• logo linkedin
  • logo email
projets ONG financés par l'AFD
Renforcement des systèmes de santé, accès aux soins pour les plus vulnérables, appui à l’agriculture familiale et à l’agrobiologie, protection de la biodiversité, lutte contre le travail des enfants et les violences associées, éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale… Le 28 janvier 2020, l’AFD a approuvé le soutien de 20 projets d'organisations de la société civile française pour un montant de plus de 18 millions d’euros.

► Retrouvez l’information complète des décisions de financement du comité ONG de l'AFD du 28 janvier 2020 en cliquant ici.


Projets de terrain
 

  • Inter Aide -  Projet d’appui aux agricultures familiales, Éthiopie, Haïti, Madagascar, Malawi et Sierra Leone

Programme d’appui à l’agriculture familiale dans cinq pays, le projet s’adresse à des familles d'agriculteurs de zones rurales isolées, qui disposent d'une agriculture de subsistance sur des fermes inférieures à un hectare et qui peinent à maintenir leurs productions.
Les actions du programme ont pour objectif de tester, diffuser et modéliser des pratiques agro-écologiques répondant à des besoins de sécurité alimentaire immédiate, de protection des ressources naturelles et de préservation des milieux. L’objectif est de maintenir en milieu rural une agriculture rémunérée, durable et attractive, notamment pour les jeunes.

Plus de 100 000 familles vont bénéficier des activités du projet.

  • CRAterre - Habiter et mieux vivre dans les non-lotis, Burkina Faso, Sénégal et Guinée-Bissau

Situé dans le quartier informel de Boassa à Ouagadougou au Burkina Faso, le projet vise à améliorer les conditions d’habitat et le cadre de vie des habitants de ce quartier périphérique de 12 500 habitants situé à 10 km du centre, et à mieux intégrer ce quartier non loti au tissu urbain de la capitale. 150 familles bénéficieront d’un diagnostic de leur habitat et seront accompagnées dans l’amélioration de celui-ci. 100 maçons seront formés et 5 000 personnes du quartier bénéficieront de la dynamisation de la société civile locale et de la réalisation de trois ouvrages communautaires. 

La composante multipays concerne des projets urbains menés en Guinée-Bissau (projet Canchungo du GRDR) et au Sénégal (projet du quartier de Pikine d’UrbaSen) et vise à diffuser des méthodes et des outils dans les différents réseaux liés à la mobilisation populaire dans les quartiers informels.

  • Association La Voûte nubienne - Accompagner les acteurs locaux dans la diffusion de la méthode de La Voûte nubienne, Bénin, Burkina Faso, Ghana et Mali

Initié en 2015, le projet a pour objectif de faciliter l’accès des populations rurales à un habitat durable, adapté, sain et à très faible empreinte carbone, et d’encourager le développement des métiers à forte employabilité au Sahel.

Le projet s’articule autour de trois objectifs spécifiques : transférer la méthodologie et le savoir-faire de La Voûte nubienne à des partenaires-opérateurs locaux, et assurer le développement du marché par le soutien à la demande, à la fois publique et privée.

  • Croix Rouge française - Renforcement du système de santé et de la société civile dans la délivrance de soins de qualité et accessibles aux populations vulnérables dans la région d’Agadez, Niger 

La région d’Agadez est un point de passage important pour les populations migrantes en situation de vulnérabilité. Elle est aussi peuplée d’éleveurs nomades en majorité Touaregs et Peuls souvent éloignés des centres de santé et qui se sentent délaissés par l’État. 

Le projet s’articule autour des trois objectifs : délivrer un appui à dix centres de santé situés dans le district sanitaire de Tchirozérine, particulièrement destinés aux enfants de moins de 5 ans, les femmes enceintes et les femmes allaitantes ; renforcer les capacités de dix OSC locales ; et former l’ensemble des acteurs du système de santé sur les nouvelles approches stratégiques de la participation communautaire pour appuyer la politique de décentralisation de la santé dans la région.

  • La Chaîne de l'espoir - Programme intégré de prévention, de sensibilisation, de renforcement de capacités et de prise en charge des brûlures œsophagiennes dues aux ingestions accidentelles de soude caustique, Mali et Côte d’Ivoire

L’ingestion accidentelle de soude caustique par les enfants est une cause méconnue de mortalité infantile dans les pays africains. 

