• logo linkedin
  • logo email
default image
Des informations erronées circulant sur les réseaux sociaux et dans le pays imaginent un détournement de fonds de l’AFD et le vol de 20 millions d'euros par les conseillers du ministère de l'Énergie et de l'Eau libanais via le recrutement d'un consultant accrédité auprès de ce dernier pour préparer les décrets d’application du Code de l’eau, dans le cadre du programme d’appui aux réformes du secteur de l'eau et de l’assainissement au Liban.

L'Agence française de développement souhaite en conséquence apporter les précisions suivantes :

  • L'Agence française de développement est le seul maître d’ouvrage de ce programme, et le seul organisme en capacité de gérer le budget et les appels d'offres passés. Les fonds du projet ne transitent pas par le ministère de l’Énergie et de l’Eau et sont à la seule main de l’AFD.
  • Le programme d’appui à la réforme du secteur de l'eau est financé par l'Union européenne, pour un montant de 12,7 millions d'euros, ce qui équivaut à 15,39 millions de dollars américains à ce jour.
  • Les décrets d'application de la loi sur l'eau (Code de l’eau) ne constituent qu'une activité d’une liste beaucoup plus large d'activités nécessaires pour la réforme du secteur de l'eau.
  • Le groupement international Hydroconseil/BTD/Hydrophil/ValuADD a été recruté pour assurer l’assistance technique du projet à l’issue d'un appel d'offres international, lancé et mené par l'Agence française de développement conformément aux procédures de passation de marchés de l'État français, de stricts contrôles de l’utilisation des fonds, de lutte contre le blanchiment et le détournement de fonds.

Le programme d’appui aux réformes du secteur de l’eau et de l’assainissement au Liban, signé entre l’AFD et l’Union européenne en décembre 2019, a pour objectif d’appuyer la réforme institutionnelle du secteur, ainsi que le renforcement des capacités des acteurs de ce dernier, et notamment les Établissements des eaux. Il vise à changer le paradigme dans ce secteur d’une approche fondée sur les infrastructures à une logique de « services aux citoyens ».