• logo linkedin
  • logo email
default image
Les banques publiques de développement lancent ce jour une « Coalition Sport pour le développement » en collaboration étroite avec le monde du sport. Les membres s’engagent à mobiliser leurs moyens financiers, leurs investissements et leurs expertises pour construire ensemble un monde durable, en lien avec les Objectifs de développement durable (ODD) des Nations unies.

Cette coalition regroupe à ce stade les membres permanents suivants : l’Agence française de développement (AFD), la Banque ouest-africaine de développement (BOAD), l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), l’association des institutions nationales et de financement du développement (IFD) des pays membres de la Banque islamique de développement (ADFIMI), l’association latino-américaine d’institutions pour le financement du développement (ALIDE), la Kreditanstalt für Wiederaufbau (KfW) et la Vnesheconombank (VEB.RF). Elle comporte aussi des partenaires issus du milieu du sport et du développement, qui soutiennent cette initiative : le Comité International Olympique (CIO), le Comité international paralympique (IPC), le Comité d'organisation des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 (Paris 2024), l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), l’Agence de coopération internationale allemande pour le développement (GIZ) et le réseau européen des sports académiques (ENAS).

Pour y parvenir, la coalition s’appuie sur la puissance de communication et de transmission des acteurs sportifs, notamment lors de grands évènements sportifs internationaux et sur les moyens financiers des banques publiques de développement qui représentent 10 % des investissements mondiaux. Avec cette coalition, les banques publiques de développement s’engagent, grâce à leurs investissements et expertise, à promouvoir le sport et ses valeurs pour créer des impacts sociaux positifs. 

Les acteurs de cette coalition sont convaincus que le sport est un levier puissant mais encore sous-utilisé du développement humain et durable et qu’il fournit un cadre d’action dans des domaines essentiels pour atteindre les ODD :

  • éducation : l’éducation par le sport contribue au développent individuel ainsi qu’à celui collectif par un effet domino et permet d’apprendre à vivre en paix avec d’autres communautés
  • santé : le sport aide à prévenir les maladies chroniques et favorise le bien-être physique et mental
  • égalité entre les hommes et les femmes : le sport contribue à l’autonomisation des filles et des femmes et à la lutte contre les stéréotypes sexistes
  • compétences et emploi : le sport réengage les populations sans emploi et exclues et contribue à développer et à promouvoir de nombreuses compétences professionnelles
  • paix : en rassemblant les nations lors de compétitions internationales, le sport contribue à renforcer la tolérance et l'amitié entre les peuples
  • transition écologique : le sport promeut des modes de vie plus durables. 

Pour atteindre ces objectifs, les membres de la coalition s’engagent à : 

  • s'aligner sur une vision et des principes communs sur le pouvoir social et environnemental du sport
  • intensifier les impacts humains, sociaux, économiques et environnementaux positifs des mondes sportifs et du développement dans le monde
  • soutenir des projets qui font du sport un outil de développement humain et durable aux niveaux national et régional
  • créer un héritage social et environnemental positif et contribuer à la paix et à la solidarité, notamment grâce aux grands évènements sportifs internationaux. 

Pour remplir ces engagements, la coalition mettra en place dans les mois à venir un groupe de travail chargé d’élaborer la feuille de route permettant d’atteindre ces engagements. La coalition se réunira au moins une fois par an. La prochaine réunion pourrait intervenir par exemple en août prochain à Tokyo à l’occasion des Jeux olympiques et paralympiques de 2021 et sera un espace de dialogue entre les partenaires dans la mise en œuvre des engagements en faveur d’un monde durable. 

La plateforme Sport en commun, premier livrable de la coalition, sera un outil essentiel. Les solutions et services proposés par la plateforme, dont l'objectif est de connecter les acteurs du sport et du développement, pourront être utilisés pour mener à bien ces engagements.

Rémy Rioux (président du sommet Finance en commun et DG de l’AFD) : « Je me réjouis de cette coalition inédite entre le monde du sport et celui du développement. Elle scelle le rapprochement entre ces acteurs pour porter, ensemble, l’espoir d’un monde en commun sous la bannière des Objectifs de développement durable (ODD). Pour y parvenir et démontrer que le sport constitue un formidable levier de développement, la mobilisation collective des banques publiques de développement, réunies pour la toute première fois aujourd’hui dans le cadre du sommet Finance en commun, sera déterminante. Je vous donne rendez-vous dans moins d’un an, à l’occasion des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo où les acteurs du sport et ceux du financement du développement feront un premier bilan d’une collaboration à laquelle je suis fier de donner le coup d’envoi ! »
 

Tony Estanguet (président de Paris 2024) : « À Paris 2024, nous avons la conviction que le sport change les vies. Ce qui est vrai au niveau individuel l’est tout autant pour répondre aux grands défis de notre époque : pour faire progresser la santé, l’éducation, l’égalité et la paix, dans tous les pays du monde, le sport apporte des solutions. Dans la perspective des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024, nous avons la volonté de renforcer le rôle du sport au service du développement durable. C’est le sens de notre collaboration avec l’AFD. More sport, more impact ! »  

Shinichi Kitaoka (président de l’Agence japonaise de coopération internationale - JICA) : « Nous saluons aujourd'hui les initiatives de l'AFD pour encourager une action collective. Il est évident que le sport est appelé à jouer un rôle déterminant dans la promotion de la sécurité humaine. »


Contact presse : Audrey Malmenayde