• logo linkedin
  • logo email
Juillet 2022 :  l'AFD soutient 31 nouveaux projets d'OSC françaises
L’Agence française de développement (AFD) a approuvé le 5 juillet 2022 l’attribution de près de 35 millions d’euros de subventions pour la mise en oeuvre de 31 nouveaux projets dont le budget global s’élève à près de 60 millions d’euros. 25 projets seront déployés sur le terrain pour soutenir l’entrepreneuriat social, la santé, la protection des droits des personnes migrantes et celle des défenseurs des droits humains, le développement rural et culturel, la sécurité alimentaire et l’agroécologie. Six projets d’intérêt général permettront également de développer des actions d’éducation à la citoyenneté et de structurer le milieu associatif français.

► Retrouvez l’information complète des décisions de financement du comité ONG de l'AFD du 5 juillet 2022 en cliquant ici.

L’un des 25 projets terrain sera déployé en Moldavie pour répondre à la situation d’urgence et soutenir les réfugiés d’Ukraine. Il visera à améliorer leurs conditions d’accueil et à appuyer les autorités moldaves et les acteurs locaux dans leur capacité à accueillir ces réfugiés. 

Ce comité a également approuvé le premier financement direct accordé à une OSC locale. Un projet qui incarne l’ouverture du dispositif Initiatives OSC de l’AFD aux OSC de droit local, conformément à la Loi de programmation relative au développement solidaire et à la lutte contre les inégalités mondiales adoptée en août 2021 par le Parlement.


PROJETS DE TERRAIN

  • Solidarités International - Renforcer la cohésion sociale et la résilience de la société moldave face aux défis posés par l’accueil des réfugiés venus d’Ukraine et Moldavie

Ce projet porté par Solidarités International en partenariat avec Médecins du Monde et Humanité et Inclusion, dans le cadre du partenariat Synergies, a vocation à soutenir les autorités moldaves et les acteurs locaux dans leur capacité de réponse face à l’accueil des réfugiés venus d’Ukraine, dans le contexte de l’invasion russe.

Il a pour objectif d’améliorer les conditions d’accueil des réfugiés en renforçant leur autonomisation, prévenant ainsi les risques de tensions sociales entre la population hôte et la population réfugiée. Le mode opératoire cible le renforcement des OSC locales afin de préparer la société moldave à de nouvelles vagues de migration avec l'appui aux services de petite enfance, d’éducation et d’emploi. Le projet a également pour objectif de renforcer les capacités des services de soins de santé primaires (SSP) existants et contribuera à l'intégration des services MHPSS (santé mentale et soutien psychosocial) dans les SSP, afin de faire face à l'impact sur les services de santé de l'augmentation de la population desservie (communautés hôtes et réfugiés). Enfin, les Organisations des personnes handicapées (OPH) seront appuyées pour assurer l’inclusion des enfants et adultes handicapés dans les structures publiques (établissements scolaires) et les entreprises.

Pour dynamiser et structurer les sociétés civiles, encore fragiles, des pays de la rive sud méditerranéenne, le projet Salam (Structurer et agir en liaison avec les acteurs de Méditerranée) cherche à renforcer les capacités des organisations agissant pour un développement local plus durable et inclusif, en ciblant particulièrement les jeunes.  

  • People Power Inclusion - Soutenir l’incubation d’entrepreneurs dans les énergies renouvelables et l’agroalimentaire, Burkina Faso et Sénégal 

Au Sénégal comme au Burkina Faso, le chômage est un défi majeur, en particulier pour la jeunesse. Le projet porte l’ambition de stimuler la capacité des jeunes à innover pour trouver des solutions durables aux enjeux économiques, sociaux et environnementaux. Pour y parvenir, PPI développera un programme d’incubation et d’accélération dans les secteurs de l'agroalimentaire et des énergies renouvelables, accompagné de fonds d'amorçage conséquents, pour une centaine d’entrepreneurs. 

