• logo linkedin
  • logo email
Les Petits Etats Insulaires en Développement sont les plus vulnérables aux phénomènes climatiques extrêmes et à la montée des eaux. Ils pourraient être inhabitables d’ici quelques décennies.

Les Petits Etats Insulaires en Développement (PIED) sont parmi les moins responsables du changement climatique à l’échelle de la planète. Ils sont cependant les plus vulnérables aux phénomènes climatiques extrêmes et à la montée des eaux. Ils pourraient être inhabitables d’ici quelques décennies.

Comme rappelé dans l’accord de Paris adopté lors de la 21ème Conférence des Parties, l’adaptation aux impacts des dérèglements climatiques est devenue un enjeu central du développement des PIED. Les effets du changement climatique, notamment l’augmentation de la température et l’acidification des océans, s’ajoutent à ceux des nombreuses pressions exercées sur des écosystèmes insulaires déjà fragilisés : espèces exotiques envahissantes, surexploitation des ressources halieutiques et forestières, urbanisation côtière et pollutions, destruction des habitats et notamment des récifs coralliens. Ces différentes menaces mettent en jeu la durabilité des écosystèmes insulaires, des services écosystémiques qu’ils fournissent et des moyens d’existence des populations qui en dépendent.

Les « solutions basées sur la nature » permettent-elles aux PIED de répondre à ces défis actuels et futurs ?

 

Une conférence animée par Guillaume Chiron, Responsable adjoint de la division Agriculture, Développement rural, Biodiversité, AFD

Dónde
The Viernes 17 Noviembre 2017
Cuándo
à l'AFD
Intervenants
Anote
Tong
Ancien Président de la République des Kiribati
Herbert
Lust
Vice-Président, Conservation International Europe
Alexandre
Magnan
Chercheur, Institut du Développement Durable et des Relations Internationales
Jean-Baptiste
Marre
Coordonnateur adjoint du projet RESCCUE, Communauté du Pacifique

Location of the event

Agence Française de Développement
5 rue Roland Barthes
75012
PARIS