Le projet de La Chaîne de l’espoir vise à mieux faire connaître et prévenir ces accidents évitables (1 130 utilisateurs et revendeurs de soude seront formés, et des sensibilisations seront faites auprès du grand public), mais aussi former les équipes médicales et psychosociales (près de 260 personnes) à la prise en charge des victimes. Le projet dotera les hôpitaux partenaires d’un équipement médical approprié, ce qui permettra d’opérer 120 enfants victimes des cas les plus graves d’ingestion de soude caustique de Côte d’Ivoire, du Mali et de la sous-région. 

Le Burkina Faso connaît une forte croissance démographique liée notamment au faible accès aux moyens de contraception (le taux d’utilisation de moyens de contraception modernes est de 15 %, chutant même à 6 % chez les plus jeunes) et à la persistance des mariages précoces (plus d’une femme sur deux de 18 à 24 ans a été mariée avant l’âge de 18 ans), qui conduisent à un taux de fécondité important (6 enfants par femme). La planification familiale est encore très peu évoquée, le taux d’excision très important malgré la loi de 1996 l’interdisant, et la prévalence du VIH/sida et des infections sexuellement transmissibles (IST) reste élevée. 

C’est dans ce contexte que le Planning familial propose un projet visant à améliorer les droits et la santé sexuels et reproductifs des jeunes filles et jeunes garçons burkinabés, de 10 à 24 ans de deux quartiers, à Ouagadougou et à Bobo Dioulasso.

La drépanocytose est la maladie génétique la plus répandue dans le monde. Entraînant une déformation des globules rouges, la maladie se manifeste par des douleurs intenses liées à l’obstruction des vaisseaux sanguins ainsi que par une anémie chronique et par une forte susceptibilité aux infections et au paludisme. 

La Fondation Pierre Fabre s'engage contre cette maladie peu médiatisée et fait de la lutte contre la drépanocytose l’un de ses axes stratégiques. Le projet prévoit la réalisation d’un dépistage auprès de 53 000 nouveau-nés, de 18 000 enfants de moins de 2 ans et de 7 000 femmes enceintes, la formation de plus de 500 personnels de santé à la prise en charge de la drépanocytose (et notamment à la prise en charge de la douleur), des activités de sensibilisation pour une meilleure connaissance de la maladie, la réalisation d’une cartographie nationale d’incidence de la maladie et un appui au ministère de la Santé pour l’élaboration, la diffusion et la mise en œuvre d’un plan national de lutte contre la drépanocytose. 

  • ALIMA - Améliorer la qualité des soins et la formation des personnels de santé à la prise en charge de la malnutrition aiguë sévère, Mali, Tchad, Nigéria et Niger

Le projet propose une stratégie de formation du personnel de santé, basée sur la pratique de soins, pour une meilleure prise en charge de la malnutrition aiguë sévère. Son objectif global est de contribuer à la réduction de la mortalité infantile dans les quatre pays d’intervention. 

40 000 enfants (essentiellement des enfants de moins de 2 ans victimes de malnutrition aigüe sévère) seront pris en charge, en renforçant la qualité des soins prodigués : apport en matériel et suppléments alimentaires, amélioration des conditions d’hygiène et de l’accès à l’eau. 1 124 professionnels de santé (infirmières, médecins…) nationaux seront également formés à la prise en charge de la malnutrition aigüe sévère via des modules de formation théoriques et des stages pratiques.

  • ECPAT France - Don't pay with your life - Protéger les jeunes filles de l'Edo de la traite à des fins d'exploitation sexuelle, Nigéria

Construit sur des synergies entre acteurs du pays d’origine, le Nigéria, et des pays de destination, le projet Don’t pay with your life proposé par ECPAT France (End Child Prostitution, Child Pornography and Trafficking of Children for Sexual Purposes) est un programme de lutte contre la traite des filles et des femmes nigérianes à des fins d’exploitation sexuelle. Il propose de mobiliser les capacités des acteurs et des communautés de l’État d’Edo, principale zone d’origine actuellement des femmes victimes de traite en Europe, à s’impliquer dans la lutte contre la traite, via des campagnes d’information, la prévention des départs et la réinsertion des jeunes filles rapatriées.

