• logo linkedin
  • logo email
18 nouveaux projets ONG soutenus par l'AFD, mai 2020
Le 5 mai 2020, l'AFD a approuvé le soutien de 18 projets d'organisations de la société civile française pour un montant de plus de 14 millions d’euros. Les domaines d’intervention principaux sont : la lutte contre le Sida, l’éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale, la lutte contre l’exclusion des enfants vulnérables, la défense des droits des femmes, la lutte contre les violences basées sur le genre, l’agriculture durable et la microfinance rurale, et la structuration du milieu associatif français de la solidarité internationale.

Afin de soutenir les OSC françaises et leur action dans le contexte particulier de pandémie Covid-19, et en complément de mesures d’urgence initiées dès mi-mars, le comité ONG de l’AFD a pris des mesures supplémentaires, applicables dans le cadre du prochain Appel à manifestation d’intention (AMI) 2020 pour financement de projets en 2021 :

  • extension du délai de dépôt des initiatives de mi-mai à mi-août  (trois mois au lieu de deux)
  • augmentation du taux de cofinancement des projets terrain (de 55 % au lieu de 50 %) 
  • application d’un taux unique de 14 % concernant les frais administratifs 
  • suspension de l’obligation de mobiliser en cofinancement 5 % de fonds privés.

► Retrouvez l’information complète des décisions de financement du comité ONG de l'AFD du 5 mai 2020 en cliquant ici.

 

 

Projets de terrain

  • Empow’her - Émergence d’un réseau d’entrepreneuriat durable pour l’autonomisation économique et sociale des femmes, Niger

Faisant le constat des fortes inégalités de genre au Niger et de ses effets délétères sur les femmes mais aussi plus largement sur le développement socio-économique du pays, le projet d’Empow’her s’articule autour des trois objectifs suivants :
-    renforcer la place des femmes au sein des chaînes de valeur agricole
-    renforcer les professionnels du secteur de l'accompagnement à l'entrepreneuriat par l’acquisition de compétences en matière d’inclusion économique des femmes
-    engager un travail de sensibilisation et de plaidoyer auprès de parties prenantes ciblées pour les mobiliser sur les enjeux d’autonomisation et d’accès aux droits des femmes au Niger.

Dernière phase du projet de lutte contre l’exclusion des enfants et des jeunes en situation de rue au Caire, ce projet entend faciliter leur accès aux droits, via la méthodologie du SamuSocial International, qui combine un accompagnement médical, social, psychologique et juridique. Le projet prévoit des actions spécifiques à destination des jeunes mères en situation de rue et de leurs très jeunes enfants. Cette prise en charge combinée du SamuSocial sera également proposée aux enfants et jeunes hébergés dans les centres d’hébergement des partenaires afin de compléter l’offre de services qui y est proposée. 

Cette dernière phase doit donc permettre de continuer le transfert des compétences et capacités du SamuSocial aux partenaires de la société civile et aux équipes du ministère de la Solidarité sociale, mais également d’élargir avec les partenaires l’expérimentation d’actions en réponse à la diversité des situations d’exclusion, de mobiliser davantage les pouvoirs publics et de sensibiliser le grand public.

Le réseau « Femmes du monde » rassemble des associations de défense des droits des femmes et des coopératives qui travaillent avec des groupes de femmes issues de quartiers populaires urbains et périurbains au Mali, au Sénégal, en Colombie, en Bolivie, au Maroc et en France. Son objectif : renforcer le pouvoir d’agir individuel et collectif des femmes, leur permettre de maîtriser les choix qui affectent leur propre vie, ce qui implique d’être consciente des facteurs d’oppressions et d’avoir la capacité d’agir à leur encontre. 

Comment ? En travaillant avec les femmes mais également avec les hommes, grâce à des formations, de l’appui-conseil et de l’accompagnement, sur trois niveaux : individuel, pour une prise de conscience des facteurs d’oppression (violences, harcèlement) et des capacités d’action grâce à une meilleure estime de soi, relationnel, pour une meilleure répartition de la prise de décision et des tâches au sein du ménage, et sociétal, pour participer au processus de décision au niveau du quartier, de la communauté, à des actions de plaidoyer et construire des alliances avec d’autres groupes sur le territoire. 

