• logo linkedin
  • logo email
Février 2021 : l’AFD soutient 18 nouveaux projets d’ONG françaises, soutien à la société civile française
L’Agence française de développement (AFD) a approuvé le 9 février 2021 l’attribution de près de 18 millions d’euros de subventions à 18 OSC françaises pour la mise en oeuvre de 19 nouveaux projets dont le budget global s’élève à plus de 41 millions d’euros. Ces projets apportent des réponses à de grands enjeux internationaux : développement de l’agroécologie, sécurité alimentaire, préservation des ressources naturelles, consolidation de la place des femmes, des jeunes et des enfants dans les sociétés, soutien aux droits humains...

► Retrouvez l’information complète des décisions de financement du comité ONG de l'AFD du 9 février 2021 en cliquant ici.
 
 

Projets de terrain

Le projet se déroule dans les régions Tambacounda, Kédougou et Kolda, des régions pauvres et vulnérables aux aléas climatiques en raison de leur forte dépendance aux cultures pluviales. Il vise à concilier la gestion des ressources naturelles et les activités agro-sylvo-pastorales et à développer des complémentarités entre ces deux approches et activités pour favoriser la fertilisation, la protection des sols et des cultures et le maintien de la biodiversité. 

  • Secours populaire français – Renforcer les parcours d’engagement citoyen pour les enfants et les jeunes de Jérusalem-Est, Territoires palestiniens (phase 3)

Le projet participe à l’amélioration des conditions de vie des habitants de Jérusalem-Est et contribue à l’émancipation des enfants et des jeunes Palestiniens à travers leur sensibilisation et leur mobilisation autour d’enjeux liés à la solidarité, à l’environnement et à la lutte contre les inégalités hommes-femmes. Il s’attache à sensibiliser les enfants sur les sujets socio-sanitaires et environnementaux et à les former pour les amener à s’inscrire progressivement dans un parcours d’engagement volontaire et citoyen. Il accompagne également les jeunes pour leur donner les compétences et les outils pour animer et fédérer des groupes, mais aussi pour favoriser leur mobilisation par des actions collectives en faveur des quartiers. 

  • Agronomes et vétérinaires sans frontières (AVSF) – Transitions agroécologiques et résilience des territoires ruraux (phase 1, tranche 2)

Destinée à renforcer la position d’AVSF comme acteur de référence dans le domaine de l’agriculture durable, cette convention de partenariat pluriannuel (CPP) soutient un programme stratégique élaboré avec l’AFD et le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

Le programme cherche à améliorer la productivité et la durabilité des systèmes agricoles paysans (adaptation aux changements climatiques, agroécologie, gestion durable des ressources naturelles), à promouvoir l'élevage paysan et le renforcement de dispositifs pérennes de santé animale, et à accompagner des organisations paysannes dans leur maîtrise des filières alimentaires. Il cible principalement les pays les moins avancés : Mali, Sénégal, Togo, Burkina Faso, Madagascar, Haïti, Cambodge et Laos. 

  • CCFD-TS – Convention de partenariat pluriannuel - Programme de Transition vers une agroécologie paysanne au service de la souveraineté alimentaire (TAPSA)

Ce programme appuie la mobilisation et le renforcement des sociétés civiles en faveur de la transition vers une agroécologie paysanne ; il contribue ainsi à la souveraineté alimentaire dans les pays d’intervention. Dans un contexte international où l’insécurité alimentaire est accrue par la crise sanitaire de la Covid-19, il répond ainsi aux enjeux de développement de l’agroécologie dans le monde.

Il se déroule dans cinq régions du monde (Sahel, Grands Lacs, pays andins, Asie du Sud-Est, Afrique du Nord/Moyen-Orient) et accompagne le développement de pratiques agroécologiques et la mobilisation des autorités et de l’opinion publique en faveur de l’agroécologie.

  • IDO – Accès pérenne à l’eau au Tchad (phase 2)

Le projet vise à garantir l’accès à l’eau potable dans des villages tchadiens des Logone oriental et Logone occidental, où 60 % des forages réalisés sont hors d’usage, faute de maintenance. Deuxième phase du projet « Man Ge Madji - l’eau bonne », le projet vise à créer un dispositif pérenne et autonome de maintenance et de réparation des pompes à motricité humaine. 

