AdaptAction

  • logo linkedin
  • logo email
AdaptAction : ensemble face au changement climatique
Logo Adapt'Action

Le programme

En 2017, l’AFD a mis en place AdaptAction pour accompagner les pays dans la mise en œuvre de leurs engagements en faveur d’un développement plus résilient. À travers des études de vulnérabilité et de faisabilité, des conseils sur la formulation des politiques nationales et plans d’actions, ou encore des actions de renforcement de capacités et de renforcement institutionnel, AdaptAction joue un rôle de levier pour faciliter l’accès des pays à la finance climat internationale et accélérer les investissements dans l’adaptation. 

AdaptAction apporte dans toutes ses actions une attention particulière aux solutions fondées sur la nature, à la co-construction des solutions avec ses partenaires et aux vulnérabilités climatiques liées au genre. Plus de 70 études ont été conduites depuis 2017 par plus de 500 experts sur de nombreux secteurs, dont certains ont fait l’objet de fiches de capitalisation : gouvernance et systèmes de suivis et évaluation (avec Expertise France), agriculture, solutions fondées sur la nature, gestion intégrée des ressources en eau, services climatiques et réduction des risques de catastrophes

AdaptAction a produit un effet de levier de plus de 580 millions d’euros d’investissements résilients financés par l’AFD ou co-financés avec d’autres partenaires tels que le Fonds vert pour le climat ou l’Union européenne. D’autres projets en cours d’instruction laissent entrevoir un effet de levier total de plus d’un milliard d’euros. Dans la foulée de la COP26, une deuxième phase du projet sera mise en œuvre autour d’un triptyque « connaître, planifier, investir », avec des composantes transversales renforcées sur les enjeux de genre et le partage des savoirs.

La deuxième phase du programme AdaptAction (2022-2025) a été lancée lors de la COP26 à Glasgow. Dotée d'un budget supplémentaire de 15 millions d'euros, elle s'organise autour d'un triptyque « connaitre, planifier, investir », avec des composantes transversales renforcées sur les enjeux de genre et le partage des savoirs.  Elle a été recentrée sur l’Afrique, avec douze pays partenaires.

Stratégie AdaptAction


Une extension en partenariat avec UNCDF LoCAL est également en cours d’élaboration sur la Méditerranée, qualifiée de « hotspot de l’adaptation » par le GIEC, avec un financement de l’Union européenne (DG NEAR).

 

 

GRAND SAHEL

agriculture, Sénégal

Le Sénégal, le Niger et la Gambie se sont engagés dans le cadre de l'Accord de Paris sur le climat pour une croissance durable qui renforce la résilience de leurs populations et de leurs territoires face aux conséquences du changement climatique. 

Depuis 2017, AdaptAction travaille avec ses partenaires sénégalais et nigériens à concrétiser des projets d’adaptation structurants multi-acteurs favorisant les investissements dans des secteurs aussi variés que l’agriculture, l’eau, la protection du littoral, l’environnement, les solutions fondées sur la nature ou l’éducation. Ces projets, qui répondent au contexte spécifique du Sahel, visent à accroître la résilience aux changements climatiques tout en favorisant croissance économique durable, employabilité (notamment des jeunes) et conservation de la biodiversité.

La Gambie est l’un des nouveaux pays partenaires de la phase 2 d’AdaptAction : les appuis seront déterminés durant l’année 2023.

Nos projets dans la région

Agriculture et gestion durable des terres
  • Niger Au Niger, AdaptAction a aidé le ministère de l'Environnement et de la Lutte contre la désertification et les ministères et institutions en charge des enjeux liés au développement rural à mieux appréhender les enjeux d’adaptation dans les stratégies, programmes et projets de développement agricole : modélisation des impacts du changement climatique, définition d’options d’agriculture intelligente face au climat (y compris avec des dimensions socio-économiques et institutionnelles), et revue des documents de développement agricole existants.

    Ces travaux ont contribué à élaborer une stratégie et un plan national d’adaptation de l’agriculture au changement climatique. La stratégie 2020-2035 constitue le cadre d’élaboration de futurs projets structurants de développement agricole à co-bénéfices climat, notamment en matière d’adaptation aux effets du changement climatique. Le plan d’action 2020-2025 facilite l’accès à la finance climat internationale du Niger et favorise l’inclusion en mobilisant des mécanismes existants de concertation ou la création de cadres de concertation ad hoc sur certaines thématiques (suivi-évaluation, formation).

    Par ailleurs, une étude de capitalisation des pratiques de gestion durable des terres a été réalisée en tenant compte des différentes typologies agro-écologiques. Différents outils dont un vade-mecum sur les pratiques de gestion durable des terres ont été produits. L’ensemble des outils élaborés dans le cadre de ces deux appuis sont disponibles ici.
  • Sénégal Une étude de vulnérabilité face aux impacts du changement climatique a été conduite dans les zones agro-écologiques de la vallée du fleuve Sénégal, avec notamment un diagnostic participatif des vulnérabilités des systèmes de production et la co-élaboration des options d’adaptation avec les parties prenantes locales.

    Ce processus a permis à l’une des plus importantes sociétés d’aménagement du Sahel, la Société nationale d’aménagement et d’exploitation des terres du Delta du fleuve Sénégal et des vallées du fleuve Sénégal et de la Falémé (SAED), ainsi qu'aux collectivités locales et acteurs locaux de la vallée du fleuve Sénégal, de co-construire une stratégie et un plan d’actions d’adaptation. Ceux-ci, comprenant également des dimensions liées aux enjeux de genre, ont contribué au cadrage du projet de développement économique local et de transition agro-écologique dans le delta du fleuve Sénégal (DELTA), financé par l’AFD à hauteur de 50 millions d’euros. 