  • ECPAT France – Mobiliser pour l’égalité fille-garçon et lutte contre les violences faites aux femmes, Madagascar

Les inégalités femmes-hommes et la construction sociale des identités masculines et féminines figurent au cœur des enjeux de l’exploitation sexuelle des enfants qui, à Madagascar, concerne quasi exclusivement (95 %) les filles. Le projet travaille à déconstruire les rôles de genre. Cette troisième phase s’appuie sur les activités innovantes mises en place avec succès pour les déployer en tenant compte des recommandations de l’évaluation : élargir la couverture géographique mais concentrer les activités au sein d’un même territoire, renforcer l’expertise juridique, poursuivre et renforcer l’accompagnement des activités génératrices de revenus, développer les activités avec les groupes d’hommes, bien les insérer dans les communautés et replacer les établissements scolaires au cœur de la protection de l’enfance.

Elle a pour finalité de « faire tache d’huile » en renforçant les capacités et le pouvoir d’agir des acteurs les plus à même de faire évoluer les normes sociales vers davantage d’égalité : la jeune génération ; les associations communautaires ; les réseaux de protection de l’enfance. 

En plaçant les familles paysannes au cœur des processus et instances décisionnels de gestion de leurs ressources, ce programme promeut des pratiques durables de gestion des zones foncières et forestières dans les hautes-terres du district de Nyot Ou. 

Des activités permettant le soutien à une gestion durable des ressources naturelles dans les villages sont menées, une filière thé est développée et une entreprise sociale locale dirigée par les producteurs de thé est créée. Cette filière contribuera au développement des moyens d’existence des populations concernées par le projet, à l’amélioration de la résilience de leur système de production et à la réduction de la déforestation.

  • Solidarité Sida – Autonomisation des associations africaines de lutte contre le Sida : pour une société civile plus influente, Côte d’Ivoire, Togo, Burkina Faso, RDC, Congo, Niger, Sénégal et Cameroun

Ayant pour objectif de permettre aux partenaires africains de Solidarité Sida d’acquérir une meilleure autonomie et de maîtriser leur développement, ce projet d’appui institutionnel et organisationnel sur-mesure et de partage d’expérience entre structures soutiendra également les activités de prévention et de prise en charge médicale et psychosociale au service des bénéficiaires. En outre, il accompagnera les structures dans la diversification de leurs ressources. Enfin, il accompagnera les associations dans la valorisation de leur expertise et dans leur démarche de plaidoyer vis-à-vis des décideurs politiques afin de renforcer les systèmes de santé à base communautaire et améliorer la prise en charge des personnes vivant avec le VIH.

  • Solthis – Remettre les usagers au centre de la lutte contre le VIH (projet Ruche), Guinée et Côte d’Ivoire

En Côte d’Ivoire, afin de compléter les dispositifs de dépistage existants, le projet propose la diffusion de l’autotest VIH pour atteindre les populations à risque. Le projet renforcera l’environnement pour qu’il soit favorable à l'introduction de l’autotest, créera la demande nécessaire d'autotests parmi les populations cibles en travaillant en lien avec les acteurs de la société civile et en investissant les canaux d’information adaptés et mettra en œuvre des programmes de distribution adaptés aux objectifs d’atteinte des populations clés actuellement exclues des stratégies classiques de dépistage et d’action associatives. 

En Guinée, le projet contribuera à favoriser le respect des droits des personnes vivant avec le VIH à une prise en charge de qualité à travers le déploiement d’une méthodologie d’empowerment individuel et collectif des usagers de soin, avec le renforcement des capacités des soignants, incluant les médiateurs psychosociaux, en matière de dynamique de travail collective et de relation soignant-soigné, avec la mise en place de cadres d’échanges participatifs.

Le projet AVENIR a pour objectif d’améliorer l’accès à l’éducation et à la formation professionnelle des enfants et des jeunes de Yaoundé II, avec une forte prise en compte des filles et des jeunes filles. Bénéficiant du soutien de l’AFD depuis 2017, ce projet, dans sa deuxième phase, met l’accent sur la transition entre le primaire et le secondaire et, par ses actions, favorise l’achèvement du premier cycle du secondaire, en particulier pour les filles. L’un des principaux leviers du projet est la qualité des enseignements et de l’environnement d’apprentissage. 