  • Fondation Plan international France - Éradiquer les pires formes de travail et de violences associées faites aux enfants dans les secteurs de l'exploitation minière et de la pêche dans la région de Geita, Tanzanie

Le projet s’appuie sur deux leviers principaux : la promotion des politiques publiques et la mise en place, au plan local, des dispositifs efficaces de protection de l’enfance et de promotion des droits des enfants. Pour y parvenir, le projet déploiera des actions de sensibilisation des communautés à l’interdiction du travail des enfants, des activités de prévention du travail des enfants, au niveau des interprofessions minières et de pêche. Les travailleurs sociaux seront formés à la détection et au soutien aux enfants en situation d’exploitation et des comités de lutte contre la violence à l’encontre des femmes et des enfants seront mis en place et soutenus dans les communautés.

Dans une région particulièrement pauvre du Sénégal, Futur au présent et ses partenaires sénégalais conduiront un programme de lutte contre la pauvreté à destination des enfants les plus vulnérables et leurs familles. 

Le projet prévoit de prendre en charge, soigner et accompagner, pour un retour ou placement en famille, plus de 200 enfants des rues ; de scolariser, prendre en charge et soigner 150 filles en situation de travail précoce à la Maison de l’éducation ; d’accompagner 60 mères ne disposant pas de revenus stables dans la création d’une activité génératrice de revenus ; 45 familles verront leur logement rénové ; 500 adolescents des associations de jeunesse bénéficieront de la Maison de l’éducation les soirs de semaine ; 100 professionnels de la protection de l’enfance et de l’éducation seront formés et renforcés dans leur métier ; 20 000 habitants des quartiers périphériques seront sensibilisés aux droits de l’enfant, à la lutte contre les violences sexuelles et sexistes, aux discriminations de genre et aux pratiques culturelles néfastes.

Par la création de 13 espaces Ideas Box, le projet entend renforcer l’autonomie de 35 000 bénéficiaires à travers l’accès à l’information par des services et des outils innovants. Les Ideas Box permettent de donner accès à une éducation de qualité, de contribuer à la protection et au bien-être psychosocial des usagers, notamment les jeunes, et de favoriser la cohésion sociale et la construction de la paix pour les populations exilées et hôtes grâce à la création de lieux d’échanges innovants. 

Dans un pays dans lequel de nombreux parents en situation de précarité se séparent de leurs enfants, et où plus d’un enfant sur cinq ne vit pas avec ses parents, le projet Droits de l’enfant via une parentalité responsable a pour objectif de prévenir les déstructurations familiales. Il utilisera trois leviers : la sensibilisation des populations et des acteurs institutionnels sur les enjeux de droits et de protection de l’enfance ; le soutien individualisé auprès de 1 000 familles par des programmes d’accompagnement psychosocial; l’accueil de 900 enfants entre 3 et 6 ans dans un centre éducatif de jour ; et pour 150 enfants sans parents, un accueil en continu dans un centre de SOS Villages d’enfants ; enfin l’accompagnement social et économique des familles.

  • Care - Accès inclusif et pérenne aux services en eau, hygiène et assainissement des populations vulnérables de Manakara, Madagascar

Dans la région de Vatovavy Fitovinany, 12 % des ménages seulement ont accès à une source basique d’eau potable toute l’année et 36 % pratiquent la défécation à l’air. En d’autres termes, l’accès à l’eau, à l’hygiène et à l’assainissement est particulièrement insuffisant. Pour répondre à ce défi, Care et ses partenaires souhaitent agir sur trois leviers : l’amélioration de la gouvernance du secteur, la fourniture de services d'eau et d'assainissement et la promotion de comportements clefs pour l'hygiène, y compris menstruelle.

  • NOE - Projet de renforcement de la gestion des zones humides dans les Balkans pour la conservation du pélican frisé, Albanie et Monténégro

Ce projet a pour objectif la mise en place d’une gestion performante de deux zones humides RAMSAR (Convention relative aux zones humides d'importance internationale) pour la conservation des pélicans frisés tout en favorisant un développement local durable basé sur la préservation du patrimoine naturel. Il répond aux enjeux de dégradation importante que subit le bassin méditerranéen aujourd’hui. 