    Des actions de renforcement de capacités sont également prévues auprès de la SAED et du ministère de l’Agriculture et de l’Équipement rural, ainsi qu’auprès des acteurs des territoires pour appuyer l’intégration verticale de l’adaptation.
Élevage et pastoralisme
  • Niger AdaptAction a conduit l’étude de faisabilité du projet Bounkassa Kiyo de développement des filières élevages dans les régions de Zinder et Diffa. Au Niger, l’élevage est pratiqué par près de 87 % de la population active en tant qu’activité principale ou secondaire. Dans un contexte de changement climatique, le maintien d’un élevage pastoral, qui s’articule avec les élevages spécialisés dans la traction animale, l’embouche ou la production laitière en zone péri-urbaine, apparaît comme l’option économique, sociale, sécuritaire et environnementale la plus adaptée. Cette étude a permis de co-construire, avec l’ensemble des acteurs nationaux et des deux régions, un projet qui contribue au développement durable et résilient de l’élevage pastoral au Niger.

    Le projet accompagnera l’élaboration et la mise en œuvre d’une vision concertée du développement pastoral des territoires de deux régions, intégrant gouvernance améliorée, dialogue social apaisé, sécurisation de la mobilité, adaptation au changement climatique et gestion durable des ressources pastorales. Le projet est financé par l’AFD à hauteur de 50 millions d’euros (dont 10 millions d’euros de subvention et 40 millions d’euros de prêts).
Gestion intégrée des ressources en eau et solutions fondées sur la nature
  • Sénégal Le ministère de l’Environnement et du Développement durable et le ministère de l’Eau et de l’Assainissement ont initié, en partenariat avec AdaptAction, The Nature Conservancy (TNC) et Catholic Relief Services (CRS), une étude de vulnérabilité et une étude de faisabilité qui ont permis de co-construire, avec le ministère de l’Environnement, les ministères sectoriels, les communes et l’ensemble des acteurs du territoire de la zone de Pout, un projet de protection des ressources en eau et d’amélioration de la recharge de nappes à travers des solutions fondées sur la nature. Ce projet de démonstration favorisera une gestion intégrée des ressources en eau de cette zone, cœur démographique et économique du Sénégal dont la population devrait dépasser les 6,5 millions d’habitants en 2030.
Gestion intégrée des zones côtières, prospectives territoriales et solutions fondées sur la nature
  • Sénégal AdaptAction accompagne l’étude de faisabilité du nouveau projet de l’AFD de gestion intégrée des zones côtières dans un contexte de changement climatique au Sénégal qui s’inscrit dans le cadre régional de l’initiative WACA (West Africa Coastal Area Management Programme). Cette étude caractérisera notamment les vulnérabilités aux effets attendus du changement climatique du littoral de Saint-Louis et de Casamance, qu’elle complétera par un exercice de prospective territoriale reposant sur l’approche « Dynamic Adaptive Policy Pathways ».
    Sur cette base, l’étude identifiera ainsi les mesures prioritaires d’investissement privilégiant les solutions fondées sur la nature et les options d’adaptation permettant de renforcer la résilience au changement climatique et de réduire la vulnérabilité des écosystèmes côtiers et des populations vivant sur ces littoraux.
Gouvernance climat
  • Sénégal et Niger AdaptAction a accompagné les ministères de l’Environnement, les ministères sectoriels et les institutions dans l’élaboration d’un système de suivi et évaluation national pour le volet adaptation de leurs contributions déterminées au niveau national (CDN). Ce travail s’est basé sur la réalisation préalable d’un état des lieux de la mise en œuvre de la stratégie climat dans chaque pays. Ces outils de suivi et évaluation des CDN permettent au Sénégal et au Niger de renforcer le pilotage et le suivi de leur action climatique en termes d’adaptation.
Éducation, formation et employabilité
  • Sénégal La construction de capacités locales est déterminante pour faire face aux défis qu’induit le changement climatique. Aussi, en partenariat avec le Centre d'éducation et de formation environnementales (CEFE) du ministère de l’Environnement et du Développement durable, les ministères et acteurs sectoriels, AdaptAction appuie l’élaboration d’une stratégie d’intégration de l’adaptation au changement climatique dans le système éducatif aux niveaux de l’élémentaire, du moyen et du secondaire, de la formation professionnelle ainsi que des universités et des écoles du supérieur. L’ambition affichée est d’accompagner les futurs citoyennes et citoyens à faire face aux effets du changement climatique mais également de renforcer les compétences des acteurs pour en faire les leviers d’un développement sobre en carbone, résilient face au changement climatique et créateur d’emplois.

OCÉAN INDIEN

Adapt'Action, Madagascar

Les États insulaires du sud-ouest de l’océan Indien sont en première ligne face aux impacts du changement climatique. Leurs environnements, économies et populations subissent d’ores et déjà des dommages importants et potentiellement irréversibles. Ces îles sont en effet fortement exposées aux événements climatiques extrêmes (cyclones, fortes pluies, inondations) et aux phénomènes d’érosion côtière et de submersion marine (liés à l’élévation du niveau de la mer), autant d'événements qui risquent de s’intensifier sous l’effet du changement climatique. 

Le coût économique des catastrophes naturelles, liées principalement aux aléas hydrométéorologiques, s’est élevé à environ 17,2 milliards de dollars sur les trente dernières années pour cette région du monde. Les besoins en investissements résilients et durables sont donc conséquents et requièrent une planification de long terme sur la base des connaissances disponibles et des priorités de développement de chaque île. 

C’est en ce sens que depuis 2017, le programme AdaptAction accompagne Madagascar, Maurice et l'Union des Comores pour le déploiement de politiques et de stratégies d’adaptation tout en facilitant l’accès à la finance climat internationale.
 