En outre, le projet poursuit l’accompagnement à la formation professionnelle et post-formation des jeunes, en particulier des jeunes filles, pour un emploi et un auto-emploi décent. 

  • CIDR PAMIGA - La finance digitale responsable comme outil d’autonomisation des populations rurales africaines, Sénégal, Bénin, Madagascar et Ethiopie

Ce projet doit améliorer l’accès des populations rurales africaines à des services financiers et non financiers adaptés à leurs besoins, afin de contribuer au développement économique local et à l’amélioration des conditions de vie en zone rurale.

Il s’agira de développer des services digitaux adaptés aux besoins des populations rurales, en poursuivant la mise en œuvre de solutions de finance digitale (tablettes, mobile banking, réseaux d’agents tiers et programmes de formation liés à la mise en œuvre de ces outils). Le projet a également pour objectif de renforcer la capacité des institutions de microfinance (IMF) à gérer leurs risques liés au digital afin d’assurer leur pérennité et leur croissance, grâce à un dispositif de gestion des risques intégrant ces nouveaux risques. Il accompagnera en outre les IMF dans le développement de leur mission sociale en mettant en place des nouveaux produits et services financiers et non financiers à fort impact. 

Le projet répond aux difficultés d’accès à l’éducation et à la formation professionnelle d’enfants et de jeunes vivant dans des contextes socio-économiques précaires et où la présence des institutions publiques est défaillante. Il répond à la nécessité de garantir aux enfants, en particulier aux filles, un environnement protecteur, accueillant et respectueux, tant dans les espaces éducatifs que chez eux. L’initiative est née de la volonté du BICE et de ses partenaires au Cambodge, au Guatemala, au Paraguay et en République démocratique du Congo de répondre à ces défis en mutualisant leur expérience dans la promotion et défense de la dignité de chaque enfant afin qu’il devienne un citoyen actif et responsable. 

Porté par la Fondem, une fondation qui intervient pour permettre aux populations rurales défavorisées d’accéder à l’énergie et au développement dans le respect de l’environnement, le projet CASELEC sera mis en œuvre dans la commune rurale de Kataba 1 située dans le département de Bignona en Casamance. Il a pour objectif d’améliorer les conditions de vie et d’accélérer le développement économique de cette commune rurale, en fournissant un accès durable à une électricité d’origine solaire et en renforçant les capacités locales pour sa valorisation.

Débuté à la suite des tremblements de terre qui ont sévèrement touché la vallée de Thangpal, au Népal, en 2015, le programme de reconstruction globale et intégrée de quatre villages de la vallée, mené par TGH et Arsow Népal, entre dans une phase qui donne la priorité au développement socio-économique.

Les activités du projet s’arriment à deux axes (qui sont les priorités du plan de développement socio-économique municipal) : le développement de la production agricole biologique et l’environnement. 
Le projet a également pour objectif de renforcer la capacité à fonctionner de façon indépendante d’Arsow, en ciblant plus particulièrement la formation des cadres de l’association. Un portage autonome du développement local de la vallée par les acteurs locaux est l’ambition des porteurs du projet à l’horizon 2023.

  • Santé Sud - Pour une prise en charge respectueuse des droits des enfants sans soutien familial, Tunisie

Réparties dans tout le pays, les treize pouponnières associatives actives du Réseau Amen Enfance Tunisie (RAET) complètent le dispositif public existant, en accueillant chaque année environ 300 enfants abandonnés, soit près de la moitié des effectifs constatés au niveau national. Ces enfants sont pour la plupart issus de relations hors mariage, encore très mal tolérées en Tunisie.

Avec pour finalité globale une meilleure protection des enfants abandonnés en Tunisie, le projet va agir notamment sur la prévention de l’abandon, par un appui aux femmes enceintes isolées ou aux mères en situation de parentalité vulnérable. Il va également permettre de développer un dispositif de placements en familles d’accueil et consolider les compétences (organisationnelles, techniques, financières) des pouponnières et de leur réseau.

En République du Congo, les perspectives économiques restent pénalisées par la persistance des faibles cours du pétrole dans une économie très faiblement diversifiée. C’est dans ce contexte qu’un certain nombre de jeunes filles, mineures pour beaucoup, se trouvent en situation de prostitution de survie. Le projet mené par ASI va poursuivre, pour une seconde phase, la prise en charge de ces jeunes filles à travers un accompagnement individualisé allant de la prévention dans la rue à l’insertion sociale et professionnelle.

