• logo linkedin
  • logo email
Restaurer les zones humides de Qixian, richesses biologiques indispensables
Le projet de restauration de la rivière Changyuan, dans la province du Shanxi, met en avant les solutions fondées sur la nature pour rétablir un patrimoine écologique essentiel et renforcer la capacité d’adaptation des écosystèmes locaux au changement climatique. Un modèle pour la préservation des zones humides dans les régions de climat aride ou semi-aride du monde.
Contexte

La Chine fait partie des 17 pays de mégadiversité biologique de la planète. Elle abrite un huitième de la totalité des espèces de plantes et d’animaux sauvages terrestres et compte 66 millions d’hectares de zones humides, soit 10 % des zones humides du monde et 8 % du territoire chinois. Elle est ainsi classée au 1er rang en Asie et 4e au niveau mondial. Celles-ci fournissent 55 % des services écosystémiques du pays, contiennent 82 % des ressources en eau douce et abritent plus de 11 000 espèces de plantes et d’animaux, dont 54 % des oiseaux en extinction en Asie. En raison de la pression démographique, de l’expansion urbaine et de politiques d’aménagement du territoire défavorables, les zones humides chinoises ont connu un rythme de dégradation et de disparition très préoccupant durant les dernières décennies.

Descriptif

Le projet a mis en œuvre des solutions innovantes, avec la volonté de restaurer la nature par la nature. Il s'est structuré en quatre volets :

  • La restauration des zones humides et la conservation des espèces: rétablissement du lit permanent de la rivière sur 11,5 km, création d’un parc ornithologique et d’une cinquantaine d’îles aux oiseaux, renaturalisation des berges et réintroduction de plantes locales disparues ;

  • Le développement de l’écotourisme, autour d’un nouvel écomusée, d’un jardin botanique valorisant 20 écosystèmes du parc, et du parc ornithologique ;

  • La gestion des déchets, des eaux usées et de l’énergie : création d’un méthaniseur alimenté par la biomasse locale, jardin filtrant végétal de 2 hectares permettant de traiter 10 000 m3 d’eau usée par jour ;

  • Le renforcement des capacités locales pour une gestion durable du parc.

Impacts

L’écosystème des zones humides a été complètement rétabli. Le nombre maximum d'espèces d'oiseaux observées par jour est passé de163 à 222 et de cigognes noires, espèce protégée, de 3 à 19. Les habitants bénéficient de meilleures conditions de vie grâce à des solutions d’assainissement efficaces et des débouchés d’emplois alternatifs. Enfin, le projet a permis une dissémination auprès des partenaires chinois des bonnes pratiques sur la gestion des écosystèmes fragiles du plateau de Loess.

09/07/2014
Date de début du projet
20 ans
Durée du financement
Secteurs
Qixian, Shanxi
Localisation
Outils de financement
30 000 000
EUR
Montant du financement
En cours
État
Autorités locales de Qixian (Shanxi)
Bénéficiaires