, les « Nouvelles routes de la soie » seront de « haute qualité ». Un discours qui ouvre la voie à un dialogue renforcé et à des coopérations plus intenses avec les autres acteurs du financement du développement, même si cela suppose une convergence des conditions financières, sociales et environnementales pratiquées par les acteurs financiers chinois et non chinois.

À travers son Policy Paper dédié, l’Agence française de développement (AFD) propose plusieurs recommandations autour de la BRI (Belt and Road Initiative, « Nouvelles routes de la soie » en anglais) susceptibles de créer de nouvelles convergences des pratiques entre acteurs. Et d'offrir des pistes de réflexion pour l’élaboration d’un cadre commun de financement du développement durable.

C’est dans ce contexte que l’AFD émet ses recommandations regroupées en deux points principaux, développées dans notre Policy Paper à télécharger

1 Soutenabilité financière

- Une application obligatoire et stricte, par l’ensemble des acteurs financiers chinois, du nouveau cadre de soutenabilité de la dette publié par le ministère des Finances chinois serait de nature à réduire fortement le risque de surendettement des États emprunteurs et le risque d’exposition des acteurs financiers. 

- La fixation de seuils d'« alerte endettement » serait également un pas important vers des financements plus soutenables et mieux coordonnés. 

- En outre, une adhésion de la Chine au Club de Paris enverrait un message puissant de volonté de coordination avec les autres nations créditrices, tout en limitant les risques d’exposition de la Chine.

2Impacts environnementaux et sociaux

- Les récentes initiatives de verdissement de la BRI envisagent des orientations à décliner pour intégrer le développement durable dans chacun des piliers de la BRI. L’engagement, tant de la Chine que des pays partenaires, dans le suivi et la mise en œuvre de ces initiatives est une condition clé pour réduire les impacts environnementaux des projets de la BRI.

- La fixation de cibles visant à atteindre un volume ambitieux de projets ayant des effets positifs dans la lutte contre le changement climatique permettrait d’orienter les financements de la BRI vers plus de durabilité. 

- L’alignement effectif de la BRI sur les objectifs de développement durable supposerait de mettre en place un certain nombre de mesures (renforcer les normes environnementales et sociales dans l’instruction et le suivi des projets, systématiser les évaluations d’impact économique, social et environnemental des projets, cohérence de ceux-ci avec l’Accord de Paris, etc.). 

- La mise en œuvre de projets en cofinancement entre acteurs de financement du développement permettrait également de favoriser la convergence des normes sociales et environnementales. 

- Enfin, des réflexions sur les interactions entre les différents objectifs de développement durable et leurs potentielles contradictions pourraient être engagées.

-> Lire le Policy Paper  

-> Lire notre Policy Paper pour réduire les inégalités par la coopération internationale 
 

Nouvelles routes de la soie infographie