• logo linkedin
  • logo email
euroclima-argentine
En cohérence avec la dynamique créée en Argentine par la ratification de l'Accord régional d'Escazu, l'Agence française de développement (AFD) et la Fundación Foro del Sur ont uni leurs forces pour lancer le projet "Femmes autochtones et rurales pour une justice climatique post-pandémique", une initiative qui réunit pour la première fois des femmes gestionnaires de différents systèmes agroalimentaires et des spécialistes et référents de la justice dans le pays, afin de créer le Réseau de femmes autochtones et rurales, procureurs et juges pour la justice climatique.

Le projet vise à créer des synergies entre ces femmes afin de développer des stratégies pour atténuer l'impact du changement climatique, non seulement sur la préservation de leurs moyens de production et de subsistance, mais aussi sur la survie de leurs cultures et de leur vision du monde.

Compte tenu des litiges causés par la détérioration des conditions environnementales, la perpétuation des préjugés sexistes et des inégalités structurelles qui entravent l'accès à la justice et l'application effective de la loi, ce réseau sera constitué à partir de rencontres dans les secteurs concernés dans différentes provinces du pays, afin d'identifier et d'échanger autour des expériences personnelles et des pratiques communautaires sur différents axes thématiques proposés tels que : l'eau, le sol, la sécurité alimentaire, la nutrition, les déchets et les opportunités d'emplois verts.

Cette initiative est financée par l'AFD et l'Union européenne au travers du programme Euroclima+ pour un montant de 82 824,5 €, qui sera utilisé pour la création et le renforcement de ce réseau de femmes. Le projet, qui sera mis en œuvre par la Fundación Foro del Sur, bénéficie du soutien du gouvernement argentin, du soutien technique de la CEPAL et de l’appui stratégique de l'Association des femmes juges d'Argentine, qui mettra ses connaissances à disposition afin d'identifier les droits liés aux conséquences du changement climatique. 

« Face à l'urgence environnementale et climatique actuelle et à la prise de conscience des acteurs civils, l'AFD intègre la question de la justice climatique. Son objectif est de soutenir ses partenaires dans le renforcement de leur législation environnementale et l'accès à la justice pour toutes et tous, sur les questions environnementales et climatiques », a déclaré Mathieu Thenaisie, directeur de l'Agence française de développement en Argentine.

Ce projet, en plus de reconnaître les filles et les femmes rurales comme particulièrement vulnérables aux effets du changement climatique, les considère également comme les protagonistes d'une transition juste, menée par la société civile. Le projet, grâce à la création d'un réseau genre et justice climatique, vise à développer un diplôme universitaire spécialisé sur cette question, qui renforcera les capacités des femmes autochtones et rurales. Ce diplôme permettra d’apporter des connaissances tout en proposant de nouveaux outils afin de développer le rôle de facilitatrices et de leaders des femmes autochtones et rurales dans leurs communautés.

D'autre part, l'échange d'expériences, les connaissances techniques recueillies, la collecte de textes de loi et de jurisprudence, seront mis à la disposition du public, avec la création de la première bibliothèque virtuelle librement accessible sur le genre et la justice climatique. 


Contact Presse :

Santiago Giraldo