Ce projet vise à l'amélioration de la connectivité nationale et régionale via la réhabilitation des deux derniers tronçons de la route du Nord vers les frontières burkinabé et malienne et le désenclavement du district des Savanes via l’aménagement de pistes et la construction de ponts en zones rurales.
Contexte

La Route du Nord qui relie Abidjan et la côte aux frontières malienne et burkinabé via la capitale administrative Yamoussoukro et Bouaké, seconde ville du pays, est l’épine dorsale routière de la Côte d’Ivoire. Elle joue un rôle structurant pour le développement économique et social du pays, et ses échanges transfrontaliers.

L’AFD accompagne sa réhabilitation en plusieurs tronçons, depuis 2013, en améliorant considérablement les conditions de circulation entre Bouaké et Ouangolodougou. Les deux tronçons entre Ouangolodougou, dernière grande ville au nord de l’axe, et les frontières burkinabé (35 km) et malienne (100 km) sont les derniers nécessitant une réhabilitation pour améliorer la connectivité à la fois nationale et régionale.

Les pistes rurales également dégradées, sont particulièrement sensibles aux aléas climatiques et cette zone voit par ailleurs son contexte sécuritaire se dégrader du fait de la progression du terrorisme djihadiste au Mali et au Burkina Faso.

Dans ce contexte, les autorités ivoiriennes souhaitent investir dans cette région aux multiples fragilités, avec deux objectifs principaux :

  • améliorer la connectivité le long du corridor Abidjan-Ouagadougou et Abidjan-Bamako, essentiellement pour le trafic de fret ;
  • améliorer les conditions de mobilité des populations rurales du district des Savanes – ce faisant, contribuer à les « ancrer » dans l’Etat de droit
     
Descriptif

Le projet poursuit un double objectif : il s’agit en premier lieu d’améliorer un corridor régional qui irrigue le Mali et le Burkina, avec un objectif d’intégration à l’échelle de la sous-région ; il vise également à désenclaver les territoires et les populations du district des Savanes et ce faisant, il crée les conditions pour un meilleur accès aux opportunités socio-économiques. 

La route du Nord est également porteuse d’un réel enjeu de cohésion territoriale nord-sud, dans un pays marqué par de fortes disparités socio-économiques. 

Le projet comprend deux composantes principales :

  • une composante « corridor » qui consiste en la réhabilitation de 135 km de voies entre Ouangolodougou et les frontières malienne et burkinabé, en restant dans les emprises actuelles mais en améliorant la « roulabilité » et la sécurité routière ; 
  • une composante « pistes rurales » qui consiste en un traitement localisé des dégradations des pistes rurales, accompagné de la construction d’ouvrages de franchissement en milieu rural ;

Enfin deux composantes liées à la gestion de projet d’une part, et d’autre part au renforcement des capacités du laboratoire du bâtiment et des travaux publics et de l’Ageroute en matière de dimensionnement de routes.

Impacts

Le projet permettra de réduire substantiellement les coûts et le temps de transport sur les deux tronçons de la Route du Nord en réduisant de moitié le temps de trajet sur chaque axe pour un trafic d’environ 1000 véhicules par jour, dont la moitié de poids lourds. L’amélioration des conditions de circulation devrait par ailleurs réduire sensiblement les émissions de gaz à effet de serre des poids lourds (environ -6 000 tCO2eq/an en moyenne). 

Il contribuera également à la sécurisation de l’axe via des aménagements de sécurité routière, notamment dans les traversées de villages. 

Par ailleurs, le projet améliorera globalement les conditions de mobilité de la population du district des Savanes (environ 1,4 million d’habitants) et l’accès aux services essentiels (écoles, centres de santé) ou économiques (marchés). En milieu rural, il améliorera la résilience au changement climatique de la zone, en adaptant les ouvrages à réhabiliter et à construire aux enjeux du changement climatique.

Enfin, il renforcera les capacités des autorités en matière de planification du réseau routier, en intégrant les contraintes liées au changement climatique. 
 

05/07/2022
Date de début du projet
20 ans
Durée du financement
District des Savanes (Nord)
Localisation
Outils de financement
200 000 000
EUR
Montant du financement
En cours
État
République de Côte d’Ivoire
Bénéficiaires