Il accompagne la mise en place d’un réseau d’artisans réparateurs et de distribution de pièces détachées de pompes à motricité humaine, pour répondre aux besoins des Comités de gestion des points d’eau (COGPE) des zones ciblées. D’autre part, il permet d’identifier et de structurer un dispositif durable qui s’appuie sur des accords opérationnels et économiques entre les artisans réparateurs et les COGPE. 

  • Les Puits du désert – Lutte contre la marginalisation des femmes de la région d’Agadez en contribuant à leur formation professionnelle et à leur éducation, Niger

Partant du diagnostic d’une marginalisation spécifique des femmes dans la société rurale du Niger, souvent moins lettrées, moins scolarisées et cantonnées aux tâches familiales et domestiques, le projet vise leur émancipation en contribuant à leur formation professionnelle et à leur éducation. Il se déroule dans neuf villages répartis sur le territoire de deux communes de la région d’Agadez : Tchirozérine et Aderbissinat. Il poursuit plusieurs objectifs : améliorer les compétences professionnelles des femmes par l’accès à l’alphabétisation fonctionnelle, à la formation professionnelle en artisanat et au micro-entrepreneuriat ; et améliorer leurs revenus par la mise en place de cinq coopératives féminines maraîchères.

  • Agir ensemble – « Peuple » : Promouvoir la participation des peuples autochtones pygmées dans la gestion durable des terres et ressources naturelles en RDC

Le projet vise à promouvoir les droits fondamentaux et les modes de vie des populations autochtones pygmées des régions du Nord-Kivu et de l’Équateur en République démocratique du Congo. Les organisations congolaises de défense des droits des populations autochtones (ODDPA) jouent un rôle majeur dans le processus législatif d’adoption et de respect des droits fondamentaux des Pygmées en RDC. Le projet les aide à se renforcer sur les plans technique et organisationnel, pour augmenter l’impact et la visibilité de leurs actions. Il les accompagne également pour améliorer leur plaidoyer national et régional auprès des autorités locales congolaises, mais aussi leur plaidoyer international auprès des acteurs multilatéraux européens et onusiens. 

  • Aide et Action – Projet « Action pour la citoyenneté par et pour tous les enfants par l’éducation en Afrique » (Acte-Afrique), Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Sénégal, Togo

À l’issue d’un premier projet d’éducation à la citoyenneté, Aide et Action propose l'initiative Acte-Afrique, déployée dans cinq pays d’Afrique de l’Ouest. Acte-Afrique entend promouvoir les droits citoyens des enfants et des jeunes, de les positionner et de les accompagner comme des acteurs directement impliqués dans la restauration de la cohésion sociale et la protection de l’environnement dans leur pays. Le projet vise aussi à valoriser l’implication des enfants et des jeunes dans les pratiques de socialisation, en matière d'instauration de la paix et de maintien de l'équilibre sociétal. Pour cela, il renforce l’accès de tous les enfants, jeunes et publics marginalisés, au plein exercice de leurs droits citoyens et s’attache en particulier à l’état civil, à l’accès à l’école et aux services de base. 

  • La Chaîne de l’espoir – ACO : tous mobilisés – Renforcer les capacités des acteurs du système de santé libanais afin d'améliorer la prévention, le dépistage et la prise en charge des enfants vulnérables en situation de handicap dû à des affections congénitales orthopédiques

Le projet part du constat que les affections congénitales orthopédiques sont insuffisamment dépistées et prises en charge au Liban en raison du manque de connaissance, de la faiblesse des moyens et d’un manque d’accès au système de soins. Il vise le soutien aux familles, le renforcement de la société civile et des personnels de santé pour la prévention, le dépistage et la prise en charge de ces affections dans tout le pays. Son objectif est de renforcer le système de santé libanais à tous les niveaux afin que ces affections soient détectées et traitées à temps, ce qui en réduit largement les effets négatifs. Le projet vise les populations les plus vulnérables, Libanais et réfugiés au Liban. 

