5
écoles entièrement reconstruites
2 500
élèves bénéficient des nouveaux bâtiments
50
classes modernes créées
Sur les rives du lac Victoria, au Kenya, la ville de Kisumu voit renaître ses écoles primaires, jusqu’alors délabrées. Cette renaissance ravit le corps enseignant et redonne espoir aux élèves.

À 6h30 en ce matin de janvier, les uniformes bleus s’alignent sur les chemins de campagne pour rejoindre l’école primaire d'Angira. Nous sommes dans la banlieue de Kisumu, à 350 km à l’ouest de Nairobi. Âgés de 3 à 16 ans, les élèves passent aux pieds d’une école flambant neuve et tout en couleurs. 

Depuis 2012, l’AFD finance un projet de développement urbain de cette ville, la troisième plus grande du Kenya avec 600 000 habitants. Le projet implique la reconstruction de cinq écoles primaires publiques, pour la plupart éloignées du centre et qui étaient dans un état de délabrement avancé.  

L’école primaire d’Angira est l’une de ces écoles. Chacun est impatient de goûter à l’espace et à la fraîcheur d'un bâtiment moderne. Mais les élèves devront patienter encore un peu : les travaux ne sont pas tout à fait terminés. Les enfants se dirigent pour l'heure vers leurs salles de classe actuelles, sombres et étriquées. 

Kenya, education, Angira, Coleman
Kenya, education, classe, Coleman
Plus d’espace, plus de professeurs et moins d’enfants par classe

Au Kenya, les normes imposent un maximum de 45 élèves par classe. À Angira, ces quotas sont largement dépassés et il n’est pas rare pour un élève de partager sa classe avec 90 autres élèves. 


La nouvelle école permet de doubler le nombre de classes disponibles et de mettre à disposition une chaise et un bureau par élève, ce qui devrait avoir un impact direct sur le confort et la concentration des enfants. 


Le dédoublement des classes nécessite également celui des professeurs. La directrice de l’établissement s’apprête ainsi à en faire la requête auprès de la Teachers Service Commission, chargée du recrutement des professeurs dans le secteur public au Kenya. 
 

Kenya, éducation, latrines, Coleman
Hygiène en hausse

Dans les anciens bâtiments de l’école primaire, élèves et professeurs devaient partager un petit nombre de latrines, en très mauvais état. 


La nouvelle structure comprend un bloc sanitaire complet, dont Ham ouvre ici les portes. À l’intérieur, des toilettes séparées pour les filles et les garçons, mais aussi pour les grands et les petits, et à l'extérieur, des lavabos. 


Le nouveau bâtiment respecte également les normes relatives à l’accessibilité, avec des toilettes adaptées aux personnes en situation de handicap.