  • Initiative France - Consolider les réseaux Initiative pour développer les prêts d’honneur, Burkina Faso, Maroc et Tunisie (phase 2)

L’ambition du projet consiste à développer l’offre de prêts d’honneur en Afrique pour contribuer à la création d’emplois et au développement économique local par l’entrepreneuriat. Dans cette phase 2, la priorité d'Initiative France consistera, d’une part, à consolider l’activité de prêt d’honneur et d’accompagnement des associations appuyées en phase 1 en accélérant leur transition numérique et en renforçant leurs capacités en matière de diligences LCBFT (Lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme) et, d’autre part, à développer les moyens d’action de ces associations et des réseaux pour toucher plus de publics et de territoires.

  • Fédération Handicap International - Agir pour la santé mentale et le continuum éducation inclusive-formation professionnelle, Bénin, Burkina Faso, Liban, Madagascar, Sénégal, Sierra Leone, Togo (CPP - phase 2)

Le partenariat pluriannuel porté par HI entre dans sa seconde phase. Son ambition est de contribuer à la réduction de la pauvreté en travaillant sur deux thématiques liées et facteurs d’exclusion : la santé mentale d’une part, et d’autre part l’éducation inclusive et la formation professionnelle. Avec ses partenaires locaux, HI développe dans sept pays des stratégies communautaires et participatives afin de rapprocher au mieux les soins de santé mentale des personnes les plus vulnérables et d’assurer un accès continu à l’apprentissage pour les jeunes handicapés, à travers la mise à l’échelle progressive de stratégies innovantes sur le continuum éducation/formation inclusif. 

  • La Cimade - Améliorer la protection des droits des personnes migrantes sur les parcours migratoires, Mali et Sénégal (phase 2)

Ce projet constitue la seconde phase d’un projet exploratoire lancé en 2019 par la Cimade et ses partenaires visant un meilleur respect des droits et de la dignité des personnes migrantes et de leurs familles. Le projet intervient sur deux thématiques : la question des personnes étrangères en détention (Sénégal, Mali) et la question des personnes mortes et disparues sur les parcours migratoires (Sénégal). Cette seconde phase continuera d’œuvrer à améliorer les connaissances et capacités des partenaires OSC en vue d’une meilleure prise en compte des droits des personnes migrantes et de leur famille, en cas de détention et en cas de disparition d’un proche en migration. Elle vise également à susciter des changements de pratiques des acteurs concernés dans la prise en compte de ces droits. 

  • Tétraktys - Structurer un itinéraire culturel, Sénégal

Ce projet de développement rural, « Sur la piste du caméléon », est mené par un consortium d’associations françaises (Tétraktys, Aide médicale et développement, Énergies sans frontières, Hydraulique sans frontières) en partenariat avec une OSC sénégalaise : l’Association des minorités ethniques (AME). Il se déroule dans 12 communes de trois départements de la région de Kédougou. L’objectif est de structurer un grand itinéraire culturel permettant à la fois de développer le tourisme et d’améliorer les conditions de vie des populations. 

  • Essentiel - Promouvoir la santé et lutter contre les maladies non transmissibles, Sénégal (phase 2)

Il s’agit de la deuxième phase d’un projet de coopération entre les territoires de Nantes et de Rufisque, au Sénégal, pour promouvoir la santé et lutter contre les maladies non transmissibles. Il cible des enjeux de santé communautaires et d’éducation peu investis par les services formels et les autres acteurs. Le projet se décline en trois volets : renforcement des initiatives de promotion de la santé pour les enfants et les jeunes ; formation des professionnels de l’éducation, de la petite enfance, du sport et des agents de santé communautaire en matière de santé et de bien-être des enfants et des jeunes ; dialogue et concertation pour irriguer les politiques publiques de Rufisque en matière de promotion de la santé des enfants et des jeunes.

Ce projet vise à accompagner la pérennisation des filières mil et maïs développées depuis 2015 afin de promouvoir des systèmes alimentaires durables, l'emploi rural, l'autonomisation des femmes et la qualité nutritive de l'alimentation au Sénégal. Le projet se décline en deux axes : le renforcement des capacités entrepreneuriales et institutionnelles des différents maillons de la chaîne de valeur et le passage à l'échelle de l'initiative. 

Le projet permettra d’améliorer les revenus des producteurs et productrices des régions d’Analamanga et Itasy, et de structurer l’offre de produits agricoles frais et sains dans les bassins de production autour d’Antananarivo, à Madagascar. 

