• logo linkedin
  • logo email
Depuis 2010, l’AFD soutient, en collaboration avec la Commission nationale des forêts mexicaine (Conafor), un projet pilote pour améliorer la gestion intégrée des forêts en instaurant un mode novateur pour le territoire : les associations intermunicipales.
Context

Au cours des quinze dernières années, on estime que le Mexique a perdu entre 300 000 et 800 000 hectares de forêts par an. À ce rythme, la forêt aura totalement disparu du pays d’ici un demi-siècle. À l’échelle mondiale, environ 20 % des émissions de gaz à effet de serre proviennent de la déforestation, à quoi s’ajoutent des pertes irréversibles en matière de biodiversité.

La question de la préservation des forêts bute au Mexique sur deux réalités incontournables. En premier lieu, les massifs forestiers appartiennent à des communautés villageoises, qui les exploitent pour générer des revenus dont elles ont besoin pour vivre. En second lieu, l’aménagement du territoire se heurte à la juxtaposition des différentes strates de pouvoirs (État fédéral, États, municipalités, associations communautaires) et à la durée réduite des mandats électifs. La réconciliation de ces différentes compétences est complexe et se traduit dans la plupart des cas par des difficultés pour les élus à entreprendre des actions dans la durée.

Description

Le projet s’inscrit dans le cadre de la préparation du Mexique au mécanisme de Réduction des émissions liées à la déforestation et à la dégradation des forêts (REDD+), dispositif de protection de la forêt négocié à l’échelle planétaire. Le principe de REDD+ est de rémunérer les pays en développement et émergents via des contributions provenant des pays du Nord, que ce soit par le biais des marchés ou d’un fonds, pour des actions permettant d’éviter la déforestation ou de réduire la dégradation forestière. L’ajout d’un « + » correspond à la prise en compte de l’augmentation des stocks de carbone, par exemple à travers des pratiques sylvicoles adaptées.

Porté par la Conafor et l’AFD, un programme de coopération technique est mis en œuvre dans l’État de Jalisco pour soutenir le développement d’un modèle original de gouvernance : à travers les intermunicipalités, les communes s’associent pour répondre de manière collective aux enjeux environnementaux locaux comme la pollution de l’eau et la gestion des déchets solides.

Impacts

Les résultats marquants acquis par la première association intermunicipale ont permis d’obtenir en juin 2011 des subventions européennes pour un montant de 2 millions d’euros afin de diffuser ce mode de gestion à d’autres communes au Mexique.

Le projet a permis la création et la consolidation de cinq associations intermunicipales dans l’État de Jalisco et la péninsule du Yucatán. Ces dernières ont encouragé des initiatives locales et la mise en œuvre de projets centrés sur la protection de l’environnement et la préservation des forêts.

Il a également contribué à renforcer les compétences des municipalités nécessaires à la bonne gestion des projets pouvant être « certifiés » REDD+.

01/06/2011
Project start date
31/12/2015
Project end date
4 ans
Duration of funding
État de Jalisco et péninsule du Yucatán
Location
Financing tool
2 000 000
EUR
Financing amount
Achevé
Status
CONAFOR
Beneficiaries
l’Agence espagnole pour la coopération internationale au développement (AECID)
l’Union européenne
Co-financiers