 
12 appuis ont été réalisés durant la première phase qui s’est achevée en 2022 pour renforcer les capacités, améliorer la gouvernance climat et intégrer l’adaptation dans les politiques publiques. Les cinq ans du programme ont également permis de catalyser plus de 370 millions d’euros de projets pour soutenir les services hydrométéorologiques et climatiques, ainsi que des systèmes d’alerte précoce au niveau régional, mais aussi pour disposer de plus de ressources et rebondir suite aux catastrophes (prêt de contingence à Maurice).
 

Nos projets dans la région

Gouvernance climat
  • Madagascar AdaptAction a accompagné le renforcement des capacités du Bureau national des changements climatiques, du carbone et de la réduction des émissions dues à la déforestation et dégradation des forêts (BN-CCCREDD+) en matière de mobilisation et de coordination des acteurs malgaches concernés par les engagements climat du pays. Un cadre et des outils de coordination (livret d’accueil, tableau de bord et état d’avancement par secteur de la mise en œuvre des CDN) ont ainsi été produits. 
    Les équipes du BN-CCCREDD+ ont également bénéficié de sessions de formation sur les enjeux liés aux négociations climat lors de la COP25. 
     
  • Comores et Maurice AdaptAction a appuyé les ministères de l’Environnement mauricien et comorien dans l’état des lieux de la mise en œuvre de leurs CDN. S’en est suivie la révision à la hausse des engagements de ces deux pays pour la réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre et le renforcement de la résilience de leurs îles face aux changements climatiques. La CDN révisée de Maurice a été soumise au Secrétariat de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) le 5 octobre 2021. Celle des Comores a été soumise le 5 novembre 2021.

    Enfin, des activités de renforcement de capacités ont été conduites, par exemple sur le cadre de transparence et sur le système de suivi-évaluation des CDN (système MRV pour « mesure, notification et vérification »), et des plans d’action ont été élaborés pour opérationnaliser les mesures prioritaires.

Éducation et formation
  • Madagascar AdaptAction a financé une étude des besoins en formation professionnelle initiale et continue, et dans l’enseignement supérieur dans le secteur des bâtiments et travaux publics (BTP). L’objectif final de cette étude est d’assurer que les travailleurs du secteur disposent des compétences et connaissances nécessaires à l’adaptation et l’atténuation dans le secteur.

    Dans ce but, un diagnostic des formations existantes a été conduit. Des recommandations de révision des formations existantes ou de création de nouvelles, et d’amélioration des équipements ont ensuite été formulées. La formation des formateurs a été promue afin de permettre une pérennisation de ces apports pédagogiques. Le déploiement de ces recommandations sera notamment financé via le projet FormaPro BTP 2, financé par l’AFD à hauteur de 15 millions d'euros.

    Cette étude a été déployée au bénéfice du Centre national emploi-formation du secteur BTP (CNEF-BTP), du ministère de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle et de celui de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.
Forêt et biodiversité
  • Madagascar AdaptAction a financé l’étude de faisabilité d’un projet d'agriculture adaptée au changement climatique et de conservation/gestion forestière qui sera déployé dans le sud-est du pays, à la suite du projet Talaky. 

    Les impacts du changement climatique pour l’agriculture et les forêts dans la zone ont été modélisés et cartographiés. Une analyse du contexte socio-anthropologique et des enjeux de genre a été menée, afin de nourrir l’analyse des vulnérabilités au changement climatique et le projet en construction. Des stratégies d'adaptation pertinentes et durables ont été identifiées, autant en termes de nouvelles pratiques agricoles ou activités génératrices de revenus que d’activités de reboisement et de conservation forestière.

    L’étude a été conduite en coopération avec le ministère de l’Agriculture, de la Pêche et de l’Élevage et le ministère de l’Environnement et du Développement durable.
Aménagement territorial
  • Comores AdaptAction a accompagné le ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Urbanisme, chargé des affaires foncières et des transports terrestres, dans l’élaboration du schéma d’aménagement territorial (SAT) de l’île de Mohéli pour un développement durable et résilient du territoire.

    Un diagnostic du contexte historique, démographique et socio-économique ainsi que des caractéristiques physiques du territoire a été réalisé. Ce diagnostic a donné lieu à une vaste concertation avec les acteurs locaux afin de co-identifier les enjeux liés à l’occupation des sols, aux équipements existants (transport, énergie, eau, assainissement), à la gestion des déchets, à la santé et à l’éducation. Tous ces éléments constitutifs du territoire de Mohéli ont été analysés à l’aune des risques naturels et climatiques auxquels Mohéli fait déjà face, ainsi que leurs perspectives d’évolutions futures, afin d’identifier des options d’aménagement adaptées. 

    Les enjeux de l’étalement urbain ont notamment été analysés à Fomboni, capitale de l’île, et Nioumachoi. Sur la base de ce diagnostic, un document de planification de long terme sera co-construit avec la population locale. Les orientations du schéma d’aménagement territorial seront ainsi soumises à une grande enquête publique. À travers ce document ont été cartographiées les zones naturelles à protéger et conserver, les zones urbanisées et encore disponibles pour l’intensification urbaine et les zones pouvant être réservées à d’autres usages, en fonction des risques climatiques identifiés. Aussi, des aménagements ont été proposés autour de grandes priorités et projets structurants pour l’île, tout en s’assurant de la préservation de l’environnement et du recours à des solutions fondées sur la nature. 
  • Madagascar Des études de cas ont été conduites dans trois régions (Grand Sud, Morondava et Fianarantsoa) pour accompagner la déclinaison territoriale de la CDN.

