• logo linkedin
  • logo email
Cette évaluation porte sur l’action du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE) et de l’AFD pour le développement de l’éducation de base dans les pays du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad). L’éducation de base recouvre l’enseignement en primaire et dans le premier cycle de l’enseignement secondaire (collège). Les actions de soutien au français s’inscrivant dans les politiques éducatives des pays sont intégrées dans le champ de cette évaluation
Contexto

Les pays du G5 Sahel sont confrontés à des enjeux démographiques, sécuritaires et migratoires qui pèsent sur les besoins et les capacités de leurs systèmes éducatifs, dont les résultats figurent parmi les plus faibles du monde. L’éducation contribue à répondre à ces enjeux : elle concourt à la fois au développement économique, à la maîtrise de la démographie et à la prévention du sentiment d’exclusion des jeunes.

Face à ces défis, l’action de la France doit pouvoir s’adapter et renforcer son efficacité, en tirant les enseignements du passé et en accentuant la dimension régionale de son action. Cette évaluation commanditée par le MEAE et l’AFD s’inscrit dans la lignée des recommandations de deux rapports qui soulignent la nécessité d’évaluer l’action de la France en éducation au Sahel : le rapport d’information parlementaire « Sahel : pour une approche intégrée » (2013) et le rapport de la mission au Niger de l’Inspection générale des affaires étrangères (2015).

Objectifs

Confiée aux bureaux d’études Pluricité et Learning Avenue, l’évaluation dresse le bilan d’une décennie d’action de la France dans les pays du G5 Sahel et apporte des éléments de réponse à des questions portant sur la pertinence, la cohérence et l’efficacité de cette action. Elle propose des recommandations utiles à la mise en œuvre de la stratégie Éducation, formation professionnelle et insertion du MEAE et pouvant nourrir les travaux sur la dimension éducation de l’initiative Alliance Sahel.

Méthode
Résultats

L’action de la France a pris en compte les priorités nationales et s’est adaptée aux évolutions de contexte. Elle a privilégié le soutien à l’accès à la scolarisation ainsi que la gestion et le pilotage du système éducatif. Elle correspond aux priorités françaises même si en début de période, l’éducation au Sahel n’était pas une priorité affichée (cette priorité ne s’est dessinée que très récemment, en réponse aux situations critiques de la région).

Les interventions de la France ont été flexibles dans leurs modalités, mais sont restées limitées face à l’ampleur des besoins. Les projets soutenus ont produit des réalisations et des résultats tangibles.

Cependant, les possibilités de passage à l’échelle des résultats de l’aide projet au niveau national sont limitées en raison des faibles capacités des autorités nationales et plus encore décentralisées. L’accès à l’éducation a été amélioré, mais les résultats restent peu significatifs en matière de qualité et d’efficacité interne des systèmes. Les activités soutenues dans le volet linguistique n’ont pas fait du français un levier d’amélioration de la qualité de l’éducation. 

Enseignements

Les préconisations principales sont les suivantes :

  • accroître significativement le montant de l’APD française à l’éducation de base dans les pays du G5 Sahel pour répondre aux défis de ces pays et favoriser un effet d’entraînement des autres bailleurs
  • inscrire l’appui de la France dans une approche de politique publique globale dans les pays du Sahel, renforçant la résilience des populations, incluant santé, gestion financière et des ressources humaines, formation-emploi
  • engager une stratégie de capitalisation, d’évaluation et d’essaimage des projets de niveau régional et soutenir l’amélioration de la connaissance
  • renforcer la priorité en faveur de la qualité de l’éducation de base.
29/09/2016
Fecha de inicio del proyecto
06/07/2018
Fecha de finalización del proyecto
Achevé et évalué
Estado

Contact :

Pascal Thiais