Le projet va permettre d’améliorer les conditions de vie des jeunes filles en situation de prostitution, ainsi que de leurs enfants, par un accueil dans les deux centres de jour d’ASI, l’un à Brazzaville, l’autre à Pointe-Noire, et un accompagnement dans un projet de vie individualisé, avec une formation professionnelle adaptée, et un suivi pendant la phase d’insertion professionnelle. En amont, les jeunes filles sont identifiées par des maraudes menées plusieurs fois par semaine. 
 

Projets d'intérêt général

  • Secours populaire français - L’éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale, un levier d’émancipation pour les personnes en situation de pauvreté ou de précarité 

Le projet a pour objectif de sensibiliser à la citoyenneté et à la solidarité internationale des personnes exclues, à qui s’adressent en général peu, voire pas d’actions d’éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale (ECSI). Il s’adresse aux personnes en situation de pauvreté et de grande pauvreté en France, venant chercher de l’aide auprès du SPF.

Dans une démarche d’éducation populaire, le SPF développe des actions pour sensibiliser les personnes en situation d’exclusion à la solidarité internationale et leur permettre de s’engager bénévolement, de prendre part à des initiatives internationales et de mettre à profit leurs connaissances et leurs compétences pour participer à la construction d’un monde juste, solidaire et durable. 

  • ATES – Appui à la filière du tourisme équitable et solidaire 

Le tourisme équitable et solidaire s’efforce de développer une offre touristique alternative, respectueuse des personnes, des cultures et de la planète, et qui contribue aux Objectifs de développement durable adoptés par l’ONU en 2015. Le tourisme équitable et solidaire constitue une réponse aux enjeux climatiques et sociaux induits par la croissance sans précédent du secteur du tourisme international. 
Depuis treize ans, l’ATES rassemble l’ensemble des professionnels engagés dans cette démarche. Le projet proposé pour 2020-2022 est organisé autour de deux axes : d’une part catalyser l’expertise et l’innovation du secteur pour développer l’offre touristique équitable et solidaire et d’autre part augmenter la demande en sensibilisant largement sur les modes de consommation touristique.

  • F3E - Le réseau F3E, facilitateur d’approches méthodologiques pour l’amélioration de la qualité et l’impact des actions des organisations de solidarité internationale

Le F3E est un réseau multi-acteurs français composé de 85 membres : ONG, collectivités ter¬ritoriales, réseaux, fondations et syndicats, engagés dans des projets de terrain à l’international ou dans des projets d’éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale en France. 

Le programme a pour objectif d’améliorer la qualité et l’impact des interventions de terrain des organisations de solidarité internationale. Il reprend en les enrichissant les activités traditionnelles du F3E (accompagnement d’études, formations), confirme l’évolution vers un « réseau apprenant » inscrite dans son document d’orientations stratégiques 2025 et met l’accent sur le partage et la diffusion des approches et ressources développées au sein du collectif. 

  • Coordination SUD – Appui à la poursuite des missions et au renforcement de Coordination SUD 

Coordination SUD est le plus important collectif français d’organisations de solidarité internationale. L’objectif global de ce nouveau triennal (intégrant le dispositif FRIO) est de contribuer aux politiques de développement dans un environnement favorable à l’action et l’expression des OSC françaises, en fédérant, renforçant et valorisant ces dernières comme actrices clés de l’action humanitaire, du développement et de la solidarité internationale.

Ce nouveau triennal affiche une action concentrée sur quatre grandes missions visant notamment à approfondir l’analyse et la connaissance collective des OSC françaises des enjeux globaux du développement et de la solidarité internationale ; à renforcer collectivement les OSC françaises pour leur permettre de mieux anticiper, résister ou s’adapter aux défis de demain et être une force de proposition utile ; à influencer les acteurs clés (institutions, bailleurs) sur les enjeux majeurs de développement durable et de solidarité internationale en promouvant un environnement favorable aux OSC ; et enfin, à consolider la cohésion interne, les moyens d’actions et l’impact des actions collectives des OSC dans ces domaines.