Gestion des inondations et réduction des risques de catastrophe
  • Maurice Les vulnérabilités de six sites impactés par des phénomènes d’érosion côtière, de submersion marine et d’inondation (Port-Louis, Nouvelle France, Grande Baie, Flic en Flac, Bel Ombre et Belle Mare) ont été analysées et cartographiées. Sur la base de celles-ci, une stratégie de résilience et un résumé pour décideurs ont été élaborés. Cette stratégie met notamment en avant le besoin de gérer les vulnérabilités « de la crête de montagne au récif corallien » (from Ridge-to-Reef) et de protéger les écosystèmes naturels. Les vulnérabilités et solutions d’adaptation ont été identifiées via un processus participatif mobilisant une diversité de parties prenantes locales, des autorités administratives et politiques à la société civile et au secteur privé (en particulier dans le secteur des pêches, de l’agriculture et du tourisme).   

    La Land Drainage Authority (LDA), l'agence mauricienne nouvellement en charge de la gestion du drainage des eaux, est également appuyée depuis 2018 dans son opérationnalisation et le renforcement de ses capacités. Des études topographiques et des modélisations ont été réalisées pour les sites les plus vulnérables. Elles nourriront des propositions de solutions de drainage, favorisant les solutions fondées sur la nature, formalisées au sein du premier schéma directeur de drainage à l’échelle de l’île.

    Enfin, le Centre national de réduction et gestion des risques de catastrophes (NDRRMC) a été accompagné dans l’élaboration de la nouvelle politique et des nouveaux cadre stratégique et plan d’action de réduction et gestion des risques de catastrophe pour la période 2020-2030, s’inscrivant dans le Cadre de Sendai 2015-2030.

Services climatiques
  • Commission de l'océan Indien (COI) AdaptAction finance le programme de recherche BRIO (Building Resilience in the Indian Ocean) pour la régionalisation de simulations climatiques haute résolution et le renforcement des capacités des services météorologiques des pays membres de la Commission de l’océan Indien. Ce programme, conduit en coopération avec Météo-France Réunion, a permis de former trois météorologues (mauricien, malgache et comorien) à la production de projections climatiques à horizon 2100 pour certains aléas (hausse des températures, modification du régime des précipitations et intensification des phénomènes cycloniques…) au travers du modèle climatique régional ALADIN-Climat. Ces projections climatiques seront mises à disposition des utilisateurs sur le portail de la COI.
     
  • AdaptAction a financé l’étude de faisabilité du projet Hydromet, projet régional de renforcement des services hydrométéorologiques et climatiques des pays membres de la COI, co-financé par le Fonds vert pour le climat et l’Union européenne. Ce projet intègre l’Organisation mondiale de la météorologie (OMM), Météo-France et la Croix-Rouge française comme partenaires techniques de mise en œuvre.

    Hydromet vise à renforcer les équipements et les capacités des directions météorologiques nationales afin de proposer des services climatiques pour différents secteurs, usagers et temporalités (des alertes précoces aux projections climatiques), et à régionaliser certaines ressources pour réaliser des économies d’échelle (mise en commun au niveau régional de centres d’entretien, de calibrage des équipements, etc.).

GOLFE DE GUINÉE

Adapt'Action, Guinée

Dans le golfe de Guinée, AdaptAction a accompagné dans sa première phase la Côte d’Ivoire, le Ghana et la Guinée dans leur démarche d'adaptation au changement climatique. La phase 2 se poursuivra en partenariat avec la Guinée, le Bénin et le Togo.

Le golfe de Guinée est touché par des sécheresses, des inondations, des changements de régime de précipitations et une érosion côtière accrue. Autant d'aléas appelés à s’intensifier du fait des changements climatiques, et auxquels sont vulnérables les populations, leur habitat et leurs principales sources de subsistance.

Face à cette situation, AdaptAction entend améliorer la gouvernance climatique des pays partenaires, renforcer l’intégration de l’adaptation dans la planification et la budgétisation sectorielle et territoriale, et construire des projets d’investissement répondant directement aux impacts du changement climatique dans les secteurs de l’agriculture, des infrastructures de transport, de la protection des forêts/biodiversité ainsi que le déploiement de services agro-climatiques pour une meilleur planification des activités agricoles, tout en renforçant la prise en compte des enjeux genre et inclusion sociale dans les analyses de vulnérabilité.

Nos projets dans la région

Gouvernance climat
  • Guinée AdaptAction a appuyé la consolidation du leadership, de l’appropriation et de la coordination transversale sur la thématique du changement climatique. 30 points focaux « climat » ont été nommés dans les ministères concernés par les enjeux climatiques. Leurs capacités ont été renforcées et leur rôle dans la mise en œuvre de la CDN du pays clarifié. Ces points focaux se retrouvent au sein d’une plateforme nationale de concertation sur le climat, intégrée au Comité national sur le changement climatique. Un accompagnement similaire a été réalisé auprès de l’Assemblée nationale, du Conseil économique et social et de la Primature, assorti d’un coaching de longue durée auprès des neuf « champions » de ces institutions.
  • Côte d'Ivoire (phase 1) AdaptAction a appuyé le ministère de l’Environnement et du Développement durable dans le processus de révision à la hausse des CDN, en se concentrant sur le volet adaptation et en apportant une attention particulière au genre, à la biodiversité et aux collectivités territoriales. AdaptAction a également appuyé la définition d’indicateurs pour l’ensemble de la CDN révisée et la conception d’un système de suivi de sa mise en œuvre. 
     
  • Ghana (phase 1) Les capacités de 60 représentants de collectivités territoriales, du secteur privé et de la société civile sur le tracking et l’accès aux financements climat ont été renforcées. Des lignes directrices sur l’accès à différentes sources de financement ainsi qu’un outil de communication soulignant les opportunités offertes par la finance climat pour le Ghana ont été développés.
Intégration verticale de l’adaptation

Les collectivités locales sont des acteurs clés dans la réalisation des agendas climatiques et du développement durable. Elles bénéficient d’une échelle d’intervention pertinente pour une compréhension des enjeux et des réponses intégrées, transversales et concrètes.