  • Le Partenariat - Améliorer l’accès à l’emploi et l’insertion professionnelle des personnes vulnérables, Maroc, Guinée et Sénégal

Au Sénégal, au Maroc comme en Guinée, le taux de chômage reste très élevé et les dispositifs d’insertion professionnelle sont essentiellement pensés pour les jeunes diplômés, sans prendre en compte les personnes en situation de vulnérabilité telles que les jeunes déscolarisés ou handicapés, les jeunes mères et femmes isolées, les femmes sortant de prison… Le projet « Agis ! » (Appui à la gouvernance pour l’insertion socioprofessionnelle) permettra d’améliorer l’accès à l’emploi et l’insertion professionnelle de ces personnes vulnérables.

  • Coalition Plus - Promouvoir la participation des acteurs communautaires pour lutter contre le VIH, Maghreb, Afrique de l’Ouest, Afrique centrale et de l’Est, océan Indien, Amérique latine, Asie du Sud-Est et pays lusophones (convention programme - phase 2)

Malgré des avancées notables depuis vingt ans, le VIH/sida reste une crise sanitaire mondiale. Les structures de santé communautaires ont un rôle majeur pour assurer la prise en charge des patients vulnérables et l'implication des personnes concernées est un élément clé de la réussite des stratégies de lutte contre le VIH/sida. Le projet « Innover, former et transférer : les communautés en action contre le VIH et pour la santé des populations clés » vise à promouvoir la participation des acteurs communautaires à travers l’appui à la prise en charge des populations clés et l’appui à la structuration associative. 

  • Sidaction - Améliorer la qualité de vie, la santé et le bien-être des personnes vivant avec le VIH et affectées par le VIH en France et à l’international, Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Côte d’Ivoire, Djibouti, Guinée, Mali, Maroc, Maurice, Niger, République du Congo, République démocratique du Congo, Tchad, Togo (phase 1 CPP – tranche 2)

En cours depuis deux ans, le partenariat pluriannuel « Tremplins » propose l’amélioration de la qualité des services de santé à travers un appui technique et financier à 24 associations locales et un réseau d’OSC partenaires dans 15 pays pour proposer une prise en charge globale des personnes vivant avec le VIH. 
Ce programme a pour objectif l’augmentation du nombre de patients ayant une charge virale indétectable et une qualité de vie perçue comme satisfaisante, l’émergence de jeunes leaders et la réduction des iniquités liées au genre dans l’accès aux soins. Plus largement, il vise le renforcement des systèmes de santé nationaux par l’intégration des systèmes public et associatif et la diffusion des expertises en santé communautaire. 

Ce projet constitue le volet international de l’Initiative Marianne pour les défenseurs des droits humains dans le monde lancée le 10 décembre 2021 par la présidence de la République française. Sa finalité est que la France (société civile et pouvoirs publics) contribue mieux et plus à la protection des défenseurs des droits humains. Le projet promeut une approche à la fois collective et préventive. Il sera déployé dans dix pays répartis sur tous les continents, avec un périmètre géographique différent selon les objectifs poursuivis. 

  • FIDH - Contribuer aux objectifs de développement durable en soutenant l’État de droit respectueux des droits humains dans 18 pays du Sud (phase 2)

Ce programme croise trois des priorités stratégiques de la FIDH (État de droit, droits des femmes, lutte contre l’impunité), soutient des processus transversaux à l’organisation (capitalisation, genre, gouvernance) et est mis en œuvre sur trois continents (Afrique, Amérique latine, Asie). Dans la continuité de la phase 1 de ce projet, trois objectifs seront poursuivis dans cette phase 2. Le premier objectif vise à renforcer la protection des droits humains, notamment des droits des femmes. En second lieu, il s’agira de maintenir la lutte contre l’impunité via un accès renforcé des victimes à la justice. Enfin, le troisième objectif visé porte sur le renforcement des échanges, interactions et alliances entre ligues membres de la FIDH à l’échelle mondiale.

Le projet vise à transformer le système de production et de distribution agricole dans six municipalités de la province Bagmati à travers l’amélioration des pratiques agricoles et des débouchés des produits alimentaires, et l’intégration de la protection et de la santé des agriculteurs ciblés. Ce projet fait suite à l’intervention de TGH dans le district de Sindhupalchok suite au séisme de 2015.

