• logo linkedin
  • logo email

Sur longue période, le régime de croissance burkinabè est lent mais relativement régulier par rapport à ceux que l’on observe dans d‘autres pays d‘Afrique. La période 1995- 2006 est caractérisée par une accélération de la croissance et une réduction de sa volatilité. Depuis 2000, cette accélération est encore plus sensible, tant par rapport à la trajectoire de long terme de ce pays que par rapport à ce que l’on observe en moyenne dans les pays membres de l’UEMOA. De fait, cette accélération de la croissance correspond à la très forte augmentation du volume de coton produit au cours de la période : la filière cotonnière, grâce à sa structuration, a probablement eu des effets d‘entraînement importants sur l’économie du pays.

Cette filière traverse depuis trois ans une crise profonde qui se traduit par des pertes d‘exploitation importantes au sein des sociétés cotonnières. La faiblesse du dollar face à l’euro, la faiblesse des cours en USD, ainsi que l’absence de réaction des volumes de production à la baisse des prix semblent avoir été les principaux facteurs de cette crise. Si, à ce stade, celle-ci n‘a pas entraîné de ralentissement de la croissance, il est possible que cette situation évolue dès 2007 en raison de la chute de la production de coton graine observée lors de la dernière campagne (notamment pour des raisons climatiques) et des ajustements qui pourraient finalement intervenir sur le plan des volumes de production suite à la baisse très significative des prix aux producteurs enregistrée depuis trois ans. Un ralentissement du PIB très marqué, voire une récession, ne semblent pas d‘actualité cependant, surtout si l’aide des bailleurs se maintient à son niveau actuel.

pdf : 607.21 Ko
auteur(s) :
Arthur SILVE
François-Xavier BELLOCQ
issn :
1954-3131
pages :
30
numéro :
48
disponible aussi en : fr
607.21 Ko (pdf)
téléchargé 4916 fois