Un partenariat avec le Global Green Growth Institute (GGGI) pour encourager des solutions innovantes face au changement climatique

publié le 20 janvier 2020
  • logo linkedin
  • logo email

Le 20 janvier, des délégations du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE) et de l’AFD ont rencontré à Paris Ban Ki-moon, président du Global Green Growth Institute (Institut mondial sur la croissance verte, GGGI) une institution internationale visant à promouvoir le développement durable par des modèles de croissance verte dans les pays en voie de développement. 

En vue de renforcer la collaboration entre la France et le GGGI, deux accords de coopération ont été signés : une déclaration d’intention avec le MEAE renforçant la participation française au sein des instances de gouvernance du GGGI et un Memorandum of Understanding (MoU) précisant les axes d’une collaboration opérationnelle avec l’AFD.

Ce partenariat s’inscrit dans le cadre des  engagements pris par le président de la République lors du sommet franco-coréen du 15 octobre 2018

Le MoU signé entre l’AFD et le GGGI identifie trois domaines de coopération :

  • L’appui à la mise en œuvre des Contributions déterminées au niveau national (CDN ou NDC) prévues par l’Accord de Paris ;
  • L’accès à la finance climat et développement de mécanismes innovants d’investissement vert ;
  • Le soutien à l’élaboration de politiques de croissance verte et l’identification de projets d’investissement vert dans les domaines de l’énergie, de la mobilité ou encore de la gestion des déchets. 

L’AFD et le GGGI ont déjà collaboré ensemble en Jordanie dans le cadre du projet de transport urbain de la municipalité du Grand Amman (GAM) financé par l’AFD, via un prêt non souverain de 166 millions de dollars. Le GGGI avait alors notamment financé une étude de faisabilité sur l’utilisation de technologies à faible émission de carbone pour les bus d’Amman. 

Le Global Green Growth Institute compte 28 États membres dont 4 en Europe : le Royaume-Uni, le Danemark, la Norvège et la Hongrie. Créé en 2012 par la Corée du Sud, le Royaume-Uni et l’Australie, il mobilise de l’expertise, de l’expérience et du savoir-faire pour trouver des solutions innovantes favorisant une croissance durable et bas-carbone.


 

à lire aussi