Le projet vise à construire et diffuser une culture du traitement de la douleur, auprès des professionnels de santé, mais aussi auprès des patients, des familles, des décideurs… Et de mettre cette culture en actes à travers une offre de soins et de services. Le projet se décline selon trois axes d’actions : déploiement d’une offre de soins ; formation initiale et continue des personnels soignants et sensibilisation des praticiens à la problématique de la douleur ; plaidoyer auprès des décideurs, des médecins et sensibilisation du grand public.

  • Électriciens sans frontières - Fournir un accès à une eau de qualité, à des services d’assainissement et à une énergie électrique, Togo (phase 2)

Le projet « Villages, santé et développement durable » est la seconde phase d’un projet mis en œuvre dans la région des Plateaux depuis 2018 et qui vise à fournir durablement et de manière combinée à sept villages ruraux isolés un accès à une eau de qualité, à des services d’assainissement et à une énergie électrique respectueuse de l’environnement. 

  • Agrisud International - Promouvoir une agriculture durable et résiliente dans la province de Siem Reap, Cambodge (phase 3)

Le projet « Iada » (Intensification agroécologique et de diversification de l’agriculture familiale périurbaine), porté par Agrisud, vise à améliorer et sécuriser les conditions de vie des petites exploitations agricoles familiales à travers la promotion d’une agriculture durable et résiliente aux risques climatiques et économiques dans la province de Siem Reap. Son développement touristique (6,6 millions de visiteurs en 2019) s’accompagne de multiples défis (pression foncière importante pour les exploitations agricoles familiales, EAF), mais aussi d’opportunités (demande croissante en produits frais satisfaite en grande partie par les importations des pays voisins).

  • Apdra pisciculture paysanne - Développer les filières piscicoles, Cambodge, Cameroun, Congo, Côte d’Ivoire et Madagascar (convention programme - phase 2)

Le projet cherche à améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations rurales à travers la disponibilité de protéines animales de qualité et la diversification des ressources et moyens d’existence. 
Cette seconde phase poursuit le développement d’une pisciculture familiale en mettant l’accent sur les pratiques agroécologiques qui permettent d’améliorer les systèmes piscicoles et de les rendre plus résilients. 

  • Entrepreneurs du monde - Former les petits producteurs et productrices aux techniques agroécologiques, Sénégal et Togo (convention programme - phase 2)

L’adoption des techniques agroécologiques par les petits producteurs et productrices d’Afrique de l’Ouest est un levier majeur pour faire face aux aléas du changement climatique et à la perte de fertilité des sols. Pour ce faire, un apprentissage long, basé sur la pratique et l’expérimentation est essentiel. Cette convention programme « Formations et approche filière pour une agriculture familiale résiliente » vise à renforcer la capacité d’adaptation au changement climatique des producteurs et productrices vulnérables d’Afrique de l’Ouest par la formation aux techniques climato-intelligentes et l’accompagnement le long des chaînes de valeurs agricoles.

Le projet vise à soutenir les populations rurales à travers des groupements agricoles, des associations de crédit et d’épargne communautaires ainsi que des comités de gestion de point d’eau de cinq communes des départements du Mayo-Tsanaga, du Logone-et-Chari et du Mayo-Sava.

Ce programme « Un avenir au pays des Falaises » vise à poursuivre le travail de développement rural, durable et intégré de la zone des Falaises, dans les régions des Hauts-Bassins et des Cascades, initié il y a trois ans dans la phase 1 du projet. Menacé par l’exode rural, ce territoire présente une riche biodiversité et des patrimoines variés peu valorisés. Le programme porte la préservation et la valorisation des patrimoines au cœur de l’activité de l’association burkinabè Kuru Kofé et vise à structurer la gouvernance locale, le tout de façon partagée avec les acteurs de la société civile et les autorités locales. 

