• logo linkedin
  • logo email
C’est officiel depuis décembre 2018 : l’AFD a rejoint le Cadre d’investissement pour les Balkans occidentaux (CIBO) de la Commission européenne. Grâce à ce nouveau partenariat, la France apportera son expertise dans les domaines de la connectivité, de l’environnement et du social aux six pays de la région.

Ce n’est un secret pour personne : les Balkans occidentaux souhaitent rejoindre l’Union européenne. Les six pays qui les composent – l’Albanie, l’ancienne république de Macédoine, la Bosnie-Herzégovine, le Kosovo, le Monténégro et la Serbie – engagent depuis quelques années d’importantes démarches pour développer leurs infrastructures. La France, alliée à d’autres pays de l’Union, a un rôle de choix à jouer dans cette transition.

Mutualiser les ressources européennes pour les Balkans

Le Cadre d’investissement pour les Balkans occidentaux (CIBO) a été créé en 2009 par la Commission européenne, avec le concours de plusieurs banques de développement. Le but : mutualiser les ressources sous forme de subventions, de prêts et d’assistance technique pour accompagner les Balkans occidentaux dans leur développement.

Construction de routes, amélioration des services sanitaires, fiabilisation des ressources en eau et en énergie… Plus de 150 projets bénéficient à des millions de personnes dans la région. En janvier 2018, 772 millions d’euros de subventions avaient ainsi été accordés.

La Commission européenne estime que sa contribution au CIBO se chiffrera à 1 milliard d’euros sur la période 2015-2020. De quoi créer 45 000 emplois, moderniser les transports ferroviaires et les systèmes d’information, améliorer la sécurité routière, déployer le haut débit ou encore développer des modèles de smart cities dans les Balkans.
 

Le Cadre d’investissement en faveur des Balkans occidentaux est une démonstration concrète de l’effort commun visant à stimuler l’intégration et le redressement économique de cette région.

Olli Rehn, Commissaire européen à l’élargissement de l’UE

En rejoignant le CIBO, l’Agence française de développement (AFD) apporte dès 2018 1,1 million d’euros de subventions au fonds conjoint des donateurs bilatéraux. L’AFD poursuivra son appui au cours des prochaines années. À ce titre, elle siège dans l’ensemble des instruments du CIBO pour y apporter toute son expérience.

L’expertise de l’AFD au service de nouveaux secteurs d’intervention

Jusqu’à présent, le CIBO est intervenu principalement dans les domaines des transports et de l’énergie, des enjeux particulièrement importants aux yeux de la Commission européenne et qui répondent à l’Objectif de développement durable (ODD) n° 9 des Nations unies. La Commission souhaite maintenant développer les interventions du CIBO en ciblant les domaines du digital, de l’environnement, du secteur privé et du social.

L’expertise de l’AFD sur ces thématiques constituera une forte valeur ajoutée pour le développement économique et social de la région. Elle permettra à de nombreux nouveaux projets de voir le jour rapidement.

Déploiement du haut débit dans l’ensemble de la région pour favoriser l’inclusion numérique, création de nouveaux systèmes d’approvisionnement en eau, de gestion des eaux usées et de prévention des inondations pour renforcer l’adaptation au changement climatique, diffusion de solutions énergétiques durables pour contribuer à réduire les émissions de gaz à effet de serre, amélioration de l’accès aux sources de financement pour les petites et moyennes entreprises… Autant de projets qui rapprocheront les pays des Balkans occidentaux d’une possible intégration à l’Union européenne.

 

Cette publication n’engage que l’AFD ; elle n’engage pas la responsabilité de l’Union européenne.
Cette publication n’engage que l’AFD ; elle n’engage pas la responsabilité de l’Union européenne.