  • IECD – Des outils pédagogiques et numériques innovants pour les collégiens et collégiennes à Madagascar

À Madagascar, seuls 35,5 % des élèves d’une classe d’âge poursuivent leurs études jusqu’à la fin du collège, et ce taux ne dépasse pas 19 % en milieu rural. Faciliter l’accès aux études secondaires des enfants est d’autant plus pertinent qu’il concerne les enfants très vulnérables et vivant dans des zones enclavées de la région Haute Matsiatra. Le programme CERES (Centres d’éducation et de renforcement scolaire) mis en place par l’IECD allie conditions d’apprentissage optimales, approche holistique du bien-être de l’enfant et amélioration des compétences pédagogiques des enseignants. Le partenariat avec Bibliothèques sans frontières l’enrichit d’une nouvelle dimension innovante : l’accès à la culture et à de nouveaux savoirs grâce au déploiement d’outils pédagogiques et numériques innovants. 

  • Un Enfant par la main (UEPLM) – Renouveau du centre de Salagnac (Haïti)

Le centre de Madian-Salagnac est un centre de formation-recherche fondé à la fin des années 70 afin de former des animateurs et des agriculteurs aux techniques et pratiques agricoles, selon une pédagogie d'échange de savoirs et d’expériences. Depuis les années 90, le centre a considérablement réduit ses moyens et ses activités. Le projet d'UEPLM vise à relancer ses activités de recherche, de formation et de développement pour raviver le potentiel du centre et à assurer sa pérennité en l’inscrivant dans le cadre d’un projet de développement territorial associant l’ensemble des acteurs concernés : agriculteurs, étudiants, communautés et autorités locales, ministère de l’Agriculture, universités, société civile…

  • CCFD-Terre solidaire – Systèmes de production basés sur des pratiques agricoles durables pour l'adaptation au changement climatique à Camagüey, Cuba

Le projet vise à contribuer à la sécurité alimentaire et nutritionnelle grâce à l’introduction de pratiques agroécologiques dans l’agriculture et l’élevage de 50 exploitations agricoles familiales de la province de Camagüey. L’approche agroécologique du projet s’appuie sur les savoirs populaires et repose sur l’utilisation d’intrants biologiques, la réduction des produits chimiques et la bonne gestion des ressources naturelles et du cheptel. Elle va dans le sens d’une amélioration de la productivité durable. Elle met aussi les femmes et les jeunes au cœur de l’action. Le projet s’articule autour de trois axes : augmenter les capacités de production des exploitations agricoles ; améliorer les compétences techniques et managériales des acteurs et favoriser la reconnaissance et la diffusion des pratiques des exploitations familiales.


Projet d'intérêt général

  • Fonjep – Dispositif des postes Fonjep-ECSI 2021-2023

Association cogérée par l’État, des collectivités et des associations, le Fonjep a pour mission de financer l’emploi associatif en France dans les domaines de la jeunesse, la culture, l’éducation populaire, la protection de l’environnement et la solidarité internationale. Il agit comme gestionnaire administratif et financier de subventions allouées par différents ministères. Pour la période 2021-2023, le comité ONG de l’AFD, à la demande du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, a décidé de renouveler et d’amplifier le soutien au dispositif des postes Fonjep consacrés à l’Éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale, et désignés comme les « postes Fonjep-ECSI ».

  • Prison Insider – Archipel : travailler en France à la construction de ponts entre organisations œuvrant pour le droit et la dignité des prisonniers ordinaires dans le monde 

Le projet Archipel réunit des associations françaises pour produire et diffuser des informations consolidées sur les prisons dans le monde. L’objectif : renforcer et structurer la collaboration entre Prison Insider et les OSC spécialisées sur la prison et les conditions de détention. Le travail réalisé est diffusé en accès libre ici.

Le projet propose une communauté d'échanges et de pratiques entre les OSC partenaires pour documenter les conditions de détention et de traitement des personnes dans le monde. La production de connaissances s’appuie sur la collecte et la vérification d’informations sur les conditions de détention. Un travail de réflexion et d’évaluation d’impact social de l’information sera également mené, accompagné d’un webinaire de capitalisation. 

