• logo linkedin
  • logo email
default image
Dans le cadre de la stratégie « Bienvenue en France », portée par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et leur opérateur Campus France, l’AFD finance le programme « Partenariats avec l’enseignement supérieur africain » (PEA). Son objectif : financer des partenariats universitaires ambitieux dans des secteurs prioritaires pour le développement des 18 pays africains éligibles.
Logo Partenariat avec l'enseignement supérieur africain


La première édition, lancée en mars 2020,a rencontré un franc succès avec près d’une soixantaine de candidatures et sept projets lauréats. Début 2022, l’Agence nationale de la recherche (ANR) publiera l’appel à projets de la seconde édition du programme, dotée d’un budget de près de 20 millions d’euros. 

Alors que le nombre d’étudiants en Afrique subsaharienne devrait doubler au cours de la prochaine décennie - pour atteindre 22 millions en 2030 - le renforcement des systèmes d’enseignement supérieur apparaît comme un levier essentiel pour soutenir la diversification et la résilience des économies et promouvoir un développement durable. 

La crise sanitaire actuelle met plus que jamais en lumière la nécessité de structurer des filières intégrées d’enseignement supérieur et de recherche permettant à tous les pays d’être préparés pour répondre aux défis communs de demain. « Renforcer [les] établissements et [les] cursus universitaires [africains], c'est multiplier les partenariats, les échanges, les formations croisées, les doubles diplômes, qui répondront[aux] attentes [de la jeunesse africaine], et qui nous permettront mutuellement de mieux apprendre l’un de l'autre », Emmanuel Macron à l’occasion du discours de Ouagadougou le 28 novembre 2017 à l’université Ki-Zerbo.


Le programme « Partenariats avec l'enseignement supérieur africain »

Le programme « Partenariats avec l’enseignement supérieur africain » (PEA) constitue l’un des volets de la stratégie « Bienvenue en France » présentée par le Premier ministre en novembre 2018 ; il vient notamment compléter la politique d’accueil des étudiants africains en France. S’inscrivant dans une double logique de renforcement des capacités des établissements africains et de rayonnement international des établissements français, il vise à :

  • Offrir aux étudiants et étudiantes du continent africain la possibilité de trouver dans leur pays ou leur région des formations de qualité, dès la licence, et répondant aux besoins du monde socio-économique.
  • Accompagner les acteurs de l’enseignement supérieur français dans le développement de partenariats, en particulier dans des secteurs stratégiques pour les économies des pays concernés.
  • Permettre des mouvements étudiants et enseignants, entre un établissement français et un établissement africain et ce dans les deux sens.

La seconde édition sera dotée d’un financement à hauteur de 20 millions d’euros par le gouvernement français via l’AFD au titre de la politique d’aide aux pays en voie de développement menée par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères avec le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. L’appel à projets sera lancé début 2022 et opéré par l’ANR et Campus France.


Pays éligibles

Le programme PEA est ouvert aux 18 pays africains définis comme prioritaires par le Comité interministériel de la coopération internationale et du développement(CICID) : Bénin, Burkina Faso, Burundi, Comores, Djibouti, Éthiopie, Gambie, Guinée, Liberia, Madagascar, Mali, Mauritanie, Niger, République centrafricaine, République démocratique du Congo, Sénégal, Tchad et Togo.


Sélection des projets

Chaque projet sera porté par un consortium coordonné par un établissement d’enseignement supérieur d’un pays prioritaire africain, d’une part, et un établissement d’enseignement supérieur français, éventuellement renforcé par d’autres établissements d’enseignement supérieur français, d’autre part. Il ciblera les formations de niveau licence (bac+3), master (bac+5) et/ou doctorat (bac+8) concernant un secteur d’activités prioritaire pour le développement durable du pays concerné. 

Le processus de sélection des projets de l’appel à projets se déroulera en deux phases : les candidats déposeront leur pré-projet, puis à l’issue d’une évaluation, les présélectionnés seront invités à soumettre un projet complet. Les projets lauréats seront soutenus pendant quatre ans pour un montant compris entre 1,5 et 3,5 millions d'euros.


Pour toute question : pea@anr.fr

Contacts presse :