  • Empow’Her - Structurer et appuyer les communautés d'empowerment économique des femmes, Burkina Faso, Côte d'Ivoire et Niger 

Face à des inégalités de genre encore fortement présentes et au regard de la faible indépendance économique des femmes en Afrique de l’Ouest, le projet « Communities Afrique de l’Ouest » (CAO) s’appuie sur des communautés existantes (groupements d’intérêt économique, groupements de femmes) et vise à favoriser le déploiement de communautés d'empowerment de femmes, c’est-à-dire de communautés créatrices de liens et sources de solutions pour les femmes qui les composent. 

  • Adie - association pour le droit à l’initiative économique - Renforcer les petits acteurs économiques du secteur agricole vers la transition écologique et sociale, Liban 

Le projet « Tarik Akhdar » vise à accompagner des petits acteurs économiques du secteur agricole libanais et à renforcer les structures locales soutenant le développement de systèmes agricoles et alimentaires équitables et durables. 


PROJETS D’INTÉRÊT GÉNÉRAL

  • Plateforme océan et climat - Structurer le réseau multi-acteurs français sur les enjeux océan-climat-biodiversité, France (phase 2)

Ce projet est la seconde phase du programme de la plateforme océan et climat qui vise à renforcer et pérenniser le réseau multi-acteurs français sur les enjeux océan-climat-biodiversité autour d’une stratégie commune et pour une meilleure prise en compte de ces enjeux par le grand public et les décideurs politiques, au niveau national et international.

  • Ingénieurs sans frontières - Ancrer la justice socio-environnementale au cœur des initiatives de solidarité internationale pour défendre une ingénierie du bien commun (phase 4)

Il s’agit de la quatrième phase du projet d’ISF que l’AFD appuie depuis 2013, notamment pour :
- informer et former sur les sujets éthiques, de solidarité internationale et de développement durable ;
- interpeller et sensibiliser les membres, les étudiants et le grand public à des problématiques environnementales, humaines, sociétales et aux ODD ;
- mobiliser la jeunesse pour questionner les grands enjeux de nos sociétés ;
- construire un positionnement alternatif de l’ingénieur dans le monde à l’échelle nationale et internationale ;
- réfléchir et se former sur les actions, les thématiques, les projets de développement et les partenariats avec les pays du Sud.

La deuxième phase du projet « PrODDige » (Promouvoir et réaliser les Objectifs de développement durable pour innover et grandir ensemble) vise à renforcer la mobilisation citoyenne et à créer des synergies entre acteurs du territoire pour contribuer à la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD). L’engagement de jeunes de plusieurs pays dans un volontariat commun et la mobilisation d’un réseau partenarial de structures, en France et à l’international, représentent un puissant levier pour y parvenir. 

Pour que les jeunes deviennent des citoyens conscients et engagés, acteurs de la solidarité, la fondation Apprentis d’Auteuil (AA) a fait le choix d’intégrer l’éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale dans son projet éducatif pour donner aux jeunes les clés de compréhension du monde dans lequel ils vivent et le goût de la solidarité. Le projet vise ainsi les objectifs suivants : 
- « S’informer/comprendre » grâce aux actions de sensibilisation en direction des jeunes et des professionnels d’AA ;
- « S’engager » grâce aux activités collectives permettant la mobilisation de jeunes et de familles et leur engagement autour d’activités d’ECSI, à travers des formats d’engagement et de participation variés et inclusifs
- « Professionnaliser et déployer l’ECSI » grâce aux activités de renforcement des capacités des professionnels et de mise en réseau autour d’une communauté d’acteurs de l’ECSI.

  • Réseau action climat France - Renforcer la structuration des ONG françaises sur le climat pour accélérer la mise en œuvre de l’Accord de Paris et limiter le réchauffement global à 1,5 °C, ONG Cap 1,5 °C, (phase 2)

L’objectif du projet est de renforcer la structuration des OSC françaises et leur coordination avec les réseaux internationaux et européens pour assurer la mise en œuvre de l’Accord de Paris et contribuer à l’alignement de l’action climatique européenne et internationale avec l’objectif de limiter le réchauffement global à 1,5 °C. 

Le projet a pour ambition de contribuer à la déconstruction des imaginaires et stéréotypes Nord-Sud sur les relations de genre afin de construire une solidarité internationale porteuse des valeurs d’égalité, de respect, de tolérance et de non-violence.