  • Guinée AdaptAction renforce l’intégration des enjeux d’adaptation dans la planification des municipalités pour des trajectoires de développement local et des investissements résilients. Cet objectif est poursuivi par une révision des outils de planification, l’animation de formations et un appui à la construction de plans de développement locaux résilients de quatre communes rurales (Sangaredi, Tondon, Tolo et Porédaka). Des recommandations ont également été formulées pour la création d’un mécanisme national de financement de l’adaptation des collectivités.
     
  • Côte d’Ivoire (phase 1) AdaptAction a accompagné les régions et communes dans la planification et la budgétisation résilientes par l’animation de formations, l’intégration de l’adaptation dans les outils de planification locale et l’accompagnement de deux régions (Grands-Ponts et Indénié-Djuablin) et deux communes (Grand-Lahou et Abengourou) dans le développement de plans triennaux et budgets résilients. En vue d’une appropriation nationale et pérennisation des acquis, un pool d’experts issus des institutions qui accompagnent les collectivités a été mis en place et leurs capacités renforcées. Ces experts ont également conduit les missions de diagnostic dans les collectivités et appuyé les quatre collectivités dans l’exercice de programmation et budgétisation.  
Agriculture, élevage, pêche
  • Guinée Le secteur agricole guinéen est directement affecté par le changement climatique, caractérisé notamment par une perturbation de la pluviométrie et une augmentation de l'intensité des pluies. AdaptAction a appuyé le renforcement des capacités des ministères du Développement rural (Agriculture, Élevage, Pêche et Environnement) et la conduite d’études de vulnérabilité participatives pour l’intégration transversale des enjeux d'adaptation dans les projets du Programme national d'investissement agricole, de sécurité alimentaire et nutritionnelle (PNIASAN) en Haute-Guinée. Les techniques endogènes d’adaptation des populations de Haute-Guinée ont notamment été analysées et un guide opérationnel de prise en compte de l’adaptation dans les projets agricoles dès leur indentification a été produit.
  • Côte d’Ivoire (phase 1) Selon le classement FAOSTAT 2022, la Côte d’Ivoire fait partie du trio de tête des producteurs de coton en Afrique, un secteur qui représente entre 5 et 10 % des exportations agricoles du pays. AdaptAction a conduit une étude de vulnérabilité de la filière aux effets du changement climatique, puis l’étude de faisabilité du projet d’appui à la Résilience des systèmes cotonniers du nord de la Côte d’Ivoire (RESCO). Financé par l’AFD à hauteur de 40 millions d'euros, ce projet, qui a fait l’objet d’une signature entre les États ivoirien et français en 2021, est mis en œuvre par Intercoton, première interprofession de Côte d’Ivoire. 
  • Ghana (phase 1) Les variations saisonnières de la disponibilité en eau dues aux sécheresses et aux périodes arides impactent négativement les productions agricoles et la sécurité alimentaire du pays. Afin de réduire les pertes de production dues à la variabilité des précipitations, AdaptAction a conduit une étude de vulnérabilité qui a débouché sur la définition de plusieurs options d’adaptation dans la plaine de Kwahu Afram.
Infrastructures résilientes
  • Côte d'Ivoire (phase 1) AdaptAction a financé une étude pour la formulation de propositions d'amélioration de la gestion du réseau hydroélectrique ivoirien, en tenant compte des impacts du changement climatique. Des études de cas sur les bassins du Sassandra et du Bandama sont développées. Un outil informatique dédié à la gestion coordonnée des barrages structurants a également été élaboré afin d’optimiser la production hydroélectrique du pays. Il est prévu que les conclusions de cette étude nourrissent la composante 1 (Réhabilitation du barrage hydroélectrique de Taabo) du projet Water & Sun Alliance (WaSunA).
  • Guinée AdaptAction conduit une étude pour la réhabilitation et la construction de ponts résilients aux impacts du changement climatique (augmentation du débit des cours d’eau, élévation lors de phénomènes d’inondation, fragilisation de leurs fondations). Cette étude inclut également la sensibilisation et la formation du ministère guinéen en charge des Transports aux risques liés aux changements climatiques et aux méthodes pour les prendre en compte dans ses activités de conception et maintenance, à travers des ateliers et la conception d’un manuel opérationnel.
Santé
  • Ghana (phase 1) La santé est l’un des secteurs classés les plus vulnérables au Ghana. Le pays fait face à un double défi : la faible capacité du système de santé à faire face aux risques liés au changement climatique et la faible attractivité du secteur qui peine à mobiliser la finance climatique. Identifié conjointement avec les autorités ghanéennes, le secteur bénéficie de l’appui d'AdaptAction afin de permettre le renforcement de capacités et la conduite d’études de vulnérabilité dans six districts assortie d’options d’adaptation et d'une note conceptuelle d’un projet dans le secteur. Il a également été produit à travers cet appui la composante santé du PNA ainsi qu’un guide méthodologique de prise en compte des enjeux adaptation et santé dans les plans de développement des districts.
Services climatiques

La région rencontre un besoin urgent de développement et de pérennisation des services climatiques afin de faciliter la prise de décision dans un ensemble de secteurs sensibles aux impacts actuels et projetés du climat, tels que l’agriculture, la réduction des risques de catastrophes, etc.

