• logo linkedin
  • logo email
Mai 2022 : l'AFD soutient 22 nouveaux projets d'ONG françaises
L’Agence française de développement (AFD) a approuvé le 17 mai 2022 l’attribution de plus de 27 millions d’euros de subventions pour la mise en oeuvre de 22 nouveaux projets dont le budget global s’élève à 47 millions d’euros. Quinze nouveaux projets apporteront des solutions concrètes pour soutenir l’entrepreneuriat social, l’agroécologie, le droit à l’information, les droits des personnes migrantes, l’éducation et la petite enfance, les droits et santé sexuels et reproductifs dont le VIH/sida ou encore la lutte contre les violences faites aux femmes.

► Retrouvez l’information complète des décisions de financement du comité ONG de l'AFD du 17 mai 2022 en cliquant ici.

 

Projets de terrain

  • Groupe SOS Pulse - Un incubateur régional pour les entrepreneurs sociaux dans les Balkans occidentaux (phase 2)

Le projet Rise vise à promouvoir l’entrepreneuriat social auprès de la jeunesse dans les Balkans occidentaux (Albanie, Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Macédoine du Nord, Monténégro et Serbie). La méthodologie Rise offrira à de jeunes entrepreneurs sélectionnés (dont plus de la moitié sont des femmes) la possibilité de créer leur entreprise, de s'auto-employer et de fournir des emplois à leurs pairs. Elle vise à leur permettre de développer des solutions innovantes aux défis que rencontrent leurs communautés dans des domaines clés pour l’avenir : environnement et climat, inclusion sociale, éducation, migration, emploi des jeunes, etc. 

  • Essor - Accompagner et consolider la transition agroécologique, Mozambique, Congo et Guinée-Bissau (phase 3)

Cette troisième phase du projet vise à poursuivre le renforcement des filières agricoles et agroalimentaires en zone péri-urbaines (appui à la production et à la commercialisation notamment) mais aussi à expérimenter une version allégée du dispositif de Formation agricole participative (FAP) mise en place par l’OSC Essor. L’objectif sera de rendre cette méthodologie plus facilement transférable aux partenaires pour en permettre une totale appropriation et une plus grande diffusion, et ainsi accompagner davantage de producteurs et productrices vers des pratiques plus durables.

  • Cari - Préserver et valoriser économiquement l’agrobiodiversité oasienne dans la vallée du M’Zab, Algérie

Ce projet vise à préserver l’agrobiodiversité de la zone oasienne de la vallée du M’Zab, considérée comme l’une des grandes oasis du Sahara algérien et où vivent plus de 256 000 habitants. Cet écosystème fragile, pourvoyeur de services écologiques vitaux pour les populations, est aujourd’hui menacé par les effets du réchauffement climatique. 

Avec ce programme, RSF devient la 9e ONG partenaire de l’AFD porteuse d’une convention de partenariat pluriannuelle et la première ONG de droits humains à en bénéficier.

Ce programme d’envergure vise à donner à RSF des moyens renforcés pour faire face à une décennie décisive pour la liberté de la presse et l’information fiable. Il a pour particularité de proposer un périmètre thématique et géographique très large couvrant l’intégralité des pays d’intervention de RSF éligibles à l’APD d’une part et l’ensemble de la stratégie 2018-2024 de l’ONG d’autre part. 

Ce projet constitue la seconde phase d’un programme visant à lutter contre les principales formes d’exclusion via une approche d’accompagnement familial holistique associée à des activités de rénovation des habitats précaires dans les zones périphériques de Phnom Penh au Cambodge. 

  • Inter Aide - Renforcer la gouvernance des écoles pour une amélioration durable de l’enseignement fondamental en milieu rural, Haïti

Le projet a pour objectif de renforcer la gouvernance du système éducatif et la qualité de l’enseignement primaire dans plus d’une centaine d’écoles (publiques, privées et communautaires) réparties dans sept communes d’Haïti. 

  • Secours islamique France - Contribuer à l’autonomisation des jeunes femmes grâce à une prise de décision éclairée, une meilleure employabilité et une mise en relation avec le secteur privé, Liban

L'objectif du projet « Ma carrière, mon choix » est de contribuer à l'autonomisation des jeunes femmes au Liban en leur offrant des opportunités d’expériences dans le secteur privé, pour appuyer leur orientation professionnelle et leur employabilité. 

