Finance durable : succès de la première émission d’obligation ODD de l’AFD pour un montant de 2 milliards d’euros

publié le 22 octobre 2020
  • logo linkedin
  • logo email
default image
Après avoir lancé en 2014 des émissions climat, l’AFD annonce ce 21 octobre l’émission de sa première obligation sous son nouveau cadre ODD (Objectifs de développement durable des Nations unies), en amont du Sommet « Finance en Commun », qui se tiendra en virtuel du 9 au 12 novembre prochain. Le succès de ce placement inédit, à hauteur de 2 milliards d’euros, témoigne de la confiance des acteurs de la finance durable envers l’AFD et d’un engagement mutuel pour accélérer l’accompagnement des transitions vers un monde plus cohérent et résilient.

Ce nouveau cadre d’émission innovant permet d’élargir l’univers des prêts éligibles aux domaines sociaux, notamment de la santé et de l’éducation et de conforter ainsi l’AFD dans son rôle de pionnier et d’acteur clé de la finance durable et responsable.

Emetteur public français reconnu depuis de nombreuses années sur les marchés de capitaux, l’AFD pourra ainsi se financer sur les marchés de capitaux en totale cohérence avec son activité et désormais émettre des obligations sous trois formats : obligations climat, obligations sociales et obligations durables. 

Dans ce cadre, l’AFD annonce aujourd’hui le succès de l’émission inaugurale d’un emprunt obligataire ODD pour un montant de 2 milliards d’euros, de maturité 7 ans, avec une marge finale fixée à OAT + 27 points de base et une notation AA/ AA (S&P/ Fitch).

Cette émission est un record pour l’AFD, le livre d’ordres totalisant plus de 5,4 milliards d’euros d’intérêts émanant de plus de 150 investisseurs internationaux différents. Près de 80 % des allocations ont été attribuées à des investisseurs ayant des stratégies ESG ou durables.

Réalisée avec Natixis en qualité de seul structureur pour l’élaboration de ce cadre d’émission ODD, et avec l’appui de Bank of America Securities, BNP Paribas, Crédit Agricole CIB, J.P. Morgan et Natixis en qualité de « lead managers », cette opération a fait l’objet d’une revue indépendante par l’agence de notation sociale et environnementale internationale VigeoEiris. Celle-ci a jugé ce cadre d’émission conforme aux Green Bond Principles et Social Bond Principles de l’ICMA. Elle considère que ce cadre d’émission ODD répond aux « meilleures pratiques » de marché. 

L’AFD publiera chaque année un rapport qui présentera l’allocation des fonds levés ainsi que des indicateurs d’impact environnemental et social.

« En 2014, l’Agence française de développement a été la première banque publique de développement française à émettre des obligations "climat", suivie par un nouveau cadre d’émissions obligataires dès 2017. Aujourd’hui, alors que nous nous apprêtons à entrer dans la Décennie d’actions pour atteindre les Objectifs de développement durable (ODD), nous poursuivons notre engagement en lançant des obligations "ODD" en accord avec les principes des obligations sociales et d’ICMA Green. Fruit d’un travail interne qui a permis de mettre en œuvre une stratégie innovante en matière de développement durable, cette nouvelle émission obligataire illustre notre volonté d’atteindre les objectifs fixés par l’Agenda 2030 des Nations unies, qui s’inscrit dans "notre feuille de route commune", comme l’a rappelé le président Emmanuel Macron. Les banques publiques de développement, qui représentent plus de 10 % des investissements mondiaux annuels, peuvent servir d’exemple pour une transition juste du milieu financier. C’est dans cet esprit que se rassembleront pour la première fois les 450 banques publiques de développement, le 12 novembre prochain à Paris, afin d’apporter des réponses aux investisseurs qui, de plus en plus nombreux, réclament des solutions durables », affirme Rémy Rioux, directeur général de l’AFD. 

« Après cette première opération qui nous a permis d’établir deux records pour un emprunt public de l’AFD, notre objectif est désormais de réaliser a minima une émission ODD par an, la prochaine dès 2021. Grâce à des critères d’éligibilité des prêts plus larges, le volume des émissions en lien avec les ODD est donc amené à croître fortement dans les prochaines années d’autant que la taille d’une émission ODD sustainable sera d’un montant minimum d’un milliard d’euros alors que pour nos émissions climat le montant maximal était jusqu’à présent limité à un milliard d’euros », déclare Thibaut Makarovsky, responsable de la division des Financements et des Opérations de marché de l’AFD.


Contacts presse :