  • Guinée AdaptAction finance une étude des besoins en services hydroclimatiques dans les filières riz, maïs et maraîchage en Haute-Guinée et l’élaboration d’un projet de renforcement des systèmes d’observation et production de services climatiques. Les propositions de services à développer reposent sur une analyse des besoins différenciés des usagers et de la chaîne de production et de diffusion de l’information climatique. Elles seront accompagnées de recommandations de modèle institutionnel et économique pour le secteur, ainsi que des activités de formation pour l’ensemble des acteurs de la chaîne.
  • Côte d'Ivoire (phase 1) Une étude de besoins et de stratégie pour le développement des services climatiques dans le secteur agricole  a été réalisée afin de permettre à la Direction de la météorologie nationale de renforcer la fourniture des services agro-météorologiques adaptés aux besoins des agriculteurs sur le territoire national. Elle a abouti également à l’inventaire des stations installées dans le pays et à la proposition d’un texte réglementaire dans le domaine, ainsi qu’à une stratégie économique pour le secteur. Cette étude a permis d'alimenter le projet VIGICLIM, déjà financé à hauteur de 28 millions d'euros par l’AFD depuis 2020.
Biodiversité

CARAÏBES

Adapt'Action, République dominicaine

Hausse des températures, intensité des événements extrêmes, montée des eaux et intrusions salines… De par leur situation géographique, leurs particularités géologiques et topographiques et leur profil socio-économique, les territoires caribéens sont disproportionnellement vulnérables aux effets du changement climatique.

Les impacts réels et potentiels liés aux phénomènes climatiques sont multiples : infrastructures de transports et de services essentiels affectées, pertes économiques pour des secteurs clés comme l’agriculture et le tourisme, développement des maladies climato-sensibles, aggravation des inégalités socioéconomiques et fondées sur le genre, déplacements de populations, impacts sur les écosystèmes, etc.

Cette vulnérabilité, exacerbée par des phénomènes anthropiques (pression foncière sur les côtes, exploitation du sable, déforestation, etc.), fait de ces États des « territoires sentinelles ». Ils illustrent les éventuelles conséquences néfastes du changement climatique à une échelle planétaire, mais peuvent aussi devenir des laboratoires d’innovations locales et régionales en matière d’adaptation.

Nos projets dans la région (phase 1)

Gouvernance climat
Planification locale
  • République dominicaine L’urgence climatique appelle à repenser les échelles de la gouvernance climatique. Dans ce contexte, AdaptAction accompagne les acteurs du pays pour une meilleure intégration des enjeux climatiques et de l’adaptation dans les outils de planification. Après une phase de renforcement de capacités des cadres des collectivités territoriales et des ministères sur les questions d’adaptation, de gestion des risques et des catastrophes appliquée dans l’aménagement du territoire, cinq municipalités prioritaires ont été accompagnées dans l’évaluation, la révision ou la définition de leur plan local d’adaptation au changement climatique. Dans le cadre de cet appui, des échanges entre pairs de la région Amérique latine et des Caraïbes ont été organisés.
  • Cuba La ville de Cienfuegos est régulièrement confrontée à des inondations côtières et urbaines et à des épisodes de sécheresse, qui affectent gravement les populations et les infrastructures. AdaptAction a permis d’élaborer un ensemble de diagnostics et de cartes des risques liés au changement climatique pour le territoire de Cienfuegos. Ces produits constituent un outil important pour la conception de politiques publiques territoriales et pour la mise en œuvre de mesures d'adaptation.
Systèmes financiers
  • Banque centrale des Caraïbes orientales (BCCO) La Banque centrale des Caraïbes orientales a pris la mesure des impacts des risques climatiques sur l’économie réelle et de leur traduction dans les systèmes financiers qu’elle supervise. Avec le soutien technique d’UNEP-FI, AdaptAction a organisé un cycle de formation en faveur de la BCCO et des huit autres régulateurs régionaux, qui a également associé les banques nationales de développement de la zone du dollar caribéen.
    Pour en savoir plus : Tackling Climate-Related Financial Risk Across the Carribean
Secteur privé
Prévention et gestion des risques
  • Organisation des États de la Caraïbe orientale (OECO) AdaptAction a soutenu la Commission de l’OECO dans la mise en pratique à l’échelle régionale d’une approche innovante qui vise à renforcer la résilience des populations en associant prévisions météorologiques et analyse des risques (Forecast-based Early Action). Ces mécanismes cherchent à atténuer les conséquences d’événements extrêmes comme les sécheresses, les inondations ou encore les ouragans en identifiant des actions précoces à réaliser sur la base des prévisions météorologiques, et selon des seuils d’alerte prédéterminés. 

    Cet appui a également fait l’objet d’une publication, d’un webinaire et d’une animation pour contribuer à diffuser les principes de ce mécanisme innovant.
Biodiversité
  • Organisation des États de la Caraïbe orientale (OECO) Les écosystèmes marins et côtiers des petits États insulaires des Caraïbes sont extrêmement vulnérables aux impacts du changement climatique. Pour autant, la nature et sa préservation sont des éléments clés pour la maîtrise du changement climatique et des barrières de protection face aux risques côtiers.

    AdaptAction a soutenu l’OECO et ses États membres dans la réalisation d’actions de renforcement des capacités (ateliers, boîte à outils, matériel de communication), la valorisation des savoirs régionaux et le partage des bonnes pratiques en matière d’intégration des solutions fondées sur la nature dans les stratégies d’adaptation.
     
