• logo linkedin
  • logo google plus
  • logo email
Modernisation de la formation professionnelle en partenariat avec le secteur privé - image
En septembre 2011, l’AFD a octroyé au Togo une enveloppe financière de 6 millions d’euros dans le but d’assoir une stratégie publique-privée de formation professionnelle, permettant aux entreprises de recruter un personnel qualifié dont elles sont besoin et de contribuer localement à l’amélioration des opportunités d’emplois des jeunes.
Contexte

Outil crucial d’une croissance inclusive, le dispositif de formation professionnelle et technique au Togo est, au sortir d’une période de crise sociopolitique, fortement dégradé. Les formations offertes sont insuffisantes en matière de capacités d’accueil (30 700 jeunes en formation en 2007, soit moins de 10 % des sortants du primaire et du collège) et d’adéquation aux besoins du marché du travail. Les établissements privés de formation dispensent essentiellement des formations tertiaires désormais surabondantes et le système public de formation manque de moyen et de vision stratégique.

Ce projet se donne pour ambition de contribuer localement à l’amélioration des opportunités d’emplois pour les jeunes et de permettre aux entreprises togolaises de trouver au niveau national le personnel compétent requis. Il s’inscrit dans l’effort national de promotion d’un dispositif de formation professionnelle impliquant plus fortement les acteurs privés pour davantage de réactivité et d’adaptation aux mutations de l’environnement économique.

Descriptif

La finalité du projet est de contribuer à la croissance et à l’emploi en renforçant la disponibilité de personnels qualifiés au Togo. L’objectif est de moderniser les dispositifs de formation professionnelle dans le cadre d’un partenariat public-privé associant étroitement les opérateurs économiques à leur gestion. En parallèle d’un renforcement des capacités des acteurs concernés, le projet comporte trois composantes majeures :  

  1. Création d’un Centre de formation aux métiers de l’industrie (CFMI) à Lomé, dispensant des formations qualifiantes initiales et continues sur les métiers transversaux (mécanique d’entretien, électromécanique, soudure, chaudronnerie, etc.) et géré via un partenariat public-privé. Les infrastructures modernes et la qualité de la formation doivent permettre de répondre directement aux besoins des entreprises industrielles de la zone portuaire.
  2. Modernisation de la formation professionnelle dans trois établissements publics régionaux de formation technique (Région Maritime, Kara et Centrale), ciblée sur plusieurs secteurs porteurs pour l’économie régionale.
  3. Développement des capacités d’intervention du Fonds national pour l’apprentissage, la formation et le perfectionnement professionnels (FNAFPP), via l’optimisation de sa gouvernance et de ses moyens d’intervention. Une subvention exceptionnelle est accordée pour participer à l’amorçage des formations d’entreprises au sein des centres appuyés.

     
Impacts

Avec en moyenne 3 000 bénéficiaires par an, le projet assurera près de 30 % de l’effort national de formation technique industrielle prévu dans le Plan sectoriel de l’éducation 2010-2020, qui vise à porter de 4 600 en 2007 à 10 600 le nombre de jeunes en formation technique industrielle publique d’ici 2020. Le CFMI est opérationnel et accueille 80 apprenants par promotion en formation initiale.

14/12/2011
Date de début du projet
31/12/2016
Date de fin du projet
5 ans
Durée du financement
Outils de financement
6 000 000
EUR
Montant du financement
Achevé
Statut
Ministère de l'Enseignement technique de la formation professionnelle et de l'industrie
Secteur privé
Bénéficiaires