  • Asmae - Soutenir la petite enfance inclusive par le renforcement de capacités des différents acteurs et l'appui aux enfants à risques, Liban 

L’objectif du projet « Soutien pour une petite enfance inclusive au Liban » (Special) est le développement global de 1 200 filles et garçons âgés de moins de 6 ans par le biais de services dédiés à la petite enfance. Sont ciblés des enfants libanais et réfugiés (Syriens et Palestiniens) avec un objectif d’environ 50 % de filles et 50 % de garçons, et d’environ 10 % d'enfants ayant des besoins spécifiques. Le projet couvrira la ville de Tyr et ses environs, soit la deuxième région la plus pauvre du pays derrière le gouvernorat du Liban-Nord. 

  • Solthis - Renforcer les droits et la santé sexuels et reproductifs, dont le VIH/sida, Afrique de l’Ouest (phase 2)

Le projet « CAPacités » vise à améliorer la couverture des besoins en matière de VIH/sida et de droits et santé sexuels et reproductifs au Mali, en Côte d’Ivoire, en Guinée et en Sierra Leone. Plus précisément, ce projet ambitionne, en Côte d'Ivoire, de renforcer l’autonomisation et le pouvoir de décision des jeunes et adolescents, notamment en situation de vulnérabilité, ainsi que leur accès à des services et interventions de qualité et adaptés en matière de santé sexuelle et reproductive. 

  • Equipop - Accélérer la progression des droits et de la santé sexuels et reproductifs des femmes et des filles, Afrique de l’Ouest (phase 3)

Il s’agit de la troisième phase du projet « Alliance transformative » qui vise à améliorer les droits et la santé sexuels et reproductifs des femmes et adolescentes dans les six pays d’Afrique de l’Ouest (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Mali, Niger et Sénégal), en particulier leur accès à la contraception, via le soutien à la société civile et le renforcement du réseau Alliance droits et santé. 

Le projet « Ma santé, mon école, un enjeu collectif » prend la suite de la première phase menée depuis trois ans et vise à la prolonger, la consolider et étendre ses acquis dans 16 établissements scolaires publics de quartiers défavorisés du district autonome du Grand Lomé, au Togo.

  • Care France - Défendre les droits des travailleuses domestiques, Amérique latine (phase 2)

On estime que huit travailleuses domestiques sur dix sont victimes de violence sur leur lieu de travail en Amérique latine. C’est à cet enjeu majeur des conditions de travail des travailleuses domestiques, trop longtemps occulté et qui concerne 15 % des femmes de la région, que souhaite répondre ce projet porté par Care France et mis en œuvre, pour cette deuxième phase, dans cinq pays d’Amérique latine : le Brésil, l’Équateur, la Colombie, le Honduras et le Mexique. 

  • Batik International - Lutter contre les violences faites aux femmes, Maroc, Algérie, Tunisie et Égypte

Il s'agit de la 2e phase du projet Karama de lutte contre les violences faites aux femmes mis en œuvre par Batik International et ses partenaires au Maroc (Fédération des ligues des droits des femmes), en Algérie (réseau Nada et Fondation pour l’égalité - CIDDEF), en Tunisie (Beity) et en Égypte (EACD). Le projet s'articule autour de trois leviers essentiels de cette lutte : une prise en charge globale des femmes victimes de violence afin de leur permettre de se reconstruire ; la prévention des violences via la sensibilisation des femmes sur leurs droits, mais également celle de leur entourage ainsi que des autorités et administrations concernées ; et enfin le renforcement organisationnel et institutionnel des associations partenaires.

  • Planète Urgence - Appuyer la préservation de la forêt de tapia et la résilience des communautés locales en charge de sa gestion durable dans la région Itasy, Madagascar

Dans le contexte malgache marqué par d’importants enjeux environnementaux, économiques et sociaux, les forêts naturelles de tapia jouent un rôle important dans l’économie locale de certaines régions, notamment la filière soie et charbonnage dont les communautés sont fortement dépendantes. Pourtant, ces écosystèmes endémiques des hauts plateaux malgaches sont particulièrement menacés par les feux de brousse, les besoins importants en bois énergie, l’appropriation foncière illicite, l’extension de l’agriculture et l’envahissement par des espèces exotiques. Le projet porté par Planète Urgence entend agir dans cinq communes des districts d'Arivonimamo et Miarinarivo sur les facteurs de surexploitation en combinant le renforcement de capacités des communautés locales de base (Vondron’Olona Ifotony) pour la gestion locale et la protection de ces forêts, le reboisement, la sensibilisation à l’éducation environnementale et des appuis au développement de systèmes de production, sources de revenus plus durables et résilients au changement climatique.

