650
bateaux seront distribués
2 600
bénéficiaires
5
La présence d'une mangrove a divisé la puissance du tsunami par cinq
Le tsunami qui a durement frappé une partie de l'Indonésie en septembre 2018 a détruit leurs bateaux. Aujourd’hui, de nombreux pêcheurs de Palu, sur l’île de Sulawesi, ne survivent plus que par l’aide humanitaire. Mais grâce au projet de relance de l’économie et de protection face aux catastrophes naturelles financé par l’AFD, certains repartent déjà en mer. Reportage.

Située à l’extrémité de la Ceinture de feu, l’Indonésie est l’un des pays les plus exposés aux catastrophes naturelles dans le monde : inondations, tremblements de terre, glissements de terrain, tsunamis, volcans, cyclones… Pour la seule année 2018, l’Agence nationale indonésienne de la gestion des catastrophes (BNPB) en a recensé près de 2 000. 

Le 28 septembre 2018, les côtes de Palu sont frappées par un tsunami, déclenché par un séisme de magnitude 7,5 au large des côtes. Le bilan humain est lourd, avec des milliers de personnes disparues et des centaines de milliers de personnes déplacées. La communauté des pêcheurs est particulièrement touchée par ce sinistre : un bateau sur deux a été détruit dans la baie. Compte tenu de leurs faibles revenus, la plupart des pêcheurs ne peuvent se rééquiper et redémarrer leur activité. 

L’AFD, en partenariat avec l’ONG CCFD-Terre solidaire et Kiara (regroupement de neuf organisations de pêche en Indonésie), lance un nouveau projet qui permettra aux populations côtières touchées par la catastrophe de reprendre leur activité dans les meilleurs délais. Il prévoit notamment la distribution de 650 pirogues sur trois ans et une meilleure préparation des populations face à ces catastrophes.

pêcheurs pêche Indonésie Celebes Palu mer océan Asie
La mangrove, une protection naturelle

Aussi loin que Taslim se souvienne, la mangrove a toujours été présente. Personne ne lui a jamais dit pourquoi elle était là, ou qui l’avait plantée. Mais le 28 septembre 2018, sa présence a sauvé la vie de nombreux habitants de la région. Et pour cause : là où elle était présente, la hauteur des vagues a été réduite de cinq à seulement un mètre.

« La mangrove nous a sauvés. Dense et présente sur environ 20 mètres de profondeur jusqu’au rivage, elle a retenu les vagues et a protégé notre village. Aujourd’hui, elle a complètement disparu. Mais après toutes ces années, nous savons désormais à quoi elle sert », raconte Taslim.

La province de Palu est aujourd’hui en pleine reconstruction. Consciente de l’importance de la mangrove dans la protection des communautés côtières, l’AFD a placé sa reconstitution au cœur du projet de relance de l’activité régionale. Objectif : mieux protéger les populations face aux futures catastrophes.

« Nous sommes heureux de contribuer à ce projet », se réjouit Emmanuel Baudran, directeur de l’agence AFD de Jakarta (Indonésie). «Nous espérons que ce programme pilote permettra d’aider les communautés côtières de Palu à reprendre leur activité et à mieux appréhender d’éventuelles futures catastrophes.»

pêcheurs Indonésie Palu Asie AFD
© Matahati Productions / AFD

 

lire aussi

[Grand angle] Au Vietnam, la formation pour améliorer l'emploi décent

Financement d'infrastructures vertes en Indonésie : quel impact ?

L'AFD rejoint le Blue action fund pour mieux protéger la biodiversité marine