Les activités permettront de renforcer les capacités des populations locales impliquées dans la gestion et la conservation des zones humides, de créer des opportunités économiques pour les populations riveraines et de sensibiliser les décideurs et la société civile aux enjeux et à la bonne gestion des zones humides.

L’ex-Agence des microprojets (AMP) se mue en Plateforme territorialisée des micro-projets (PTMP). Il s’agit d’un dispositif national d’accompagnement et de financement des petites associations de solidarités françaises réparties sur tout le territoire, Outre-mer inclus. L’objet principal de ce dispositif est de soutenir et valoriser les initiatives des petites associations de solidarité internationale. Le dispositif assure notamment le financement de micro-projets dans les pays éligibles, sur une variété de thématiques. Dans ce but, il accompagne aussi les porteurs de micro-projets dans l’élaboration, le suivi et l’évaluation de leur projet.

Le dispositif évolue pour devenir une Plateforme territorialisée des micro-projets afin de se rapprocher encore plus des micro-projets des territoires, de leurs acteurs de la solidarité internationale et de leurs citoyens, et ainsi être au plus près de l’engagement citoyen. 


Projets d’intérêt général
 

  • Clong Volontariat - Renforcer la place du volontariat de compétence dans la solidarité internationale 

Comment développer le volontariat de compétence et son utilisation par les acteurs de la solidarité internationale ? C’est le but que s’est fixé le projet de Clong Volontariat à travers une meilleure information et un accompagnement des associations de solidarité internationale sur les dispositifs de volontariat de compétence avec pour objectif une augmentation des recours à ce type de volontariat.

Ce projet souhaite également promouvoir une reconnaissance forte et active du volontariat de compétence comme levier de développement et d’engagement citoyen. 

  • Cool'eurs du monde - Récipro’citoyenneté – l’engagement des jeunes pour une citoyenneté active entre les territoires

L’association néo-aquitaine Cool’eurs du monde porte un projet d’éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale (ECSI) centré sur le volontariat en réciprocité : 150 jeunes volontaires seront formés et accompagnés pour réaliser, dans le cadre d’une mission de service civique de huit mois, des activités de sensibilisation au développement durable auprès de jeunes de tous horizons. La mission se déroule en France pour les 75 jeunes internationaux et à l’étranger pour les 75 jeunes Français.

Outre les 150 jeunes volontaires, le projet entend former 140 acteurs-relais issus des 70 structures d’accueil, et toucher 25 000 personnes via les activités de sensibilisation déployées par les jeunes.

  • Groupe URD - Apprendre et innover face aux crises 

Ce projet a pour objectif d’œuvrer à l’amélioration des pratiques des acteurs de l’aide en prévention ou réponse aux crises en vue d’un meilleur service aux populations affectées. Dans ce but, les trois leviers fondamentaux du groupe URD seront mobilisés : la production de connaissances, le renforcement de capacités et l’échange d’expériences. Le projet produira des connaissances, rendra accessible une offre de formation et animera des espaces d’échanges de pratiques, plus particulièrement sur les trois thématiques qui constituent son architecture : qualité et redevabilité de l’aide, lien entre urgence et développement, et prise en compte de l’environnement dans les pratiques de l’aide.

Si les premières cibles sont les OSC françaises intervenant dans les contextes de crise et de fragilité qu’elles soient dites humanitaires, de reconstruction ou de développement, le projet reste ouvert aux acteurs de l’aide au sens large. 

  • Agrisud International - Renforcement de l’action des OSC pour des transitions agro-écologiques réussies  

Le projet présenté par Agrisud au nom du Groupe de travail sur les transitions agro-écologiques, (groupe constitué d’Agrisud International, du GRET, du CARI et d’AVSF) a pour objectif le renforcement de l’action des OSC pour des transitions agro-écologiques réussies.

Le projet s’inscrit dans un contexte de fragilités des territoires ruraux et propose la réalisation d’un outil adapté à chaque contexte permettant d’évaluer les systèmes en transition et les pratiques agro-écologiques associées. Il sera structuré autour de la conception et la diffusion d’un guide pratique d’évaluation des systèmes et pratiques agro-écologiques, et de la formation des OSC sur les fondamentaux de l’évaluation ainsi que sur l’utilisation du guide.