• logo linkedin
  • logo email
L’AFD a financé la réfection de 46 km de route nationale de Ndjolé à Médoumane sur l’axe Libreville-Yaoundé.
Contexto

Le Gabon ne compte qu’un faible linéaire de routes bitumées modernes. Ainsi, les régions et capitales régionales sont mal desservies : Libreville, la capitale, et Franceville, 3e ville du pays, ne sont actuellement reliées de manière fiable que par le chemin de fer Transgabonais ou par voie aérienne. La faiblesse actuelle du réseau routier représente un frein à la diversification économique du pays. La RN2 fait partie de l'axe stratégique Libreville-Yaoundé, très important pour l'économie du pays (la plupart des importations alimentaires proviennent du Cameroun et transitent par cette route).

Le sous-développement du réseau routier au Gabon impacte les secteurs de l’agriculture et de l’élevage, du commerce, ainsi que de l’industrie et du tourisme. Par ailleurs, le secteur routier au Gabon représente un enjeu de développement social via l’accès aux services de base et les possibilités de déplacement dans des conditions satisfaisantes. En permettant l’évacuation des produits agricoles, le secteur routier est également un moyen de transport obligé des productions à venir, ainsi que de lutte contre la pauvreté et l’exode rural. Ainsi, en zone forestière, la route est perçue comme une incontournable nécessité quotidienne (se soigner, aller au marché, accéder au train...), familiale et culturelle.

Descripción

Le projet, en outre de la réalisation des études, consistait à parachever la réfection de l’axe Libreville-Yaoundé, stratégique pour l’économie nationale, et dont le tronçon Ndjolé Médoumane, long de 46 kilomètres, constituait la dernière portion non réhabilitée de la route nationale 2. Les travaux consistaient à reconstruire et élargir le tronçon de 10 km entre Ndjolé et le carrefour Gare Octra, ainsi que l'accès à la gare, et renforcer et élargir la chaussée sur le tronçon de 36 km entre la gare et Médoumane. Cette opération impliquait également la reconstruction ou réhabilitation d’une dizaine d’ouvrages d’art et la construction d’ouvrages de transfert hydraulique afin d’assurer une plus grande pérennité de la route et d’éviter les risques d’inondation.

Un plan de gestion environnemental et social a été mis en œuvre afin de minimiser ou compenser l’impact sur l’environnement et les populations. Le déplacement des populations impactées par le projet a concerné une cinquantaine de foyers et commerces autour de Ndjolé, les indemnisations ont été prises en charge par l’État et la viabilisation des sites de relogement a été incluse dans le projet. Le projet comprenait par ailleurs un volet de sauvegarde du patrimoine archéologique du Gabon.

Impactos

Projet d’ampleur nationale, il participe à l’intégration régionale et au développement économique du pays et vient finaliser la réfection de l’axe reliant relie Libreville à Yaoundé. Plus précisément, le projet aura pour effet de faciliter les déplacements entre la capitale et l’intérieur du pays, de favoriser les implantations d’activités économiques dans les régions de l’intérieur et de développer le commerce sous-régional, notamment entre le Gabon et le Cameroun. Les données disponibles à l’époque de l’évaluation du projet faisaient état d’un trafic annuel sur cet axe de 340 000 passagers et 902 000 tonnes de fret.

Le projet permet d’assurer des conditions de transport fiable sur cet axe fréquenté. Le projet doit également avoir des effets sociaux fortement positifs : en zone forestière, la route, souhaitée par tous les habitants, répond à une incontournable nécessité quotidienne (accès aux soins, aux structures éducatives, aux marchés, au train) et constitue un lien pérenne avec l’ensemble des communautés, locales et nationales.

01/01/2006
Fecha de inicio del proyecto
01/01/2015
Fecha de finalización del proyecto
9 ans
Periodo de financiación
Sectores
Ndjolé
Lugar
Tipo de financiamiento
134 000 000
EUR
Monto de financiación
Achevé
Estado
République gabonaise
Beneficiarios
République gabonaise
Cofinanciadores