  • Cuba Comme dans le reste du bassin caribéen, le changement climatique intensifie les effets négatifs des facteurs de stress classiques tels que la fragmentation des habitats, la sédimentation et la pollution des eaux, et déstabilisent les écosystèmes. Cependant, la préservation des écosystèmes marins et côtiers est essentielle pour l'adaptation au changement climatique. AdaptAction accompagne le ministère cubain de l’Environnement et les acteurs locaux de Santa Lucia et de Guanahacabibes dans la formulation d’un programme dédié au développement des aires marines protégées alliant résilience des écosystèmes, conservation et bénéfices socio-économiques pour les communautés locales.
Services climatiques
  • République dominicaine L'adaptation au changement climatique nécessite également une bonne connaissance des risques, ce qui implique la fourniture d'informations météorologiques et climatiques sur les inondations et les sécheresses, les cyclones tropicaux et les températures et chaleurs extrêmes, à certaines échelles de temps (horaire ou décennale par exemple). Avec le soutien d’AdaptAction, l’Office national de météorologie (ONAMET) de République dominicaine a bénéficié d'un appui technique pour établir une feuille de route visant à améliorer l'ensemble de la chaîne de valeur des services climatiques, de la co-conception à l'utilisation en passant par la production et la diffusion d'informations à l'utilisateur final : l'agriculteur.
Agriculture
  • République dominicaine Le secteur agricole contribue à la croissance économique du pays et à la sécurité alimentaire des populations. Or le secteur agricole dominicain est fortement soumis aux aléas climatiques (variabilité des précipitations et intensification des phénomènes extrêmes). À travers une approche participative, un plan d’adaptation en faveur des filières plantain et haricot a été élaboré à l’issue d'un processus de collecte de données et de consultation financé par AdaptAction. Ce travail a permis d'améliorer la connaissance des impacts socio-économiques du changement climatique dans les secteurs agricoles clés du pays et d'évaluer les outils et capacités d'adaptation actuels du secteur.
Tourisme et zones côtières
  • République dominicaine Les zones côtières du pays concentrent près de 60 % de la population, une grande diversité d’écosystèmes à haute valeur environnementale et des infrastructures et activités économiques de grande importance pour le pays, dont le secteur touristique côtier, qui contribue au PIB national à hauteur de 9 %. Cependant, les impacts du changement climatique y sont particulièrement perceptibles : érosion des plages, destruction des récifs coralliens, intrusion d'eau salée, inondations côtières, etc. AdaptAction appuie les ministères en charge du tourisme et de l’environnement dans la priorisation des zones côtières les plus vulnérables et dans l’élaboration de plans d’adaptation spécifiques.
Gestion des ressources et protection sociale
  • République dominicaine L'intégration des enjeux climatiques et des risques de catastrophes dans la planification et la conception de programmes de protection sociale permet de réduire la vulnérabilité des populations en situation de précarité face au risque et de favoriser l’adaptation au changement climatique dans le long terme.
    AdaptAction accompagne ainsi le CNCCDML, les ministères en charge de l’Économie et des Affaires sociales et la fondation Sur Futuro dans la formulation d’un programme de protection sociale adaptative visant à renforcer le lien entre adaptation au changement climatique et réduction de la pauvreté à l’échelle du bassin-versant Yaque del Sur.
Éducation

AFRIQUE CENTRALE

Adapt'Action, Cameroun

L'Afrique centrale se caractérise par un potentiel écologique d’importance mondiale pour sa richesse en biodiversité et son rôle dans la stabilisation du climat mondial. La région dispose en effet de la deuxième plus grande forêt pluviale de la planète, derrière l’Amazonie. Mosaïque de forêts, de savanes, de marécages, de rivières et de forêts inondées, le bassin du Congo fournit nourriture, eau et abri à plus de 75 millions de personnes.

En parallèle, la région présente des vulnérabilités élevées aux effets du changement climatique. Celles-ci se traduisent par des variabilités saisonnières ayant un fort impact sur le calendrier agricole, essentiellement pluvial, des inondations à travers les territoires ou encore des érosions hydriques et côtières. La plupart des pays d’Afrique centrale subissent déjà les effets du changement climatique et présentent des indices de vulnérabilité élevés à moyen et long termes, liés notamment à la faiblesse de préparation et au manque de moyens pour faire face aux impacts.

Nos projets dans la région

Gouvernance climat
  • Congo AdaptAction a permis la consolidation et la structuration du Conseil national du changement climatique (CNCC). Des sessions de formation sur les études de vulnérabilité, la cartographie des risques et les inventaires de gaz à effet de serre ont été dispensés aux experts climat du CNCC. Au terme de cet appui, un atelier pilote décentralisé du CNCC a été organisé à Pointe-Noire en vue d’initier la décentralisation de la CDN par la mise en place d’un CNCC départemental.

    AdaptAction a également permis la mise en place d’un réseau d’ONG baptisé Réseau climat Congo (RCC). Ce dernier a bénéficié d’une formation sur le changement climatique et l'appui à la rédaction de notes de position OSC. À l’issue de cette formation, le RCC a produit une note de position, une charte d’organisation et une feuille de route pour son fonctionnement. Le réseau a aussi pris part aux processus d'élaboration de la CDN révisée du Congo. Le dialogue politique a été renforcé à travers des échanges de pair à pair par l’organisation d’un conseil interministériel et d'un séminaire parlementaire sur l’Accord de Paris.
  • Cameroun AdaptAction a accompagné le processus de révision de la CDN sur les composantes adaptation et arrangements institutionnels. L’appui a permis l’élaboration de fiches d’action pour l’adaptation, suivies de consultations régionales en vue d’affiner leur contenu avec les acteurs locaux et de prendre en compte les besoins prioritaires et spécificités socioculturelles, économiques et écologiques de chaque zone agro-écologique du pays. Un dispositif institutionnel national de suivi de la CDN a été élaboré avec les déclinaisons régionales associées.
Ressources en eau potable et zones côtières

La richesse des écosystèmes forestiers du bassin du Congo occulte parfois la richesse de la zone littorale d’Afrique centrale. Or celle-ci est d’autant plus importante qu’elle représente un levier de développement économique, un moyen de désenclavement de la région et souvent la seule voie d’échanges commerciaux au niveau régional et internationale. À l’instar des autres régions, la zone littorale d’Afrique centrale présente de grandes fragilités face au changement climatiques. La bande côtière abrite des secteurs économiques extrêmement importants comme la pêche, le tourisme, l’agriculture, l’énergie et le transport maritime qui se trouvent menacés par l’érosion, les inondations, la pollution, l’élévation du niveau de la mer à travers  l’augmentation de l’intensité et de la fréquence de la houle, les intrusions marines et le développement urbain, entre autres.

