• logo linkedin
  • logo email
Avec l’afflux de nombreux arrivants pauvres dans les quartiers défavorisés d’Antananarivo, les conditions de vie s’y détériorent davantage faute d’infrastructures et d’équipements. L’AFD soutient l’État malgache pour le désenclavement et l’assainissement de plus de 100 quartiers de la ville.
Contexto

Avec ses 24 millions d’habitants, Madagascar est un pays où l’urbanisation s’accélère : plus d’un ménage sur trois vit en milieu urbain et au rythme actuel, il s’agira d’un sur deux dans moins de 10 ans. L’agglomération d’Antananarivo doit faire face à une croissance démographique parmi les plus importantes d’Afrique. Faute d’anticipation, cette croissance urbaine génère de difficultés de gouvernance et affecte la qualité de vie des citadins notamment des tananariviens.

Aujourd’hui, le phénomène de "bidonvillisation" touche tous les arrondissements et tous les quartiers de la ville d’Antananarivo et des villes périphériques, avec un taux de constructions illicites représentant environ 70 % des habitats réalisés. Presque tous les nouveaux urbains sont pauvres et au fur et à mesure que les quartiers défavorisés se densifient, les conditions de vie s’y détériorent.

Descripción

Ces différents éléments ont motivé la décision de l’AFD de financer et d’accompagner la mise en œuvre du programme de Désenclavement et d’Assainissement des quartiers prioritaires d’Antananarivo, intitulé projet « Lalankely » (ruelles en malgache). Au cours de deux phases, dont la première a débuté en 2011, les 110 quartiers identifiés comme prioritaires ont été touchés par le projet.

Dans chaque quartier, le projet a permis la construction d’escaliers, de ruelles et de voies carrossables équipées de drains pour améliorer l’évacuation des eaux usées et pluviales. Des équipements sanitaires (bornes fontaines, lavoirs, sanitaires, bacs à ordures) ont également été installés. L’entretien des infrastructures fait l’objet d’une gestion communautaire par les habitants, accompagnés par des ONG. Les différents investissements et équipements permettent d’intégrer les quartiers au reste du territoire et de favoriser l’accès des habitants aux bassins d’emplois.

Impactos

Le projet a bénéficié à plus de 700 000 personnes en termes de mobilité, d’accès à l’eau potable, d’amélioration des conditions sanitaires et de collecte des déchets. Une importante partie des travaux a été réalisée selon la méthode à haute intensité de main-d’œuvre (HIMO) pour favoriser l’emploi de main-d’œuvre, souvent jeune et peu qualifiée, dans les quartiers. Les deux phases du projet ont permis la construction de 140 kilomètres de ruelles et de voies carrossables répartis sur les 110 quartiers les plus défavorisés de la communauté urbaine d'Antananarivo.

06/05/2011
Fecha de inicio del proyecto
02/03/2017
Fecha de finalización del proyecto
7 ans
Periodo de financiación
Antananarivo
Lugar
Tipo de financiamiento
14 000 000
EUR
Monto de financiación
Achevé
Estado
Commune Urbaine d'Antananarivo
L'Agence d'Exécution des Travaux d'Intérêt Public et d'Aménagement (AGETIPA)
Beneficiarios