  • Cartooning for Peace – Le dessin de presse s’engage en faveur d’un monde plus juste, durable et solidaire

Le dessin de presse peut être un formidable vecteur pour accroître la notoriété et sensibiliser les publics aux Objectifs de développement durable : c’est l’objectif de ce projet. En s’appuyant sur l’engagement de son réseau international de plus de 200 dessinateurs, Cartooning for Peace souhaite générer une prise de conscience des inégalités mondiales et du rôle que toute personne peut jouer dans les grands déséquilibres mondiaux.

16 supports de sensibilisation aux ODD (expositions grand public, kits pédagogiques et campagnes numériques) sont prévus, abordant l’égalité femmes-hommes, les droits des enfants et l’environnement. Ils sont diffusés en France et à l’étranger par le biais de nombreux partenariats associatifs et institutionnels et avec près de 400 rencontres entre des dessinateurs et des jeunes. L’association se mobilisera également pour la Saison Africa 2020 avec une exposition de dessins de presse de dessinateurs africains. 

  • Éclaireuses éclaireurs de France (EEDF) – Projet « Des portes et des expériences pour libérer les initiatives internationales culturelles, citoyennes et ambitieuses, naturellement ! »

Le projet PELICCAN vise à stimuler les initiatives et l’engagement international et solidaire des jeunes, des réseaux éducatifs territoriaux et des partenaires internationaux des EEDF et EEUdF. Il s’articule en trois volets : d’une part, renforcer et professionnaliser l’approche de l’Éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale (ECSI) en interne et chez les partenaires éducatifs, en intégrant les ODD, d’autre part, accompagner et valoriser les initiatives des jeunes, en s’appuyant sur un outil numérique et, enfin, renforcer les partenariats internationaux d’ECSI.

  • ECPM – Éduquer aux droits de l’homme et à la peine de mort (phase 3)

Ce projet au long cours vise l’édification et la promotion d’une culture de l’abolition en France. Il s’articule autour de trois objectifs liés à l’abolition et aux droits humains plus largement : éduquer les jeunes, susciter l’engagement du grand public et renforcer la coopération des acteurs de l’éducation aux droits à l’échelle nationale, européenne et internationale. Une visibilité et une envergure particulière sont attendues en 2021 qui fêtera les 40 ans de l’abolition en France.

La troisième phase de ce projet est l’occasion d’élargir la cible aux étudiants et jeunes accompagnés par des structures d’éducation populaire. 

  • GRDR – ODDyssée : les migrations font bouger le monde (phase 3)

ODDyssée est la troisième phase d’un programme d’Éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale (ECSI) visant à promouvoir la prise en compte des migrations dans les stratégies territoriales et les activités d’ECSI. Il s’agit d’expliquer et valoriser le rôle et la contribution des migrations à l’atteinte des ODD, en s’appuyant sur des acteurs relais permettant de toucher les citoyens et les futurs citoyens (avec une priorité sur le public scolaire 12-16 ans) : organisations de solidarité internationale et de migrants, associations d’éducation populaire, enseignants, élus, chercheurs, journalistes…

  • Frères des Hommes (FDH) – La Pépinière de la solidarité internationale : un dispositif d’accompagnement de citoyens engagés pour un monde plus juste et solidaire 

FDH a conçu la Pépinière de la solidarité internationale pour susciter et renforcer l’engagement des citoyens français pour la solidarité internationale et le développement durable. Le principe : accueillir des citoyens en recherche d’engagement et accompagner leur parcours de mobilisation bénévole, en tant que « pépins » (porteurs de projets) ou « tuteurs ». Les pépins, généralement de jeunes adultes, étudiants ou déjà en emploi, réalisent des micro-projets de solidarité internationale avec un partenaire de FDH à l’international. Ils sont accompagnés par un tuteur bénévole.

Le programme a été structuré durant une première phase co-financée par l’AFD de 2016 à 2019. La deuxième phase est articulée en deux volets. Le premier prévoit des activités destinées aux bénévoles : prospection, accueil et accompagnement des pépins et des tuteurs dans leur parcours d’engagement ; amélioration des parcours de formations ; co-construction et mise en œuvre de micro-projets de solidarité internationale. Dans le cadre du second volet, pépins et tuteurs deviennent eux-mêmes des relais de sensibilisation auprès de différents publics de leurs territoires.