  • Congo La ville côtière de Pointe-Noire, capitale économique du pays, souffre depuis quelques années de pénuries d’eau potable liées notamment au phénomène d’intrusion marine dans les nappes superficielles. AdaptAction a appuyé le Congo dans l’élaboration d’un schéma directeur d’approvisionnement en eau potable dans le contexte du changement climatique pour faciliter la planification à moyen et long termes du réseau de distribution d’eau à travers la ville et son agglomération. 

    AdaptAction a réalisé par ailleurs une étude de vulnérabilité de la zone côtière face au changement climatique assortie d’une cartographie du recul du trait de côte.
Agriculture, élevage, pêche, aquaculture
  • Congo Dans le cadre de la lutte contre la déforestation, le Congo prévoit la valorisation agricole des zones de savane pour assurer son autosuffisance alimentaire et réduire la pression sur la forêt et la biodiversité. AdaptAction réalise une étude de vulnérabilité de l’agriculture en zone de savane dans le contexte du changement climatique pour identifier des itinéraires techniques viables et proposer un plan d’investissement résilient. L'objectif : accompagner la prise de décision et les choix d’investissement agricole dans les zones de savanes à moyen et long termes.
  • Cameroun L'économie du pays repose en grande partie sur des secteurs sensibles au climat comme l’agriculture, qui est l'un des piliers du développement. Dans les zones arides et semi-arides du Nord et de l’Extrême-Nord, l’agro-pastoralisme constitue la principale activité qui régit l’économie locale. Cette région connaît ces dernières années l'alternance d’une longue saison sèche suivie d’une courte saison pluvieuse, dont les variations d’intensité et le caractère aléatoire ont une incidence importante sur la gestion et l’anticipation des catastrophes naturelles : inondations mal contrôlées, retards sur les calendriers culturaux, nécessité de réorganisation de l’accès aux espaces de culture et de pâturages, etc.
    Au cours de la décennie 2040, le risque serait particulièrement prononcé pour le Nord et l’Extrême-Nord, alors qu’il s’agit des régions avec le plus fort taux de population sous le seuil de pauvreté. 

    AdaptAction a conduit une étude de vulnérabilité de l’agriculture céréalière dans le Nord et l’Extrême-Nord avec renforcement des instances de gestion des conflits agro-pastoraux. L'objectif : proposer des itinéraires techniques résilients pour les petits producteurs céréaliers et développer des boîtes à outils pour la gestion des conflits intégrant l’effet multiplicateur du changement climatique sur les conflits agriculteurs-éleveurs déjà existants.
Réduction des risques de catastrophes et infrastructures résilientes
  • Congo Ces dernières années, le Congo a fait face à des érosions hydriques et des inondations sur tout son territoire. La ville de Brazzaville, qui concentre la moitié de la population congolaise, est particulièrement exposée à ces phénomènes. AdaptAction a financé une étude de vulnérabilité de la ville face aux inondations et aux érosions hydriques à laquelle est adossé un plan d’action avec des mesures prioritaires. Cette étude devrait permettre aussi la mise à disposition d’outils d’aide à la décision pour la prévention des risques de catastrophe d’inondation et d’érosion dans la ville de Brazzaville.
Intégration du changement climatique dans les politiques sectorielles
  • Cameroun AdaptAction a permis l’élaboration de fiches d’action adaptation du Cameroun en vue d’opérationnaliser les objectifs climatiques inscrits dans la stratégie nationale de développement 2020-2030 (SND30).
  • Congo AdaptAction a accompagné la République du Congo dans l’élaboration de son plan d’action visant à opérationnaliser les engagements pris dans sa CDN et dans les principales politiques sectorielles du pays, que ce soit en termes d’atténuation que d’adaptation et ainsi favoriser sa mise en œuvre et son suivi.
Services climatiques
  • Cameroun L’agriculture est un pilier vital pour l’économie nationale et la sécurité alimentaire d’Afrique centrale. AdaptAction appuie l’Observatoire national sur le changement climatique (ONACC) dans la formulation d’un programme de développement des services climatiques pour la planification agricole afin d’assurer la viabilité et la résilience socio-économique du pays. Cet observatoire place l’agriculture au cœur de son développement 2020-2030. Le programme vise notamment la définition du contenu des portails spécifiques et adaptés à chaque catégorie d’acteurs (producteurs de données, diffuseurs, utilisateurs de données).
Forêt et biodiversité
  • Congo AdaptAction a accompagné le pays dans la mise en œuvre de sa politique de protection des écosystèmes forestiers en vue de leur valorisation durable pour le bien-être social et économique au niveau local, tout en garantissant la pérennité de leur rôle majeur dans la stabilisation du climat mondial. Des études de vulnérabilité sur les tourbières et les mangroves ont été réalisées en vue de proposer des solutions d’adaptation de ces écosystèmes à moyen et long termes. Les produits de cet appui devront permettre la préfiguration d’un modèle de projets d’adaptation à co-bénéfice atténuation dans le bassin du Congo.
+ 70
études conduites depuis 2017 par plus de 500 experts sur de nombreux secteurs
15
pays et organisations régionales soutenues

Donnez-nous votre votre avis sur notre site web en répondant à notre grande enquête !