Le projet Reavia (Renforcement de l’accès, des acteurs et de la viabilité du service public de l’eau) vise à améliorer durablement les conditions d’accès à des services d’eau et d’assainissement de base et les comportements en matière d’hygiène dans plusieurs centres semi-urbains du Tchad, dans les régions du Mandoul, du Moyen-Chari et de Guéra.
 

Projets d'intérêt général

  • Partage - Promouvoir le dialogue entre enfants de France, du Bénin, du Cambodge, d’Égypte et de Madagascar

Ce projet d’éducation à la solidarité internationale (ECSI) vise à développer le dialogue entre enfants de cinq pays sur des thématiques en lien avec les Objectifs de développement durable (ODD), les droits de l’enfant et la citoyenneté mondiale. Il a également pour objectif de sensibiliser l’entourage de ces enfants, ainsi que le grand public en France à la citoyenneté mondiale et à l’importance de la participation des enfants pour l'atteinte des ODD. 

  • Forus - Promouvoir des approches davantage centrées sur les personnes et fondées sur les droits par le renforcement du dialogue entre la société civile et les banques publiques de développement 

Le projet vise à favoriser l’implication de la société civile dans le processus Finance en Commun (FiCS) regroupant les banques publiques de développement (BPD) afin de renforcer le dialogue OSC/BPD et de promouvoir des approches davantage centrées sur les personnes et fondées sur les droits pour le financement du développement durable et de la protection des écosystèmes. 

La plateforme associative Groupe Enfance a été créée en 2014 par quatre ONG souhaitant échanger entre pairs de la solidarité internationale française sur la question spécifique des droits de l’enfant et faire valoir cette question auprès des pouvoirs publics et du grand public. La phase 2 du programme « Pour une meilleure contribution à l’effectivité des droits de l’enfant à l’international », portée par le Groupe Enfance, a pour objet de renforcer, amplifier et capitaliser sur les actions engagées par ses 18 membres sur l’opérationnalisation de l’approche basée sur les droits de l’enfant afin de permettre une meilleure contribution de la France (société civile et pouvoirs publics) à l’effectivité des droits de l’enfant à l’international.

Le pS-Eau est un collectif multi-acteurs rassemblant des ONG, des collectivités territoriales, des bureaux d’études et des fondations ayant en commun de mener ou de soutenir des interventions de solidarité internationale dans le domaine de l’eau et de l’assainissement. Il a pour objectif de soutenir des initiatives locales françaises de coopération internationale dans le domaine de l’eau afin de leur donner une cohérence d’ensemble. Le programme reprend une grande partie du plan d’action du pS-Eau : accompagner les acteurs de la coopération décentralisée (collectivités locales) et non gouvernementale (OSC) française pour améliorer et renforcer leurs interventions ; développer dans cinq ou six pays prioritaires de la coopération française des dispositifs d’échanges multi-acteurs ; mobiliser de nouveaux financements pour l’eau et l’assainissement.

Le programme d’appui aux projets des organisations de solidarité internationale issues des migrations est un dispositif national de financement de micro-projets de développement local menés par les organisations de migrants dans leur pays d’origine. Il est porté par le Forim, la plateforme nationale des Osim (organisations de migrants).

  • Ritimo - L'information, un enjeu essentiel pour l'expression démocratique, les solidarités et les transitions vers un monde juste et viable 

Dédié à l’information sur la solidarité internationale et le développement durable, le réseau Ritimo est composé de 53 associations réparties sur tout le territoire national. Son public est constitué des citoyens engagés, des professionnels de l’éducation et de l’animation et des organisations de la société civile mobilisés pour la solidarité et les transitions. Ritimo met à leur disposition différents outils et services : promotion et diffusion de l’information sur la solidarité internationale, production éditoriale, formations, animations et relais de campagne de sensibilisation et de plaidoyer, accompagnement à l’utilisation du numérique…

Deuxième phase du projet TCM « Territoires de citoyenneté mondiale », le projet CuCiTer « Cultivons l’engagement des jeunes à la citoyenneté mondiale dans les territoires ruraux » a pour ambition de cultiver l’engagement des jeunes des territoires ruraux à la citoyenneté mondiale, en développant leur compréhension des enjeux globaux et en leur donnant l’opportunité de vivre des expériences d’ouverture aux mondes et aux autres, afin qu’ils contribuent à construire un monde plus juste, plus solidaire et durable.