• logo linkedin
  • logo email
image générique AFD
Avec ce projet, l'AFD contribue à la préservation des écosystèmes forestiers naturels et à l'amélioration des conditions de vie des populations riveraines.
Contexte

Madagascar est classé parmi les « hot spot » de la biodiversité mondiale. La variété des climats, conjuguée à celle des reliefs, a favorisé le développement d’une faune et d’une flore uniques au monde. La biodiversité de Madagascar est aujourd’hui largement menacée par les activités anthropiques, notamment la déforestation, et les ressources exceptionnelles de l’Ile attisent les convoitises (secteur minier, pierres et minerais précieux, bois précieux, etc.).

Les autorités malgaches ont ratifié les grandes conventions sur l’environnement et la biodiversité et ont développé une vision ambitieuse en matière de protection de l’environnement et de lutte contre le changement climatique : loi Gelose de 1996, les engagements à Durban, politique nationale de lutte contre le changement climatique élaborée en 2010. Seulement, depuis 2009 et les nombreux changements successifs à la tête du ministère ont retardé les actions concrètes sur le terrain.

Descriptif

Le Projet holistique de conservation des forêts (PHCF), dont la première phase a débuté en 2008, vise à endiguer la déforestation et à assurer l'avenir des populations locales. Cinq sites avaient été sélectionnés pour leur biodiversité et leur vulnérabilité à la déforestation. Après des résultats encourageants, une seconde phase a donc été lancée en 2013 pour une durée de 4 ans avec pour objectifs :

  • Réduire la pression sur les forêts : avec la mise en place d'activités de conservations.
  • Promouvoir des alternatives durables à l’exploitation destructrice des ressources forestières et répondre aux besoins de la population.
  • Pérenniser les activités entreprises grâce au financement carbone et participer à la stratégie nationale.
Impacts

Des contrats de Transfert de gestion des ressources naturelles ont été mis en place ou renouvelés au niveau de 13 communautés. Dans la zone du COMATSA, le suivi écologique communautaire est opérationnel. En outre, 46 pépinières ont été installées avec une production d’environ 35 000 jeunes plants. Plus de 600 contrats de développement et de conservation explicitant les engagements réciproques entre le projet et le producteur, ont été conclus, et environ 500 producteurs sont en cours d’accompagnement par le projet. Au niveau de la composante « Finance Carbone », 4 articles scientifiques ont été rédigés et publiés dans différentes revues.

14/11/2013
Date de début du projet
4 ans
Durée du financement
Secteurs
Marojejy
Localisation
Outils de financement
2 000 000
EUR
Montant du financement
En cours
État
Les ONG
Etc Terra
Agrisud
Bénéficiaires
Air France le Fonds Français pour l'Environnement Mondial l'AFD
Cofinanceurs