• logo linkedin
  • logo email
default image
Les ressources en eau du Burkina Faso sont sous le seuil de pénurie avec moins de 1 000 m3/habitant/an alors que la croissance annuelle de la population est soutenue, de l’ordre de 3,1 %. Le maintien de la qualité du service et du taux de desserte en eau potable, qui s’établit à 88 % en moyenne en milieu urbain, est un enjeu crucial ; de même que l’utilisation rationnelle des ressources en eau dans une perspective d’adaptation au changement climatique.
Contexte

Des investissements structurants sont nécessaires pour garantir un accès universel à l’eau potable en 2030 tout en optimisant la performance et le rendement des installations de l’office national d’eau et d’assainissement (ONEA) dans les deux principales villes du pays. À Bobo Dioulasso, le système d’adduction en eau potable (AEP) se trouve déjà dans l’incapacité de satisfaire la demande pendant les heures de pointe. L’ONEA souhaite y achever l’extension de son AEP pour répondre à la demande prévue à l’horizon 2030. À Ouagadougou le système d’AEP comprend près de 7 800 km de réseaux de distribution qui doivent être rénovés pour réduire les pertes en eau. Enfin, l’efficacité énergétique est un sujet
majeur pour la réduction des charges d’exploitation et, in fine, l’équilibre financier de l’ONEA.

Descriptif

Pour la ville de Bobo-Dioulasso, le programme finance les investissements suivants : le doublement de la production, la poursuite de l’extension des capacités de la station de pompage et de la station de traitement et la pose d’une nouvelle conduite de refoulement.

Pour la ville de Ouagadougou, la sectorisation du réseau est un besoin prioritaire de l’ONEA, permettant d’isoler certains secteurs du réseau pour y réaliser des travaux. Le projet intègre cette composante d’étude et d’instrumentation du réseau.

Afin de réduire la facture énergétique, deux mesures prioritaires ont été identifiées : l’installation de moteurs à haut rendement dans les principales installations de Ouagadougou et l’équipement en générateurs photovoltaïques de quatre sites secondaires.

Impacts
  • Amélioration du service rendu dans les deux villes principales
  • Renforcement de la rentabilité de l’ONEA, grâce à l’amélioration de la gestion du réseau
  • Contribution à la réduction des déséquilibres sociaux en garantissant la disponibilité de l'eau dans toute la localité
  • Contribution à la trajectoire de développement « bas carbone » du Burkina Faso
01/12/2017
Date de début du projet
5 ans
Durée du financement
Bobo-Dioulasso et Ouagadougou
Localisation
Outils de financement
30 000 000
EUR
Montant du financement
En cours
État
ONEA
Bénéficiaires