• logo linkedin
  • logo email
Ile Maurice
L’Agence française de développement (AFD) a accordé ce 27 juillet un prêt de contingence de 300 millions d’euros à l’État mauricien dans le cadre de la réponse à la crise au Covid-19. Retour sur les enjeux de ce prêt de politique publique et de l’engagement de la France auprès des Mauriciens avec Emmanuel Cohet, ambassadeur auprès de la République de Maurice et André Pouilles-Duplaix, directeur de l’agence AFD à Maurice.

Quels sont les impacts du Covid-19 à Maurice ? 

Emmanuel Cohet, ambassadeur de France à Maurice : Les impacts de la crise du Covid-19 à Maurice ont été pour l’île extrêmement sévères, notamment sur un certain nombre de secteurs économiques qui sont stratégiques pour l’île Maurice tels que le tourisme, le textile et un certain nombre de services. 
Il y a un impact marqué de la crise du Covid-19 dans cette région du monde, et en particulier à l’île Maurice. 

André Pouilles-Duplaix, directeur de l’AFD à Maurice : Cette pandémie du coronavirus est très différente des précédentes. Maurice compte parmi les pays les plus vulnérables à ces chocs de type nouveau. On enregistre beaucoup des impacts forts sur les revenus et les emplois, ce qui fragilise davantage les populations les plus vulnérables. Cette crise met aussi en évidence que Maurice est très dépendant sur le plan alimentaire et sur le plan énergétique. 

Face à cette situation inédite, quelle est la réponse de l’AFD ?

A.P-D. : C’est la première fois de son histoire que l’AFD octroie un prêt de contingence à la République de Maurice.  Rappelons qu’un prêt de contingence, c’est d’abord un prêt de politique publique avec un double bénéfice : apporter à court terme des liquidités en devises et, à plus long terme, accompagner Maurice dans un cadre de programmation et de coopération technique pour une relance économique durable, résiliente et bas carbone.

Ceci afin de soutenir quatre secteurs : la santé (mécanismes de gestion des alertes et de riposte aux maladies émergentes et réémergeantes), la protection sociale (élargir la couverture sociale et l’assistance sociale), les inégalités de genre (impacts de ces inégalités sur l’économie mauricienne), et l’économie grâce à la création du bureau de recherche et de planification économique. Ce dernier dote le ministère des Finances de capacités d’analyses à la formulation de politique publique et de plans d’investissements sensibles au changement climatique et aux catastrophes naturelles. Le prêt de l'AFD permettra d’accompagner la formulation et la révision de la stratégie de long terme d’adaptation de Maurice, en particulier sur les questions de vulnérabilité au changement climatique.

En quoi cet appui illustre l’engagement de la France auprès de la République de Maurice ?

E.C : Ce prêt illustre l’appui que la France veut apporter à Maurice dans les circonstances exceptionnelles et graves que traverse l’île. C’est un geste fort d’engagement de la France pour soutenir son partenaire mauricien qui s’intègre dans une coopération entre les deux pays à la fois dense et très riche. 

La visite du ministre de l’Europe et des Affaires Etrangères, M. Jean-Yves Le Drian, le 20 février 2020 ici à Maurice, illustre la solidité de cette relation d’amitié et de confiance mutuelle. Au cours de cette visite, le Ministre de l’Europe et des Affaires Etrangères a rencontré le Premier ministre mauricien, Pravind Kumar Jugnauth, et a lancé le réseau des études françaises à Maurice. Cette initiative est destinée à favoriser et intensifier une coopération universitaire et de l’enseignement supérieur entre les deux pays, mais aussi pour la région.

Par l’intermédiaire de l’AFD, la France est très active dans la région, notamment dans le cadre de la Commission de l’océan Indien (COI). Avec ses partenaires, elle y travaille à répondre collectivement à un certain nombre de grandes préoccupations dans la région telles que le changement climatique, les questions sanitaires, le développement économique et social et le développement du numérique et de l’emploi. 

C’est dans ce contexte qu’il faut analyser l’action de la France via ce prêt de contingence mais aussi dans beaucoup d’autres domaines dans lesquels Maurice et la France travaillent ensemble comme partenaires, dans une relation d’amitié et de confiance mutuelle.